Ouvrir le menu principal
Représentation de la mosquée de Médine, céramique siliceuse, XVIIe siècle, Ottoman, musée du Louvre.

Le texte connu sous le nom de constitution de Médine, appelée également charte de Médine, est tiré du livre d'Ibn Ishaq, dans lequel il figure sous le titre : « Le pacte entre les Émigrés et les Ansars et la réconciliation avec les juifs ». Cette charte définit les droits et les devoirs des musulmans, des juifs (ou selon Tilman Nagel, seulement des arabes convertis au judaïsme[1]) et des autres communautés arabes tribales de Médine, dans la perspective de la guerre qui devait les opposer aux Qoraïchites.

Sommaire

HistoriographieModifier

Selon plusieurs sources, souvent des auteurs confessionnels, la charte de Médine serait la première constitution écrite dans l'histoire du constitutionnalisme[2],[3],[4],[5],[6],[7]. La première attribution du titre de « première constitution » à la charte de Médine apparaît dans le texte du théologien musulman Muhammad Hamidullah[8]. Selon R.B. Serjeant, celui-ci ne s'est pas appuyé dans son étude sur l'appareil critique déjà établi pour ce texte[9]. Selon l'historien R.B. Serjeant, la dite constitution de Médine s'inscrit dans la tradition préislamique des pactes écrits entre tribus[Lesquels ?] et est une compilation de plusieurs documents différents[10].

M. Lecker fait remarquer que le terme « constitution » n'est pas adapté puisque ce document s'inscrit dans le système des règles tribales[11]. D'autant plus que le texte de ce pacte ne correspond ni dans la forme ni dans le fond à la définition de la constitution. D'ailleurs ni Ibn Ishaq, ni A. Guillaume auxquels fait référence R.B. Serjeant, n'utilisent le terme « constitution ». De plus, une constitution démocratique écrite existait déjà à Athènes au Ve siècle av. J.-C.[12], donc plus d'un millénaire avant la Charte de Médine.

La complexité historique de ce texte rend sa définition complexe. L'historien conservateur Bernard Lewis considère qu'on ne doit pas considérer la « charte de Médine » comme un traité mais comme une proclamation unilatérale de Mahomet[13]. À la charnière des XIXe – XXe siècle, l'historien orientaliste Julius Wellhausen parlait de « Gemeindeordnung », de statuts municipaux[14].

La charte de Médine se décrit elle-même comme un Kitāb (« document »)[15] et comme un Ṣaḥīfa (« feuille »)[16].

HistoriqueModifier

La première attestation historique de ce document se trouve dans la Sira d'Ibn Ishak rédigée au VIIIe siècle[17]. L'authenticité historique de ce document est admis par les savants musulmans et de nombreux historiens[18],[19],[20],[21],[22],[23]. Pourtant, cette historicité, tout comme son unité ou l'interprétation de termes complexes, a fait « couler beaucoup d'encre »[24].

Dans l'article « The Sunnah Jami'ah, pacts with the Yathrib Jews, and the Tahrim of Yathrib: Analysis and translation of the documents comprised in the so-called "Constitution of Medina" » (1978), l'historien R.B. Serjeant se livre à une analyse minutieuse et détaillée[10].

Un texte compositeModifier

R.B. Serjeant part du texte d'Ibn Ishaq, qu'il complète par celui d'Abu 'Ubayd[25] ainsi que par quelques sources secondaires (Isma'il b. Muhammad Ibn Kathir)[26]. En coupant chaque fois sur cette formule consacrée, Serjeant sépare huit documents comportant chacun leur formule consacrée finale. Chaque « document » pour l'historien est reconnu comme un pacte. Les huit documents séparés[27] de l'historien sont les huit pactes que Mahomet a passés. Sur ce corpus des huit documents, l'historien R.B. Serjeant[28] effectue son travail d'analyse : il date chaque document et le replace dans son contexte historique propre.

Aucune référence n'étant faite aux signatures ou aux sceaux qui auraient dû figurer en début du texte, R.B. Serjeant suppose qu'Ibn Ishaq n'a eu accès ni aux documents écrits originaux, ni à une copie conforme de ces documents écrits.

