Ouvrir le menu principal

Communauté d'agglomération Marne et Gondoire

Communauté d'agglomération
Marne et Gondoire
Blason de Communauté d'agglomération Marne et Gondoire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Forme communauté d'agglomération
Siège Bussy-Saint-Martin
Communes 20
Président Jean-Paul Michel (Agir)
Date de création
Code SIREN 247700594
Démographie
Population 103 782 hab. (2016)
Densité 988 hab./km2
Géographie
Superficie 105,0 km2
Localisation
Localisation de Communauté d'agglomérationMarne et Gondoire
Localisation en Seine-et-Marne
Liens
Site web http://www.marneetgondoire.fr
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté d'agglomération Marne et Gondoire est une communauté d'agglomération française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

HistoriqueModifier

La communauté de communes Marne et Gondoire (CAMG), créée par un arrêté préfectoral du [1] se transforme le en communauté d'agglomération sous le nom de Communauté d'Agglomération de Marne et Gondoire par un arrêté préfectoral du [2].

Au regroupement de neuf communes d'origine, faisant partie du Val de Bussy (secteur 3 de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée ; soit Bussy-Saint-Martin, Chanteloup-en-Brie, Collégien, Conches-sur-Gondoire, Gouvernes, Guermantes, Jossigny, Lagny-sur-Marne et Saint-Thibault-des-Vignes[3]), se sont ajoutées :

Territoire communautaireModifier

GéographieModifier

Située dans le nord de la Seine-et-Marne, à 25 km à l’est de Paris, l'intercommunalité est la troisième agglomération de plus de 50 000 habitants du département.

CompositionModifier

En 2018, l'intercommunalité regroupe les 20 communes suivantes[1] :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Bussy-Saint-Martin
(siège)
77059 Busséens 2,64 687 (2016) 260
Bussy-Saint-Georges 77058 Buxangeorgiens 13,39 26 971 (2016) 2 014
Carnetin 77062 Carnetinois 1,61 454 (2016) 282
Chalifert 77075 Chaliferois 2,42 1 263 (2016) 522
Chanteloup-en-Brie 77085 Chanteloupiens 3,17 3 811 (2016) 1 202
Collégien 77121 Collégeois 4,27 3 412 (2016) 799
Conches-sur-Gondoire 77124 Conchois 1,52 1 737 (2016) 1 143
Dampmart 77155 Dampmartois 5,92 3 372 (2016) 570
Ferrières-en-Brie 77181 Ferrièrois 6,75 3 222 (2016) 477
Gouvernes 77209 Gouverniaux 2,72 1 166 (2016) 429
Guermantes 77221 Guermantais 1,26 1 143 (2016) 907
Jablines 77234 Jablinois 8,04 685 (2016) 85
Jossigny 77237 Jossignaciens 9,62 672 (2016) 70
Lagny-sur-Marne 77243 Latignaciens 5,72 21 264 (2016) 3 717
Lesches 77248 Leschois 4,03 725 (2016) 180
Montévrain 77307 Montévrinois 5,45 10 950 (2016) 2 009
Pomponne 77372 Pomponnais 7,17 3 959 (2016) 552
Pontcarré 77374 Pontcarréens 9,46 2 222 (2016) 235
Saint-Thibault-des-Vignes 77438 Théobaldiens 4,7 6 457 (2016) 1 374
Thorigny-sur-Marne 77464 Thorigniens 5,17 9 610 (2016) 1 859

DémographieModifier

Évolution démographique du territoire communautaire
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
31 41836 88743 51654 00169 20083 64394 744103 782
Les données proposées sont établies à périmètre géographique identique, dans la géographie en vigueur au .
(Sources : Insee[7])


 

Avec l'adhésion de Ferrières-en-Brie et Pontcarré le , l'intercommunalité dépasse désormais 100 000 habitants[6].

OrganisationModifier

SiègeModifier

Depuis 2006, la communauté d'agglomération de Marne et Gondoire a son siège au domaine de Rentilly (commune de Bussy-Saint-Martin), ayant appartenu en dernier à la famille Menier, propriétaire également de la chocolaterie Menier de Noisiel (aujourd'hui, siège de Nestlé). L'ensemble du domaine de Rentilly appartient à la communauté d'agglomération.

ÉlusModifier

La communauté est administrée par un conseil communautaire, qui reste composé en 2018, après l'adhésion de Ferrières-en-Brie et Pontcarré, de 51 membres, représentant chacune des communes membres, proportionnellement à leur population, soit[8] :
- 13 délégués pour Bussy-Saint-Georges ;
- 11 délégués pour Lagny-sur-Marne ;
- 5 délégués pour Montévrain ;
- 4 délégués pour Thorigny-sur-Marne ;
- 3 délégués pour Saint-Thibault-des-vignes ;
- 1 délégué pour les autres communes.

En effet, l'attribution d'un siège à chacune des nouvelles arrivées s'est traduite par une réduction d'un siège pour Bussy-Saint-Georges, qui n'a plus que 13 délégués, et Thorigny-sur-Marne, qui n'en a plus que quatre[9].

À la suite du décès de Michel Chartier, président depuis 2001, le conseil communautaire du 12 octobre 2015 a élu son successeur, Jean-Paul Michel, maire de Lagny-sur-Marne[10], ainsi que ses 13 vice-présidents, qui sont[11] :

  1. Pierrette Munier, première adjointe au maire de Chanteloup-en-Brie, déléguée au personnel ainsi qu'au budget communautaire ;
  2. Christian Robache, maire de Montévrain, délégué à la mutualisation ;
  3. Sinclair Vouriot, maire de Saint-Thibault-des-Vignes, délégué aux transports et à la requalification des zones industrielles ;
  4. Roland Harle, maire de Pomponne, délégué au numérique ;
  5. Laurent Delpech, maire de Dampmart, délégué à l'eau et assainissement ;
  6. Edwige Lagouge, élue de Collégien, délégué à l'enseignement musical ;
  7. Frédéric Nion, maire de Conches-sur-Gondoire, délégué à la sécurité et à la prévention ;
  8. Laurent Simon, maire de Chalifert, délégué à la politique de la ville et à l'aménagement des bords de Marne ;
  9. Patrick Maillard, maire de Jossigny, délégué à l'environnement et l'agriculture ;
  10. Pascal Leroy, maire de Carnetin, délégué au développement économique ;
  11. Thibaud Guillemet, maire de Thorigny-sur-Marne, délégué à la santé, à la transition énergétique et aux déchets ;
  12. Mireille Munch, maire de Ferrières-en-Brie, délégué à la filière sylvicole ;
  13. Yann Dubosc, maire de Bussy-Saint-Georges, délégué à l'habitat et au logement.

Le bureau communautaire pour la mandature 2014-2020 est constitué du président, des vice-présidents et d'autres membres, de manière que chaque commune y soit représentée[12].

Liste des présidentsModifier

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 septembre 2015[13] Michel Chartier PS Ingénieur général honoraire des Ponts et Chaussées
Maire de Collégien (1994 → 2014)
Décédé en fonction
octobre 2015[10] En cours
(au 16 janvier 2018[14])
Jean-Paul Michel Agir Maire de Lagny-sur-Marne (2014 → )

CompétencesModifier

L'intercommunalité exerce les compétences (obligatoires et obsessionnelles) qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales. Les communes peuvent également lui transférer des compétences facultatives ou dites "d'intérêt communautaire", afin d'élargir son champs d'intervention; Il s'agit de[réf. nécessaire] :


Les compétences obligatoires :

  • Aménagement : En 2012, la Communauté d’Agglomération s’est dotée d’un aménageur public pour faciliter la mise en oeuvre des opérations d’aménagement et d’urbanisme du territoire. Cette compétence s’accomplit dans le cadre du Schéma de Cohérence Territoriale Marne, Brosse et Gondoire, adopté en février 2013, qui détermine l’organisation de l’espace dans les 15 ans à venir sur l’ensemble du bassin de vie afin de faire face aux enjeux à venir.
  • Développement économique : Cette compétence vise à développer l’activité et l’emploi sur le territoire de Marne et Gondoire. Elle a pour mission la création, l’intégration, la gestion et l’entretien des zones d’activités économiques, mais également le développement des actions de soutien à l’activité économique et à l’emploi (aides à la création d’entreprises, promotion du territoire, accompagnement des créateurs d’entreprises, etc.)
  • Logement & Habitat : La Communauté d’Agglomération détermine précisément les besoins actuels et à venir en logements ainsi que l’offre disponible sur l’ensemble de son territoire. C’est tout le sens du Programme Local de l’Habitat qui, validé et entré en application pour la période de 2012-2017, s’appuie sur un diagnostic complet incluant les aspects démographiques, sociaux et économiques et détermine un programme d’actions coordonnées dans l’ensemble des communes. Depuis la fin 2016, la Communauté d’Agglomération met en place une Conférence Intercommunale du Logement.
  • Politique de la ville, prévention & sécurité : Cette compétence obligatoire inclut les dispositifs contractuels de développement urbain, de développement local et d’insertion économique et sociale d’intérêt communautaire. Elle inclut également les dispositifs locaux, d’intérêt communautaire, de prévention de la délinquance, dont la signature d’un contrat de ville datant de juin 2015, désignant le quartier d’Orly Parc comme prioritaire par l’État dans le cadre de la politique de la ville.
  • Aires d'accueil des gens du voyage : Parmi les compétences nouvelles ou renforcées résultant de la loi NOTRe de 2015, le bloc des compétences obligatoires inclut dorénavant “l’aménagement, l’entretien et la gestion des aires d’accueil des gens du voyage”. À ce titre, la Communauté d’Agglomération a réalisé une aire d’accueil sur la commune de Saint-Thibault-des- Vignes, ouverte en septembre 2016, et en assure la gestion.
  • Tourisme : La notion de “promotion du tourisme” correspond aux actions de promotion et d’animation locale du territoire et figure désormais parmi les compétences obligatoires que les communautés d’agglomération exercent de plein droit en lieu et place des communes membres. Le transfert de cette compétence, réalisée dans le cadre de la loi NOTRe, a été déléguée à l’Office de tourisme de Marne et Gondoire en 2005, comprenant ainsi la création, l’aménagement, l’entretien et la gestion de zones d’activités touristiques du territoire de Marne et Gondoire.
  • Collecte et traitement des déchets : L’organisation du service d’élimination des déchets ménagers se fait désormais à l’échelon intercommunal. Cela comprend à la fois la compétence “collecte”, à savoir, l’ensemble des services de ramassage de tous les déchets (vidage des conteneurs d’apport volontaire, ramassage au porte-à-porte, déchetteries), ainsi que la compétence “traitement” (opérations de tri des recyclables secs et d’élimination des ordures ménagères résiduelles par enfouissement ou incinération).
  • Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI) : Depuis le 1er janvier 2018, la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi) fait partie des compétences obligatoires des EPCI par les lois de décentralisation n° 2014-58 du 27 janvier 2014 et n° 2015-991 du 7 août 2015. La communauté d’agglomération aura ainsi en charge : l’aménagement de bassin ou de fraction hydrographique ; l’entretien et l’aménagement de cours d’eau ou plan d’eau ; la défense contre les inondations ; la protection des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides, ainsi que des formations boisées riveraines. Cette compétence sera exclusive à compter du 1er janvier 2020. En revanche, l’État reste compétent en matière de plans de prévention des risques d’inondations, de gestion des alertes, etc. Le Maire reste responsable en matière : d’information préventive des administrés, de prise en compte des risques dans les documents d’urbanisme et actes d’urbanisme, de surveillance et d’alerte, d’intervention en cas de carence des propriétaires (libre écoulement des eaux), d’organisation des secours. Enfin, le propriétaire riverain des cours d’eau conserve ses obligations d’entretien en application de l’article L.215-1 et s du Code de l’environnement : entretien courant du cours d’eau et de la préservation des milieux aquatiques situés sur ses terrains et gestion de ses eaux de ruissellement. L'entretien des caniveaux, des avaloirs en zone urbaine ou encore des fossés ne figurent pas dans la GEMAPI.

Les compétences optionnelles :

  • Environnement & cadre de vie : Cette compétence a été étendue pour être prise dans sa totalité en 2013. Elle intègre les missions de protection et mise en valeur de l’environnement, cadre de vie (surveillance de la qualité de l’air et du bruit, soutien aux actions de maîtrise de la demande d’énergie).
  • Eau : La compétence eau a été confiée à Marne et Gondoire lors du conseil communautaire du 12 mai 2014. La communauté d’agglomération est ainsi responsable de l’adduction et de la distribution de l’eau potable sur le territoire, au sein duquel elle exerce pleinement sa compétence pour les communes de Chanteloup-en-Brie, Chalifert et Lesches. Pour les autres communes de l’agglomération, l’eau potable est déléguée au SMAEP (Syndicat Mixte d’Alimentation en Eau Potable).
  • Assainissement : Lorsque les communes membres ont décidé en 2005 de convertir Marne et Gondoire en communauté d’agglomération, elles ont choisi de lui déléguer la compétence optionnelle assainissement, à savoir tout ce qui concerne l’acheminement et le traitement des eaux usées et pluviales. Les premiers travaux ont débuté en 2006 et plus de 30 millions d’euros ont depuis été investis dans ce domaine, majeur pour le territoire.
  • Équipements culturels & sportifs d'intérêt intercommunautaire : La Communauté d’Agglomération réalise, aménage, entretient et gère les équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire (le centre aquatique de Marne et Gondoire, la halte fluviale et le moulin Russon), dans le but de créer une offre culturelle et sportive de qualité sur le territoire. L’intérêt communautaire permet de choisir ce qui, au sein d’une compétence donnée, relève de la communauté, le reste demeurant de compétence communale.
  • Actions sociale d'intérêt communautaire : En 2017, les communes de Marne et Gondoire ont décidé de mener ensemble un projet pour renforcer l’accès des habitants aux soins. Ces actions seront réalisées au titre de l’action sociale d’intérêt communautaire incluant la coordination des acteurs de la santé, le soutien et la participation aux structures d’exercice collectif reconnues d’intérêt communautaire pour les professionnels de santé ainsi que les actions d’information, de prévention et de formation à vocation communautaire. Cette nouvelle compétence permettra de renforcer l’attractivité du territoire pour accueillir de nouveaux professionnels de santé, en les aidant par exemple à trouver des locaux ou en facilitant leurs démarches administrative.
  • Maison des Services Publics : Les Maisons des Services Publics ont pour mission d’améliorer l’accessibilité et la qualité des services en milieu rural et urbain au sein de Marne et Gondoire, pour tous les publics. Cette compétence, créée par la loi NOTRe le 7 juillet 2015, a été transférée à la Communauté d’Agglomération en tant que compétence optionnelle le 1er janvier 2017.
  • Voiries et parcs de stationnement d'intérêt communautaire : Depuis 2018, la communauté d’agglomération prend en charge la création et / ou l’aménagement et entretien de voiries d’intérêt communautaire, elle gère également tout ce qui concerne les parcs de stationnement d’intérêt communautaire (création, aménagement et gestion).

Les compétences facultatives :

  • Enseignement musical : Marne et Gondoire gère l’enseignement musical en tant que compétence facultative depuis 5 ans. Elle définit, finance et met en oeuvre l’ensemble des actions d’enseignement musical dans le cadre du projet d’établissement du conservatoire intercommunal, en mettant en avant des actions de sensibilisation à la musique.
  • Gestion d'évènement musicaux à rayonnement intercommunal : La Communauté d’Agglomération tend à favoriser l’accès à la musique pour tous les publics, par l’organisation et la gestion d’événements musicaux à rayonnement intercommunal, en lien avec la compétence “enseignement musical” ou avec les activités du Parc culturel de Rentilly - Michel Chartier.
  • Développement numérique : La compétence “développement numérique” inclut la conception, construction, exploitation et commercialisation d’infrastructures, de réseaux et de services locaux de communications électroniques et activités connexes. À fin 2013, La Communauté d’Agglomération a adhéré au syndicat mixte Seine-et-Marne numérique pour développer le très haut débit sur l’ensemble du territoire en 2022.
  • Espace verts, naturels et agricoles, d'intérêt communautaire : Cette compétence comprend l’aménagement et la gestion des espaces verts et naturels concourant à la fonctionnalité écologique du territoire et reconnus d’intérêt communautaire ; la mise en valeur et préservation des espaces agricoles comme définis dans le cadre du PPEANP ; la valorisation, l’aménagement et la sauvegarde de la “trame bleue” du territoire et notamment de la Marne et de ses affluents sur le territoire communautaire, ainsi que du site classé des vallées de la Brosse et de la Gondoire.
  • Urbanisme et patrimoine architectural d'intérêt communautaire : La Communauté d’Agglomération de Marne et Gondoire assure par conventionnement les missions d’urbanisme avec les communes du territoire. Elle œuvre également à protéger et mettre en valeur le patrimoine architectural remarquable d’intérêt communautaire.
  • Services d'incendie et de secours (SDIS et D.E.C.I) : La communauté d’agglomération contribue à la gestion des services d’incendie et de secours (SDIS) ainsi qu’à la défense extérieure contre l’incendie (D.E.C.I), à savoir : la création, l’aménagement et la gestion des points d’eau nécessaires à l’alimentation en eau des moyens des services d’incendie et de secours et la garantie de l’approvisionnement.
  • Maison de santé pluridisciplinaire : Marne et Gondoire assure la construction et la gestion de la maison de santé pluridisciplinaire actuellement en cours de réalisation sur le Parc Saint-Jean à Lagny-sur-Marne qui devrait être opérationnelle dès 2019. Cette compétence a pour but de renforcer l’offre médicale et paramédicale du territoire et attirer les jeunes professionnels de santé.


Régime fiscal et budgetModifier

La Communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, et comme toutes les communautés d'agglomération, Marne et Gondoire perçoit la fiscalité professionnelle unique[1] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

Projets et réalisationsModifier

EnvironnementModifier

De nombreuses initiatives ont été mises en place au cours de l'année 2018 - 2019 et plusieurs récompenses ont été obtenues par le territoire.

Le 9 juillet 2019, Marne et Gondoire a été récompensé en tant que lauréat du Contrat de Transition Écologique : ces contrats sont une démarche innovante pour accompagner et soutenir la transformation écologique des territoires. Ainsi, Marne et Gondoire est dorénavant connu pour avoir une ambition de transition écologique ; une nomination qui vient compléter le diplôme de reconnaissance nationale « Territoires engagés pour la nature ».

Territoires engagés pour la natureModifier

Initié par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, Régions de France, avec la contribution de l'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France, cette initiative consistait à interroger les collectivités franciliennes sur leurs pratiques et leurs projets en matière de protection et de restauration de la nature. Ainsi, à l'issue de ce questionnaire, la Communauté d'Agglomération de Marne et Gondoire a été reconnue comme "territoire engagé pour la nature", notamment pour son Schéma de Cohérence Territorial, son Plan Climat Air Énergie Territorial (notamment la concertation réalisée autour des clubs climat), le projet de réouverture du ru du Bicheret à Montévrain, la gestion des espaces, la limitation de la pollution lumineuse, etc. Marne et Gondoire est également qualifiée pour le concours "Capitale française de la Biodiversité" grâce à son projet de revalorisation du quai de la Gourdine à Lagny-sur-Marne, dont les résultats seront révélés au courant de l'automne 2019.

La mise en place du Plan Climat Air Énergie TerritorialModifier

Le « Plan Climat Air Énergie Territorial », est un projet territorial de développement durable, dont le but est la lutte contre le changement climatique, le développement des énergies renouvelables, et la maîtrise de la consommation d’énergie. Pour l’accompagner dans cette mise en œuvre, la Communauté d’Agglomération de Marne et Gondoire s’est dotée du soutien technique du Syndicat Départemental d’Énergie de Seine-et-Marne (SDESM) ainsi que de la Commission Départementale pour la Transition Énergétique (CDTE) composée de nombreux partenaires institutionnels. L’étude a été engagée début 2018 et le PCAET devrait être approuvé fin 2019. Des temps d’échanges avec les partenaires et avec la population sont prévus tout au long de l'étude pour enrichir le diagnostic, le programme d’actions et informer la population de l’avancement de la procédure. Ainsi plusieurs projets ont été mis en place dans le cadre du PCAET, dont la création d'un forum d'échange et des interventions auprès du jeune public (avec la distribution de badges "les petits ambassadeurs").

Notes et référencesModifier

  1. a b et c 1/8/2018, « CA Marne et Gondoire (N° SIREN : 247700594) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL (consulté le 31 mars 2018).
  2. « Communauté d'agglomération Marne et Gondoire : Statuts en date du 10/10/2013, mise à jour: juillet 2013 », sur http://www.iau-idf.fr (consulté en janvier 2014)
  3. « 16 ans d'intercommunalité », Marne et Gondoire hebdo, actualité intercommunale, no 68,‎ , p. 1 (lire en ligne [PDF], consulté le 31 mars 2018).
  4. « Arrêté préfectoral du 3 juillet 2017 emportant le retrait des communes de Ferrières-en-Brie et Pontcarré de la communauté de communes du Val Briard et leur adhésion à la communauté d’agglomération de Marne et Gondoire », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 341 partie 2,‎ , p. 357-360 (lire en ligne [PDF], consulté le 31 mars 2018).
  5. Marion Kremp, « Marne-et-Gondoire favorable à l’intégration de Ferrière et Pontcarré », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018) « Bordées par l’autoroute A4, nichées entre Collégien et Bussy-Saint-Georges, Ferrière-en-Brie et Pontcarré « sont complémentaires de la communauté d’agglomération Marne-et-Gondoire », souligne le directeur de cabinet Pierre Tebaldini : « Il y a une vraie cohérence de territoire, en termes de géographie mais aussi de projets. Nos zones d’activités se complètent plutôt que d’être en concurrence. Nous travaillons ensemble avec Epamarne. Nous partageons le même syndicat et les habitants du secteur utilisent déjà les services de Marne-et-Gondoire comme le conservatoire de musique, par exemple ».
  6. a et b A.M., « Marne-et-Gondoire rejointe par Ferrières-en-Brie et Pontcarré », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018).
  7. Séries historiques sur la population et le logement en 2016 - CA Marne et Gondoire (247700594)., sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2019)
  8. « Arrêté préfectoral du 17 octobre 2017 constatant la composition du conseil communautaire de la communauté d’agglomération de Marne et Gondoire », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 381,‎ , p. 33-37 (lire en ligne [PDF], consulté le 1er avril 2018).
  9. A.M., « Marne et Gondoire : Bussy et Thorigny perdent chacun un élu au profit de Ferrières et Pontcarré », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (www.leparisien.fr/bussy-saint-georges-77600/marne-et-gondoire-bussy-et-thorigny-perdent-chacun-un-elu-au-profit-de-ferrieres-et-pontcarre-18-09-2017-7268751.php, consulté le 31 mars 2018).
  10. a et b Thomas Poupeau, « Jean-Paul Michel (UDI) élu président de Marne et Gondoire », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  11. Rapport d'activité 2015-2017, document mentionné en liens externes, p. 13.
  12. « Compte rendu de la réunion du conseil de communauté du 12 octobre 2015 » [PDF], Comptes-rendus du Conseil, sur http://www.marneetgondoire.fr (consulté le 31 mars 2018).
  13. Thomas Poupeau, « Marne et Gondoire : Michel Chartier (PS), décédé, laisse « un grand vide » », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  14. A. M., « Marne et Gondoire : Jean-Paul Michel veut « préparer le futur », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018).

Voir aussiModifier