Ouvrir le menu principal

Convention People's Party

parti politique ghanéen

Convention People's Party
akan Apam Nkorɔfo Kuw
Image illustrative de l’article Convention People's Party
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire général Ivor Kobbina Greenstreet
Fondation . Dissous 1966. Recréé 29 janvier 1996.
Siège House No. 64, Mango Tree Avenue
Asylum Down, Accra, Ghana
Présidente Samia Nkrumah
Fondateur Kwame Nkrumah
Idéologie Nkrumaisme
Socialisme
Panafricanisme
Couleurs Rouge, blanc et vert
Site web http://conventionpeoplesparty.org/

Le Convention People's Party (CPP) (en akan, Apam Nkorɔfo Kuw) est un parti politique ghanéen d'inspiration socialiste fondé sur les idées de l’ancien président Kwame Nkrumah.

Le CPP est fondé le par Kwame Nkrumah afin de faire campagne pour l'indépendance de la Côte-de-l'Or, à l'époque colonie britannique, actuel Ghana[1]. Il est le parti de Nkrumah à l'époque de la colonie britannique autonome de 1951 à 1957 et durant les premières années du Ghana indépendant, de 1957 à 1966. La constitution est modifiée en 1964 pour faire du CPP le seul parti légal, faisant ainsi du Ghana un pays à parti unique. Le CPP est interdit après le coup d'État du , perpétré par le National Liberation Council. Les partis qui poursuivent sa tradition utiliseront diverses dénominations. Le parti est reformé, par des factions s'inspirant de Nkrumah, en 1996.

Sommaire

Création du CPPModifier

La United Gold Coast Convention (UGCC) est fondée le dans le but d'obtenir l'indépendance pour le Ghana. Kwame Nkrumah pense que l'opposition de l'UGCC aux dirigeants coloniaux manque de force et n'insiste pas assez sur l'urgence de la situation ; il veut une indépendance immédiate. Rompant avec l'UGCC sur ces motifs, il fonde le CPP avec comme slogan « l'indépendance maintenant[trad 1] ». Le , le CPP appelle à une grève nationale et à des boycotts. Au cours de ces événements, deux policiers sont tués et les dirigeants du CPP sont arrêtés et emprisonnés. Cela sert seulement à augmenter la popularité de Nkrumah. À l'occasion des élections générales de 1951, le CPP l'emporte nettement, en dépit de l'emprisonnement de Nkrumah et des autres dirigeants du parti. Nkrumah est alors libéré pour former le premier gouvernement africain de la colonie[2].

Parvenir à l'indépendanceModifier

Nkrumah fonde donc le premier gouvernement africain de l’empire britannique en 1951[1]. Ce n'est pas encore l'indépendance car il rejette l'idée que les dirigeants locaux qui avaient favorisé les Britanniques puissent jouer un rôle dans le gouvernement, considérant cela comme anti-démocratique[1]. Il finit paradoxalement comme le chef d'un parti unique[1]. Il avait fondé le parti avec quelques autres, Dzenkle Dzewu, Saki Sheck et Kojo Botsio.

En 1956, de nouvelles élections sont organisées, accompagnées de la promesse britannique que, si le peuple le demande, une date sera donnée pour l'indépendance[3]. Le CPP remporte 71 des 104 sièges, ouvrant la voie de l'indépendance qui advient le [3]. En 1958, deux projets de loi concourent à la chute de Nkrumah[3]. L'un concerne le droit du travail et vise à rendre les grèves illégales, l’autre loi, sur la détention préventive, autorise le gouvernement à emprisonner des opposants politiques sans procès[3]. L'étape finale est le référendum constitutionnel de 1964, honteusement truqué, qui instaure le CPP en tant que parti unique et Nkrumah comme président à vie du pays et du parti[3].

La porte est ouverte à un renversement du CPP par le National Liberation Council, le [4]. Après le coup d'État, le CPP est interdit.

Renaissance du CPPModifier

 
Samia Nkrumah, présidente du CPP, avec le 52e président du Conseil des ministres d'Italie, Romano Prodi, au parlement italien, en 2011.

Le CPP reste interdit jusqu'au , lorsque le National Convention Party et le People's Convention Party fusionnent pour former un nouveau Convention People's Party[5]. Le CPP participe à toutes les élections depuis 1996.

Aux élections du , le parti gagne 3 sièges sur 230. Son candidat aux élections présidentielles, George Aggudey, n'obtient que 1 % des voix. Aux élections présidentielles et parlementaires de 2008, le parti remporte un siège au parlement, obtenu par Samia Nkrumah dans la circonscription du Jomoro. Le candidat à la présidentielle, Paa Kwesi Nduom, obtient 1,4 % des suffrages exprimés.

Notes et référencesModifier

Crédit d'auteursModifier

TraductionModifier

  1. (en) « self-government now »

RéférencesModifier

  1. a b c et d (en) « Kwame Nkrumah - Early years », Encyclopaedia Britannica (consulté le 19 juillet 2015) .
  2. Finley, Cheryl. "Of anniversaries and bicentennials", December 2006: 15(18).
  3. a b c d et e (en) « Kwame Nkrumah 1967: "African Socialism Revisited" », sur marxists.org (consulté le 19 juillet 2015)
  4. (en) « Heads of State of Ghana (1957 - To Date) », sur ghananation.com (consulté le 19 juillet 2015)
  5. (en) « Arkaah says he can work with Rawlings despite », sur ghanaweb.com, (consulté le 19 juillet 2015)

BibliographieModifier

  • (en) Cheryl Finley, « Of golden anniversaries and bicentennials: the convergence of memory, tourism, and national history in Ghana », Journeys 7.2., vol. 15, no 18,‎ .

Liens externesModifier