Colonisation hospitalière des Amériques

Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Image illustrative de l’article Colonisation hospitalière des Amériques
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale
par bulle de Pascal II
Institut Ordre monastique
Type Ordre hospitalier
et militaire
Spiritualité Christianisme
Règle de saint Augustin
et de saint Benoît
But accueil, défense et soins des pèlerins. Police des mers contre les Ottomans
Structure et histoire
Fondation vers 1070
à Jérusalem
Fondateur Frère Gérard
Abréviation O.S.Io.Hieros
Autres noms La Religion
Ordo Hospitalis Sancti Johannis Hierosolymitani
Ordre de l'Hôpital de
Saint-Jean de Jérusalem
Fin 1789/1801
Patron saint Jean le Baptiste
Liste des ordres religieux

La colonisation hospitalière en Amérique s’étendit sur une brève période de 14 ans, entre 1651 et 1665, durant laquelle les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem possédaient quatre îles des Caraïbes : Saint-Christophe, Sainte-Croix, Saint-Barthélemy et Saint-Martin.

ContexteModifier

HistoireModifier

 
Possessions hospitalières dans les Caraïbes.

En 1651, à la suite de la dissolution de la compagnie des îles d'Amérique, il est procédé à la vente de ses droits d'exploitation à divers partis. Philippe de Longvilliers de Poincy convainc le grand maître Jean-Paul de Lascaris-Castellar d'acheter des îles[1]. La présence des Hospitaliers dans les Caraïbes est née de la relation étroite de l'Ordre avec la présence de nombreux membres en tant qu'administrateurs français aux Amériques. Poincy, qui était à la fois chevalier de Malte et gouverneur des colonies françaises des Caraïbes, fut le personnage clé de leur brève colonisation[2]. L'Ordre achète ainsi les îles de Saint-Christophe, Sainte-Croix, Saint-Barthélemy et Saint-Martin[1].

En 1665, les Hospitaliers vendent leurs droits sur les îles à la jeune compagnie française des Indes occidentales, mettant ainsi fin à leur projet colonial[1].

Gouverneurs hospitaliers à Saint-ChristopheModifier

HéritageModifier

 
Armoiries actuelles de Saint-Barthélemy.

Dans les différentes îles, le souvenir de la courte période d'occupation hospitalière est plus ou moins présente. La domination de Philippe de Longvilliers de Poincy sur Saint-Christophe est resté vive pour le spectacle de ses domestiques tous vêtus de l’emblème des Hospitaliers. Sur Sainte-Croix, on peut souvent se référer aux « sept drapeaux » de l’histoire de l’île, en comptant les Hospitaliers, les États-Unis et cinq nations européennes qui l’ont gouvernée. Les armoiries de Saint-Barthélemy représente en leur centre une croix de Malte sur une fasce de gueules (rouge), représentant la période de la colonisation hospitalière.

Notes et référencesModifier