Ouvrir le menu principal

Concession britannique de Shanghai

Concession de Shanghai, en Chine, occupée par les britanniques à partir de 1843, avant de fusionner avec celle des américains en 1863
Bund no 33, consulat britannique

La Concession britannique de Shanghai (chinois : 上海英侨 ; pinyin : shànghǎi yīngqiáo) est une concession qui commença en 1843 à Shanghaï, à la fin de la guerre de l'opium, et qui fusionna avec la concession américaine de Shanghai (上海美租界), en Concession internationale de Shanghai en 1863.

Sommaire

Contexte historiqueModifier

La concession fut cédée lors du Traité du Bogue, signé le , un traité inégal qui prolonge le traité de Nankin signé le , dans la ville de Nankin, à bord du HMS ''Cornwallis'' (en). Dans le premier traité, la chine était dans l'obligation de verser des indemnités de 21 millions de dollars sur quatre ans, pour l'opium importé par les Britanniques et détruit par les autorités chinoises de la Dynastie Qing. Ils doivent aussi concéder différents territoires, dont l'île de Hong Kong à l'Empire britannique et l'ouverture de ports de commerce à celui-ci.

Celle-ci s'étend sur la rive gauche du fleuve Huangpu, sur une superficie de 199 hectares, entre la rivière Suzhou qui marque la limite avec la concession américaine et le canal Yang King Pang qui la sépare de la concession française[1].

Période de la concessionModifier

 
hippodrome de Shanghai comportant des bâtiments de la concession.

Fusion avec la concession américaineModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier