Ouvrir le menu principal

Le poète écossais Robert Burns en 1787.

Comin' Thro' the Rye est un poème de Robert Burns écrit en 1782. Les paroles en sont mises en musique sur l'air de Common' Frae The Town ; c'est une variante de l'air sur lequel on chante en général Auld Lang Syne.

Sommaire

Les paroles de Robert BurnsModifier

Texte de Robert Burns 

O, Jenny's a' weet,[A] poor body,
Jenny's seldom dry:
She draigl't[B] a' her petticoatie,
Comin thro' the rye!

Chorus:
Comin thro' the rye, poor body,
Comin thro' the rye,
She draigl't a' her petticoatie,
Comin thro' the rye!

Gin[C] a body meet a body
Comin thro' the rye,
Gin a body kiss a body,
Need a body cry?[D]

(chorus)

Gin a body meet a body
Comin thro' the glen
Gin a body kiss a body,
Need the warl'[E] ken?[F]

(chorus)

Gin a body meet a body
Comin thro' the grain;
Gin a body kiss a body,
The thing's a body's ain.[G]

(chorus)

Traduction en anglais « classique » de certains mots

Fichier audio
Comin' Thro' the Rye
Tune for Comin' Thro' the Rye
Des difficultés à utiliser ces médias ?
  • A weet – wet
  • B draigl't – draggled
  • C gin – if, should
  • D cry – call out [for help]
  • E warl – world
  • F ken – know
  • G ain – own
Traduction en français 

O, pauvre corps tout mouillé de Jenny,
Il n'est que rarement sec :
Elle a traîné tout son jupon dans la boue,
En traversant l'étang du Rye !

Refrain :
En traversant l'étang du Rye, pauvre corps,
En traversant l'étang du Rye,
Elle a traîné tout son jupon dans la boue,
En traversant l'étang du Rye !

Si un corps rencontre un corps,
En traversant l'étang du Rye,
Si un corps embrasse un corps,
Faut-il qu'un corps appelle à l'aide ?

(refrain)

Si un corps rencontre un corps
En traversant la combe
Si un corps embrasse un corps,
Faut-il que le monde le sache ?

(refrain)

Si un corps rencontre un corps
En traversant le grain ;
Si un corps embrasse un corps,
C'est affaire propre à un corps

(refrain)

L'Attrape-cœursModifier

Le titre du roman L'Attrape-cœurs (en anglais The Catcher in the Rye), écrit en 1951 par J. D. Salinger, vient du nom du poème. Holden Caulfield, le protagoniste du roman, interprète à tort un passage du poème comme signifiant « si un cœur attrape un cœur », et non « si un corps rencontre un corps » (« Gin a body meet a body »). Il se représente constamment des enfants jouant dans un champ de seigle (« rye » en anglais) tout au bord d'une falaise, et se voit les attraper lorsqu'ils commencent à tomber[1].

Notes et référencesModifier

  1. Lingdi Chen, « An Analysis of the Adolescent Problems in The Catcher in the Rye  », Asian Social Science, vol. 5, no 5,‎ , p. 144 (DOI 10.5539/ass.v5n5p143, lire en ligne)

Liens externesModifier