Complexe olympique d'Helliniko

bâtiment d'Attique, en Grèce

Le complexe olympique d'Helliniko est situé à Ellinikó, au sud d'Athènes. Il a été construit sur le site de l'ancien aéroport international d'Ellinikó pour les Jeux olympiques d'été de 2004 et les Jeux paralympiques d'été de 2004, dans la mesure où un nouvel aéroport international fut inauguré à l'occasion de ces olympiades. Contrairement au site principal qui était en grande partie déjà construit et n'a fait l'objet que d'une restructuration, le site d'Helliniko a été spécialement bâti pour les Jeux de 2004. Il regroupe 6 lieux de compétition[1].

Centre olympique de canoë-kayakModifier

Les épreuves de canoë-kayak aux Jeux olympiques de 2004 se sont déroulées au centre olympique de canoë-kayak du 17 au . Le centre regroupe un parcours de compétition, un parcours d'entraînement et un lac d'échauffement. La surface des plans d'eau est de 27 000 mètres carrés et le centre occupe une superficie totale de 288 000 mètres carrés. La capacité totale est de 7 600 places. La construction s'est achevée le et le site a ouvert officiellement le [1].

Centre olympique de hockeyModifier

Les rencontres de Hockey sur gazon aux Jeux olympiques de 2004 se sont jouées au centre olympique de hockey du 14 au . Il regroupe deux terrains de hockey-sur-gazon. Le plus grand a une capacité de 7 200 places. Le plus petit peut accueillir 2 100 spectateurs. La construction s'est achevée le et le site a ouvert officiellement le [1]. Lors des jeux paralympiques de 2004, les tournois de football à 5 et de football à 7 se sont joués sur ces terrains.

Centre olympique de baseballModifier

Le centre olympique de baseball regroupe deux stades de baseball. Il a accueilli le tournoi de baseball du 15 au . Le premier stade a une capacité de 8 700 places. Le second stade peut accueillir 4 000 spectateurs. L'ensemble a été achevé le et a ouvert officiellement le [1].

Lors des jeux paralympiques de 2004, les épreuves de tir à l'arc handisport se sont tenues dans ces deux stades.

Stade olympique de softballModifier

Le stade olympique de softball a accueilli le tournoi de softball aux Jeux olympiques de 2004 du 14 au . Il a une capacité de 4 800 places. Deux terrains d'échauffement se situent à côté de l'enceinte. La construction s'est achevée le et le stade a ouvert officiellement le [1].

Salle des sportsModifier

 
Extérieur de la salle des sports

La Salle des sports du complexe est une enceinte située à côté de la salle d'armes. Une partie des rencontres du tournoi de basket-ball aux Jeux olympiques d'été de 2004 et les phases finales du tournoi de handball aux Jeux olympiques de 2004 s'y sont déroulées. Pour les rencontres de basket-ball, la capacité est de 15 000 places. Pour le handball, 13 500 spectateurs peuvent assister aux rencontres. Les travaux se sont achevés le et la salle a ouvert officiellement le [1].

Lors des jeux paralympiques de 2004, la salle a accueilli le tournoi de rugby en fauteuil roulant.

Salle d'armesModifier

La salle d'armes, située à côté de la salle des sports, a accueilli les tournois d'escrime aux Jeux olympiques de 2004 du 14 au . Lors des tours préliminaires, la capacité était de 3 800 places. Elle est passée à 5 000 places pour les phases finales[1].

Lors des jeux paralympiques de 2004, la salle a accueilli le tournoi d'escrime en fauteuil roulant.

Détérioration et abandon du siteModifier

Faute d'entretien, et à la suite de la crise économique qui secoue le pays, le site se détériore rapidement[2]. Malgré les 6 à 27 milliards d'euros investis pour ces olympiades[3], et les 100 millions annuels prévus pour leur entretien[4], La plupart des installations du site d'Helliniko sont abandonnés (le parcours de kayak n'est plus utilisé en 2012, les bassins sont vides). Les Jeux olympiques de Londres en 2012 ont donné l'occasion à plusieurs journalistes de faire des reportages sur les anciens sites de 2004. Tous soulignent l'état de dégradation et l'abandon de certaines infrastructures. Le site d'Helliniko est sans doute le plus touché (le complexe olympique d'Athènes est, lui, encore régulièrement utilisé)[5]. Les équipements construits en 2004 n'avaient pas été pensés et conçus pour l'utilisation qui allait en être faite après les jeux olympiques. Les organisateurs des jeux d'Athènes n'ont pas voulu utiliser des structures provisoires, et se retrouvent donc désormais avec des structures pérennes surdimensionnées et non utilisées. D'autant que la Grèce est l'un des plus petits pays à avoir organisé des Olympiades d'été. Enfin, vu le nombre très réduit de pratiquants de certaines disciplines sportives dans le pays, certaines installations se sont révélées inutiles ou disproportionnées (softball, baseball, ping-pong ou hippisme par exemple)[6]. Dès 2011, le gouvernement Grec souhaite se détacher de la majeure partie du site de l'ancien aéroport et le met en vente[7].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) « 2004 Olympic Summer Games venues in Athens » (consulté le 22 novembre 2020)
  2. Louise Morice, Athènes 2004, le village olympique : reflet des problèmes économiques, sociaux et urbains de la Grèce d’aujourd’hui (mémoire de l'École Nationale d’Architecture de Nantes), , 131 p. (lire en ligne), p. 44-47
  3. (en) Helena Smith, « Athens 2004 Olympics: what happened after the athletes went home? », sur theguardian.com, (consulté le 22 novembre 2020)
  4. Catherine Le Brech, « Après les JO, des installations olympiques pas toujours rentabilisées », sur francetvinfo.fr, (consulté le 22 novembre 2020)
  5. Alain Salles, « La Grèce n'en finit pas de payer la facture d'Athènes 2004 », sur lemonde.fr, (consulté le 22 novembre 2020)
  6. S. Hosny, « Les stades athèniens sont à l'abandon », sur rtbf.be, (consulté le 22 novembre 2020)
  7. « La Grèce met en vente son ancien site olympique », sur lexpansion.lexpress.fr, (consulté le 22 novembre 2020)