Ouvrir le menu principal

Compagnie camerounaise d'aluminium

La Compagnie camerounaise d'aluminium, connue comme Alucam, est une entreprise produisant de l'aluminium, basée au Cameroun, à Édéa, fondée par Péchiney-Ugine. Son usine est située dans l'île de la ville d'Édéa, chef-lieu du département de la Sanaga-Maritime dans la région du Littoral, à 60 km de Douala[1].

Sommaire

L'histoireModifier

Après la nationalisation d'EDF en 1946, les producteurs français d'aluminium sont allés en Afrique pour continuer la même politique d'accès aux ressources hydrauliques, en Guinée sur le fleuve Konkouré, et au Congo sur le fleuve Kouilou[2]. En 1948, la France crée la société d’économie mixte Énergie Électrique du Cameroun (ENELCAM), chargée d’aménager l’usine hydroélectrique d’Edéa I (22 MW), inaugurée le 5 février 1954[3] pour l’alimentation électrique de Douala. Un peu plus tard, un groupe hydroélectrique supplémentaire de 11 MW est installé sur le site pour l’alimentation en énergie électrique d'Alucam, qui réalise l'électrolyse de l'alumine pour la production d'aluminium en lingots.

Le projet est voulu par Péchiney-Ugine[4]. Après des discussions lancées dès 1952, sur fond de crise en France[4], Alucam est créée en 1954 sous forme de filiale du géant métallurgiste français. Lors du choix du site d’Édéa au Cameroun, celui-ci se demande s'il ne vaut pas mieux choisir un emplacement près d’un port, quitte à transporter l’électricité[2]. Finalement, la décision a été d’implanter l’usine près de la chute d’eau et de transporter les pondéreux[2]. En Guinée, toute proche, Pechiney a installé une usine d’alumine, à Fria, sur un gisement de bauxite. Mais la majorité de la bauxite guinéenne est alors exportée malgré de lourdes taxes[2]La production d’aluminium démarre en 1957 et l’usine atteint sa pleine capacité en 1958 (50 000 tonnes)[5] Les Français ont cherché à s’assurer des ressources hydrauliques en Guinée et au Congo, mais ces projets ont été contrecarrés par l’indépendance de la Guinée en 1958[2]. Au même moment émerge le projet angolais de la Sonefe.

Dans les années 1960, Alucam s'est associé à la création et au développement en aval des structures de transformation de l'aluminium[1]. La transformation de cette aluminium en produit finis est voulue par le gouvernement du Cameroun, qui prolonge la filière par une société créée sous le nom de Socatral[1].

DéveloppementModifier

Alucam a procédé à une extension de son usine, grâce la mise en service du barrage hydroélectrique de Song Loulou, inauguré le 14 novembre 1981. Alucam a aussi effectué une modernisation de ses installations d'électrolyse en remplaçant les cuves à anodes Söderberg par les cuves à anodes précuites, pour un meilleur rendement[1]. Grâce à ces aménagements, la capacité de production est passée de 55 000 tonnes à 84 000 tonnes, puis 87 000 tonnes.

TechnologieModifier

La production d'électrolyse repose sur 274 cuves en série reparties dans 6 salles disposées parallèlement. La technologie "138.000 A" est développée par le géant métallurgiste français Péchiney. Pour protéger l'environnement, les cuves ont été équipées des hottes de captation des gaz issus de la réaction d'électrolyse. Ces gaz sont recyclés dans les cuves après absorption sur l'alumine dans un centre de traitement des gaz[1].

L'électrolyse consomme 170 000 tonnes par an d'alumine importées de la République de Guinée et stockées dans les silos. Pour son fonctionnement 1 000 tonnes de cryolithe (sel double sodium et d'aluminium) sont nécessaire pour constituer un bain électrolytique dont la température est de 970°C[1].

Filiale du groupe français Pechiney, entre 1954 et 2000, Alucam est devenue filiale du groupe canadien Alcan, lui-même passé en 2007 sous le contrôle du géant australien Rio Tinto, qui a créé la division Rio Tinto Alcan [1].

PhilatélieModifier

En 1971, la République fédérale du Cameroun émet un timbre intitulé « Alucam Édéa »[6].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g "Carte des flux énergétiques et des perspectives d'efficacité énergétique dans une fonderie d'aluminium" par Jean-aimé NGOLLO MATEKE Université de Yaoundé I - DEA de physique option énergétique - 2008 - [1]
  2. a b c d et e "HISTOIRE DES SITES PRODUCTEURS D’ALUMINIUM Les choix stratégiques de Pechiney 1892 - 1992", par René LESCLOUS, page 72 [2]
  3. Éditions Chronique, Chronique du XXe siècle, Éditions Chronique, , 1438 p.
  4. a et b "Capitalisme et nationalisme au Cameroun: au lendemain de la seconde guerre mondiale (1946-1956)" par Martin-René Atangana, aux Publications de la Sorbonne, 1998, page 246 [3]
  5. "Histoire d'Alucam", site officiel du groupe [4]
  6. Catalogue Yvert&Tellier, no PA177

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Martin-René Atangana, Capitalisme et nationalisme au Cameroun : au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, 1946-1956, Publications de la Sorbonne, Paris, 1998, 306 p. (nombreuses références, dont p. 246-250 (ISBN 2-85944-327-4) (texte remanié d'une thèse d'Histoire)
  • (en) Martin-René Atangana, French investment in colonial Cameroon: the FIDES era (1946-1957), Peter Lang, New York, 2009, 178 p. (ISBN 978-1-433-10464-0)
  • Maurice Laparra et Ivan Grinberg (dir.), Alucam, un destin africain : 50 ans d'aluminium au Cameroun, 1957-2007, REF.2C, Mirabeau, 2007, 239 p. (ISBN 2-9525451-5-4)

Articles connexesModifier