Conseil régional du Trentin-Haut-Adige

Conseil régional du Trentin-Haut-Adige
Consiglio regionale del Trentino-Alto Adige

XVIe législature

Description de cette image, également commentée ci-après
Logotype du conseil.
Présentation
Type conseil régional
Présidence
Président Roberto Paccher (LN)
Élection 21 novembre 2018
Structure
Membres 70 conseillers
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques
Élection
Système électoral Scrutin proportionnel plurinominal
Dernière élection 21 octobre 2018

2 rue Antonio Gazzoletti, Trente

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web consiglio.regione.taa.it/it/default.asp

Le conseil régional du Trentin-Haut-Adige (en italien, Consiglio regionale del Trentino-Alto Adige, en allemand Regionalrat Trentino-Südtirol et en ladin Consei dla Region Trentin-Südtirol) est l'assemblée législative élue de la région autonome à statut spécial italienne du Trentin-Haut-Adige, dont il est l'un des deux organes dirigeants avec le gouvernement régional (pouvoir exécutif).

Dans les faits, l'essentiel des compétences habituellement dévolues aux régions selon la Constitution italienne sont donc dans le cas du Trentin-Haut-Adige attribuées aux conseils provinciaux des deux provinces de Trente et de Bolzano. Le conseil régional ne dispose donc que de pouvoirs limités ; l'essentiel de sa mission réside en la coordination des politiques provinciales.

CompositionModifier

 
Composition de l'assemblée élue lors des élections provinciales de 2013.

Le conseil régional est composé des 35 députés provinciaux de la province de Trente, et des 35 députés provinciaux de la province de Bolzano[1]. Il est présidé depuis le par Roberto Paccher. Conformément au statut d'autonomie de la région, les élus de langue allemande et italiennes doivent se succéder à la présidence[2].

Suite aux élections provinciales de 2018, le Conseil régional est dominé par la Ligue (18 sièges), qui devance le Parti populaire sud-tyrolien (15 élus) et le Parti démocrate (6 élus).

HistoireModifier

En 1948, la nouvelle République italienne reconnaît à quatre territoires le statut de région autonome à statut spécial, pour des raisons culturelles et linguistiques. Le Trentin-Haut-Adige, peuplé par une importante minorité germanophone, bénéficie de cet octroi. Cependant, les tensions vives entre germanophones du nord de la région (Tyrol du Sud) et italophones conduisent les premiers à revendiquer une plus forte autonomie vis-à-vis des seconds.

Promise par l'accord signé en 1946 avec les autorités autrichiennes, qui se disent garantes de l'intégrité de la minorité germanophone, l'autonomie du Tyrol du Sud n'est concrétisée qu'en 1972, au terme d'une période marquée par les actes terroristes, avec la signature d'un nouveau statut d'autonomie, qui délègue les compétences régionales aux deux provinces de Trente et de Bolzano.

Entre et , l'article 48 du statut spécial dispose que chaque conseil provincial se compose des conseillers régionaux élus dans la province. Le système s'inverse donc à partir de la révision statutaire de , applicable en .

CompétencesModifier

 
Le bâtiment de l'administration régionale à Trente.

L'essentiel des pouvoirs locaux étant dévolu aux provinces, le Conseil régional ne dispose que de peu de compétences (modification des limites communales, cadastre, lutte contre les incendies, organisation des établissements hospitaliers et des chambres de commerce)[3].

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Leclerc, « Trentin-Haut-Adige », sur axl.cefan.ulaval.ca (consulté le 17 mars 2017).
  2. Jacques Leclerc, « Statut spécial pour le Trentin-Haut-Adige, 31 janvier 2001 », sur axl.cefan.ulaval.ca (consulté le 17 mars 2017).
  3. Groupe interparlementaire d'amitié France-Italie, « Le Trentin Haut Adige : au carrefour d'identités européennes plurielles, un modèle de cohabitation harmonieuse », sur senat.fr, (consulté le 17 mars 2017).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Licia Bagini Scantamburlo, « Le cas du Haut-Adige ou Tyrol du Sud », Les Cahiers du MIMMOC, 3 | 2007, mis en ligne le 04 juin 2007, consulté le 17 mars 2017. (en ligne).
  • Licia Bagini, « Haut-Adige/Tyrol du Sud. Avers et revers du plurilinguisme », Grande Europe n° 28, janvier 2011 – La Documentation française (en ligne).

Lien externeModifier