Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Conflit armé colombien

Article général Pour un article plus général, voir Guerres civiles colombiennes.
Conflit armé colombien
Description de cette image, également commentée ci-après

Combattants des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) pendant les négociations de paix du Caguan (1998-2002).

Informations générales
Date Depuis 1964 - en cours
(53 ans)
Lieu Colombie
Issue En cours
Belligérants
Flag of Colombia.svg État colombien Guérillas :
Flag of the FARC-EP.svg FARC
Flag of ELN.svg ELN
Flag of EPL.svg EPL
Flag of the CGSB.svg CGSB
Flag of M-19.svg Movimiento 19 de Abril
Flag of the ERP.svg ERB
MA Quintin lame.png MAQL
PRT - Colombie (logo).jpeg PRT
CRS col.png CRS
Paramilitaires :
Flag of AUC.svg AUC
BACRIM
AAA
Águilas Negras
Los Rastrojos
Los Urabeños
La Oficina de Envigado
Libertadores del Vichada
ERPAC
Commandants
Guillermo León Valencia
Carlos Lleras Restrepo
Misael Pastrana
Alfonso López Michelsen
Julio César Turbay Ayala
Belisario Betancur Cuartas
Virgilio Barco Vargas
César Gaviria
Ernesto Samper
Andrés Pastrana Arango
Álvaro Uribe
Juan Manuel Santos
Manuel Marulanda Vélez
Guillermo Sáenz
Timoleón Jiménez
Fidel Castaño
Carlos Castaño
Rodrigo Tovar Pupo
Salvatore Mancuso Gómez
Forces en présence
Armée : 283 000
Police : 158 800[1]
FARC : 8 000[2]
ELN : 1 500[3]
EPL : 500[4]
>4 000[5]
Pertes
177 307 civils tués
40 787 combattants tués
25 007 disparus
6 200 000 déplacés

Conflit armé colombien

Batailles

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Le conflit armé colombien est un conflit interne en Colombie. On date son origine au milieu des années 1960 avec la création de différentes guérillas marxistes. À partir des années 1980, des groupes paramilitaires se constituent, se présentant comme une force de contre-insurrection opposée aux guérillas que l'État ne parvient pas à vaincre. Au cours des années 2000, les Autodéfenses unies de Colombie, principal groupe paramilitaire, sont officiellement désarmées après un accord de paix avec le gouvernement (remplacées par des « groupes émergents » moins puissants). Le conflit se poursuit à la fin des années 2000 entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et l'ELN (marxiste), les cartels paramilitaires (BACRIM) et les forces gouvernementales.

Entre 1964 et 2016, le conflit aurait fait 260 000 morts, 45 000 disparus et 6 millions de déplacés[6] et constituerait, selon le sous-secrétaire des Nations unies pour les questions humanitaires, « la plus grande catastrophe humanitaire de l’hémisphère occidental »[7].

Un accord de cessez-le-feu définitif (les FARC observaient déjà auparavant un cessez-le-feu unilatéral) est annoncé le qui est déclaré comme étant « le dernier jour de guerre » entre les FARC et le gouvernement[8]. L'accord de paix est finalement signé le 24 août et est dans l'attente de validation par référendum[9]. Le 26 septembre, le gouvernement colombien et les FARC paraphent l'accord de paix mettant fin au conflit armé qui les opposait. Toutefois, le conflit se poursuit entre le gouvernement de la Colombie, les guérillas encore sous les armes (ELN, EPL) et d'autres groupes paramilitaires[10].

Sommaire

HistoriqueModifier

OriginesModifier

L'actuel conflit armé colombien commence à l'issue de la période dite de La Violencia, au milieu des années 1960, avec la formation de deux groupes de guérilla marxistes : les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et l'Armée de libération nationale (ELN). Le premier de ces groupes émerge comme branche militaire du Parti communiste colombien, à partir de groupes de guérilla issus de la République de Marquetalia et des autres zones d'autodéfense communistes constituées en particulier dans les départements du Tolima et du Meta. Les FARC sont essentiellement constituées de paysans, avec un fort encadrement du Parti communiste. L'ELN est un groupe d'inspiration castriste qui se fonde à la même période dans le département de Santander, bénéficiant initialement du soutien des communistes au travers des syndicats des ouvriers du pétrole. Rapidement, des tensions se font jour entre les deux groupes, reflet en Colombie des tensions entre Moscou et La Havane : tandis que les castristes, selon la théorie foquiste, croient que la guérilla peut mener à la révolution même si toutes les conditions objectives n'en sont pas réunies, les communistes «orthodoxes» jugent que dans la situation de la Colombie de la fin des années 1960, la priorité doit être donnée à l'action de masse au travers du Parti communiste et des syndicats. L'ELN obtient une importante couverture médiatique grâce à des actions à fort impact comme le dynamitage d'un train dans le département de Santander, et à la personnalité de Camilo Torres, prêtre extrêmement populaire qui rejoint l'ELN et périt rapidement lors d'un affrontement avec une patrouille militaire. En 1967, un troisième groupe de guérilla, l'Armée populaire de libération (EPL) émerge à partir d'une scission maoïste du Parti communiste colombien. Toutefois, ces groupes de guérilla ne connaissent pas d'importants succès et, au début des années 1970, sont réduits à quelques centaines d'hommes agissant dans des zones reculées du pays. L'ELN est durement touchée en 1973 au cours de l'opération Anorí, mais quelques dizaines de guérilleros échappent à l'encerclement de l'armée et continuent leur lutte armée.

Années 1970-1980Modifier

Les années 1970 sont marquées par la reconstitution des structures des FARC et de l'ELN, qui parviennent à conserver leurs bases d'appui rurales, par l'émergence du Movimiento 19 de Abril (M-19). À partir des années 1980, le conflit prend une nouvelle dimension avec l'essor du narcotrafic et l'émergence des premiers groupes paramilitaires financés par les narcotrafiquants pour se protéger des actions des guérillas. En 1984, un cessez-le-feu est décrété entre toutes les guérillas (à l'exception de l'ELN) et le gouvernement, mais le processus échoue rapidement et en 1985, seules les FARC poursuivent les négociations, allant jusqu'à fonder un Parti politique, l'Union patriotique. Mais ce parti est rapidement décimé par les paramilitaires et des éléments des forces de l'ordre, et les FARC reprennent à leur tour la lutte armée en 1987.

À partir de cette époque, le conflit n'épargne plus les grands centres urbains : la prise du palais de justice de Bogota, les 5 et 6 novembre 1985, par le M-19, fait une centaine victimes dont 33 des 35 assaillants, 11 employés et civils et 48 militaires et une dizaine de disparations[11]. La Coordination guérilla Simon Bolivar est créée en 1987. Cette structure est un espace de travail commun entre l'ELN, l'EPL, le M-19, ainsi que des groupes de moindre importance : le PRT (maoïste), le Commando Ricardo Franco (un groupe dissident des FARC) et le Movimiento Armado Quintín Lame, guérilla indigène du département du Cauca. Elle explose toutefois rapidement quand plusieurs guérillas (M-19, Quintín Lame et la majeure partie de l'EPL) déposent les armes et signent un accord de paix avec le gouvernement, qui aboutit à l'assemblée constituante de 1991 : à partir de cette date, les seules guérillas actives sont les FARC, l'ELN, et la frange de l'EPL qui a refusé de déposer les armes.

1990-2002Modifier

En décembre 1990, le siège du secrétariat des FARC à La Uribe est pris par l'armée, déclenchant en 1991 une contre-offensive des FARC sur tout le territoire colombien. Les dirigeants de FARC sont désormais contraints à la mobilité et les contacts avec le gouvernement sont rendus beaucoup plus difficiles. Les FARC se placeront désormais dans une stratégie militaire, au détriment du politique : cette orientation s'explique en particulier par l'affaiblissement du Parti communiste (décimé à la suite de l'expérience de l'Union Patriotique), et par la mort de Jacobo Arenas, principal idéologue du mouvement, en 1990. La conférence de 1993 des FARC réaffirme l'objectif de la conquête du pouvoir, et elle est suivie par une importante vague d'offensives des FARC entre 1993 et 1998, qui se traduit par la prise de plusieurs bases militaires et de villages, au cours d'opérations concentrant plusieurs centaines de guérilleros, la plus importante étant sans doute la prise de Mitú le . Selon certains observateurs, le conflit colombien passe alors à la phase de guerre de mouvement, et les forces armées ne semblent plus en mesure de maîtriser les guérillas. L'action des FARC et de l'ELN passe également par des barrages routiers, des enlèvements et des sabotages (oléoducs, centrales hydroélectriques…).

Face à l'inefficacité de l'armée, le phénomène paramilitaire prend de l'ampleur et se structure. D'abord essentiellement présent autour du golfe d'Urabá, il se structure en 1994 au niveau régional par la constitution des Autodefensas campesinas de Córdoba y Urabá (ACCU), puis en 1997 par la constitution des Autodéfenses unies de Colombie (AUC), sous la direction de Carlos Castaño. Le président Samper autorise également la constitution de groupes citoyens d'autodéfense appelés Convivir (vivre ensemble), qui dans les faits servent de couverture aux paramilitaires. L'un des modes d'actions des paramilitaires est le massacre de civils dans des villages supposés favorables à la guérilla, comme le massacre de Mapiripán, en juillet 1997. Dans ce dernier cas, la complicité de l'armée a été reconnue par la justice colombienne et la Cour interaméricaine des Droits de l'Homme.

 
Unité féminine des FARC entre 1998 et 2002.

C'est dans ce contexte explosif que le président Andrés Pastrana décrète en 1998 la création d'une zone démilitarisée de 42 000 km2 dans les départements du Meta et du Guaviare pour y conduire des dialogues avec les FARC. Les dialogues tenus dans cette zone, occupée par les FARC de janvier 1999 à février 2002 aboutissent à des libérations unilatérales de prisonniers par les FARC (en 1998, les FARC détenaient plus de 500 militaires et policiers), mais ils ne permettent pas un règlement du conflit, et la zone démilitarisée est utilisée par les FARC pour recruter de nouveaux soldats, toucher les rançons des enlèvements et servir comme base arrière pour des opérations militaires. De son côté le gouvernement refuse de libérer ses prisonniers et négocie secrètement un projet de militarisation avec les États-Unis. En février 2002, le président Pastrana décrète la réoccupation de la zone démilitarisée. Les FARC comptent alors environ 17 000 hommes et disposent de milices urbaines dans certains quartiers de Bogota, Cali et Medellín, et de groupes de guérilla dans le páramo de Sumapaz, aux portes de Bogota.

Mandats d'Álvaro Uribe: 2002-2010Modifier

Les deux mandats d'Álvaro Uribe sont marqués par une politique dite de sécurité démocratique : la priorité est donnée à la réponse militaire aux guérillas, avec pour objectif la rétablissement de la présence de l'État sur tout le territoire colombien. L'armée voit son budget, ses effectifs et sa capacité aérienne fortement renforcés (en particulier à la suite du Plan Colombie, qui se traduit par une importante aide militaire américaine à la Colombie). Le budget de la défense représente en 2008, 6,5 milliards de dollars soit 4 % du produit national brut[12]. Les capacités opérationnelles de l'armée lui permettent de nouveau de résister aux FARC et de les faire reculer, aidées en cela par une forte offensive des AUC, jusqu'à leur démobilisation en 2006.

Paramilitarisme pendant la sécurité démocratiqueModifier

Au moins jusqu'en 2003, les forces paramilitaires des AUC jouent un rôle plus important que celui de l'armée dans la reconquête des territoires contrôlés par les guérillas. En effet, depuis leur formation en 1997, les AUC sont parvenues à expulser les FARC de nombreux territoires qu'elles contrôlaient, en particulier dans l'Urabá et le Magdalena Medio. Ces mêmes forces parviennent à expulser les milices urbaines des FARC des zones où elles sont influentes, comme l'«Arrondissement 13» de Medellín. Cette avancée passe par une stratégie de terreur s'attaquant à la population civile soupçonnée de soutenir les guérillas, et en particulier par des massacres.

D'autre part, les paramilitaires, démobilisés entre 2003 et 2006 dans le cadre d'un processus de paix entre le gouvernement et les AUC (accord de Santa Fe de Ralito le 15 juin 2003) se sont partiellement remobilisés, au sein des Águilas Negras et d'autres groupes paramilitaires dits émergents, qui regroupent d'anciens cadres des AUC et des nouvelles recrues. Ces nouvelles structures appelées Bandes criminelles (Bacrim) par le gouvernement colombien, conservent en fait selon certains experts de nombreux traits du paramilitarisme, en particulier une structure de commandement de type militaire et la capacité à contrôler certains territoires, sur une échelle plus réduite que les AUC. Ces groupes auraient compté 4 000 membres en 2008, et plus de 6 000 en 2010, répartis en environ six structures différentes[13].

Guérillas face à la sécurité démocratiqueModifier

Face à cette offensive, les guérillas ont été mises sur la défensive. Depuis 2003, les FARC n'avaient plus la capacité de prendre des bases militaires, ce qu'elles avaient fait à plusieurs reprises à la fin des années 1990, et leurs effectifs seraient passés de 17 000 hommes en 2002 à quelque 8 000 en 2010, tandis que l'ELN compte à cette date moins de 3 000 hommes. Au cours du seul mois de mars 2008, deux dirigeants importants des FARC sont tués au combat (Iván Ríos et Raúl Reyes), et leur fondateur Manuel Marulanda meurt de mort naturelle.

Si d'importants coups militaires ont pu être portés aux guérillas sous les deux mandats d'Álvaro Uribe, celles-ci sont toutefois loin d’être vaincues. Les FARC et l'ELN ont conservé une importante capacité d'action en se recentrant sur les tactiques de guérillas : petits groupes très mobiles, utilisation de mines antipersonnel et de francs-tireurs, parvenant ainsi à infliger des pertes à l'armée et à mettre partiellement en échec la politique de sécurité démocratique. Malgré la politique de fumigations au glyphosate associée au Plan Colombie, la production de cocaïne reste importante et fournit une source abondante de financement pour les paramilitaires et les guérillas (si ces dernières ne possèdent pas de chaine logistique permettant l'exportation de cocaïne ou de laboratoires pour en produire, elles prélèvent néanmoins des impôts sur les cultures de coca et pourraient parfois servir d'intermédiaire entre paysans et narcos-trafiquants).

Limites de la sécurité démocratiqueModifier

Les succès de la sécurité démocratique (succès contre les guérillas, processus de paix avec les paramilitaires) sont ternis par deux scandales majeurs. Le scandale de la parapolitique, révèle les liens entre une partie importante de la classe politique, dont de nombreux parlementaires favorables à la majorité présidentielle, et les paramilitaires. Le scandale des faux positifs, qui éclate fin 2008, désigne la pratique consistant, pour les forces militaires, à abattre des civils avant de les faire passer pour des guérilleros. L'objectif de cette pratique est d'améliorer les statistiques (nombre de guérilleros tués), et donc d'obtenir des primes ou des permissions.

En 2010, alors que le mandat de Juan Manuel Santos débute, de nombreux analystes pensent que la politique de sécurité démocratique doit être repensée[14],[15].

Mandats de Juan Manuel Santos (2010-...)Modifier

2010-2017 : Vers un accord de paix entre le gouvernement et les FARCModifier

Article détaillé : Processus de paix en Colombie.

Le début du mandat de Santos est marqué par une recrudescence de la violence. Les FARC lancent une série d'attaques, tuant plusieurs dizaines de policiers et militaires durant le mois de septembre[16],[17]. Une contre-offensive est lancée par le pouvoir : le 19 septembre, 22 guérilleros sont tués lors du bombardement de 3 camps près de la frontière équatorienne[18], tuant du même coup Domingo Biojo, un des dirigeants politiques du 48e front des FARC[19]. Le 23 septembre, un coup majeur est porté à l'organisation marxiste lors de l'Opération Sodome : Jorge Briceño Suárez, alias Mono Jojoy, chef militaire de l'organisation est tué ainsi qu'une vingtaine d'autres gérilleros, lors du bombardement de leur camp par l'armée colombienne[20]. Le camp détruit, constitué d'un bunker, est décrit comme le « cœur » des FARC en Colombie[21]. Les États-Unis saluent « une victoire importante pour la Colombie »[22].

Le , selon le ministre de la Défense Rodrigo Rivera, 8 145 membres de groupes armés illégaux ont été tués ou arrêtés, tandis que 2 271 se sont volontairement démobilisés. Il a également déclaré que « Nous avons mis à la disposition de la justice 1 406 membres des FARC, 237 de l'ELN, 2 998 membres de groupes criminels et 3 051 criminels de droit commun »[23] tandis que le think tank de gauche Nuevo Arco Iris déclare pour sa part que les FARC et l'ELN ont tué ou blessé 2 500 membres des forces de sécurité en 2010 et que les FARC disposent de 11 200 membres et non de 7 000[24]. Le gouvernement considère début 2011 les FARC comme affaiblies et en repli. La priorité des forces de sécurité colombiennes est à cette date de lutter contre les bandes criminelles héritières du paramilitarisme, qui sont pour le général Oscar Naranjo, commandant en chef de la police, « la principale menace pour le pays »[25].

Le 27 août 2012, le président Santos confirme, après plusieurs jours de rumeurs, que le gouvernement colombien a entamé des entrevues avec les responsables de FARC pour aboutir à un dialogue de paix et terminer le conflit[26]. Il rencontre à cet effet un « ferme soutien » de la part des Évêques de Colombie qui estiment que ce dialogue peut « conduire, avec l’aide de Dieu, à mettre un terme au conflit armé »[27]. Le communiqué, du 28 août, de la Conférence épiscopale de Colombie, présidée par Mgr Rubén Salazar Gómez, Archevêque de Bogota, invite les fidèles et tout le peuple de Colombie « à faire propre la cause de la paix, apportant, chacun selon sa condition, les éléments nécessaires à la construction d’un État de droit rendant possible la coexistence dans la justice, la solidarité et la fraternité »[27].

Les négociations ont officiellement commencé à Oslo en novembre 2012 mais se sont poursuivies essentiellement à La Havane. L'accord signé le 23 juin 2016 devant les responsables des Nations unies et divers chefs d’États américains indique que 300 militaires sous mandat de l’ONU et sous la direction du français Jean Arnault seront chargés de surveiller le respect du cessez-le-feu et la démilitarisations des 7000 combattants des FARC qui seront regroupés dans 23 « zones transitoires de normalisation », complétées de 8 autres secondaires, pour six mois maximum. Il s'agit également d'assurer la sécurité de ceux-ci face aux ex-paramilitaires et aux narco trafiquants, souvent liés les uns aux autres et restés très actifs dans le pays[6].

Les FARC rassemblent en septembre leur dixième et dernière conférence nationale, à laquelle ont assisté plus de deux-cents représentants des différentes unités de la guérilla, pour valider les accords conclus avec le gouvernement[28]. Lors du référendum organisé le 2 octobre 2016, les Colombiens rejettent l'accord de paix avec 50,23 % des voix, pour une participation de 37,28% de la population. Suite à la victoire de "Non" au référendum, et après une nouvelle phase de négociations, le gouvernement et les FARC trouvent un nouvel accord modifiant largement le premier[29], finalement ratifié le 29 novembre par le Sénat et le 30 par la Chambre des Représentants[30]. Fin juin 2017, la mission de l'ONU chargée de superviser l'application des accords de paix estiment que toutes les armes des FARC ont été rendues[31].

Le conflit après le désarmement des FARCModifier

Malgré le désarmement des FARC, de nombreux groupes de «saboteurs armés» restent toutefois actifs dans le pays, allant des guérillas qui poursuivent leur lutte armée (ELN, EPL), à des dissidences des FARC et à des groupes comme les AGC (Autodefenses gaitanistas de Colombia), «franchise» sans idéologie politique alliant des anciens paramilitaires, des réseaux criminels, des narcotrafiquants et des bandes armées locales, avec un nombre total de participants allant de 1.900 selon les autorités à 3.500 selon le FIP (Fondation idées pour paix) ainsi que les «bandes criminelles émergentes», plutôt appelées «groupes armés organisés» (GAO), bandes à effectifs plus réduits également issues en grand epartie du paramilitarisme. La FIP a publié mi-2017 un rapport très complet sur la question issu d'enquêtes de terrain menées entre août 2016 et mai 2017 ; l'un des auteurs de ce rapport fait ressortir qu'aujourd'hui, sans les FARC, de nombreuses personnes ne ressentent pas de changement drastique dans certaines régions. Ces groupes armés, même avec des effectifs réduits, ont un impact humanitaire sur les populations qui devraient en théorie bénéficier de la signature de la paix.»[10].

ConséquencesModifier

Le conflit armé génère bien sûr des victimes militaires appartenant à la force publique ou aux différents acteurs armés, mais sa dégradation au cours des dernières décennies a créé en Colombie un contexte propice à toutes sortes de violations des Droits de l'homme et du droit international humanitaire (DIH), qui font que ce sont de plus en plus les civils qui ont supporté les conséquences du conflit. Ces phénomènes de violences dirigées contre les civils prennent des formes extrêmement graves (massacres, assassinats ciblés, disparitions forcées, prise d'otages etc.). Cette réalité, en partie ignorée ou masquée jusqu'alors, a été rendue incontournable par les confessions d'anciens chefs paramilitaires dans le cadre des «versions libres» prévues par la loi justice et paix. Les paramilitaires ne sont toutefois pas les seuls responsables des actions visant les civils (massacres et disparitions forcées en particulier), et l'État et les FARC utilisent également, dans une moindre mesure, ces modes d'action[32],[33].

Pertes militairesModifier

Les estimations du nombre de victimes de conflit varient fortement, avec des chiffres se situant autour de 50 000 victimes entre 1964 et 2002, ces chiffres n'incluant que les victimes directes d'affrontements entre différentes parties au conflit[34]. Selon l'institut canadien Ploughshares, le conflit a fait entre 50 000 et 200 000 victimes entre 1964 et 2010, dont au moins 40 000 depuis 1990[35].

Selon les données du ministère de la défense colombien, de 2002 à juillet 2011, 16 853 membres des FARC et 3 493 membres de l'ELN se seraient démobilisés. Dans le même temps, 38 459 membres de groupes armés auraient été capturés par l'armée colombienne, et 14 209 tués. L'armée colombienne indique déplorer 5 244 tués sur la même période[36]. Ces chiffres restent cependant à considérer avec prudence, notamment à la lumière du scandale des faux positifs qui a vu l’armée colombienne exécuter des milliers de civils dans le but de les présenter comme des rebelles tués au combat.

Victimes civilesModifier

Selon Amnesty International, « la grande majorité des 70 000 personnes tuées dans le cadre du conflit armé au cours des 20 dernières années sont des civils ». La majeure partie d'entre eux ont été victimes des forces paramilitaires, mais avec le désarmement partiel de ces groupes à partir de 2003, la part de l'armée et de la police n'a cessé d'augmenter (voir scandale des faux positifs). Le nombre des victimes civiles des paramilitaires est au contraire passé de 1 560 en 2002 à plus de 3000 en 2007. Les victimes sont pour la plupart des paysans ou des leaders communautaires présentés par les militaires et les paramilitaires comme des guérilleros tués au combat[37].

Les groupes de guérilla sont également responsables d'homicide sur des civils, avec un nombre de victimes qui passe de 720 à 260 en 2007. Parmi ces civils victimes des groupes guérilleros, on trouve des candidats aux élections (la plupart des 29 candidats aux élections locales et régionales de 2007), ainsi que des paysans ou des leaders syndicaux accusés de sympathiser avec le groupe de guérilla rival dans le cadre de la guerre entre les FARC et l'ELN dans le département d'Arauca[37].

Un rapport d'un centre de l'OTAN sur le terrorisme relève en 2011, selon les sources publiques, un total de 340 actes terroristes (7e rang mondial) faisant 448 tués, 634 blessés et 123 personnes enlevées[38].

Déplacements forcésModifier

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, avec trois millions de personnes déplacées depuis 1950, la Colombie était en 2008 le pays au monde le plus touché par ce phénomène devant l'Irak et la République démocratique du Congo[39]. Selon les chiffres officiels du gouvernement colombien, qui ne considère pas la Colombie comme le pays le plus touché par ce phénomène, le nombre de personnes déplacées entre 1950 et 2010 s'élève à 3 551 106, mais la tendance est à la baisse : alors que le nombre de personnes déplacées en 2007 s'élevait à 327 740, ce chiffre s'établissait à 161 222 en 2009. Selon l'ONG Codhes, qui chiffre à 3 700 000 le nombre de colombiens déplacés par le conflit, 380 000 de ces personnes demandent ou ont obtenu le statut de réfugiés dans 36 pays, l'Équateur étant la destination la plus commune (52 000 colombiens bénéficient en 2010 du statut de réfugié en Équateur)[40]. 70 % de ces réfugiés auraient été victimes de déplacements forcés par les paramilitaires, 21 % par l’armée et près de 10 % par les guérillas selon un rapport de l'ONG Coalición Colombiana contra la Tortura [41].

Selon les chiffres du CICR, la majorité des personnes déplacées (52 %) sont des mineurs. Les causes principales de ces déplacements forcés sont les recrutements forcés par les groupes armés illégaux (guérillas ou paramilitaires), les menaces de mort ainsi que les fumigations au glyphosate pratiqués à grande échelle. Dans de nombreux cas, des groupes illégaux, en particulier paramilitaires et narcotraficants, s'approprient les terrains laissés par les personnes déplacées : cette situation concerne plus de 5 millions d'hectares dans le pays[42],[43],[44]. Concernant les femmes qui constituent la moitié de la population déplacée, une sur cinq a dû fuir des violences sexuelles[45].

Droits des enfantsModifier

Dans un rapport publié en mai 2010, l'ONU intègre les FARC et l'ELN à une liste de 16 groupes armés ( actifs en Afghanistan, Birmanie, Colombie, Congo, Philippines, etc ) contrevenant de manière persistante aux droits des enfants en temps de guerre. Les groupes rebelles colombiens sont accusés de continuer à recruter des personnes de moins de 18 ans dans leurs forces, au mépris des conventions internationales qui prohibent l'emploi d'enfants soldats. Selon le rapport, au moins 600 enfants ont ainsi été recrutés dans des groupes armés entre 2008 et 2009 ( ce qui concernerait également les paramilitaires ). L'engagement « volontaire » d'un mineur dans la guérilla peut toutefois être vu comme un engagement forcé par les conditions sociales et économiques : absence de perspectives économiques, risques pesant sur les mineurs auxquels ils pensent pouvoir se soustraire en rejoignant la guérilla. Si les recrutements de mineurs sont de moins en moins tolérés par la société colombienne, les dénonciations sont encore rares par rapport aux cas constatés [46],[47]. Certains spécialistes posent néanmoins la question de la valeur de la notion d'enfance dans un pays où la loi permet le mariage des filles à partir de 12 ans et où la pauvreté se fait bien plus meurtrière que la guerre[48][49].

Bien que les recrutements de mineurs par des factions du conflit concernent essentiellement ceux issus de communautés rurales, les enfants provenant des centres urbains ne sont pas pour autant épargnés par la violence. Des groupes paramilitaires, avec le concours des forces de police et de l'armée, ont régulièrement procédé à des opérations de « nettoyages social » contre des personnes jugées indésirables: sans-abri, toxicomanes, prostituées, mais aussi enfants des rues. « Il y a six mois les paramilitaires sont venus et ont mis le feu à une petite fille. Ils ont versé de l’essence sur elle et l’ont enflammée. » Lorsque leurs agresseurs ne peuvent pas les atteindre par balles ou au couteau alors ils déversent de l’essence dans les bouches d’égouts et y mettent le feu. 22 enfants sont ainsi morts brûlés vifs. Le harcèlement par la police, qui agit généralement le dimanche, est permanent et les pousse à se réfugier au plus profond des canalisations de la ville. « Ils viennent constamment ici, t’attrapent et t’emmènent au poste de police. Là ils te frappent dur et t’aspergent avec un puissant jet d’eau. Ils te disent que tu es bon pour le nettoyage social. Ils ne te disent pas quand mais quand c’est ton tour, c’est ton tour ». Pour la seule année 1993, au moins 2190 enfants de la rue ont été assassinés, pour beaucoup par des agents de l’État[50],[51],[52].

Dans le département du Caqueta, au sud de la Colombie, mais peut-être ailleurs également, l'armée a eu recours à l'utilisation « d'enfants tueurs ». Des enfants des rues étaient enlevés par des policiers de la Brigade de protection des enfants, puis remis aux renseignements militaires, qui les dressaient à tuer aux couteaux. Ils étaient entrainés sur des clochards, avec lesquels ils devaient dormir dans une même pièce après l'assassinat. L'instruction achevée, ils étaient alors expédiés dans des territoires contrôlés par la guérilla et s’enrôlaient dans celle-ci avec pour mission d'éliminer les commandants dans leur sommeil[53].

Violences sexuellesModifier

Comme dans beaucoup de conflits, on déplore des actes de violences sexuelles de la part des belligérants sur la population civile. Selon une étude publiée en décembre 2010 par Intermon Oxfarm, 489 687 personnes, en grande majorité des femmes, auraient été victimes de ce type de violence dans 407 municipalités. Des éléments des groupes paramilitaires, de guérilla et de l'armée colombienne auraient violé entre 2001 et 2009 14 779 femmes. Les groupes armés auraient également forcé plus de 1 500 femmes à se prostituer durant cette même période[54]. Une étude réalisée par la coalition colombienne contre la torture relève que les agents de l’État seraient responsables de 66 % des viols, les paramilitaires de 32 % et les guérillas de 2 %[55].

MassacresModifier

  • Massacre de San José de Apartadó : en février 2005, des hommes des AUC sous le commandement d'un nommé Melaza opèrent conjointement avec une brigade de l'armée colombienne dans cette «communauté de paix», qui déclarait refuser de s'impliquer dans le conflit, mais accusée par l'armée et les paramilitaires de permettre l'action des FARC. Au cours de ces opérations, qui durèrent trois jours, huit habitants de la Communauté sont tués, dont deux miliciens des FARC mais aussi des femmes et enfants, étranglés, égorgés, ou découpés à la machette. Les principaux responsables, le paramilitaire Melaza et Armando Gordillo, capitaine de l'armée, sont arrêtés en 2007 et admettent leur responsabilité dans ces faits, que l'armée avait d'abord essayé d'attribuer aux FARC [56].
  • Massacre de Betoyes, en mai 2004. Quatre jeunes filles d'une communauté indigène sont violées et l'une d'elles, enceinte, tuée. Trois hommes sont également abattus au cours de cette action, entrainant la fuite de la population. Les auteurs du massacre arboraient des insignes des AUC mais auraient possiblement pu appartenir à l'armée colombienne [57].
  • Massacre de Macayepo, le . Le sénateur Álvaro García Romero (es) (Parti de la Colombie démocratique), un puissant propriétaire terrien qui siégeait depuis 40 ans, a été arrêté en 2007 dans le cadre du scandale de la parapolitique et condamné, en mars 2010, pour avoir apparemment commandité le massacre[58].
  • Massacre de El Salado, du 16 au 19 février 2000, qui aurait fait plus de 100 victimes. Le massacre a été réalisé par 450 paramilitaires sous le commandement de Jorge 40 (es), qui indique avoir agi sur ordre de Carlos Castano. Les victimes ont pour la plupart été torturées avant d’être mises à morts, et les femmes violées. De nombreux corps sont retrouvés décapités[59].
  • Massacre de Mapiripán du 15 au 20 juillet 1997. Ce massacre aurait fait au minimum 39 victimes, tuées sur ordre du chef paramilitaire Salvatore Mancuso. Plusieurs militaires, dont un colonel et un général, ont été condamnés à la peine maximale de 40 années de prison ferme pour avoir participé directement au massacre, ou pour avoir permis aux paramilitaires d’accéder au village. Pour ces raisons, le 15 septembre 2005, la Cour interaméricaine des Droits de l'Homme a jugé l'État colombien responsable de ce massacre[60].

DéfinitionModifier

Selon les définitions utilisées, basées sur le nombre de victimes, le degré de violence et les motivations des acteurs armés, ce conflit est qualifié par différents instituts ou groupes de réflexion de « guerre civile », de « conflit armé », de « conflit armé interne », de « guerre révolutionnaire », de « conflit civil idéologique », ou de « guerre »[34]. Certains intellectuels et éditorialistes colombiens, dont l'ancien président Alfonso López Michelsen ont, à la fin des années 1990 adopté le terme de « guerre civile », s'appuyant en particulier sur l'intensité du conflit, tandis que d'autres comme Eduardo Pizarro Leongómez ou Daniel Pécaut jugent que l'emploi du terme de guerre civile est inadapté ou même dangereux. Eduardo Posada Carbó, auteur d'un essai sur le sujet, estime que l'affrontement entre les groupes armés illégaux et l'État ne se traduit pas en une polarisation de larges secteurs de la société sur des critères ethniques, politiques où religieux, et que la majeure partie de la population ne se reconnait dans aucun des acteurs armés illégaux (guérillas ou paramilitaires), mais se sent représentée au moins en partie par les institutions de l'État. Il en conclut que le terme de « guerre civile » ne saurait s'appliquer au conflit colombien[61].

Sous les mandats d'Alvaro Uribe (de 2002 à 2010), la position officielle du gouvernement colombien a été qu'il n'existe pas en Colombie un conflit armé, mais plutôt une menace terroriste (ou narco-terroriste) contre laquelle la force publique doit lutter par tous les moyens. Un changement dans cette politique se produit au cours de la préparation sous le gouvernement de Juan Manuel Santos d'une nouvelle loi sur les victimes, qui devrait reconnaitre que la Colombie connait un conflit armé. Selon Santos, « Cela fait longtemps qu'il y a [en Colombie] un conflit armé ». Selon Arturo Mujica, avocat de la Commission colombienne des juristes, cette modification du statut officiel de la situation que connait la Colombie serait à même d'ouvrir la porte à la reconnaissance et à l'indemnisation non seulement des victimes des FARC et des autres groupes de guerrilla, ce qui était déjà le cas, mais aussi à de possibles indemnisations pour les victimes de l'État et des paramilitaires[62]. cette possibilité déclenche une polémique entre les partisans de Juan Manuel Santos et ceux d'Álvaro Uribe, opposés à ce changement d'analyse sur la situation en Colombie. Álvaro Uribe, suivi par Juan Lozano (président du Parti social d'unité nationale) demande que si le terme « conflit armé » était retenu dans la loi sur les victimes, la même loi précise que les FARC comme des autres groupes combattants sont des groupes terroristes[63].

DégradationModifier

Jusqu'aux années 1980, le conflit semble plus structuré que les guerres qu'avait connu la Colombie jusqu'alors, et la guérilla semble porteuse de projets politiques alternatifs et de tactiques nouvelles. Cette « phase de guérilla révolutionnaire » semble alors marquer une nouvelle étape, après les guerres civiles anarchiques du XIXe siècle et la violence généralisée qui frappe le pays pendant La Violencia[64].

Depuis le milieu des années 1980 et la généralisation du conflit, les analystes parlent au contraire d'une « dégradation », ou « dégénérescence », du conflit, la criminalisation des différents acteurs et l'importance croissante du trafic de drogue dénaturant le caractère politique de la confrontation. Durant cette période, le niveau de violence s'accroit fortement et le conflit touche de plus en plus les civils, devenant une « guerre de tous contre tous ». Les massacres deviennent un moyen d'action privilégié des différents acteurs armés. Certains des acteurs de conflit sont conscients de cette évolution et déclarent vouloir la combattre : selon Manuel Pérez (en), commandant en chef de l'ELN, « lorsqu'on parle d'humanisation de la guerre et que l'on reconnait que nous sommes en guerre civile, le problème n'est pas de savoir si elle va se terminer bientôt ou plus tard, mais de la développer par des voies qui permettent d'éviter un bain de sang pour la population civile… »[64]. Au cours des années 1990 et 2000, la cruauté continue d'être utilisée comme un « mode d'accès au politique » par les FARC et les forces paramilitaires. Du fait des atrocités qu'elles ont commises, les forces paramilitaires ont pu forcer l'État à leur donner une reconnaissance politique par une négociation qui débouche en 2005 sur la loi Justice et paix, qui leur garantit d'importantes remises de peines s'ils se démobilisent et confessent leur crimes. Les FARC, pour leur part, refusent le Droit international humanitaire en utilisant la prise d'otages politiques en vue de disposer d'une « monnaie d'échange » pour pouvoir, le moment venu, redevenir un interlocuteur politique et être reconnu comme « force belligérante ». Dans les deux cas, selon Daniel Pécaut, la cruauté est donc « déterminée avant tout par des calculs éminemment rationnels »[65]. Ces prises d'otages de militaires et de politiciens étant destinées à obtenir un « accord humanitaire » avec le pouvoir colombien concernant la libération des prisonniers des deux parties, et donc des guérilleros emprisonnés[66].

MédiasModifier

Le conflit armé colombien a inspiré plusieurs artistes. Parmi ceux-ci, il faut citer Fernando Botero, qui a exposé en 2004 au Musée national de Colombie une série de cinquante dessins et peintures réalisés entre 1999 et 2004. Ces œuvres rompent avec les thèmes d'inspiration antérieurs de Botero, qui avait toujours privilégié des sujets plus légers. Ce tournant est justifié par la volonté de l'artiste de « laisser un témoignage » sur un moment irrationnel de l'histoire de Colombie :

« J'ai peint la Colombie toute ma vie, les aspects agréables que j'ai connus pendant mon enfance et mon adolescence. Je ne ressens pas directement la violence puisque je vis hors du pays depuis longtemps, mais je la connais par la presse. La violence a commencé à être dans ma tête et un jour, j'ai senti que je devais peindre, déclarer l'horreur qui est la mienne face à ce panorama du pays. »

— Fernando Botero, (es) Botero retrata décadas de violencia en Colombia, El Pais, 4 mai 2004

Le chanteur Juanes a dédié plusieurs chansons au conflit armé colombien et au fléau que représentent les mines antipersonnel[67].

Au cinéma, on peut citer le film Golpe de estadio, de Sergio Cabrera, qui dépeint de façon burlesque les relations entre l'armée et la guérilla dans un village reculé pendant les phases qualificatives de la Coupe du monde de football de 1994[68]. Le film Soñar no cuesta nada, Rêver ne coûte rien (2006), de Rodrigo Triana se fonde sur l'histoire réelle d'un groupe de soldats qui parviennent en 2003 à s'emparer d'une importante somme d'argent appartenant aux FARC. Se partageant la somme entre eux, ils finissent par être démasqués et jugés[69]. D'autres œuvres audiovisuelles prennent le parti de montrer le conflit au travers du regard des enfants, comme le film Les couleurs de la montagne (2011, de Carlos César Arbeláez ), qui au-delà de l'histoire de trois enfants qui veulent récupérer leur ballon de football envoyé sur un terrain miné, montre la vie d'un petit village de l'Antioquia dans le conflit[70]. Le dessin animé Pequeñas voces (petites voix), sorti comme court-métrage en 2003 puis en 2010 comme long-métrage, est présenté cette même année au festival de Venise. Le conflit y est vu « au travers des yeux des enfants, d'une manière totalement neutre », selon Adela Manotas, la directrice artistique du projet. Les seules voix de la bande-son sont celles de quelques-uns des enfants déplacés en Colombie (un million selon l'UNICEF), l'objectif étant de « transmettre ce document sur le conflit depuis le monde qui leur appartient »[71].

Le conflit armé est également un thème récurrent dans l'art populaire de toutes les régions de la Colombie. Il se traduit par la récurrence dans les œuvres appartenant à ce courant de thèmes comme celui du drapeau (déchiré, ensanglanté), et celui du sang et de la mort[72], celui enfin des enfants comme victimes du conflit armé[73]. Dans le cadre d'un programme soutenu par plusieurs ONG, les populations indigènes du nord du Cauca ont fait de la peinture une façon de soigner les blessures. La réalisation dans ce cadre de plusieurs peintures murales permet de maintenir la mémoire des tragédies (massacres, déplacements forcés) qu'a subies cette région entre 1999 et 2004[74].

Notes et référencesModifier

  1. Balance de la seguridad democrática de Uribe, a ocho días de entregar el poder, Lapatria.com, août 2010.
  2. (es) Les FARC n'ont plus que 8 000 hommes, El Espectador, .
  3. Colombia's ELN rebels show new vigour, BBC News, 5 novembre 2009.
  4. (en) Venezuela and Colombia:The FAN is outmatched, Hispanic American Center for Economic Research, 2005.
  5. {es}Human Rights Watch. Informe Colombia 2010.
  6. a et b Patrick Bèle, « Colombie : la paix avec les Farc semble enfin inéluctable », sur Le Figaro (consulté le 24 juin 2016).
  7. « PRESS BRIEFING ON COLOMBIA BY EMERGENCY RELIEF COORDINATOR », sur www.un.org.
  8. Patrick Bèle, « COLOMBIE Farc: «Jeudi 23 juin, dernier jour de guerre » », sur Le Figaro, (consulté le 23 juin 2016).
  9. « Accord de paix historique entre gouvernement colombien et FARC », sur www.romandie.com (consulté le 25 août 2016).
  10. a et b Saboteadores armados, la mayor amenaza de la paz, El Espectador, 16 juillet 2017
  11. (es) « La tragedia del Palacio de Justicia, un monumento a la impunidad », Semana, (consulté le 21 décembre 2010).
  12. (fr) L’UNASUR victime de la course aux armements, 24 septembre 2009.
  13. "Las Bacrim tendrían unos seis mil hombres, en seis estructuras", Álvaro Villarraga, Sally Palomino, semana.com, 18 janvier 2011.
  14. Es hora de replantear la forma de combatir a la guerrilla, Semana, 7 septembre 2010.
  15. Balances 2009: El declive inevitable de la seguridad democrática, León Valencia, razonpublica.com.
  16. Une nouvelle attaque des FARC tue 3 policiers Colombia Reports.
  17. Les attaques reblles s'intensifient en Colombie Article du Nouvel Observateur.
  18. Vingt-deux guérilleros des FARC tués par l’armée colombienne.
  19. Farc commander Domingo Biojo killed on sunday attack.
  20. Government provides more details on Government provides details on bombing raid.
  21. Un campement des FARC détruit - Le Figaro..
  22. Farc: "Victoire pour la Colombie" (USA) - Le Figaro.
  23. (es) Rodrigo Rivera, « Más de 10 mil criminales y terroristas fueron neutralizados en el 2010 », Ministère de la Défense Colombien, (consulté le 18 décembre 2010).
  24. (en) Adriaan Alsema, « Death of Mono Jojoy forces FARC to carry out different strategy: NGO », Colombia Reports, (consulté le 18 décembre 2010).
  25. "Las bandas criminales son la principal amenaza para el país": general Naranjo, Semana, 25 janvier 2011.
  26. Santos confirms Colombia will begin peace talks with FARC.
  27. a et b (fr) « Ferme soutien » des Évêques aux colloques du gouvernement avec les rebelles en vue d’une conférence de paix, dans Agence Fides le 29/08/2012, [lire en ligne].
  28. « Colombie: les FARC réunies pour la dernière fois » (consulté le 28 août 2016).
  29. El Gobierno de Colombia y las FARC alcanzan un nuevo acuerdo de paz, La Vanguardia, 13 novembre 2016
  30. Congreso de Colombia ratifica acuerdo de paz con guerrilla FARC, El Universo (Équateur), 30 novembre 2016
  31. http://www.france24.com/fr/20170627-colombie-farc-armes-desarmement-santos-timochenko-paix
  32. Memoria y olvido en el contexto de degradación des conflicto colombiano, variaciones teórico normativas, antropol.sociol. No. 11, Enero - Diciembre 2009, p. 75 - 124.
  33. Pécaut, Op. Cit., chap. 6, Terreur et prosaïsme : la guerre vécue par la population, p. 111-119.
  34. a et b The severity of the Colombian conflict : cross-country datasets versus new micro data, J. Restrepo, M. Spagat and J.Vargas.
  35. Armed Conflicts Report - Colombia : number of deaths, Ploughshares.
  36. Logros de la Politica de Consolidacion de Defensa y Seguridad Democratica.
  37. a et b LAISSEZ-NOUS VIVRE EN PAIX ! Les civils, victimes du conflit armé en Colombie, Amnesty International, octobre 2008.
  38. (en)[PDF]« 2011 Annual Terrorism Report », sur Centre of Excellence Defense Against Terrorism, (consulté le 22 mars 2012).
  39. ACNUR: Colombia es el país del mundo con mayor número de desplazados, Caracol Radio, 17 juin 2008.
  40. Colombia niega ser el país con más desplazados por la violencia, El Espectador, 9 novembre 2010.
  41. « Rebelion. Agentes del Estado son responsables del 98% de las violaciones sexuales en el marco de la guerra ».
  42. ¿Cuántos desplazados en Colombia?, Hernando Salazar, BBC Mundo, 30 septembre 2008.
  43. "Desplazarse no es sólo huir, es perderlo todo", BBC Mundo, 2 avril 2008.
  44. La tierra prometida, Semana, 4 septembre 2010.
  45. « Violences sexuelles en Colombie : Oxfam appelle à la tolérance zéro », Oxfam Solidarité, (consulté le 24 décembre 2010).
  46. Servicio de Noticias de las Naciones Unidas, « Centro de Noticias de la ONU - Colombia: ONU advierte que grupos rebeldes siguen reclutando niños », sur Servicio de Noticias de las Naciones Unidas.
  47. United Nations News Service Section, « UN News - UN identifies most persistent users of child soldiers in armed conflicts », sur UN News Service Section, .
  48. « « Veillée de paix » pour les guérilleros des FARC - Mémoire des luttes », sur www.medelu.org.
  49. « La faim sévit dans le nord de la Colombie ».
  50. VICE, « Living in the Sewers of Colombia », .
  51. Elizabeth F. Schwartz, Getting Away with Murder: Social Cleansing in Colombia and the Role of the United States, The University of Miami Inter-American Law Review, .
  52. « TLAXCALA : Colombie : La nouvelle phase du nettoyage social », sur www.tlaxcala.es.
  53. Roméo Langlois, Jungle Blues, Éditions Don Quichotte, , 297 p. (ISBN 978-2-35949-108-1).
  54. (es)[PDF]« Violencia sexual en contra de la mujeres en el contexto del conflicto armado colombiano », Intermon Oxfarm, (consulté le 24 décembre 2010).
  55. « Bottup.com | La tortura sigue siendo estrategia de guerra en Colombia », sur bottup.com.
  56. « ¿Por qué mataron a los niños? », sur www.semana.com.
  57. « [RISAL.info] Colombie : le Massacre de Betoyes ».
  58. « Parapolítica: Álvaro García Romero », sur www.verdadabierta.com.
  59. (es) « Masacre de El Salado, 15 años después - Las2orillas », .
  60. « Condenan al general Uscátegui por masacre de Mapiripán ».
  61. ¿Guerra Civil? El lenguaje del conflicto en Colombia, Eduardo Posada Carbó, août 2002, Ed. Alfaomega, (ISBN 958-682-413-6).
  62. ¿Qué significa el reconocimiento del conflicto armado por parte del Gobierno?, semana.com, 4 mai 2011.
  63. La U pedirá que ley de víctimas califique a las Farc como terroristas, Semana.com, 16 mai 2011.
  64. a et b Gonzalo Sánchez, Guerre et politique en Colombie, Paris, L'Harmattan, , 217 p. (ISBN 2738463711), chap. 4 (« La dégénerescence de la guerre »), p. 197-205.
  65. Daniel Pécaut, Les Farc, une guérilla sans fins ?, Paris, Lignes de repères, , 169 p. (ISBN 978-2-915752-39-7), p. 130-132.
  66. « Maurice Lemoine - "Les FARC n'assassinent pas les prisonniers" », sur www.educweb.org (consulté le 24 août 2016).
  67. (en) Juanes se reúne con Hillary Clinton en Washington, El Universal, 11 juin 2009.
  68. (es) Golpe de Estadio, Pol Seguera.
  69. (en) Soñar no cuesta nada sur Imdb.
  70. Los colores de la montaña, Ricardo Silva Romero, Semana, 19 mars 2011.
  71. El conflicto colombiano en dibujos animados, Miguel Cabanillas, 6 septembre 2010, La Opinión.
  72. PRIMER SALÓN BAT DE ARTE POPULAR: LA PRESENCIA DE LO AUSENTE E INVISIBLE, Gloria Triana, et EL SALÓN BAT DE ARTE POPULAR, Eduardo Serrano, catalogue du premier salon d'art populaire colombien de la fondation BAT .
  73. Pop art a la colombiana, Paula Ricciulli.
  74. Pintando la memoria del norte de Cauca, verdadabierta.com, 17 novembre 2010.

AnnexesModifier