Ouvrir le menu principal

Coordination rurale

syndicat agricole
(Redirigé depuis Coordination Rurale)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CR.
Coordination Rurale (CR)
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
But La Coordination rurale revendique une maîtrise des productions et des marchés, pour garantir des prix rémunérateurs et un revenu équitable pour tous les agriculteurs.
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 1992
Fondateur Jacques Laigneau
Origine Réaction à la réforme de la Politique agricole commune (PAC)
Identité
Siège 1 impasse Marc-Chagall
32000 Auch
Président Jacques Laigneau et Bernard Lannes
Membres 15 000[1]
Représentativité 21,12 % aux élections de chambre de 2013
Slogan « Nourrir les hommes mérite un digne revenu », entre autres
Site web coordinationrurale.fr

La Coordination rurale (CR) est un syndicat agricole français.

Sommaire

HistoriqueModifier

NaissanceModifier

Le 2 décembre 1991, une quarantaine d’agriculteurs tiennent la réunion constitutive de la Coordination Rurale qui apparaît pour la première fois à L’Isle-Jourdain (32) et adopte la forme associative loi 1901. Ses fondateurs, Jean-Paul Couvreur, Philippe Arnaud et Jacques Laigneau, tous trois agriculteurs dans le Gers, ne la définissent pas comme un nouveau syndicat[2] mais comme une coordination trans-syndicale, créée dans le but de lutter unitairement contre la réforme de la Politique agricole commune portée par le commissaire européen Ray Mac Sharry.

Elle rassemble dès l’année suivante près de 7000 adhérents[3] : des dissidents[4] de la FNSEA, des agriculteurs de la FFA et du Modef.

Au printemps 1992, l’organisation tient plusieurs meetings : à Agen le 29 février, à Niort le 31 mars, puis à Chartres le 21 mai[5]. Elle édite à cette occasion son premier tract "Amis citadins" et interpelle Louis Mermaz, alors Ministre de l’Agriculture et de la Forêt, à de nombreuses reprises. Le 22 juin 1992, lendemain de la signature de l’accord européen sur la nouvelle PAC, la Coordination Rurale organise conjointement avec la FNSEA depuis Écublé[6] en Eure-et-Loir, le « blocus de Paris », une action nationale destinée à dresser des barrages sur les accès principaux d’Ile de France, comme par exemple au péage de Senlis[7]. Cette action symbolisera également la naissance médiatique du mouvement[8]. Son secrétaire générale, Philippe Arnaud, dénonce des mesures « ridicules[9] » et promet de nouvelles actions, qui donneront lieu à davantage d’« opérations escargots[10] » quelques mois plus tard.

En 1993 : 2e blocus de la Coordination Rurale à Paris, pour dénoncer l’entrée de l’agriculture dans le GATT[11] et l’accord de Blair House. Publication d’Une Révolution en vert et pour tous au mois de février, et de l'Appel de Paris le 7 décembre 1993. La Coordination Rurale rejette la réforme, par ailleurs acceptée par les syndicats majoritaires. Ces désaccords précipiteront sa transformation en organisation syndicale propre dès 1994.

 
Les fondateurs de la Coordination rurale à la tribune en 1992 à Agen, avec Philippe Arnaud (au centre) et Jacques Laigneau (à droite).

PrésidentsModifier

Représentation électoraleModifier

La Coordination rurale a présenté des listes aux élections des Chambres d’agriculture de 2001 dans 57 départements. Elle a obtenu en moyenne 20 % des voix et remporté deux Chambres d’agriculture (Calvados, Lot-et-Garonne). Au niveau national, la CR a obtenu 12,48 % des voix.

En 2007, la Coordination rurale est présente dans 81 départements et obtient 18,7 % des voix aux élections des Chambres d'agriculture[12]. Elle conserve ses deux Chambres d'agriculture. Elle est le second syndicat français en métropole (hors DOM TOM) et le troisième syndicat pour l'ensemble du territoire français (DOM-TOM compris).

En 2013, le syndicat obtient 20,49 % des suffrages[13], il devient le deuxième syndicat agricole en France, conserve ses deux Chambres d'agriculture (Calvados, Lot-et-Garonne) et en remporte deux nouvelles (Charente et Puy-de-Dôme, cette dernière étant en liste d'union avec la Confédération paysanne).

En 2019, la CR obtient 21,54% des suffrages[14] : elle perd les Chambres d'agriculture de Charente, du Puy-de-Dôme et du Calvados. Le syndicat conforte sa position dans le Lot-et-Garonne[15], et remporte les Chambres de la Vienne[16] et de la Haute-Vienne[17].

La Coordination rurale, de par ses statuts[18] est un syndicat apolitique, même si Le Figaro Magazine note que la Confédération paysanne est plutot située à gauche et la Coordination rurale plutôt à droite[19].

Propositions de la Coordination ruraleModifier

La Coordination rurale milite pour une PAC 2014 qui retrouve ses missions fondamentales et notamment pour que l’Union européenne rééquilibre les productions excédentaires et déficitaires, dans un souci de sécurité alimentaire.

Cette organisation lutte également pour la diminution des contraintes administratives et des cotisations sociales. Elle défend les droits fondamentaux des agriculteurs à ressemer leurs récoltes semences fermières et milite pour que la norme nitrate soit réévaluée sur des fondements objectifs et scientifiques.

Afin de redonner une marge de compétitivité aux agriculteurs français et garantir la pérennité de leur protection sociale, elle propose de supprimer les cotisations sociales en agriculture en les remplaçant par une TVA sociale.

La CR est contre la culture des OGM en plein champ, vu la controverse existant sur leurs effets sur le plan sanitaire et environnemental. La Coordination rurale est pour la recherche, à condition qu'elle soit strictement encadrée.

ActivitésModifier

JournalModifier

La Coordination rurale édite un journal mensuel, 100% agriculteur (anciennement CR infos).

LobbyingModifier

Pour l'année 2017, la Coordination rurale déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de représentation d'intérêts en France pour un montant qui n'excède pas 50 000 euros[20].

Notes et référencesModifier

  1. « Que pèse aujourd'hui la FNSEA sur la scène agricole? La réponse en 5 chiffres clés », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2018)
  2. Manguy Yves, « La coordination rurale | multitudes » (consulté le 16 janvier 2019)
  3. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Manifestation d'agriculteurs », sur Ina.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  4. « Les agriculteurs clament leur hostilité à la réforme de la PAC », sur lesechos.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  5. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Coordinations rurales », sur Ina.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  6. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Coordination agriculture », sur Ina.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  7. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Barrages de paysans sur l'A1 », sur Ina.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  8. Bertrand Hervieu et Nonna Mayer, Les mondes agricoles en politique: De la fin des paysans au retour de la question agricole, Presses de Sciences Po, (ISBN 9782724687569, lire en ligne)
  9. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Réactions syndicats mesures PAC », sur Ina.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  10. « La Coordination rurale compte poursuivre son « blocus » », sur lesechos.fr (consulté le 16 janvier 2019)
  11. Bertrand Hervieu, Les Agriculteurs, Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX), (ISBN 9782130674269, lire en ligne)
  12. « Tous les résultats détaillés par département », La France agricole,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2018).
  13. « Elections 2013 Chambres d'agriculture », Chambres d'agriculture,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2018).
  14. « Tous les résultats des élections chambres d'agriculture 2019 », sur Terre-net (consulté le 11 mars 2019)
  15. « Lot et Garonne : La Coordination Rurale remporte haut la main les élections à la Chambre d'agriculture », sur actu.fr (consulté le 11 mars 2019)
  16. « Chambres d'agriculture : la Coordination rurale en tête dans la Vienne mais elle perd la Charente au profit de la FNSEA », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 11 mars 2019)
  17. « Jusque-là majoritaire, la FDSEA est battue dans les élections agricoles en Haute-Vienne mais reste en tête en Corrèze », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 11 mars 2019)
  18. « Article 3-2 des Statuts de la Coordinaltion Rurale », sur coordinationrurale.fr (consulté le 24 janvier 2019).
  19. Ghislain de Montalembert, « Coordination rurale vs Confédération paysanne. Les challengers de la FNSEA », Le Figaro Magazine, semaine du 23 février 2018, page 26.
  20. « Fiche organisation - Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur hatvp.fr (consulté le 10 juin 2018).

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  • Qu'est-ce que la Coordination rurale ?, éd. L'Archipel, 2006
  • Élections 2013 des chambres d’agriculture, résultats par département (site du ministère)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier