Ouvrir le menu principal

Myiopsitta monachus

Myiopsitta monachus
Description de cette image, également commentée ci-après
Myiopsitta monachus adulte
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae
Genre Myiopsitta

Nom binominal

Myiopsitta monachus
(Boddaert, 1783)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/01/2005
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Veuve.

La Conure veuve (Myiopsitta monachus), encore appelée Perriche veuve[1], Perruche veuve, Perruche moine, Perruche-souris ou Perruche jeune-veuve (cotorra en Argentine), est une espèce d'oiseaux de l'ordre des Psittaciformes et de la famille des psittacidés. En tant que Psittacidé, le terme "conure" est à préférer[2], "perruche" étant plutôt réservé aux Psittaculidés[3].

Sommaire

DescriptionModifier

Cette espèce est de couleur verte, avec le front et la poitrine gris pâle, les couvertures sus-alaires bleues et le dessous des rémiges bleu foncé. Elle mesure environ 29 cm de longueur pour une envergure de 48 cm et une masse de 100 g. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel.

RépartitionModifier

La Conure veuve est originaire du Brésil, du Paraguay et de l'Argentine. L'espèce est désormais implantée dans l'est des États-Unis, au nord jusqu'à Chicago et au Massachusetts[4]. Des colonies, généralement issues de lâchers sauvages, sont installées dans certaines régions d'Europe notamment en Espagne (facilement observables au parc Montjuic à Barcelone mais aussi en Andalousie) et dans le sud de la France (notamment à Montpellier dans le quartier des Aubes). Désormais, cette espèce est implantée à Marseille (parc Longchamp) mais aussi à Toulon. Depuis plusieurs années, elle est présente dans le parc de la légion d'honneur à Saint-Denis (93200). En Grèce, elle est installée au parc national garden d'Athènes. En Italie à Rome, elle est présente dans les parcs de la ville.

ComportementModifier

Son vol rectiligne rapide de cime en cime peut le rendre difficile à observer. Au sol, elle présente une démarche maladroite caractéristique.

NidificationModifier

L'espèce a ceci de remarquable qu'elle est la seule parmi les perruches à construire de vastes nids collectifs à entrées multiples, faits de branches et brindilles, lesquels peuvent atteindre plusieurs mètres d'envergure. La femelle pond de 4 à 6 œufs par ponte. La durée d'incubation est de 23 à 25 jours.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

TaxonomieModifier

Sa sous-espèce Myiopsitta monachus luchsi est désormais considérée comme l'espèce à part entière Myiopsitta luchsi[5].

Sous-espècesModifier

D'après la classification de référence (version 5.1, 2015) du Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes (ordre phylogénique) :

  • Myiopsitta monachus cotorra (Vieillot, 1818) ;
  • Myiopsitta monachus monachus (Boddaert, 1783) ;
  • Myiopsitta monachus calita (Jardine & Selby, 1830).

GalerieModifier

Références externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Josep del Hoyo, Nigel J. Collar ; avec David A. Christie, Andrew Elliott, Lincoln D. C. Fishpool, Illustrated Checklist of the Birds of the World, volume 1 (Non-passerines), HBW & BirdLife International, Barcelona : Lynx Edicions, 2014. (ISBN 9788496553941).
  2. http://www.oiseaux.net/oiseaux/psittacides.html
  3. http://www.oiseaux.net/oiseaux/psittaculides.html
  4. Sibley D.A. (2006) Le guide Sibley des oiseaux de l'est de l'Amérique du Nord. Ed. Michel Quintin, Waterloo, Canada, 433 p.
  5. Congrès ornithologique international, version 5.1