Contretemps (musique)

Différence entre la syncope et le contretemps

Dans la musique, on appelle contretemps — ou contre-temps — une note attaquée sur un temps faible, et suivie d'un temps fort occupé par un silence.

Par exemple, dans une mesure à 4/4, une noire placée sur le deuxième temps est un contretemps si celle-ci est suivie d'un silence — le deuxième temps d'un 4/4 est un temps faible ; le troisième, un temps fort.
  • Le contretemps peut également s'articuler, non plus sur un temps faible suivi d'un temps fort, mais sur une partie faible de temps suivie d'une partie forte.
Par exemple, dans une mesure à 4/4, une croche placée sur la deuxième partie d'un temps quelconque est également un contretemps si celle-ci est suivie d'un silence.
  • Le contretemps — tout comme la syncope — est perçu par l'auditeur comme un déplacement de l'accent attendu. Il peut être considéré comme un élément rythmique en conflit avec la mesure.

Le documentaire Gurumbé, canciones de tu memoria negra retrace le rôle de la musique africaine dans la création de ce motif.[1]

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. (es) Ángeles Lucas, « La huella cultural de los negros esclavos en España es indeleble », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 19 avril 2020)