Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Engels.

Constant Engels
Constant Engels

Nom de naissance Constant Étienne Benoît Engels
Naissance
Esen (Dixmude, Belgique)
Décès (à 97 ans)
Beauzelle (Haute-Garonne, France)
Origine Drapeau de la Belgique Belgique
Allégeance Drapeau de la France France
Années de service 1940-1945
Conflits Deuxième Guerre mondiale
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Croix de guerre 39-45
Autres fonctions Chercheur

Constant Engels, né le à Esen (Dixmude) et mort le à Beauzelle (Haute-Garonne)[1], est un résistant français.

Il était compagnon de la Libération.

Sommaire

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Fils d'un ingénieur belge, Constant Engels prépare l'École des mines et celle des sciences politiques dans le plat-pays. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, il n'a pas l'âge requis pour être mobilisé.

Devant l'offensive allemande, il trouve refuge avec sa mère et une partie de sa famille à Dunkerque, avant de passer en Angleterre sur un bateau chargé d'évacuer des membres de l'administration belge.

Il arrive à Folkestone où il attend de pouvoir être mobilisé. Lorsqu'il l'est, il s'apprête à se rendre en France; mais il apprend sur le bateau anglais qui le transporte l'armistice annoncé par le maréchal Pétain le .

Il retourne alors à Folkestone. Il se décide alors à poursuivre le combat ; il rencontre un proche du général de Gaulle, puis signe son engagement fin juin dans les Forces françaises libres. Il devient alors deuxième canonnier dans l'artillerie des FFL.

Il participe d'abord, de septembre à , aux opérations de Dakar et du Gabon. Il est ensuite, au sein de la brigade d'Orient, de la campagne d'Érythrée durant laquelle il combat notamment à la bataille de Keren en où prend part à la prise de Massoua en avril.

Il combat ensuite en Syrie en . En décembre, à la création du 1er régiment d'artillerie des Forces françaises libres (1re RAFFL), il est placé sous les ordres de Jean-Claude Laurent-Champrosay. Pendant la campagne de Libye, il est observateur et radio du régiment. À ce titre, il participe à la bataille de Bir Hakeim le . Blessé à son poste de combat au tibia droit, il est remarqué pour supporter deux heures durant ses blessures sans soins.

Par la suite, il est affecté en Syrie, en Afrique noire, et à l'État-Major du général Kœnig à Alger puis à Londres.

Après la guerreModifier

Constant Engels reprend ses études — licence en physique — puis se destine au métier d'ingénieur, qu'il apprend au Conservatoire national des arts et métiers en suivant une formation en électronique, génie nucléaire et informatique.

Il devient ensuite chercheur et intègre le CEA en 1947, puis, en 1954, le Centre national d'essais en vol de Brétigny-sur-Orge. Il le quitte en 1957 ; dès lors, il travaille dans plusieurs cabinets : au ministère des Armées (service de Documentation de la Direction Technique et Industrielle de l'Aéronautique, 1957-1964), puis à celui des Universités (1964-1976). En 1976, il retourne travailler au CEA jusqu'à sa retraite.

Décès/obsèquesModifier

Il meurt le 3 avril 2018 à l’âge de 97 ans[2]. La cérémonie religieuse est célébrée le 10 avril 2018 en la cathédrale Saint-Louis des Invalides.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier