Ouvrir le menu principal

Communauté d'agglomération de Saintes

intercommunalité française de la Charente-Maritime

Communauté d'agglomération de Saintes
Blason de Communauté d'agglomération de Saintes
Communauté d'agglomération de Saintes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Forme Communauté d'agglomération
Siège Saintes
Communes 36
Président Jean-Claude Classique (DVD)
Date de création
Code SIREN 200036473
Démographie
Population 59 716 hab. (2016)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Superficie 474,60 km2
Localisation
Localisation de Communauté d'agglomération de Saintes
Situation de la communauté en Charente-Maritime
Liens
Site web agglo-saintes.fr
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté d'agglomération de Saintes est un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) français, situé dans le département de la Charente-Maritime et la région Nouvelle-Aquitaine.

HistoriqueModifier

Officiellement constituée le , la Communauté d'agglomération de Saintes a été créée par la fusion de deux anciennes communautés de communes, la communauté de communes du Pays Santon qui rassemblait 19 communes autour de Saintes et la communauté de communes Vignobles et Vals boisés du Pays Buriaud qui regroupait dix communes, et par le rattachement de plusieurs communes qui ont désiré rejoindre cette nouvelle structure intercommunale. Ces dernières sont Écoyeux qui a quitté la communauté de communes du canton de Saint-Hilaire-de-Villefranche, Montils qui s'est retirée de la communauté de communes de la Région de Pons et La Clisse, Corme-Royal, Luchat et Pisany qui sont issues de la communauté de communes des bassins Seudre-et-Arnoult, cette dernière ayant été dissoute en janvier 2013.

La commune de Rouffiac, issue de la communauté de communes de la Haute-Saintonge et jusqu'alors enclavée dans le territoire de la communauté d'agglomération, a rejoint cette dernière le 1er janvier 2014.

Crise politique et changement de présidenceModifier

Le , les vice-présidents de la communauté d'agglomération de Saintes ont adressé leur démission au président, Jean-Philippe Machon, avec qui ils sont en désaccord depuis trois mois, notamment sur la gestion et la gouvernance de l'agglomération[1],[2].

Seul à diriger la communauté d'agglomération, Jean-Philippe Machon démissionne lui aussi le [3]. Un des vice-présidents démissionnaires, Jean-Claude Classique, maire DVD de Fontcouverte, est élu dix jours plus tard à la présidence[4].

Territoire communautaireModifier

Géographie physiqueModifier

Située au centre du département de la Charente-Maritime, la communauté d'agglomération de Saintes regroupe 36 communes et présente une superficie de 474,6 km2[5].

 
Carte de la communauté d'agglomération de Saintes au .

CompositionModifier

 
Carte des densités de population (millésimée 2016) des communes de la communauté d'agglomération de Saintes. Composition en communes au [6].

Au 1er janvier 2014, elle regroupe 36 communes, toutes issues de l'arrondissement de Saintes, et 58 909 habitants au recensement de 2011 :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Saintes
(siège)
17415 Saintais 45,55 25 355 (2016) 557
Burie 17072 Buriauds 9,19 1 272 (2016) 138
Bussac-sur-Charente 17073 Bussacais 9,98 1 276 (2016) 128
Chaniers 17086 Chagnolais 26,53 3 589 (2016) 135
La Chapelle-des-Pots 17089 Chapelains 10,27 993 (2016) 97
Chérac 17100 Chéracais 29,88 1 094 (2016) 37
Chermignac 17102 Chermignacais 13,43 1 251 (2016) 93
La Clisse 17112 Clissois 5,18 671 (2016) 130
Colombiers 17115 Colombiérois 7,14 315 (2016) 44
Corme-Royal 17120 Cormillons 27,18 1 805 (2016) 66
Courcoury 17128 Courcourois 12,66 686 (2016) 54
Dompierre-sur-Charente 17141 Dompierrois 8,29 451 (2016) 54
Le Douhet 17143 Douhetiens 18,35 708 (2016) 39
Écoyeux 17147 Écoziliens 20,34 1 352 (2016) 66
Écurat 17148 Escuriens/Écurassiens 10,55 470 (2016) 45
Fontcouverte 17164 Fontcouvertois 11,58 2 384 (2016) 206
Les Gonds 17179 Gontais 12,96 1 697 (2016) 131
La Jard 17191 La Jardais 8,48 416 (2016) 49
Luchat 17214 Luchatais 4,67 514 (2016) 110
Migron 17235 Migronnais 15,06 730 (2016) 48
Montils 17242 Montiliens 23,64 844 (2016) 36
Pessines 17275 Pessinois 9,05 745 (2016) 82
Pisany 17278 Pisanéens 6,59 733 (2016) 111
Préguillac 17289 Préguillacais 6,6 458 (2016) 69
Rouffiac 17304 Rouffiacais 5,85 449 (2016) 77
Saint-Bris-des-Bois 17313 Saint-Briciens 9,06 391 (2016) 43
Saint-Césaire 17314 Acériens 10,41 878 (2016) 84
Saint-Georges-des-Coteaux 17336 Saint-Georgiens 19,23 2 677 (2016) 139
Saint-Sauvant 17395 Saint-Sylvanais 7,05 489 (2016) 69
Saint-Sever-de-Saintonge 17400 Saint-Severins 8,13 617 (2016) 76
Saint-Vaize 17412 Vasiliens 4,61 642 (2016) 139
Le Seure 17426 Seurois 5,68 252 (2016) 44
Thénac 17444 Thénacais 19,17 1 688 (2016) 88
Varzay 17460 Varzéens 14,04 807 (2016) 57
Vénérand 17462 Vénérandais 9,65 761 (2016) 79
Villars-les-Bois 17470 Villarboisiens 8,6 256 (2016) 30

DémographieModifier

Évolution démographique
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
45 94647 64049 45252 21053 35457 67758 90959 716
Les données proposées sont établies à périmètre géographique identique, dans la géographie en vigueur au .
(Sources : Insee[7])
 


CompétencesModifier

 
Le siège de la communauté d'agglomération de Saintes, situé sur l'avenue de Tombouctou, à Saintes.

Les compétences de la communauté d'agglomération[8] sont les suivantes :

  • Le développement économique (gestion des zones d'activités communautaires, actions de développement économique)
  • La mobilité et les transports (organisation des grands principes de transport sur le territoire, gestion du réseau de transport urbain, promotion de la mobilité durable)
  • L’aménagement du territoire (participation aux documents de planification, instruction des documents d'urbanisme pour les communes)
  • L’'habitat et le renouvellement urbain (Programme Local de l'Habitat, lutte contre le logement insalubre, aide au logement social, participation au Programme de Rénovation Urbaine)
  • La politique de la ville et la solidarité (participation à l'insertion professionnelle, animation du conseil intercommunal sécurité et prévention de la délinquance)
  • La collecte et la valorisation des déchets (collecte en porte-à-porte, déchèteries, traitement)
  • L'éducation-enfance-jeunesse (services à la petite enfance, fonctionnement des écoles, accueils périscolaires et de loisirs, restaurant scolaire, Projet Educatif Global de Territoire)
  • Le tourisme (élaboration d'un schéma local de développement touristique)
  • Le développement durable (protection et valorisation des milieux aquatiques, sentiers de randonnées, delta de la Seugne)
  • Les équipements sportifs et culturels (gestion du centre aquatique "Aquarelle" et des piscines Starzinsky et de Saint-Césaire)
  • L’aire d'accueil des gens du voyage
  • Le refuge pour animaux
  • Les pompes funèbres

AdministrationModifier

La communauté d'agglomération de Saintes est présidée par Jean Claude Classique, maire de Fontcouverte. Le conseil communautaire est composée de 70 conseillers. Toutes les communes sont représentées ; la répartition des conseillers se faisant en fonction du nombre d'habitants de la commune. Le conseil communautaire est l'assemblée délibérante de l'agglomération qui vote les grandes orientations et le budget. Il se réunit au moins une fois par trimestre. Le conseil délègue une partie des décisions au Bureau communautaire pour permettre d'assurer le fonctionnement courant de la collectivité. Le Bureau est composé du président, de 15 vice-présidents et des maires.

Quelques repères statistiquesModifier

TransportModifier

L'agglomération est desservie par le réseau BUSS[9].

Ancienne communauté de communes du Pays santonModifier

HistoireModifier

  • Régime fiscal (au 01/01/2006) : taxe professionnelle unique (TPU).

Quelques données géographiquesModifier

CompositionModifier

Elle regroupait 19 communes :

Notes et référencesModifier

  1. Fabien Paillot, « Saintes : les vice-présidents de Machon démissionnent collectivement », sur SudOuest.fr (consulté le 24 mars 2016)
  2. « Agglo de Saintes: Jean-Philippe Machon acculé à la démission », sur SudOuest.fr (consulté le 24 mars 2016)
  3. « Jean-Philippe Machon démissionne de la présidence de l'agglo de Saintes (17) - France 3 Poitou-Charentes », sur France 3 Poitou-Charentes (consulté le 24 mars 2016)
  4. « Saintes : Jean-Claude Classique nouveau président de l'Agglomération - France 3 Poitou-Charentes », sur France 3 Poitou-Charentes (consulté le 24 mars 2016)
  5. « Chiffres-clés du territoire de l'intercommunalité. », sur le site de l'Insee (consulté le 30 août 2019)
  6. Les densités de population sont calculées automatiquement dans un SIG en utilisant la surface géométrique de la commune, avec un niveau de précision du contour de 5 m tel qu'il ressort de l'export du découpage administratif au niveau communal (contours des communes) issu d'OpenStreetMap, et non la superficie cadastrale définie par l'Insee, qui est une donnée purement administrative. Des différences de classe peuvent ainsi éventuellement apparaître pour les communes qui se situent en limite de franchissement de seuil de classe.
  7. Séries historiques sur la population et le logement en 2016 - CA de Saintes (200036473)., sur le site de l'Insee (consulté le 3 septembre 2019)
  8. « Contrat urbain de cohésion sociale ville de Saintes (PDF) », sur Système d'information géographique (SIG) (consulté le 18 mars 2009)
  9. Site officiel du réseau BUSS
  10. Population et évolution des grandes communes de Poitou-Charentes, de leur aire urbaine et de leur EPCI

Voir aussiModifier