Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour le parti politique sud-africain, voir Congrès panafricain d'Azanie.
Article général Pour un article plus général, voir Panafricanisme.

Congrès panafricain est le titre d'une série de congrès qui se sont tenus à partir de 1919[1], faisant suite à la première conférence panafricaine (en) de 1900. Ils sont destinés à l'origine à traiter les problèmes auxquels l’Afrique est confrontée du fait de la colonisation européenne. Les Congrès panafricains militent d'abord pour la décolonisation en Afrique et aux Antilles, une revendication fondamentale étant de mettre fin au régime colonial et à la discrimination raciale et d'exiger le respect des droits de l’homme et l’égalité des chances économiques. Les manifestes présentés par les Congrès panafricains comprennent des revendications politiques et économiques.

Le congrès de 1945, considéré comme le plus important[2],[3], marque les débuts du panafricanisme militant[4].

Sommaire

La conférence panafricaine de 1900Modifier

 
Invitation à la Pan-African Conference, Londres, 23–25 juillet 1900.

La première conférence panafricaine, organisée par l'avocat trinidadien Henry Sylvester-Williams[5], se tient à Londres du 23 au en même temps que l'Exposition universelle de Paris. Elle réunit trente-sept délégués et dix participants ou observateurs[6]. W. E. B. Du Bois et Bénito Sylvain y sont présents. La conférence appelle à lutter contre le racisme, à associer les colonisés aux gouvernements en Afrique et aux Antilles britanniques et à accorder des droits nouveaux aux afro-américains[7].

Elle adopte aussi la fameuse « Adresse aux Nations du Monde », rédigée par Du Bois[8], lequel incarne, à partir de ce moment et jusqu'à sa mort, la continuité du mouvement panafricain. C'est cette conférence qui popularise le terme « panafricain »[9],[10],[note 1].

Du Bois lance à la suite la série des « congrès » (terme qu'il préfère et qu'il réussit à imposer face à celui de « conférence ») panafricains[11].

Premier congrèsModifier

 
Congrès panafricain de Paris, du 19 au 22 février 1919.

En février 1919, le premier congrès panafricain est organisé à Paris par W. E. B. Du Bois et Ida Gibbs Hunt, femme du consul américain William Henry Hunt[12]. Il réunit cinquant-sept délégués représentant quinze pays ; il y a moins de participants que prévu car les gouvernements anglais et américains refusent des passeports à leurs ressortissants[13]. Le but principal était d'adresser une pétition aux nations alliées à l'occasion de la conférence de Paris, organisée par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale, afin d'attirer leur attention sur l'oppression politique et économique des peuples colonisés[14]. Parmi les demandes de la pétition, figure celle que les Alliés administrent les territoires africains sous forme d'un condominium et que les Africains soient associés aux gouvernements de leurs pays.

Parmi les délégués on compte des « figures connues » telles que Blaise Diagne (député du Sénégal, qui avait intercédé auprès de Georges Clémenceau pour faire autoriser le congrès[15]), Gratien Candace et Charles D. B. King (qui assiste aussi à la conférence des Alliés en tant que président de la république du Liberia)[1].

Deuxième congrèsModifier

 
Deuxième congrès panafricain, session au Palais Mondial, Bruxelles, 1921.

En 1921, sous l'égide de la NAACP, le deuxième congrès panafricain se réunit en plusieurs sessions à Londres, Bruxelles et Paris entre le et le [16]. Vingt-six groupes différents et cent treize délégués[note 2] y représentent plusieurs colonies et pays d'Afrique dont le Maroc, plusieurs pays d'Europe, les États-Unis, les Philippines et Annam (actuel Vietnam)[note 3]. Il est centré autour des questions relatives à l'inégalité raciale, aux obstacles à l’évolution de l'Afrique et à l'auto-gouvernance africaine[16].

La résolution de la session de Londres est publiée par W. E. B. Du Bois dans le magazine The Crisis, l'organe de la NAACP[19],[20]. On y lit ceci :

« L'Angleterre, avec sa pax britannica, ses cours de justice, son commerce, et sa reconnaissance apparente et partielle des lois et coutumes autochtones, a néanmoins systématiquement encouragé l'ignorance parmi les autochtones, les a réduits en esclavage et continue de les asservir, elle a refusé de former les hommes noirs et bruns au véritable gouvernement autonome, de reconnaître le peuple noir comme civilisé, ou d'accorder aux colonies peuplées de gens de couleurs les droits au gouvernement autonome qu'elle accorde librement aux hommes blancs[trad 1],[20]. »

Ce congrès connaît cependant de nombreuses divergences telles celles portées par Blaise Diagne, représentant le Sénégal, et Gratien Candace, représentant guadeloupéen, tous deux élus à la Chambre des députés française, qui trouvent la déclaration de Londres (le London Manifesto) trop extrémiste et soutiennent la politique coloniale de la France, à l'inverse de Du Bois qui, sans parler encore explicitement d'indépendance, réclame plus de droits dans les gouvernements pour les autochtones et est opposé à la politique « d'assimilation » française[21],[22]. On peut y voir les débuts d'une fracture entre anglophones et francophones, qu'on retrouvera au congrès suivant de 1923[22].

Troisième congrèsModifier

Le troisième congrès se tient à Londres et à Lisbonne en novembre et décembre 1923. Son organisation souffre d'improvisation, le nombre de délégués est plus faible que précédemment, et il connaît des dissenssions, notamment entre les participants francophones et anglophones[23]. Le congrès aborde des sujets généraux, par exemple le développement de l'Afrique pour les Africains, mais aussi une série de sujets spécifiques : condamnation de l'exploitation « forcenée  [sic] » au Congo belge, recrutement forcé de travailleurs en Afrique portugaise, expropriations foncières en Afrique du Sud, en Rhodésie et au Kenya, condamnation des lynchages aux États-Unis[22]

La session de Lisbonne est marquée par la forte présence des représentants de l'empire portugais. Elle contribue à faire connaître le sort des Noirs américains[22].

Quatrième congrèsModifier

Grâce à une mobilisation de fonds initiée par une association américaine de femmes noires, le quatrième congrès se tient à New York en août 1927[24]. Il réunit deux-cent huit délégués représentant treize pays et est suivi par cinq mille auditeurs[25]. Il reprend pour l'essentiel les conclusions du précédent[26], mais son contenu est aussi tourné vers les rapports entre panafricanisme et communisme. En effet, à Bruxelle, en février de la même année, la « question noire » avait été abordée lors d'un rassemblement d'obédience communiste, organisé par la « Ligue contre l’impérialisme et pour l’indépendance nationale ». À cette occasion, une commission spéciale avait été mise en place et une résolution particulière votée, visant à « libérer la race nègre partout dans le monde ». Lors du congrès, Du Bois loue la politique menée par les communistes russes à l'égard des nationalités de l'ancien empire tsariste. Une collusion entre panafricanisme et communisme est alors invoquée par les détracteurs, qui notent qu'auparavant les communistes qualifiaient le panafricanisme de « nationalisme petit-bourgeois ». Le congrès est analysé comme ayant fait prendre au mouvement un tournant socialiste, en demandant que les travailleurs blancs le soutiennent et que les syndicats mettent un terme à leurs pratiques d'exclusion[27],[28].

La crise économique mondiale et la Seconde Guerre mondiale entraînent la suspension de la série des congrès ; il faudra attendre dix-huit ans pour que se tienne le cinquième congrès[29].

Cinquième congrèsModifier

 
Plaque commémorant le cinquième congrès panafricain à Manchester.

Le cinquième congrès panafricain, dont les chevilles ouvrières sont Kwame Nkrumah et George Padmore[30],[29],[3],[2], un marxiste né dans les Antilles britanniques[31], se tient à Manchester, du 15 au  ; il s'inscrit dans un contexte où la guerre contre le fascisme avait déligitimée à tout jamais le colonialisme[32] et il fait suite à la création, en cette même ville, de la Fédération panafricaine (en) en 1944[33]. Il est marqué par la présence de Kwame Nkrumah, Jomo Kenyatta et Hastings Banda, qui seront des figures majeures de l'indépendance puis présidents de leurs pays, respectivement le Ghana, le Kenya et le Malawi[2]. La présidence est confiée à W. E. B. Du Bois, âgé de 77 ans, figure historique des précédents congrès[34].

Les précédents congrès avaient largement été le fait de la classe moyenne noire britannique et américaine. Différemment, le congrès de Manchester est dominé par des délégations venues d'Afrique et par des Africains travaillant ou étudiant en Grande-Bretagne. Les participants, parmi lesquels les afro-américains sont moins nombreux qu'auparavant, sont représentatifs d'une nouvelle génération qui prendra le pouvoir dans les futurs pays indépendants[29]. Un tournant idéologique se produit à Manchester, le ton devient plus militant et l'exigence d'indépendance apparaît dans les propos[3],[2]. Selon Du Bois, Nkrumah « jetta dans les limbes les aspirations gradualistes de nos classes moyennes et intellectuels africains et exprima la volonté d’indépendance solide et réaliste de nos travailleurs, syndicalistes, fermiers et paysans qui furent représentés de manière décisive à Manchester[34]. »

Le manifeste du cinquième congrès panafricain inscrit ses exigences politiques et économiques dans un nouveau contexte mondial de coopération internationale, issu de « la terrible épreuve de la guerre de libération contre le fascisme », plusieurs résolutions sont adoptées, parmi lesquelles la demande de criminalisation de la discrimination raciale ; la résolution principale critique l'impérialisme et le capitalisme[35].

C'est le dernier congrès à se réunir hors du continent africain[30].

Sixième congrèsModifier

Article détaillé : Sixième congrès panafricain.
Article connexe : Groupe de Monrovia.

Le sixième congrès se tient en juin 1974, à Dar es Salam, en Tanzanie[36].

Depuis sa création en 1963, de nombreux militants panafricanistes critiquaient la politique de l'Organisation de l'unité africaine, jugée en retrait quant au panafricanisme[37]. Ainsi, dans les années 1970, des efforts sont déployés pour relancer le mouvement[38]. La décennie est marquée par les mouvements de libération en Angola, au Mozambique, en Guinée-Bissau, au Zimbabwe et en Afrique du Sud et le sixième congrès entend apporter son soutien à ces mouvements usant de la lutte armée[38], considérant que la marche vers l'équité sur le continent est entravée par les répressions, les coups d'État et les assassinats, tel celui de Patrice Lumumba[2].

Septième congrèsModifier

Le sixième congrès avait annoncé que le septième se déroulerait trois ans plus tard en Libye. Mais l'ingérence de Mouammar Kadhafi dans les affaires intérieures des pays africains amène à une annulation[39]. Le septième congrès se tient finalement du 3 au à Kampala, en Ouganda[40], autour du militant nigérian Tajudeen Abdul-Raheem, accueillant huit-cents délégués et deux mille participants[41]. Il se déroule sur fond d'impuissance de l'OUA à empêcher le génocide rwandais[39] mais aussi sur fond de la fin de l'apartheid en Afrique du Sud[41].

Le président ougandais, Yoweri Museveni, ouvre le congrès en donnant une définition extensive de la notion d'« Africain », qui inclut la diaspora et les Blancs installés durablement sur le continent[note 4]. Cependant, lorsque la question des « réparations » est abordée[40],[note 5], en relation avec la déclaration d'Abuja de 1993[note 6],[40], cela donne l'occasion à des sentiments « anti-arabes » de s'exprimer, au motif que les arabes avaient opprimé les Africains. La résolution finale du congrès passe finalement cet aspect sous silence[41].

Huitième congrèsModifier

En 2014, à Johannesbourg, est organisé, du 14 au , un huitième congrès panafricain ; il accueille 160 participants de vingt pays[44]. Sa mise en place est controversée, les organisateurs ayant écarté les représentants officiels des États, considérant que le congrès de Kampala avait été confisqué par le gouvernement ougandais[45], et ayant souhaité de même que les pays « arabo-africains » ne soient pas représentés, au motif de l'esclavage et du racisme arabes, bien antérieurs à ceux des Européens[44],[45]. À ce titre, les pays arabes, y compris ceux géographiquement situés sur le continent africain, sont considérés comme devant participer aux réparations envers les Africains au même titre que les Européens[45]. Ses détracteurs lui dénient le droit de porter le nom de « congrès » panafricain, considérant qu'il viole l'esprit d'origine porté par W. E. B. Du Bois : « pas un congrès dans l'esprit de Du Bois[trad 3] ».

En 2015, du 5 au , à Accra, est organisé un huitième congrès panafricain concurrent[46],[47],[48], se réclamant l'héritier des congrès initiés par Du Bois et déniant explicitement ce titre au congrès de Johannesbourg[49].

Repères chronologiquesModifier

Année Évènement Lieu
1897 Fondation de l'African Association Londres
1900 Première conférence panafricaine Londres
1909 National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) New York
1914 Fondation de l'Universal Negro Improvement Association (UNIA) New York
1919 Premier congrès panafricain Paris
1921 Deuxième congrès panafricain Londres, Bruxelles, Paris
1923 Troisième congrès panafricain Londres, Lisbonne
1927 Quatrième congrès panafricain New York
1944 Recréation de la Fédération panafricaine Manchester
1945 Cinquième congrès panafricain Manchester
1974 Sixième congrès panafricain Tanzanie
1977 Forum Transafrica Washington D.C
1994 Septième congrès panafricain Kampala
2004 Global Afrikan Congress Paramaribo
2006 Conférence Internationale sur les Réparations Panafricaines pour une Justice Mondiale Accra
2014 Décennie Internationale des Personnes d'Ascendance Africaine des Nations Unies (2015-2024)
2014 Huitième congrès panafricain (controversé) Johannesbourg[45],[44]
2015 Huitième congrès panafricain Accra[49]
D'après INOSAAR, Université d'Édimbourg[24] sauf indication contraire.

Notes et référencesModifier

Citations originalesModifier

  1. (en) « England, with all her Pax Britannic, her courts of justice, established commerce, and a certain apparent recognition of Native laws and customs, has nevertheless systematically fostered ignorance among the Natives, has enslaved them, and is still enslaving them, has usually declined even to try to train black and brown men in real self-government, to recognise civilised black folk as civilised, or to grant to coloured colonies those rights of self government which it freely gives to white men. »
  2. (en) « (a) black Africans south of the Sahara (b) Africans who live in North Africa who had migrated from other continents and have made their home in Africa (c) Dispersed Africans in the Americas, Asia, Europe and the Pacific (d) white settlers in Africa who have decided to settle permanently and make their home in Africa and (e)those who are ideologically attuned to the struggle for dignity by African people everywhere »
  3. (en) « not a Congress within the Dubois tradition[44]. »

NotesModifier

  1. « Si le mot « panafricanisme » est né avec la « conférence panafricaine » de 1900, la réalité du panafricanisme est attestée bien avant cette date[4] ».
  2. Parmi ces délégués, 41 venaient d'Afrique, 35 des États-Unis, 24 représentaient des Noirs vivant en Europe et 7 venaient des Antilles[17].
  3. « 26 different groups of people of Negro descent: namely, British Nigeria, Gold Coast and Sierra Leone; the Egyptian Sudan, British East Africa, former German East Africa; French Senegal, the French Congo and Madagascar; Belgian Congo; Portuguese St. Thomé, Angola and Mozambique; Liberia; Abyssinia; Haiti; British Jamaica and Grenada; French Martinique and Guadeloupe; British Guiana; the United States of America, Negroes resident in England, France, Belgium and Portugal, and fraternal visitors from India, Morocco, the Philippines and Annam[18]. »
  4. « Les Africains Noirs du sud du Sahara, les Africains qui vivent en Afrique du Nord et ont immigré depuis d'autres continents et qui ont fait de l'Afrique leur foyer, les Africains dispersés aux Amériques, en Asie, en Europe et dans le Pacifique, les colons blancs qui ont décidé de s'installer définitivement et ont fait de l'Afrique leur foyer et ceux qui adhèrent idéologiquement à la lutte pour la dignité du peuple africain partout dans le monde[trad 2],[41]. »
  5. « La Réparation désigne le besoin de corriger le mal fait aux Africains et aux personnes d’origine africaine par la traite des esclaves, la colonisation et la néo-colonisation[42]. »
  6. La déclaration, ou proclamation, d'Abuja est un texte adopté à l'issue de la conférence panafricaine de 1993, tenu à Abuja, portant sur les réparations à apporter à l'Afrique pour l'esclavage, la colonisation et le néo-colonialisme[43].

