Ouvrir le menu principal

Comtesse du Barry (entreprise)

entreprise française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comtesse du Barry.
Ne doit pas être confondu avec Madame du Barry.

Comtesse du Barry
logo de Comtesse du Barry (entreprise)

Création 1908
Fondateurs Joseph et Gabrielle Dubarry
Siège social Gimont
Drapeau de France France
Activité Commerce de gros de produits à base de viande
Produits Foie gras, caviar, truffe, saumon fumé, cadeau d'entreprise
Société mère Maïsadour
Effectif 141 au 30/06/2017
SIREN 396-720-310
Site web comtessedubarry.com

Chiffre d'affaires 23 277 200 € au 30/06/2015

22 400 400 € AU 30/06/2016

21 249 600 € au 30/06/2017

Résultat net -680 300 € au 30/06/2015 (perte)

-1 955 100 € au 30/06/2016 (perte)

-424 700 au 30/06/2017 (perte)

Comtesse du Barry est une entreprise agroalimentaire française fondée par Joseph et Gabrielle Dubarry en 1908, spécialisée dans le foie gras et les plats cuisinés, dont le siège social se situe à Gimont, dans le Gers.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
La boutique Comtesse du Barry à Gimont.

En 1908, Joseph Dubarry, ferblantier et son épouse Gabrielle, charcutière, décident d'unir leurs efforts pour produire « le meilleur foie gras du monde ». Les produits de la Maison sont vendus dans leur épicerie de Gimont, et dans les foires d'exposition.

En 1936, Comtesse du Barry s'initie à la vente par correspondance et devient la première entreprise vépéciste dans le secteur du foie gras. En 1949, Yvette Lacroix Dubarry, fille des fondateurs, met au point les premiers plats fins cuisinés appertisés.

En 1954, le procédé de fabrication du bloc de foie gras est développé par le gendre des fondateurs, Henri Lacroix. Ce procédé permet de mélanger des morceaux de plusieurs foies afin d'obtenir un produit de consistance homogène, idéal à tartiner et une démocratisation des occasions de consommation du foie gras. Ce procédé est depuis resté inchangé.

En 1974, lors des grandes grèves, les clients ne peuvent pas recevoir leurs commandes à temps pour les fêtes. En 1975, la première boutique Comtesse du Barry ouvre ses portes à Gimont. En 1977, la charcuterie « À la Comtesse du Barry » devient « Comtesse du Barry » en hommage à la favorite de Louis XV, connue comme étant très gourmande, trait probablement hérité de ses aïeux maternels rôtisseur et cuisinier.

En 1996, Comtesse du Barry propose désormais ses produits sur la toile, avec son site de vente en ligne.

En 2006, Luc Bramel[1],[2], arrière-petit fils des fondateurs, est nommé directeur général.

En , Comtesse du Barry est acquis par le groupe Maïsadour[3],[4]. Thierry Blandinières devient président, Luc Bramel conserve le poste de directeur général unique, tous les emplois sont conservés[5].

En , Comtesse du Barry ferme le site de production de Gimont et transfère son personnel à Fleurance[6].

En , au terme de plusieurs années de pertes et baisse d'effectifs, Comtesse du Barry affirme dans le Journal du dimanche (JDD)[7] avoir retrouvé le chemin des bénéfices et de la croissance. L'enseigne déploie une offre de snacking dans ses magasins parisiens.

ActivitésModifier

Comtesse du Barry fabrique à Fleurance du foie gras d'oie et de canard, élevés en plein air dans le Sud-Ouest et nourris au maïs grain entier. Seulement 5 % de la production française suit un cahier des charges aussi strict[réf. nécessaire]. Les terrines et plats cuisinés sont également cuisinés sans colorant ni conservateurs ajoutés. L'entreprise se diversifie en 2013 dans le saumon fumé et le caviar[8]. Comtesse du Barry reste l'un des acteurs majeurs sur le cadeau gastronomique[9] et l'épicerie fine[10].

Notes et référencesModifier

  1. Isabelle Sallard, « Aujourd'hui, je crois à Internet comme canal de vente à distance », sur lesechos.fr,
  2. Laurent Marcaillou, « Comtesse du Barry géré en père de famille », sur lesechos.fr,
  3. J. R., « Comtesse du Barry passe dans le giron de Delpeyrat », sur sudouest.fr, (consulté le 28 mai 2014)
  4. Séverine Husson, « En gagnant en taille, les coopératives risquent de perdre leur âme », sur la-croix.com, (consulté le 28 mai 2014)
  5. Gaëlle Richard, « Un nouveau départ après 103 ans d'histoire », sur sudouest.fr,
  6. Valentin Dohin, « Comtesse du Barry ferme son site de production historique de Gimont », sur latribune.fr, (consulté le 13 janvier 2016)
  7. Adrien Cahuzac, « Pourquoi la Comtesse du Barry va mieux », sur Le Journal du dimanche (JDD),
  8. Annelot Huijgen, « Delpeyrat rajeunit la Comtesse du Barry », sur lefigaro.fr, (consulté le 28 mai 2014)
  9. « Comtesse du Barry », sur maisadour.com
  10. Jennifer Durand, « 10 délicieuses épiceries parisiennes », sur linternaute.com,

Liens externesModifier