Compagnie industrielle des lasers

Compagnie industrielle des lasers
Création 02-05-1966
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Siège social Orléans
Direction Pierre Faucoup
Activité Fabrication de matériels optique et photographique
Produits Laser et optronique pour produits militaires, industriels et scientifiques
Société mère ArianeGroup[1]
Effectif 260 en 2017
SIREN 669802167
Site web www.cilas.com

Chiffre d'affaires 46.878 k€ en 2017
Résultat net 4.259 k€ en 2017

La Compagnie industrielle des lasers (CILAS), est une filiale d’ArianeGroup qui développe, industrialise et produit des systèmes associant le laser à l’optique de précision dans les domaines des hautes technologies militaires représentant 64 % de l'activité, et civiles pour 36 %[2],[3].

GéographieModifier

Les implantations de l'entreprise sont réparties sur quatre sites : Orléans (Loiret), Mont-Audouze (Saint-Setiers, Corrèze), Marseille (Bouches-du-Rhône) et Limoges (Haute-Vienne).

HistoireModifier

La société a été fondée en 1966 par deux entreprises, la Compagnie générale d'électricité (CGE) devenue Alcatel Alsthom et Saint-Gobain. L'objectif était d’exploiter sur le plan industriel et commercial les travaux des laboratoires laser de Marcoussis (Essonne), LdM, créé en 1961, centre de recherche du groupe dans le domaine des sources et des équipements lasers.

En 1983, elle devient CILAS–Alcatel. En 1985, elle absorbe deux sociétés du domaine de l’optique : SORO Electro-Optics et BBT (Barbier Bernard et Turenne). Alcatel se retire ses activités laser en 1989, ce qui entraîne un changement d’actionnariat. Au début des années 1990, le capital est réparti entre trois sociétés, CEA Industrie (devenu Areva), la SAT et la holding Unilaser (groupe Aérospatial). CILAS-Alcatel devient alors CILAS.

Parallèlement, le groupe Unilaser rachète également, dès la fin de 1989, la division optronique des laboratoires de Marcoussis d’Alcatel et la baptise du nom de Laserdot. Unilaser regroupe alors Quantel[4], LISA, CILAS et Laserdot.

À partir de ce moment, Laserdot et CILAS, collaborent sur des projets communs. Laserdot est plus orientée vers la recherche et le développement, et CILAS vers l’industrialisation et la production.

En 1994, la S.A.T. se retire du capital de CILAS et les parts des deux actionnaires restants passent à 57 % pour Unilaser et 43 % pour C.E.A Industrie. Le 1er septembre 1995, les sociétés CILAS et Laserdot sont regroupées en une seule entité qui conserve le nom de CILAS.

ProduitsModifier

Avec une part de 54 % de son chiffre d'affaires réalisé en France, pour 43 % à l'exportation, ce pays est son premier marché[2].

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Achim Wolter, Helwig Schmied, Thomas Pùtz, « Le développement inégal de la technologie des lasers industriels en France et en Allemagne - Quelques enseignements pour la politique technologique », Revue d'économie industrielle, no 76,‎ , p. 91-113 (lire en ligne, consulté le 13 avril 2017)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :