Conflit au Sud-Liban (1985–2000)

Le conflit au Sud-Liban (1985-2000) fait référence à quinze ans de guerre entre les milices de l'Armée du Liban sud chrétiennes et libanaises, avec le soutien militaire et logistique de l'armée de défense d'Israël, et des groupes musulmans libanais soutenus par l'Iran (et renforcés par le Hezbollah), à l'intérieur de ce qui a été considéré comme la "zone de sécurité" au Sud-Liban[1],[2]. Il peut également faire référence à la poursuite du conflit dans cette région, à commencer par le transfert des opérations de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) au Sud-Liban, à la suite du Septembre noir dans le Royaume de Jordanie. Les tensions historiques entre les réfugiés palestiniens et les factions libanaises ont fomenté la violente lutte politique interne libanaise entre de nombreuses factions différentes. À la lumière de ces éléments, le conflit du Sud-Liban peut être considéré comme faisant partie de la guerre civile libanaise.

Lors de conflits antérieurs à l'intervention militaire israélienne au Liban de 1982, y compris l'opération Litani, Israël a tenté d'éradiquer les bases de l'OLP du Liban et de soutenir les milices chrétiennes maronites. L'invasion de 1982 a entraîné le départ de l'OLP du Liban. La création de la zone de sécurité au Sud-Liban a profité aux civils israéliens, bien que cela ait coûté très cher aux civils palestiniens et libanais. Malgré ce succès israélien dans l'éradication des bases de l'OLP et son retrait partiel en 1985, l'invasion israélienne a accru la gravité des conflits avec les milices libanaises locales et a entraîné la consolidation de plusieurs mouvements musulmans chiites locaux au Liban, dont le Hezbollah et Amal, une organisation auparavant non organisée, qui avait alors la forme d'un mouvement de guérilla dans le sud. Au fil des ans, les pertes militaires des deux côtés ont augmenté, car les deux parties ont utilisé des armes plus modernes, et le Hezbollah a progressé dans ses plans tactiques. Au début des années 1990, le Hezbollah, avec le soutien de la Syrie et de l'Iran, a émergé comme le principal groupe et comme une puissance militaire, monopolisant la guérilla au Sud-Liban.

En l'an 2000, suite à une promesse de campagne électorale, le Premier ministre nouvellement élu Ehud Barak a retiré les forces israéliennes du Sud-Liban au cours de l'année[1], conformément à la résolution 425 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée en 1978; le retrait a par conséquent entraîné l'effondrement total et immédiat de l'Armée du Liban sud[3]. Le gouvernement libanais et le Hezbollah considèrent toujours le retrait comme incomplet, jusqu'à ce qu'Israël se retire des fermes de Chebaa. Après le retrait israélien, le Hezbollah a pris un contrôle militaire et civil total sur la partie sud du Liban.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Online NewsHour: Final Pullout – May 24, 2000 (Transcript). "Israelis evacuate southern Lebanon after 22 years of occupation."
  2. (en) Charles Richards, « Hezbollah makes explosive return: Israel's proxy militia under fire in south Lebanon », The Independent,
  3. UN Press Release SC/6878. (18 June 2000). Security Council Endorses Secretary-General's Conclusion On Israeli Withdrawal From Lebanon As Of 16 June.