Communauté française du renseignement

page de liste de Wikipédia

La communauté française du renseignement, terme apparu dans les années 2000, est un ensemble de plusieurs services de renseignement de la République française.

Historique de la notionModifier

L’’expression « Communauté du renseignement » est apparue dans les années 2000 dans les milieux diplomatiques et militaires français.

Un arrêté de 2011[1], puis un décret de 2014 établissent la liste nominative des six services spécialisés de renseignement (voir chapitre suivant) qui composent la communauté française du renseignement[2].

Après la loi du 24 juillet 2015 relative au renseignement, un décret crée l’article R811-1 du code de la sécurité intérieure, qui intègre la liste des six services spécialisés de renseignement. En 2017, l’expression « communauté du renseignement » est officialisée. Cette communauté compte désormais, en plus des services, la coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, l'académie du renseignement et l'inspection des services de renseignement[3].

MoyensModifier

Si les moyens du renseignement extérieur français sont en hausse continue dans les années 2010 (+53% depuis 2010, à 816,8 millions d’euros de crédits de paiement en 2020), les moyens humains et financiers sont « relativement limités par rapport à ceux de pays comparables » comme l'Allemagne et le Royaume-Uni[4].

CompositionModifier

 
Organigramme de la communauté Française du renseignement[5]

Services spécialisésModifier

Les services spécialisés de renseignement sont[3] :

Entités transversesModifier

En plus des services spécialisés, les entités suivantes font partie de la communauté française du renseignement[3] :

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier