Ouvrir le menu principal

Histoire de la Force terrestreModifier

De l'indépendance à la Première Guerre mondialeModifier

Première Guerre mondialeModifier

Entre-deux-guerresModifier

Seconde guerre mondialeModifier

Après 1945Modifier

 
Un mortier de 81 mm du Régiment Para-Commando en 1987.

Chronologie du commandementModifier

Avant la réforme de l'armée belge survenue en 2002, le commandement de la Force terrestre était réparti entre le chef d'état-major de la Force terrestre (en néerlandais : stafchef van de Landmacht) et le chef du commandement opérationnel de la Force terrestre (en néerlandais : chef van het operationeel commando van de Landmacht). Depuis la réforme, le « patron » unique de l'armée de terre est appelé commandant de la composante terre (en néerlandais : commandant van de landcomponent).

Chefs d'état-majorModifier
Chefs du commandement opérationnelModifier
Commandants de la composante terreModifier

Organisation jusqu'en 2018Modifier

La Composante terre[Quand ?] est composée jusqu'en juillet 2018 de deux brigades; une brigade medium (médiane) - qui deviens le une Brigade Motorisée[12] - et une brigade légère. La brigade légère est une capacité parachutable composée, outre le Quartier général (QG) qui en assure le commandement, de trois bataillons, du Special Force Group et des deux centres de formation (Commando & Parachutiste), il est dissout le 3 juillet 2018 pour devenir régiment des opérations spéciales « Special Operations Regiment » (SOR)[13],[14]. La brigade medium est constituée d'un QG, et de quatre bataillons (deux néerlandophones et deux francophones)

 
Détachement du Bataillon de Chasseurs Ardennais défilant à Bastogne
 
Détachement de Grenadiers

Unités du Special Operations Regiment

Unités de la Brigade Motorisée

Unité de reconnaissance

Unité d'information et de communication

Unité d'artillerie

Unités du génie

Groupes de système de communication et d'information (CIS)

Unités logistiques

Police militaire

Camps et centres d'entraînements

Autres unités

Les Centres de Compétence terre (CC Land)

MatérielModifier

ArmementModifier

PistoletsModifier

Pistolets mitrailleursModifier

Fusil d'assautsModifier

 
Fusil d'assaut FN FNC

MitrailleusesModifier

Fusils de précisionModifier

Mitrailleuse lourdeModifier

Lance-roquettesModifier

MissilesModifier

ArtillerieModifier

Véhicules actuelsModifier

 
Un Piranha IIIC DF90 au premier plan. Il est le véhicule de combat le plus puissant de l’armée belge depuis le déclassement de ses Leopard 1A5.
 
Des Mowag Piranha IIIC le 21 juillet 2016.
 
Un Dingo 2 avec une tourelle téléopérée tractant un obusier LG1 Mark II de calibre 105 mm le 21 juillet 2016.

La Composante terre remplace depuis le début des années 2010, ses véhicules à chenilles par des véhicules blindés à roues.

Note : Le Pandur est en train d'être modifié. Il est équipé d'armes anti-chars et de senseurs d'une nouvelle génération pour être intégré dans les unités de reconnaissance (Pandur Recce).

Version ROSS 7,62 mm, ROSS 12,7 mm, PC, Ambulance

  • Fox RRV (108 commandé en 2015 pour 23 millions d’euros, destiné à remplacer la VW Iltis qui sont retirés en 2018[16])
    • 60 en version de reconnaissance
    • 48 dans une version « commandement et liaison »
  • Iveco LMV Lynx (439) seront remplacés à terme.
  • commande de 60 EBRC Jaguar[17]. (Seront livrés entre 2025 et 2030.)
  • commande de 382 VBMR Griffon[18]. (Seront livrés entre 2025 et 2030.)
  • projet de remplacement des Iveco LMV par 322 véhicules de commandement et de liaison (CLV) d'une masse maximale de 8,5 tonnes dont 135 recevront un tourelleau téléopéré d'ici 2026r[19])

Anciens véhiculesModifier

Véhicules à roueModifier

  • Minerva Land-Rover (hors service 1986)
  • Volkswagen Iltis (2 673 livrés, en service de 1984 à 2018)
  • FN AS 24

Véhicules de soutienModifier

CharsModifier

Organisation selon la loi du Modifier

InfanterieModifier

N. B. : un bataillon (864 hommes) est constitué de quatre compagnies de 216 hommes

CavalerieModifier

  • 4 régiments de lanciers (4 escadrons actifs et 1 de renfort dans chaque régiment)
  • 2 régiments de guides (idem)
  • 2 régiments de chasseurs à cheval (idem)

N. B. : un escadron compte environ 130 chevaux

ArtillerieModifier

  • 4 régiments d'artillerie de campagne (10 batteries dans chaque régiment)
  • 3 régiments d'artillerie de forteresse ou artillerie de siège (16 batteries, 1 batterie de réserve et 1 batterie de dépôt dans chaque régiment)
  • 1 compagnie de pontonniers
  • 1 compagnie d'artificiers
  • 1 compagnie d'armuriers
  • 1 compagnie d'ouvriers d'artillerie

N. B. : une batterie compte 6 pièces d'artillerie

GénieModifier

  • 1 régiment du génie (3 bataillons actifs et 1 bataillon de dépôt)
  • 1 compagnie de chemin de fer
  • 1 compagnie de télégraphes de campagne
  • 1 compagnie de télégraphes de place
  • 1 compagnie de pontonniers de place
  • 1 compagnie d'ouvriers

TrainModifier

Notes et référencesModifier

  1. Déchargé par arrêté royal du .
  2. Chargé par arrêté royal du .
  3. Déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  4. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  5. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ). Nommé lieutenant-général le par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  6. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ). Nommé aide de camp du roi le par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  7. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ). Nommé lieutenant-général le par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  8. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  9. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ). Nommé aide de camp du roi le par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; nommé lieutenant-général le par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  10. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ) ; déchargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  11. Chargé par arrêté royal du (Moniteur belge du ).
  12. Alain Henry de Frahan, « La Belgique crée une Brigade Motorisée, un profond changement de doctrine », (consulté le 23 novembre 2018).
  13. « L’armée crée un «régiment des opérations spéciales» et reçoit ses premiers véhicules RRV », (consulté le 7 juillet 2018).
  14. Alain Henry de Frahan et Nathan Gain, « L’armée belge crée son Special Operations Regiment », sur http://forcesoperations.com/, (consulté le 7 juillet 2018).
  15. « Le 12/13 Bataillon de Ligne intègre officiellement la Brigade Médiane », Belgian Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2017)
  16. « L’armée belge a son nouveau tout terrain léger », sur /www.moniteurautomobile.be, (consulté le 7 juillet 2018).
  17. Anne Bauer, « Deux candidats en lice pour le rachat de Renault Trucks Defense », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2017)
  18. Les échos
  19. Nathan Gain, « Belgique : la Défense dresse le portrait du futur véhicule CLV », sur Force Opérations Blog, (consulté le 5 décembre 2020).

Lien externeModifier