Bataille de la Sikkak

(Redirigé depuis Combat de la Sickack)
Bataille de la Sikkak
Description de cette image, également commentée ci-après
Combat de la Sikkak, gravure de Cholet d'après Horace Vernet.
Informations générales
Date
Lieu Oued Sikkâk (sv), Algérie
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de FranceDz flag-Abdelkader.png État d'Abd el Kader
Commandants
Thomas-Robert BugeaudAbd el-Kader
Forces en présence
6 000 hommes9 000 hommes
Pertes
32 morts
70 blessés
1 500 morts, blessés et prisonniers

Conquête de l'Algérie par la France

Coordonnées 35° 04′ 49″ nord, 1° 21′ 44″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Algérie
(Voir situation sur carte : Algérie)
Bataille de la Sikkak

La bataille de la Sikkak (ou Sickak) oppose le en Algérie, sur les bords de la Sikkak, affluent de la Tafna (dans la région de Tlemcen), les troupes françaises conduites par le général Bugeaud aux combattants de l'émir Abd el-Kader.

ContexteModifier

La bataille de la Sikkak est un épisode de la conquête de l'Algérie par la France, qui a lieu alors que le gouverneur général est le général Clauzel. Elle va mettre un frein sévère au rêve d'Abd el-Kader de créer un empire musulman en Oranie d'abord puis dans l'ex régence d'Alger.

Occupé à préparer une expédition contre Constantine, celui-ci confie à Bugeaud la mission de contrôler Abd el-Kader ; il s'agit de la première intervention de Bugeaud en Algérie. Le 6 juin 1836 arrivent à la Tafna trois vaisseaux, le Nestor, le Scipion et le ville de Marseille d'où débarquent le général Bugeaud et trois régiments d'infanterie de ligne à deux bataillons : les 23è, 24è et 62è. Avec ceux ci, il dispose d'un bataillon du 47è de ligne, de deux bataillons du 17è d'infanterie légère d' un goum d'auxiliaires musulmans sous les ordres de Mustafa ben Ismaïl et des coulouglis (issus de père Turc et mère Maghrébine) de Tlemcen sous les ordres du capitaine Cavaignac.

Déroulement de la batailleModifier

Le 6 juillet à trois heures du matin , la colonne Bugeaud se met en marche pour venir passer l'oued Sikak à gué mais avant la fin de cette opération, elle voit arriver sur ses arrières la cavalerie de Ben Nouna, un des fidèles d'Abd el Kader. Contre celle ci, Bugeaud envoie les Douaïrs de Mustafa ben Ismaïl, un escadron de chasseurs d'Afrique et un bataillon du 24è de ligne avec pour mission de contenir cette cavalerie si possible à l'est du Chabet Slimane

BibliographieModifier

  • Jacques Garnier (dir.), Dictionnaire Perrin des guerres et batailles de l'histoire de France, Paris, Perrin, 2004, 906 p. (ISBN 2-262-00829-9).