Le complexe léopard est la mutation génétique à l'origine des robes tachetées (ou à tort robes appaloosa), un groupe de robes du cheval souvent caractérisées par de petites taches rondes de couleur claire ou foncée.

Vue arrière d'un cheval blanc avec de nombreuses petites taches rondes.
Cheval Knabstrup à la robe tachetée léopard, au Kentucky Horse Park.

Le gène responsable, nommé « Léopard », est noté « LP ». La mutation qui en est à l'origine semble très ancienne. En plus de la couleur de robe, le gène LP est responsable de sabots striés, d'une sclérotique de l’œil apparente, et de la peau marbrée. Les robes du complexe léopard se déclinent en léopard, capé, flocon de neige, marmoré et givré.

Typiquement associées à la race américaine du cheval Appaloosa, ces robes se retrouvent pourtant parmi de nombreuses autres races, y compris européennes, comme le Knabstrup et le Noriker. Elles peuvent être à l'origine d'une cécité nocturne congénitale stationnaire.

Dénomination

modifier

Il existe une confusion terminologique pour désigner le complexe léopard[1]. Selon les Haras nationaux français, le nom officiel est « panachure de type tacheté »[2] ; Jean-François Ballereau parlant plus simplement de « robes tachetées »[3].

Le gène responsable porte le nom de « léopard »[4], à la suite de sa définition comme leopard complex, LP, proposée par D. P. Sponenberg en 1982[1].

De nombreuses personnes utilisent cependant le nom de « robe appaloosa » (Appaloosa désignant une race chevaline américaine qui porte souvent cette robe), malgré son inadéquation avec les classifications officielles, et la confusion qu'il apporte[5],[6].

Histoire

modifier

Des représentations de chevaux tachetés sur les peintures rupestres des grottes de Lascaux et de Pech Merle reproduites il y a 20 ou 25 000 ans. Les deux « chevaux ponctués » de Pech Merle ont ainsi des robes de type léopard[7]. En Chine, vers 3500 av. J.-C., des statuettes représentatives de chevaux avec une robe de type blanket ont été retrouvées. Le prophète Zarathoustra, probablement en Mésopotamie turkmène « possédait des chevaux à la robe tachetée » vers 1000 av. J.-C. Xénophon, au IVe siècle av. J.-C., vante les qualités des chevaux d’Épire ou de Thrace « toujours blancs ou tachetés » dans son Traité de l'équitation[8].

Les différentes robes tachetées

modifier

Léopard

modifier
 
Cheval à robe léopard au Nigeria.

La robe apparaît entièrement recouverte de petites taches de couleur sur un fond blanc, comme le pelage de certains félins ou du chien dalmatien. Quand les taches colorées sont de très petite taille, cette robe est dite few spots en anglais.

Capé et capé taché

modifier

Dit blanket pour les anglo-saxons. L'avant-main est souvent unie, l'arrière-main est blanche. De petites ou grosses taches de couleur peuvent y apparaître (spotted blanket). Les bords sont nets.

Flocon de neige

modifier

De petites taches blanches semblables à des flocons sont réparties sur le corps.

Marmoré

modifier

Dite également varnish roan, cette robe est souvent confondue avec le pie et le rouan. Elle se présente comme parsemée de poils blancs, sauf sur les zones osseuses comme la tête, le garrot, les épaules et les hanches.

Dit également « frost ». La robe présente des taches blanches sur les reins ou les hanches avec des poils blancs, plus ou moins nombreux, sur la ligne du dos.

Races de chevaux tachetés

modifier

L'Appaloosa a très souvent une robe tachetée, et le nom de cette race est fréquemment associé à la robe, bien que la robe tachetée ne soit aucunement limitée à cette race. Le Knabstrup, cheval danois issu d'animaux espagnols, et le Noriker d'Autriche, en sont également des porteurs fréquents.

Problèmes de santé liés

modifier

Cécité nocturne congénitale stationnaire chez les homozygotes[9].

Notes et références

modifier
  1. a et b Népoux et Tsaag Valren 2019, p. 117.
  2. F. Grosbois, V. Morin et A.C. Grison, « Les panachures », .
  3. Ballereau 2010, p. 173.
  4. S. Danvy, C. Dubois, A.C. Grison, « Génétique des mélanges de poils, panachures et autres particularités », Les haras nationaux, (consulté le ).
  5. Marandet 2018, p. 106-107.
  6. Népoux et Tsaag Valren 2019, p. 118.
  7. « Les chevaux ponctués - Pech Merle » (consulté le )
  8. Xénophon (trad. Pierre Chambry), « Xenophon, Notice sur le traité d'équitation », (consulté le )
  9. « Le complexe Léopard », sur equipedia.ifce.fr (consulté le ).

Annexes

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Bibliographie

modifier
  • [Ballereau 2010] Jean-François Ballereau, Dictionnaire encyclopédique du cheval, Éditions Belin, , 194 p. (ISBN 2-7011-3549-4) 
  • [Marandet 2018] Laure Marandet, Les robes des chevaux : Approche génétique et scientifique des robes des chevaux, Vigot,
  • [Tsaag Valren et Népoux 2019] Amélie Tsaag Valren et Dr. Virginie Népoux, Beauté des chevaux, le mystère de leurs robes, Éditions France Agricole, , 256 p. (ISBN 979-10-90213-98-2)