Dans Muhammad at Medina[29], Montgomery Watt examine de façon détaillée les connaissances qu'ont les historiens des tribus et des clans de Médine et de leur histoire[30], puis il se livre à une critique de fond, en historien, du texte habituellement connu[31] sous le nom de « Constitution de Médine ». Il rappelle la controverse de datation (Wellhausen, Hubert Grimme, Caetani), certains détails du texte le situant au tout début de l'hégire, d'autres détails le situant après la bataille de Badr. Il souligne que cette discussion a été biaisée par le fait qu'elle suppose que le document forme un tout[32], alors que ce point aurait dû faire l'objet d'un examen critique avant toute autre chose. La phrase suivante fournit la réponse, nette[33], que donne Mongomery Watt :

« Il existe des raisons de penser que des articles, qui prennent naissance à différentes dates, ont été réunis. »

En conclusion, pour Mongomery Watt, on doit examiner et avoir présent à l'esprit cette possibilité : le document, tel que nous le connaissons, peut contenir[34] des articles provenant de deux ou de plus de deux dates différentes. Pour Claude Cahen, « on a imprudemment pris l'habitude d'appeler « Constitution de Médine » » ce qui est « une série d'accords »[35]. Ainsi, pour F. Denny, la charte de Médine est composée de différents sources de dates différentes réunies par Ibn Ishaq[36].

Le point clé de l'établissement du corpus de travail est l'idée de R.B. Serjeant qu'il suffit de couper le texte à chaque formule consacrée pour rétablir le texte des pactes initiaux (les textes qui existaient avant le collage en un seul document) et est d'avoir démontré que le pacte avec les Banu Qurayza, partie G, a été déplacé entre F et H, en plein milieu du texte proclamant l'enclave sacrée, ce qui fausse radicalement le sens.

Les parties du texteModifier

R.B. Serjeant identifie l'ensemble des documents A et B (traitant de la umma) à al-Sunnat al-Jdmi'ah de la Sira III, 101-104[37]. Il y a un accord assez général, parmi les historiens, d'après le contexte, pour considérer l'ensemble A et B comme authentique et le dater de 622 (tout début de l'hégire). On trouve des allusions à ce texte dans le Coran et dans la Sira.

Ayant étudié en détail les clans arabes et les clans juifs de Yathrib, ayant tenté de préciser quels sont les clans juifs nommés, Montgomery Watt ne parvient à aucune certitude[38] et émet l'opinion que les trois principales tribus juives sont probablement absentes de la liste[39]. Dans l'article Muhammad de l'Encyclopædia Universalis, il est tout aussi catégorique que R.B. Serjeant sur l'inexistence à Médine d'autres tribus juives après le massacre[40] : « Muhammad profita de ce succès pour éliminer de Médine, en la faisant massacrer, la dernière tribu qui y restait, les Qurayza. » Sans développer des considérations sur ce que « nous ne savons pas », Maxime Rodinson et R.B. Serjeant concentrent leur analyse sur ce que nous savons : le fait qu'il ne restera aucune tribu juive à Médine après le massacre des Banu Qurayza.

Un nouveau document, E, est signé, qui réaffirme le statut des juifs et le paiement de l'impôt nafaqah comme l'avait fait le traité de l'umma. Il semble que, après la bataille de Badr (en 624), les Juifs aient éprouvé quelque appréhension et se soient rapprochés des Quraysh de La Mecque. Le harcèlement des caravanes mecquoises que mène Mahomet, afin d'affaiblir La Mecque et aussi de financer ses activités, a peut-être touché des commerçants juifs. Ka'b, un Juif apparenté aux Nadir, poète coupable d'avoir raillé Mahomet, est assassiné[41]. E1 y fait probablement allusion, la tournure énigmatique « un homme n'a pas » renvoyant probablement, selon R.B. Serjeant[42], à Mahomet.

R.B. Serjeant précise que le meurtre de Ka'b b. al-Ashraf a lieu en Rabi I de l'an III et il ajoute[43] (voir également Ibn Ishaq, « L'affaire de Muhayyisah et de (son frère) Huwaysah ») :

« Le lendemain matin du meurtre de Ka'b, Mahomet déclara : « Tuez tout homme juif dont vous vous emparez. » »

 
Massacre des Banu Qurayza, illustration du XIXe siècle,. Manuscrit, British Library.

Le document G est un traité conclu entre les Arabes de Yathrib en préparation de la bataille du fossé et n'implique que les seuls Banu Qurayza, seule tribu juive qui subsiste à Yathrib[44].

Un document témoin historiqueModifier

Selon R.B. Serjeant, le document F, proclamant Médine comme enclave sacrée, n'est pas placé à l'endroit de l'ordre chronologique dans les huit documents. Selon lui, la création de l'enclave sacrée est datée par les spécialistes postérieurement à la bataille du fossé (certains le situant même à une date aussi tardive que le retour de Khaybar). Selon Ibn Ishaq, Muhammad décrétera en l'an IX qu'aucun polythéiste ne pourra désormais faire le pèlerinage de La Mecque et qu'aucun n'aura une alliance ou un engagement, excepté celui qui avait antérieurement un engagement avec lui, et seulement jusqu'à l'expiration de son terme[45].

L'historien R.B.Serjeant rétablit la structure du texte. Il identifie huit documents différents qu'il regroupe et les rétablit dans leur chronologie, puisque selon lui, un des Pactes (la partie G) a été inséré à un endroit qui ne respecte pas cette chronologie. Son analyse rejoint les travaux de W. Montgomery Watt qui montrent le caractère composite du texte établi selon deux ou trois contextes historiques nettement différenciés. Pour Serjeant, le traité de l'umma de 622 ayant déjà perdu deux tribus juives, en 625 et en 626, il est nécessaire de signer un nouveau traité avec la troisième en 627. Enfin, les trois tribus juives ayant été éliminées, l'enclave sacrée de Médine, comme l’enclave sacrée de la Mecque, ne comporte aucune tribu juive en 628-629, contrairement à ce qu'était — mais n'est plus — l’umma dans sa forme première, le slogan de la communauté musulmane, pour citer Maxime Rodinson, étant désormais devenu, « pour le moment du moins » : « une religion arabe pour les Arabes ».

DispositionsModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Clauses en rapport avec les musulmans et les croyants monothéistesModifier

  • Les émigrés Qoraïchites et de Yathrib (Médine) et ceux qui les suivirent et luttèrent avec eux forment une seule communauté à part.
  • Tous les musulmans quelles que soient leurs tribus ou clans partagent entre eux le prix du sang, payent la rançon des captifs selon le bon usage et l'équité.
  • Les croyants monothéistes ne délaissent jamais un endetté qui a la charge d'une famille ; ils lui donnent des fonds destiné à payer le prix du sang ou le rachat d'un captif.
  • Tous les croyants monothéistes devront s’unir contre quiconque étant rebelle ou cherchant à promouvoir l’hostilité ou la sédition, quels que soient leurs liens familiaux ou tribaux.
  • Aucun croyant monothéiste ne doit en tuer un autre, ou soutenir un non croyant au détriment d’un croyant.
  • La protection de Dieu est sur tous les croyants monothéistes, indépendamment de leur classe ou de leur origine tribale.
  • Les croyants monothéistes doivent s’entraider.
  • Il est défendu à un croyant monothéiste ayant consenti à ce qui est écrit dans ce texte et cru en Dieu et au jour du jugement de secourir un criminel ou de l’héberger. S'il le fait, il sera maudit par Dieu au jour de la résurrection, sans pitié, et l'on n'acceptera de lui ni compensation, ni indemnité.

Clauses en rapport avec les juifsModifier

  • Les juifs ne font qu’une communauté avec les croyants.
  • Les juifs peuvent continuer de professer leur religion et la liberté de pratiquer leur religion est garantie.
  • Tout juif qui adhère à cette charte doit avoir l’aide et l’assistance des croyants et tous les droits des croyants doivent lui être donnés.
  • Chaque tribu et chaque clan juif est responsable de son prix du sang, de ses taxes de châtiment et de ses payements de rançon.

Clauses communes à tousModifier

  • Les juifs et les croyants monothéistes de Médine ont un pacte de défense mutuelle entre deux groupes. Pour honorer ce pacte, ils doivent en payer le coût nécessaire.
  • Les juifs et les croyants monothéistes de Médine se conseilleront et leurs relations mutuelles doivent être fondées sur la droiture, alors que le péché est interdit.
  • Aucun des juifs ou des croyants monothéistes ne doit commettre de péchés portant préjudice à l’autre groupe.
  • Si les juifs font du tort aux croyants monothéistes ou si ceux-ci font du tort à ceux-là, alors le parti lésé doit être aidé.
  • Médine doit rester un lieu sacré et inviolé pour tous ceux qui joignent la charte, à l’exception de ceux qui ont commis une injustice ou un crime.
  • Tous les participants à cette charte doivent boycotter les Koraïchites non-musulmans de La Mecque.
  • Tous les participants à cette charte doivent défendre Médine de toute attaque étrangère.
  • Aucune clause de cette charte ne doit interdire à aucun parti de demander un châtiment légal.
  • Aucun participant à cette charte ne peut déclarer une guerre sans la permission du prophète de l'islam Mahomet.
  • Chaque fois qu’un désaccord s’élève entre deux participants à cette charte, le désaccord doit être soumis à Dieu et à son messager pour arbitrage.

Notes et référencesModifier

  1. Tilman Nagel, Mahomet. Histoire d’un Arabe, Invention d’un prophète, préface et traduction de Jean-Marc Tétaz, Labor et Fides, 2012, 384 p., (ISBN 978-2-8309-1450-4), (ISBN 2-8309-1450-3), p.156
  2. (en) Khatab Sayed et Bouma Gary D., Democracy in Islam, London, Routledge, (ISBN 9780415425742, lire en ligne), p. 32 :

    « The Constitution of Medina is the first Constitution of democracy in the history of constitutional rule. »

    Traduction: "La constitution de Médine est la première constitution d'une démocratie dans l'histoire du constitutionnalisme."
  3. (en) Mustafa Al-A'zami Muhammad, The History of The Qur'anic Text: From Revelation to Compilation: A Comparative Study with the Old and New Testaments, UK Islamic Academy, (ISBN 978-1872531656), p. 31 :

    « This was, in fact, the first written constitution in the history of the world. »

    Traduction: "Ceci était, en fait, la première constitution écrite dans l'histoire du monde."
  4. (en) Hamidullah Muhammad, The First Written Constitution in the World: An Important Document of the Time of the Holy Prophet, Lahore, Pakistan, Ashraf Press, , 1–5 p.
  5. (en) Serdar Demirel, « The Prophet Muhammad’s Models of Coexistence and the Constitution of Medina », The Journal of Rotterdam Islamic and Social Sciences, vol. 4,‎ , p. 7 (ISSN 1877-6671, DOI 10.2478/jriss-2014-0001, lire en ligne, consulté le 31 mai 2016) :

    « This is why Western sources called it “the Constitution of Medina.” It also holds a special position as the first written constitution in history. »

  6. (en) Phyllis Ghim-Lian Chew, Emergent Lingua Francas and World Orders: The Politics and Place of English as a World Language, Routledge, (ISBN 978-0415847346), p. 82 :

    « Muhammad drafted the Constitution of Medina, which united the eight Medinian tribes and emigrants from Mecca. He did this through a redefining of the different community roles that specified the rights and duties of all citizens and the relationship of the different communities in Medina. This remarkable feat was not only the first written constitution, but one which preceded the first English Bill of Rights, the Magna Carter of 1215, by almost six centuries (Watt 1964). While Western historians may cite the Treaties of Westphalia in 1648 as the beginning of the modern nation-state era, one notes here that the less-known Medina Charter promulgated equal rights to every citizen in a plural society by giving them a say in governmental matters. »

  7. * (en) Amyn B. Sajoo (éditeur), A Companion to the Muslim World (Muslim Heritage Series), I. B. Tauris, (ISBN 9781848851931) :

    « This view is partly the result of a famous document called the Constitution of Medina, which Muhammad may have drafted some time after setting in the oasis. This document - often celebrated as the world's first written constitution - was a series of formal agreements of non-aggression among Muhammad, the Emigrants, the Ansar and the rest of Yathrib's clans, both Jewish and pagan. »

    • (en) Ronald Bontekoe, Justice and Democracy: Cross-cultural Perspectives, University of Hawaii Press, , p. 242 :

      « The Prophet promulgated Mithaq-al-Medina, the first written constitution of the world, in the city state of Medina. »

    • (en) Henry Bayman, The Secret of Islam: Love and Law in the Religion of Ethics, North Atlantic Books, (ISBN 978-1556434327), p. 144 :

      « When the Prophet of God migrated to Medina, he prepared a document with the Medinans that is the first written constitution in the world. In this "Constitution of Medina," the concept of religious community is defined as a political union that encompasses the whole people. This includes the Jews and even the polytheists and idolaters. Every group, according to the Medina Constitution, is autonomous in the fields of religion and law. All parties signed this social contract of their own free will. »

  8. H. Hammidulah, « "The First Written Constitution of the World", », Islamic Review,,‎
  9. R.B. Serjeant, The Sunnah Jami'ah, pacts…, op. cit., note 32 p. 8.
  10. a et b R.B. Serjeant : The Sunnah Jami'ah, pacts with the Yathrib Jews, and the Tahrim of Yathrib: Analysis and translation of the documents comprised in the so-called "Constitution of Medina"., 40 pages, Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, vol. 41, no 1. (1978). Étude détaillée des huit documents, avec les textes en arabe et en anglais, téléchargeable ici en format pdf.
  11. Lecker, Michael. "Constitution of Medina." Encyclopaedia of Islam, THREE. Edited by: Kate Fleet, Gudrun Krämer, Denis Matringe, John Nawas, Everett Rowson. Brill, 2016.
  12. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Solon », sur www.larousse.fr (consulté le 1er juin 2016)
  13. Lewis, Bernard, The Arabs in History, p. 42.
  14. Julius Wellhausen: Mohammeds Gemeindeordnung von Medina, Reimer, Berlin 1889, p. 65–83
  15. {{Ouvrage}} : paramètre titre manquant
  16. {{Ouvrage}} : paramètre titre manquant
  17. Shari Lowin. "Constitution of Medina." Encyclopedia of Jews in the Islamic World. Executive Editor Norman A. Stillman. Brill, 2016.
  18. Cook Michael, Muhammad, Oxford University Press, p. 65
  19. John Burton, Those are the High-flying Cranes, Journal of Semetic Studies, Vol 15 No. 2, p. 265
  20. Tarif Khalidi, Arab Historical Thought in The Classical Period, Cambridge University Press, p. 48
  21. The Spread of Islam Throughout the World, edited by Idris El Hareir, Ravane Mbaye, p. 67. Extrait: "Most scholars therefore consider it to be genuine, especially since it provides a particularly detailed description of the period during which it was written."
  22. (en) Ahmed Al-Dawoody, The Islamic Law of War: Justifications and Regulations, Palgrave Macmillan, (ISBN 9780230111608), p. 19
  23. (en) Montgomery Watt, Muhammad at Medina, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-577307-1), p. 225 :

    « This document has generally been regarded as authentic »

  24. Gilliot Claude, « Bulletin d'islamologie et d'études arabes », Revue des sciences philosophiques et théologiques, vol. 1, no 95,‎ , p. 147–172 (DOI 10.3917/rspt.951.0147, www.cairn.info/revue-des-sciences-philosophiques-et-theologiques-2011-1-page-147.htm) (inscription nécessaire) – via Cairn.info
  25. Tuteur, directeur de l'ensemble des bureaux et conseiller en matière financière et économique du calife al-Mahdi.
  26. R.B. Serjeant, op. cit., p. 9.
  27. 'Awn al-Sharif Qasim a publié la « Constitution » sous la forme de ses documents séparés : 'Awn al-Sharif Qasim, Diblilmdsiyyat Muhammad, Khartoum, n.d., 241-4 (1971).
  28. R.B. Serjeant, op. cit., p. 1-40 (1978).
  29. (en)Montgomery Watt, Muhammad at Medina, 432 pages, Oxford University Press (1er septembre 1981) (ISBN 0-19-577307-1 et 978-0-19-577307-1).
  30. (en)Montgomery Watt, Muhammad at Medina, op. cit., p. 151-220.
  31. (en)Montgomery Watt, Muhammad at Medina, op. cit., p. 221. Texte original : « Ibn Ishaq has preserved an ancient document commonly known as the "Constitution of Medina" ».
  32. (en)Montgomery Watt, Muhammad at Medina, op. cit., p. 225-226. Texte original : « This discussion of the date has assumed that the document is a unity ; but that is the point that ought to be examined first. »
  33. (en)Montgomery Watt, Muhammad at Medina, op. cit., p. 226. Texte original : « There are reasons for thinking that articles which originated at different dates have been collected. »
  34. Idem. Texte original : « This is suffisant to justify an examination of the possibiliy that the document as we have it contains articles from two or more different dates. With this possibility in mind let us turn to what is said about the Jews. […] ».
  35. Claude Cahen, L’Islam des origines au début…, op. cit., p. 21.
  36. Frederick M. Denny, « Ummah in the Constitution of Medina », Journal of Near Eastern Studies, vol. 36,‎ , p. 39–47
  37. « — que de vous se forme une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, proscrive le blâmable, ce seront eux les triomphants » (Coran, traduction Jacques Berque, éditions Albin Michel).
  38. (en)Montgomery Watt, Muhammad at Medina, op. cit., les clans musulmans p. 155-170, les clans juifs p. 192-198, les clans du document p. 221-228.
  39. « Its seems probable, then, that the three main Jewish groups are not included in the document. » Montgomery Watt, Muhammad at Medina, op. cit., p. 227.
  40. Maxime Rodinson, Muhammad, Encyclopædia Universalis, op. cit., t. 15 p. 660-662.
  41. Voir R.B. Serjeant : The Sunna jami’a pacts…, op. cit., p. 32. Également : Maxime Rodinson, Mahomet, op. cit. (voir Références), p. 209. L'épisode est utilisé dans le roman policier, très documenté (avec bibliographie incluse), de Barouk Salamé, Le Testament syriaque, 522 pages, collection Rivages thriller, éditions Rivages (4 mars 2009). (ISBN 2-7436-1896-5 et 978-2-7436-1896-4)
  42. Abdurrahmân Badawî, dans le Muhammad d'Ibn Ishaq, Sira FR t.1 p. 409, donne ici une version sensiblement différente. Il écrit : « Personne n'est responsable du crime commis par son allié. »
  43. R.B. Serjeantop. cit.p.  32. « On the morning following the assassination Muhammad declared, « Of whomsoever of the Jews you get the better, kill him! » ».
  44. Page 36 : « By this time the only Jewish tribe still left in Yathrib, they were the hulafa'and mawdli of the naqib Sa'd b. Mu'adh. »
  45. Sira AR p. 921-922, FR t. 2, p. 468-469.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en)Jerald F. Dirks, Understanding Islam. A Guide for the Judeo-Christian Reader, p. 159-160.
  • (en)Douglas Pratt, The challenge of Islam, Ashgate Publishing, 2005 [présentation en ligne (page consultée le 4.4.2009)] (ISBN 0754651231 et 9780754651239).
  • (es) Harald. Suermann, « Die Konstitution von Medina. Erinnerung an ein anderes Modell des Zusammenlebens », Collectanea Christiana Orientalia, vol. 2,‎ , p. 225-244 [1]
  • Tilman Nagel, Mahomet. Histoire d’un Arabe, Invention d’un prophète, traduction de Jean-Marc Tétaz, Labor et Fides, 2012, 384 p., (ISBN 978-2-8309-1450-4), (ISBN 2-8309-1450-3)

Articles connexesModifier