Communauté germanophone de Belgique

entité fédérée belge

Communauté germanophone de Belgique
Deutschsprachige Gemeinschaft Belgiens
Drapeau de Communauté germanophone de Belgique
Drapeau
Communauté germanophone de Belgique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Capitale Eupen
Gouvernement de la Communauté germanophone 1980
Parlement Parlement de la Communauté germanophone
Hymne Aucun
Langue officielle Allemand
Démographie
Population 77 949 hab. (2020[1])
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 08″ nord, 6° 15′ 56″ est
Superficie 85 400 ha = 854 km2
Localisation
Localisation de Communauté germanophone de Belgique
Situation de la Communauté germanophone au sein de la Belgique
Liens
Site web www.ostbelgienlive.be

La Communauté germanophone de Belgique (en allemand : Deutschsprachige Gemeinschaft Belgiens), ou Belgique de l'Est (en allemand : Ostbelgien)[2], est l'une des trois communautés de Belgique, où la langue officielle est l'allemand. Elle se situe dans l'est de la province de Liège, en Région wallonne, plus particulièrement le long de la frontière allemande.

Son origine est liée à l'octroi des cantons de l'Est à la Belgique en guise de compensation après la défaite de l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, rattachant au pays des populations germanophones en plus des populations néerlandophones et francophones déjà présentes dans le royaume. Elle fut officiellement créée le lors de la première réforme de l’État belge, révisant la Constitution et plus particulièrement son article 2, en réponse à la question communautaire en Belgique.

Avec une superficie de 853,64 km2 et une population de 79 432 habitants[3] au , elle est la plus petite des trois communautés du pays, les deux autres étant la Communauté flamande et la Communauté française. Elle représente un peu moins de 1% de la population et 2,78% du territoire belge.

A l'instar de ses deux consœurs, la Communauté germanophone de Belgique dispose de ses propres institutions : parlement et gouvernement. Sa capitale est Eupen.

Nom modifier

Comme disposé par la Constitution, le nom de l'institution est Communauté germanophone de Belgique, mais depuis le l'appellation Ostbelgien a été annoncée par son ministre-Président Oliver Paasch[4].

L'essayiste et militant rattachiste Jules Gheude considère qu'« aucune autre dénomination ne peut être officiellement utilisée » que celle définie par la constitution, sans violation de l'État de droit[5].

Territoire modifier

 
Les 9 communes germanophones

La Communauté germanophone se situe dans l'est de la Belgique, en Région wallonne et plus précisément en province de Liège, dans l'Arrondissement administratif de Verviers, sur les cantons d’Eupen et de Saint-Vith.

Le territoire de la Communauté germanophone est délimité au nord par les « trois bornes » de la Belgique, de l'Allemagne et des Pays-Bas, à l'est par l'Allemagne, au sud par les trois bornes de la Belgique, de l'Allemagne et du Grand-Duché de Luxembourg et à l'ouest par la région belge de langue française. La Communauté germanophone exerce ainsi ses compétences sur neuf des onze communes appartenant aux cantons de l'Est (cf. en bas). Ces communes sont :

Commune Population
(01/01/2024)[6]
Superficie Densité de
population
Eupen (centre administratif) 20 082 103,74 193,58
La Calamine (Kelmis) 11 346 18,12 626,16
Lontzen 6 052 28,73 210,65
Raeren 11 119 74,21 149,83
Amblève (Amel) 5 612 125,15 44,84
Bullange (Büllingen) 5 538 151,93 36,45
Burg-Reuland 3 959 108,96 36,33
Butgenbach (Bütgenbach) 5 651 99,00 57,08
Saint-Vith (Sankt Vith) 10 073 150,96 66,73
Communauté germanophone 79 432 853,64 93,05
Malmedy 12 940 100,76 128,42
Waimes (Weismes) 7 562 96,93 78,01
Cantons de l'Est 99 934 1 050,53 95,13

Le territoire de la Communauté germanophone n’est ainsi pas identique à celui des cantons de l’Est qui reprend, outre les neuf communes précitées, les communes de Malmedy et de Waimes qui se trouvent quant à elles sur le territoire de la Communauté française de Belgique. Ainsi, les cantons de l’Est reprennent le territoire qui fut concédé à la Belgique en 1919 à l’occasion du Traité de Versailles et qui appartenait auparavant (et ce depuis 1814) à la Prusse.

Elle fait également partie de l’Eurorégion Meuse-Rhin et de la Grande Région.

Langues modifier

 
Signalisation bilingue en allemand et en français à Eupen.

L'allemand standard a été introduit sur le territoire de l'actuelle Communauté germanophone de Belgique au XIXe siècle, d'abord par le clergé[7]. Cependant, les langues et dialectes traditionnels sont, dans le canton d'Eupen, le francique rhéno-mosellan (ou thiois) ainsi que le francique ripuaire et, dans le canton de Saint-Vith, le francique ripuaire et le francique mosellan (ou luxembourgeois)[7]. Ces trois idiomes font partie du groupe moyen-allemand, contrairement à l'allemand standard qui, quant à lui, relève de l'allemand supérieur[8]. Les parlers franciques sont cependant en régression[7]. La transmission intergénérationnelle étant en diminution constante, ils sont considérés en danger d'extinction[7]. Bien que l'allemand soit l'unique langue officielle, une situation de multilinguisme semblable à celle du Grand-Duché de Luxembourg prévaut dans la Communauté[7]. En effet, la grande majorité des habitants sont bilingues allemand-français, une portion de la population continue aussi de parler une forme de francique et, dans le canton d'Eupen, la connaissance du néerlandais est fréquente[7].

Les communes de la région de langue allemande sont obligées par les lois sur l'emploi des langues en matière administrative de proposer des facilités linguistiques pour la minorité de francophones vivant en Communauté germanophone. Ainsi, toutes les publications des communes à destination du public en général se font dans les deux langues. Certains panneaux de signalisation sont également bilingues.

Politique : une entité fédérée de l'État belge modifier

Compétences modifier

Comme les autres communautés de Belgique, elle est compétente dans les domaines de la culture et de l’enseignement, dans l'emploi des langues et dans les matières personnalisables (surtout les soins de santé, l'aide à la jeunesse et le secteur social). S'y ajoute la recherche dans ces domaines. En 2014, s'ajoute le tourisme, qui devient une compétence communautaire (et non plus régionale).

La Constitution belge (Art. 139) autorise la communauté germanophone à obtenir l'exercice de compétences régionales de la part de la Région wallonne pour les régler elle-même. Cet article a été mis en œuvre à plusieurs reprises[9] :

En revanche, contrairement à la Communauté française et à la Communauté flamande, la Communauté germanophone n’est pas compétente pour l’emploi des langues en matière administrative (qui reste dans le giron fédéral).

Elle dispose, depuis la sixième réforme de l'État, de l’autonomie constitutive qui permet aux entités fédérées de régler par elles-mêmes certains aspects de leur organisation. En ce qui concerne les autres responsabilités, soit l’État fédéral, soit la Région wallonne restent compétents dans leurs propres domaines sur le territoire de langue allemande.

Parlement de la Communauté germanophone modifier

 
Le siège du Parlement de la Communauté germanophone à Eupen.

Le Parlement de la Communauté germanophone se compose d'une part de 25 députés élus directement tous les 5 ans par la population de la région de langue allemande au suffrage universel. La représentation se fait de manière proportionnelle.

D'autre part, le Parlement compte aussi des membres à voix consultative, membres germanophones du :

Les missions du Parlement de la Communauté germanophone consistent notamment à voter des actes à valeur législative (appelés « décrets ») et le budget de la Communauté, à contrôler l'action gouvernementale et a élire le représentant de la Communauté germanophone au Sénat belge.

Gouvernement de la Communauté germanophone modifier

 
Le siège du gouvernement de la Communauté germanophone à Eupen.

Le gouvernement de la Communauté germanophone est composé à l'origine de trois ministres et, depuis la législature 2004-2009, de quatre ministres, dont un ministre-président.

Le gouvernement exécute avec l'aide de son administration les décrets qui sont votés par le Parlement, au travers « d'arrêtés du gouvernement ». Celui-ci a également un droit d'initiative au Parlement de la Communauté germanophone, qui lui permet de soumettre des « projets de décret ». Enfin, le gouvernement est politiquement responsable devant le Parlement.

Le gouvernement de la Communauté germanophone est également représenté par un ministre au « comité de concertation » à l'échelon fédéral.

Sécurité et secours modifier

 
La caserne des pompiers de La Calamine, l'une des 7 casernes de la zone de secours Liège 6, couvrant le territoire germanophone.

En ce qui concerne les services de police, le territoire de la communauté germanophone est scindé en deux zones interpolice :

Pour les services de pompiers, le territoire est couvert par une zone unique, la zone de secours Liège 6, regroupant les sept anciens services régionaux d'incendie de la communauté.

Culture modifier

Personnalités modifier

Média modifier

Presse écrite modifier

  • Grenz-Echo, quotidien
  • Wochenspiegel (canton d'Eupen), hebdomadaire gratuit
  • Kurier-Journal (cantons de Saint-Vith et Malmedy), hebdomadaire gratuit

Radio modifier

Télévision modifier

Bibliographie modifier

Notes et références modifier

  1. (de) « Bevölkerungsstruktur », sur ostbelgienstatistik.be (consulté le ).
  2. depuis mars 2017
  3. https://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  4. Pierre Schoffers, Ne dites plus "Communauté germanophone" mais "Ostbelgien": Un nouveau nom qui pose déjà problème, La Libre Belgique, [lire en ligne]
  5. Jules Gheude, Vous avez dit Ostbelgien?, La Libre Belgique, [lire en ligne]
  6. a et b https://www.ibz.rrn.fgov.be/fr/population/statistiques-de-population/
  7. a b c d e et f Jacques Leclerc, auteur et Albert Stassen, réviseur, CEFAN, Université Laval, « La Communauté germanophone de Belgique », sur axl.cefan.ulaval.ca, (consulté le )
  8. Jacques Leclerc, CEFAN, Université Laval, « Langues germaniques », sur axl.cefan.ulaval.ca (consulté le )
  9. « De quels domaines politiques la Communauté germanophone est-elle responsable ? », sur pdg.be (consulté le )
  10. « Agora Theater - St.Vith - Belgique - le théâtre », sur www.agora-theater.net (consulté le )

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier