Combovin

commune française du département de la Drôme

Combovin
Combovin
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Crest
Intercommunalité Communauté d'agglomération Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Séverine Bouit
2014-2020
Code postal 26120
Code commune 26100
Démographie
Gentilé Combovinois, Combovinoises
Population
municipale
422 hab. (2017 en augmentation de 3,69 % par rapport à 2012)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 29″ nord, 5° 04′ 44″ est
Altitude Min. 336 m
Max. 1 148 m
Superficie 35,86 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Combovin
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Combovin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Combovin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Combovin

Combovin est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Combovin est situé à 20 km à l'est de Valence et à 7 km de Chabeuil.

Trois rivières ou ruisseaux parcourent le territoire bas de la commune : la Véore (affluent du Rhône), la Cursayes et la Vollonge.

ToponymieModifier

AttestationsModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 1225 : Combauvi (cartulaire de Léoncel, 95).
  • 1282 : Combovinum (cartulaire de Léoncel, 247).
  • XIVème siècle : mention du prieuré : Prioratus de Combovino (pouillé de Valence).
  • 1540 : mention de la paroisse : Cura Combovini (rôle de décimes).
  • 1549 : mention de la paroisse : Cura Combovii (rôle de décimes).
  • 1891 : Combovin, commune du canton de Chabeuil.

ÉtymologieModifier

HistoireModifier

Du Moyen Âge à la RévolutionModifier

La seigneurie :

  • Fief des comtes de Valentinois[2].
  • Au point de vue féodal, Combovin faisait partie de la terre et mandement de Châteaudouble jusque vers 1640[1].
  • 1640 : il en fut démembré au profit des Blaches[1] (Falcoz de la Blache[réf. nécessaire]).
  • 1688 : Avec le Chaffal, Combovin forme une seigneurie distincte appartenant aux La Croix-Chevrières, derniers seigneurs[1].

1580 (démographie) : 200 chefs de famille[1].

1789 (démographie) : 190 chefs de famille[1].

Avant 1790, Combovin était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et de la sénéchaussée de Crest, formant une paroisse du diocèse de Valence. Son église, dédiée à saint Martin, était celle d'un prieuré de l'ordre de Cluny qui, dépendant de celui de Lagrand (Hautes-Alpes), lui fut uni dans le cours du XVIIème siècle, et dont le titulaire avait la collation de la cure et les dîmes de Combovin[1].

De la Révolution à nos joursModifier

Combovin fait partie du canton de Chabeuil depuis 1790[1].

Durant la Seconde Guerre mondiale, Combovin a été le lieu d'implantation d'un maquis important, notamment sur le plateau de Marquet (communauté de Boimondau dirigée par Marcel Barbu) et des Griolles. En conséquence le village a été bombardé par la Luftwaffe le , tuant neuf personnes et détruisant le centre du village. Les fermes du plateau ont fait l'objet d'une répression sanglante[3]. Un odonyme local rappelle ces événements : « Rue du 22-Juin-1944 »[réf. nécessaire].

HéraldiqueModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2001 René Format    
mars 2001 mars 2008 Yvette Gatti    
mars 2008 2012 Gilles Dufaud    
octobre 2012 mars 2014 Pascal Le Nôtre    
mars 2014 En cours Séverine Bouit[4]   Employée

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2017, la commune comptait 422 habitants[Note 1], en augmentation de 3,69 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
722760743886840816792815838
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
762783750686619587590584527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
530520486402400371323275254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
219217214259341361400410401
2017 - - - - - - - -
422--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Vie localeModifier

EnseignementModifier

SantéModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

En 1992 : pâturages (ovins, bovins), bois, céréales / produit local : tommes de chèvres[2].

Loisirs et tourismeModifier

  • Site du village au pied de collines boisées[2].
  • Point de vue de la route du Pas de Boussière[2].
  • Randonnées[2].
  • Pêche[2].
  • Fête : dimanche suivant le 20 juillet[2].

Lieux et monumentsModifier

 
Chapelle Sainte-Marguerite.
  • Chapelle Sainte-Marguerite du XIXe siècle (début XIXe siècle, sur des fondations plus anciennes[réf. nécessaire]). C'est un lieu de pélerinage[2].
  • Église catholique du XIXe siècle[2].
  • Temple protestant[2].

Personnalités liées à la communeModifier

  • L'écrivain Guillaume de Fonclare évoque le village, dans lequel il a passé une partie de son enfance, dans son récit Dans ma peau, paru en 2010 (Editions Stock).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 107
  2. a b c d e f g h i et j Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Combovin
  3. Jean-François Duvic : Gens de la Raye - auto-éd. - 2007
  4. Combovin sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 19 février 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier