Ouvrir le menu principal

Comancheria

film de David Mackenzie sorti en 2016
Comancheria
Titre original Hell or High Water
Réalisation David Mackenzie
Scénario Taylor Sheridan
Acteurs principaux
Sociétés de production Sidney Kimmel Entertainment (en)
OddLot Entertainment
Film 44
LBI Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 102 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Comancheria (Hell or High Water que l'on peut traduire par contre vents et marées) est un thriller américain réalisé par David Mackenzie, sorti en 2016.

Le film a été projeté au 69e festival de Cannes dans la sélection « Un certain regard » en mai 2016. Mélangeant les genres du western, du thriller et du film de casse, il raconte l'histoire de deux frères originaires du Texas interprétés par Ben Foster et Chris Pine, qui commettent une série de braquages pour sauver leur famille de la banqueroute. Deux Texas Rangers désabusés (Jeff Bridges et Gil Birmingham) se lancent à leurs trousses.

Le titre original fait référence à une clause inscrite sur certains contrats de prêts décrivant la nécessité pour l'emprunteur de procéder au remboursement, quelles que soient les difficultés qu'il pourrait rencontrer. Le terme vient d'une expression familière aux États-Unis qui indique que quelque chose doit être accompli « come Hell or high water », soit en français « quand bien même l'enfer ou le déluge s’abattrait sur nous ».

Sommaire

SynopsisModifier

Après la mort de leur mère, Toby et Tanner Howard doivent éviter la saisie de leur propriété familiale. Ils décident alors de commettre une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque : celle qu'ils doivent rembourser.

Marcus Hamilton, un Texas Ranger bientôt à la retraite, se lance à leur poursuite avec son adjoint.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[2],[3]; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[4].

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Le scénario est écrit par Taylor Sheridan, connu pour son personnage de David Hale dans la série Sons of Anarchy. Il a par ailleurs signé le scénario du film Sicario de Denis Villeneuve, sorti en 2015. Taylor Sheridan voit Sicario et Comancheria comme les deux premiers volets d'une sorte de trilogie sur le nouvel Ouest américain[5] que complétera Wind River qu'il réalisera lui-même en 2016.

Le film a mis du temps à être développé. Le scénario est ainsi classé comme le meilleur script sur la « Black List » 2012, recensant les meilleurs scénarios en attente de production[6]. Les droits sont ensuite acquis par Sidney Kimmel Entertainment et Film 44, la société de Peter Berg. Les producteurs décident ensuite de confier la mise en scène au Britannique David Mackenzie après avoir vu son film Les Poings contre les murs (Starred Up, 2014). Le réalisateur explique ce qu'il a apprécié : « ce qui m'a intéressé dans ce projet, c'est qu'il met en scène ce que j'appelle la “criminalité rédemptrice”, autrement dit, il s'attache à des personnages honnêtes qui transgressent la loi pour des raisons légitimes. C'est aussi un croisement très rare entre le western, la comédie, le film de braquage et le road-movie[7]. »

Le film est d'abord développé sous le titre Comancheria, mot désignant la région habitée par les Comanches avant 1860. Elle englobe aujourd'hui l'État du Nouveau-Mexique, l'ouest du Texas et quelques autres territoires. C'est une région où se croisent des Indiens, des Latinos et des Texans et où règnent la pauvreté et une criminalité liée à la drogue[8]. Lors du Cinemacon 2016 à Las Vegas, une affiche du film révèle que le titre original est désormais Hell or High Water[9]. Le titre de production est cependant conservé pour la sortie française.

TournageModifier

Le tournage a eu lieu au Nouveau-Mexique (Clovis, Portales, Tucumcari, Albuquerque)[10].

Le réalisateur David Mackenzie et son directeur de la photographie Giles Nuttgens ont privilégié une mise en scène minimaliste, mettant en valeur les comédiens et la lumière naturelle du Nouveau Mexique. Des caméras numériques de haute précision ont été utilisées ainsi que le format CinemaScope, pour un style visuel contemporain. Par ailleurs, David Mackenzie a voulu réduire au maximum le matériel de tournage. Par exemple, aucun clap n'a été utilisé.[réf. nécessaire]

Le film est dédié à David John Mackenzie (1929-2015) et Ursula Sybil Mackenzie (1940-2015), les parents du réalisateur David Mackenzie qui sont tous les deux morts pendant qu'il faisait ce film[11].

AccueilModifier

Le film a reçu un très bon accueil critique[12]. Le Chicago Sun-Times écrit que « dans les grandes comme les petites lignes, Hell or High Water est un film tellement magnifique, dur, élégiaque et intelligent que j'ai eu envie de le revoir au moment où il s'est terminé[13]. » The Guardian qualifie le film de cynique, ajoutant que c'est un « film de casse à l'esprit satirique qui rappelle le diction de Bertolt Brecht sur le fait que voler une banque est une perte de temps si l'on compare cela au fait d'en être propriétaire[14]. »

Les banques, et les investisseurs du New York Stock Exchange en général, sont d'ailleurs les ennemis invisibles de ce « post-western anti-finance », d'après Slate.fr : « les banques sont en train de faire aux occupants blancs de ces [villes désertifiées] ce que les ancêtres de ces mêmes occupants ont fait 200 ans plus tôt aux Amérindiens[15]. » Le Monde complète en saluant la réalisation : « Comancheria, réalisé par un Écossais, David Mackenzie, habite cet espace où les pionniers du Texas indépendant livrèrent une guerre sans merci aux Comanches, où les cow-boys poussèrent des hordes de bovins après avoir exterminé les bisons, où les derricks ont éclos à travers les pâtures, où les cartels mexicains ont tracé les routes commerciales qui ont fait leur fortune. [...] Le terreau est fertile, et le film de Mackenzie s’y épanouit, énergique, violent, sentimental, spectaculaire[8]… »

Beaucoup de critiques s'accordent également sur la qualité du scénario de Taylor Sheridan[16], de la photographie de Giles Nuttgens et des interprétation des acteurs[17], ainsi que de la bande originale composée par Nick Cave et Warren Ellis[15],[14],[18].

The New Yorker regrette cependant que « l'action soit aussi schématique et artificielle qu'un jeu d'échecs, et les personnages ont autant d'identité que ses pièces[19]. »

Box-officeModifier

Commancheria rencontre un succès commercial modeste, rapportant 37 879 877 $ de recettes mondiales[20], dont 27 007 844 $ aux États-Unis, pour un budget estimé à 12 000 000 $[20]. Ce résultat a permis au film d'être le film indépendant le plus rentable de 2016[21]. En France, le film totalise 249 914 entrées[22].

DistinctionModifier

Notes et référencesModifier

  1. En plus d'être le titre pour la France, Comancheria est également le titre de production du film.
  2. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, (consulté le 26 août 2016).
  3. et selon le carton du doublage français cinématographique
  4. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le 30 novembre 2016)
  5. (en) Tommy Cook, « Screenwriter Taylor Sheridan Discusses His Trilogy on the American Frontier: ‘Sicario’, ‘Hell or High Water’ & ‘Wind River’ », sur Collider, (consulté le 12 septembre 2016)
  6. (en) Nikki Finke, « The Black List 2012: Screenplay Roster », sur Deadline, (consulté le 2 juin 2015)
  7. (en) Iain Blair, « The A-List: ‘Hell or High Water’ director David Mackenzie », sur Post Perspective, (consulté le 12 septembre 2016)
  8. a et b Thomas Sotinel, « « Comancheria » : western noir dans un Texas en crise », sur Le Monde, (consulté le 12 septembre 2016)
  9. (en) « Cinemacon 2016 », sur Joblo (consulté le 12 septembre 2016)
  10. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  11. Comancheria sur imdb.com
  12. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Hell Or High Water’ Breaks Out On Croisette; Director David Mackenzie On Capturing “The Loss Of The Old West” », sur Deadline, (consulté le 12 septembre 2016)
  13. (en) Richard Roeper, « ‘Hell or High Water’: Modern western the year’s best film so far », sur Chicago Sun-Times, (consulté le 12 septembre 2016)
  14. a et b (en) Peter Bradshaw, « Hell or High Water review – elegaic Texan western that packs a dizzying punch », sur The Guardian, (consulté le 12 septembre 2016)
  15. a et b Jean-Michel Frodon, « « Comancheria », le western au temps de la toute puissance de la finance », sur Slate.fr, (consulté le 12 septembre 2016)
  16. (en) Tom Stempel, « Understanding Screenwriting #148 », sur Creative Screenwriting, (consulté le 12 septembre 2016)
  17. (en) Stephanie Zacharek, « Hell or High Water Floats on Craggy Jeff Bridges », sur TIME Magazine, (consulté le 12 septembre 2016)
  18. (en) Geoffrey Macnab, « Film reviews: Hell or High Water, Captain Fantastic, Ben-Hur, Anthropoid », sur The Independent, (consulté le 12 septembre 2016)
  19. (en) Richard Brody, « Hell or High Water », sur The New Yorker, (consulté le 12 septembre 2016)
  20. a et b Box Office Mojo
  21. https://www.wacotrib.com/blogs/entertainment_in_waco/hell-or-high-water-tops-in-indie-box-office/article_03f553cf-2aeb-56ac-bff2-10c40df9d888.html
  22. JP-Boxoffice.com ; page du film Comancheria (2016) consulté le 25 novembre 2016.

Liens externesModifier