Ouvrir le menu principal

Contrôleur de gestion

profession
Contrôleur de gestion
Codes
IDEO (France)
ROME (France)
M1204

Le contrôleur de gestion est un métier qui a pour but d'aider les décideurs des organisations à atteindre et/ou à remettre en cause leurs objectifs. Le contrôleur assure ainsi le lien entre les dirigeants et les différents services de l'entreprise. Le contrôleur de gestion a suivi en général une formation de type Master Contrôle de gestion en université. Il gagne en débutant 2000€ brut par mois[1] et peut atteindre jusqu’à 6000€ (salaire médian à 4125€).[2]

EnjeuxModifier

Il a pour mission :

  • d'établir ou faire établir des indicateurs permettant de vérifier que l'entreprise fonctionne conformément aux objectifs (indicateurs financiers, comme le chiffre d'affaires ou le niveau des stocks, mais aussi indicateurs non financiers, tels le nombre d'heures de production) ;
  • d'établir des objectifs mesurables, quantifiables (un budget en est un exemple) ;
  • d'établir des prédictions des résultats ;
  • de mesurer les résultats réels obtenus ;
  • d'assurer la transmission des informations entre les différentes parties ;
  • de signaler les écarts par rapport aux objectifs définis ;
  • de tenter d'analyser leurs causes réelles ;

de proposer des actions correctrices qui permettent d'atteindre ces objectifs ou de réduire ces écarts.

Caractéristiques du métierModifier

Pour certains défenseurs d'un rôle évolué du contrôleur de gestion, ce collaborateur va également demander aux différents responsables de s'engager sur un plan correctif afin de maintenir les indicateurs qui dérivent, et va enregistrer ces plans. Pour autant, il n'a pas de pouvoir de décisions sur ces acteurs.

Les services qui utilisent ces personnes sont typiquement les services comptables et financiers, ou les directions générales, et également certains cabinets d'audit/conseil. Par ailleurs, dans les grandes entreprises, la fonction est également décentralisée. Les contrôleurs travaillent alors en étroite collaboration avec les responsables opérationnels : responsables commerciaux, responsables d'usines, d'ateliers. Plus récemment, le métier se développe dans la fonction publique. Ainsi, les réformes des hôpitaux visent à une meilleure optimisation des ressources financières grâce à l'instauration de différentes méthodes qui s'inspirent du contrôle de gestion et mobilisent des contrôleurs. Les collectivités territoriales (conseils généraux, communes, conseils régionaux), les universités, les académies de l'éducation nationale font également de plus en plus appel à des contrôleurs de gestion notamment pour la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finance (LOLF).

FormationsModifier

Pour devenir contrôleur de gestion, le niveau bac + 5 est nécessaire[3].

Différents diplômes permettent d’accéder au métier de contrôleur de gestion :

  • Un Master en Contrôle de gestion, Comptabilité-Contrôle-Audit, Finance, Stratégie d’entreprise, ou encore Gestion financière, souvent obtenu en ESC (École supérieure de commerce) ;
  • Un DCG (Diplôme de comptabilité et Gestion) ;
  • Un DSCG (Diplôme supérieur de comptabilité et gestion) ;
  • Un Diplôme d’institut d’études politique avec une spécialisation en économie et finance ;
  • Un Diplôme d’ingénieur avec une spécialisation en finance.

CompétencesModifier

Le métier de contrôleur de gestion exige un certains nombres de compétences comme par exemple une très bonne maîtrise de la comptabilité, des capacités de synthèse d'informations ou encore savoir faire preuve d'organisation et de rigueur.[4].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • M. Bollecker (2004), Les contrôleurs de gestion : L'histoire et les conditions d'exercice de la profession, Editions L'Harmattan.