RéférencesModifier

  1. a et b Worley et Contee 1970, p. 140-143.
  2. a b c d et e Andrews 2015.
  3. a b et c « Cinquième Congrès Panafricain », INOSAAR, Université d'Édimbourg.
  4. a et b Ki-Zerbo 2013, p. 16.
  5. (en) « The History of Pan-Africanism », New Internationalist, no 326,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Owen Charles Mathurin, Henry Sylvester Williams and the Origins of the Pan-African Movement, 1869-1911, Greenwood Press, , p. 62.
  7. (en) « Congress. The First Pan African Conference of 1900 », Global Pan African Movement.
  8. « Quand W.E.B. DuBois s'adressait « Aux nations du monde » », Nofi,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « (1900) W.E.B. Du Bois, “To the Nations of the World” », sur blackpast.org, (consulté le 29 avril 2019)
  10. Ki-Zerbo 2013, p. 19-20.
  11. Boukari-Yabara 2017, p. 49.
  12. (en) Brian Roberts, Artistic Ambassadors: Literary and International Representation of the New Negro Era, Charlottesville, University of Virginia Press, , p. 121–22
  13. (en) Nell Irvin Painter, Standing at Armageddon: A Grassroots History of the Progressive Era, New York, W.W. Norton & Company, (ISBN 978-0-393-33192-9), p. 355
  14. « Premier congrès panafricain », INOSAAR, université d'Édimbourg.
  15. « Il y a 100 ans, dans l'ombre de la Conférence de Versailles de 1919, le premier Congrès panafricain », France Info.
  16. a et b « Deuxième congrès panafricain », INOSAAR, Université d'Édimbourg.
  17. Maximilien Macodou Ndiaye, Le premier congrès panafricain, Centre d'études stratégiques du bassin du Congo (lire en ligne [PDF]), p. 11.
  18. (en) W. E. B. Du Bois, « To the world. Manifesto of the Second Pan African Congress », The Crisis, vol. 23, no 1,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  19. (en) David Lewis, W. E. B. Du Bois: A Biography, , p. 414–415.
  20. a et b (en) W. E. B. Du Bois, « To the league of nations », The Crisis, vol. 23, no 1,‎ , p. 18 (lire en ligne).
  21. (en) Brent Hayes Edwards, « The Uses of 'Diaspora' », dans Klaus Benesch et Geneviève Fabre (éds.), African Diasporas in the New and Old Worlds: Consciousness and Imagination, (lire en ligne), p. 12
  22. a b c et d Ki-Zerbo 2013, p. 23.
  23. « Troisième congrès panafricain », INOSAAR, Université d'Édimbourg.
  24. a et b « Chronologie », INOSAAR, Université d'Édimbourg.
  25. Boukari-Yabara 2017, p. 61.
  26. (en) « Between World Wars (1914-1945). The Pan-African vision », The story of Africa, BBC World Service (consulté le 28 avril 2019)
  27. Ki-Zerbo 2013, p. 24.
  28. « Quatrième Congrès Panafricain », INOSAAR, Université d'Édimbourg.
  29. a b et c Abejumobi 2008.
  30. a et b Ki-Zerbo 2013, p. 31.
  31. J.-L. Simonet, « George Padmore. The Gold Coast Revolution » (recension), Politique étrangère, no 2,‎ , p. 227-229 (p. 228) (lire en ligne)
  32. Histoire générale de l'Afrique, vol. 8, p. 134.
  33. (en) Hakim Adi, « George Padmore and the 1945 Manchester Pan-African Congress », dans Fitzroy Baptiste et Rupert Lewis (éds.), George Padmore, Pan-African Revolutionary, Ian Randle Publishers, .
  34. a et b Ki-Zerbo 2013, p. 33.
  35. (en) Simon Katzenellenbogen, « The 1945 Pan-African Congress and its Aftermath », Department of History, University of Manchester, .
  36. « Le 6e Congrès Panafricain (Dar-es-Salaam, 19-27 juin 1974) », Présence Africaine, no 91,‎ , p. 173-236 (DOI 10.3917/presa.091.0173, lire en ligne).
  37. (en) Pierre Englebert et Kevin C. Dunn, Inside African Politics, Londres, Lynne Pienner, , p. 320 - 321.
  38. a et b (en) « Congress. Sixth Pan African Congress of 1974 », Global Pan African Movement.
  39. a et b Boukari-Yabara 2017, p. 237.
  40. a b et c « Septième Congrès Panafricain », INOSAAR, Université d'Édimbourg.
  41. a b c et d African Journal of Political Science 1996, p. 2.
  42. J. F. Ade Ajayi, « La politique de Réparation dans le contexte de la mondialisation », Cahiers d’études africaines, nos 173-174,‎ (lire en ligne)
  43. The Abuja Proclamation (Pan-African Conference on Reparations – 1993 Abuja, Nigeria), National Coalition for Reparations in America (N’COBRA), (lire en ligne)
  44. a b c et d (en) David L. Horne, « A Pan African Step Forward », Our Weekly (Los Angeles),‎ (lire en ligne).
  45. a b c et d (en) Bennie Bunsee, « Arabs and the West must pay for slavery, says Pan-African Congress », Mail & Guardian,‎ (lire en ligne).
  46. « Ghana – Le 8ème congrès panafricain fustige les interventions militaires néocolonialistes en Afrique », connectionivoirienne.net.
  47. Vincent Agué, « Boni Yayi au 8ème Congrès panafricain à Accra », Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (consulté le 30 avril 2019).
  48. « 8è Congrès panafricain : Accra sonne le réveil du panafricanisme », La Nation,‎ .
  49. a et b (en) Ikaweba Bunting, « 8th Pan African Congress: The congress is not the movement », Pambazuka News,‎ (lire en ligne).

BibliographieModifier

  • (en) Colin Legum, Pan-africanism. A short political guide, Frederick A. Praeger, publishers, (lire en ligne).
  • (en) H. F. Worley et C. G. Contee, « The Worley Report on the Pan-African Congress of 1919 », Journal of Negro History, vol. 55, no 2,‎ , p. 140–143.
  • (en) « Rebuilding The Pan African Movement, A Report on the 7th Pan African Congress », African Journal of Political Science, vol. 1, no 1,‎ (lire en ligne).
  • Ali A. Mazrui (dir.) et C. Wondji (codir.), Histoire générale de l'Afrique, vol. 8 : L'Afrique depuis 1935, UNESCO,
  • (en) Hakim Adi et Marika Sherwood, Pan-African History: Political Figures from Africa and the Diaspora since 1787, Routledge, .
  • Lazare Ki-Zerbo (sous la direction de) (préf. Abdou Diouf), Le mouvement panafricaniste au XXe siècle, Organisation internationale de la francophonie, (1re éd. 2004) (lire en ligne [PDF]).
  • (en) Saheed Abejumobi, « The pan-african congresses, 1900-1945 », sur blackpast.org, .
  • (en) Kehinde Andrews, « We need to revive the revolutionary spirit of the Pan-African Congress », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  • Amzat Boukari-Yabara, Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme, La Découverte, (1re éd. 2014), epub.