Le combat de Bordils qui eut lieu le 3 décembre 1653, durant la guerre des faucheurs opposa les troupes françaises aux troupes espagnoles qui furent défaites.

PréambuleModifier

Le 23 septembre 1653, les Espagnols ayant réussi à faire entrer dans Gérone un convoi de vivre et en raison des pertes subies par sa cavalerie à cause des grandes chaleurs estivales, le maréchal Charles de Monchy d'Hocquincourt décide de lever le siège de la ville le 25 septembre 1653.
Les troupes se retirent en bon ordre et le maréchal ne songe désormais, pour le reste de la campagne, qu'à renforcer les places que les troupes franco-catalanes occupent.

La batailleModifier

Charles de Monchy d'Hocquincourt s'étant chargé de conduire à Roses un convoi de ravitaillement en vivres et en munitions, un détachement ennemi l'attaqua le 3 décembre 1653 aux alentours de Bordils. Le combat fut très violent et les troupes françaises, parmi elles le régiment d'Auvergne, défirent les troupes espagnoles qui se replièrent à Gérone.

Bilan et conséquencesModifier

Les troupes espagnoles perdirent 500 tués et laissèrent 800 prisonniers[1].
Les pertes françaises ne sont pas indiquées.

Le maréchal entra dans Roses avec son convoi et mit la place en état de défense.

Notes, sources et référencesModifier