Ouvrir le menu principal

Colonies israéliennes

Communautés israéliennes établies dans les territoires palestiniens occupés
(Redirigé depuis Colonies juives)
Carte de la situation en 2014 : territoires administrés par Israël (en bleu clair) et par l'autorité palestinienne (en beige) ; colonies (magenta) ; barrière de séparation (en rouge)

Les colonies israéliennes (dénommées « hitnahalut » (התנחלות) par les Israéliens traduit par « implantations »)[Note 1], sont des communautés de citoyens israéliens qui ont été établies depuis la guerre des Six Jours en 1967 dans les territoires palestiniens occupés, dont Jérusalem-Est, ainsi que dans le Golan syrien occupé.

Elles totalisent aujourd'hui plus de 650 000 personnes (dont la moitié à Jérusalem-Est), réparties dans près de 150 implantations en Cisjordanie et une trentaine d'autres dans le Golan[1],[2],[3],[4]. Certaines colonies sont devenues des villes, comme Ma'aleh Adumim qui compte près de 40 000 habitants ou Ariel qui en compte 20 000. De nombreuses ont été rattachées au territoire israélien par la barrière de séparation.

L'établissement de colonies et la judéisation de Jérusalem-Est ont débuté dès 1967 mais se sont accélérés à partir de 1977 et l'arrivée de la droite nationaliste et des religieux au pouvoir. À la suite des accords de Camp David en 1982, les colonies du Sinaï furent évacuées et en 2005, la totalité de celles de la bande de Gaza furent démantelées. L'implantation s'est réintensifiée depuis l'arrivée de Benyamin Netanyahou au pouvoir en 2009.

Le processus de colonisation par Israël a été régulièrement condamné dans le cadre de résolutions du Conseil de sécurité. Les colonies sont illégales selon le droit international mais le gouvernement israélien le conteste.

Sommaire

HistoireModifier

La colonisation israélienne des territoires occupés a débuté dès 1967 suite à la conquête de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de Gaza (territoires palestiniens occupés), du Sinaï (pris sur l'Égypte) et du Golan (pris sur la Syrie). Elle s'est poursuivie de manière interrompue depuis sauf dans le Sinaï, restitué en 1982 et à Gaza, évacuée unilatéralement par Israël en 2005.

ContexteModifier

De 1948 au 5 juin 1967Modifier

 
Carte d'Israël à la veille de la guerre des Six Jours.
 
À la suite de la Guerre des six Jours, Israël contrôle le Sinaï, le détroit de Tiran, la bande de Gaza, le Golan, la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

Après 30 ans de conflits entre les communautés juive et arabe, l'ONU vote le 30 novembre 1947 le plan de partage de la Palestine en vue d'y fonder un État juif et un État arabe, tandis que Jérusalem et les Lieux saints devaient devenir une zone sous contrôle international[5].

Il s'ensuit une guerre à l'issue de laquelle Israël est établie, avec Jérusalem-Ouest pour capitale, mais pas l'État arabe palestinien. Jérusalem-Est et la Cisjordanie sont annexées par la Jordanie et la Bande de Gaza passe sous contrôle militaire égyptien. Israël est reconnue internationalement dans ces frontières en 1949 et entre à l'Organisation des Nations unies.

Une autre conséquence de la guerre est l'exode massif de 750.000 Arabes palestiniens sur les 900.000 qui vivaient dans ce qui est devenu Israël et leur interdiction de tout retour à l'issue de la guerre et en définitive leur dépossession[6]. La majorité s'installe dans des camps de réfugiés au Liban, à Gaza, en Syrie, en Cisjordanie. La guerre chasse également 10.000 Juifs des territoires annexés par la Jordanie. Le drame palestinien (la « Nakba ») devient un enjeu pour monde arabe qui réclame justice et revanche. Côté israélien, bien que la guerre de 1948 se solde par une victoire (le territoire contrôlé est en définitive 50 % supérieur à celui prévu par le plan de partage), le fait d'avoir peut-être à jamais renoncé à la vieille ville de Jérusalem ainsi qu'à la « Judée » et la « Samarie » (la Cisjordanie) est perçu par David Ben Gourion comme une bechiya ledorot (« cause de lamentation pour des générations »)[7].

Durant les 20 années qui suivent, les Juifs du monde arabe fuient ou sont expulsés. Aujourd'hui, il n'y existe plus de présence autre que symbolique alors que les communautés juives y totalisaient près de 800 000 membres en 1948. En 1956, Israël intervient aux côtés des Français et des Britanniques lors de la crise du canal de Suez. Dans le contexte de la guerre froide et sous l'impulsion de Gamal Abdel Nasser qui porte un projet de fusion du monde arabe, le Moyen-Orient se polarise. Les Arabes passent dans le camp soviétique et Israël devient le principal allié pro-occidental de la région.

À partir des années 1960, la tension monte. Des incidents de frontières de plus en plus fréquents se produisent entre Israël et la Syrie, qui signe en 1966 une alliance avec l'Égypte. Gamal Abdel Nasser appelle à la destruction d'Israël. Les forces de l'ONU sont évacuées du Sinaï et l'Égypte remilitarise sa frontière. Le monde se prépare à la guerre et l'angoisse est grande au sein de la population israélienne et des communautés juives à travers le monde.

En mai, Israël décrète la mobilisation générale et le 5 juin 1967 déclenche les hostilités de manière préventive. En quelques heures, les forces aériennes égyptienne et syrienne sont anéanties. En six jours, les forces égyptiennes sont balayées et repoussées jusqu'au canal de Suez, l'ensemble de la Cisjordanie est conquise jusqu'au Jourdain, Jérusalem-Est est « libérée » et les hauteurs du Golan depuis lesquelles les Syriens bombardaient la Galilée sont capturées.

La « victoire totale » de la Guerre des Six JoursModifier

 
9 juin 1967 : paracommando célébrant son mariage devant le Mur des Lamentations (à Jérusalem-Est), devenu « symbole de conquête [voire] objet d'idolâtrie chez les Israéliens[8] ».

La « victoire totale »[9] de 1967 va provoquer un bouleversement des esprits au sein du monde juif qui va impacter la suite des événements et l'issue du contentieux israélo-palesinien.

L'exaltation et l'émotion des Israéliens est extrêmement forte, unissant toute la société israélienne autour de sentiments religieux et nationalistes[10],[11]. Ce sont près de 250.000 Israéliens qui se rendent au Mur des Lamentations le 14 juin pour célébrer la fête de Shaouvot[11].

Pour les militaires, les territoires nouvellement conquis aux pays arabes (Golan, Sinaï) sont une « monnaie d'échange contre la paix » mais ils restent réticents à « se défaire d'une part quelconque de la terre biblique d'Israël » (Jérusalem, la Cisjordanie, Gaza)[12]. Des contacts seront pris en ce sens quelques jours après la guerre avec l'Égypte et la Syrie qui répondra par une fin de non recevoir. Le 8 juin, Moshe Dayan déclare :

« Jérusalem et les mont d'Hébron resteront à jamais entre nos mains[12]. »

Les activistes religieux voient cette victoire comme « miraculeuse » et la libération des territoires comme le début de la rédemption divine (at'halta dege'ula). Lors d'un sermon au Mur des Lamentations, le rabbin Zvi Yehouda Kook déclare :

« Par la présente déclaration, nous informons le peuple d'Israël et le monde entier que selon le commandement de Dieu, nous venons de rentrer chez nous. (...). Nous ne partirons plus jamais. »[12]

Selon Henry Laurens, tant au sein de la population israélienne qu'au sein des communautés juives principalement aux États-Unis et en France apparaissent ainsi deux « attitudes »[13]. Le monde extérieur est perçu comme « hostile dans sa globalité ». À l'angoisse de la destruction imminente par les Arabes, dernier chaînon dans une lignée d'ennemis plurimillénaire remontant à l'antiquité biblique, succède l'exaltation de la victoire ; cette dernière allant jusqu'à être perçue comme une « forme de réparation humaine ou divine de la catastrophe de la Seconde Guerre mondiale »[13]. Toujours selon Henry Laurens, apparaît également la « politique de l'arrogance » et le sentiment que l'ennemi est faible et « méprisable », qu'il ne comprend que la force, et que l'armée israélienne a pour vocation à la fois de dissuader tout ennemi de l'attaquer mais également de le forcer à accepter une solution dictée sur base des intérêts fondamentaux d'Israël[13].

Le lancement de la colonisation (1967-1977)Modifier

Faits accomplisModifier

 
Dans un plan de partage qui a conservé son nom présenté au gouvernement le 27 juillet 1967[14], Yigal Allon prévoit l'annexion de Jérusalem et de toute la partie Est de la Cisjordanie ainsi que de zones stratégiques tout en créant deux enclaves pour la population palestinienne qui aurait été placée sous administration jordanienne.

Dès le deuxième jour de la guerre, le gouvernement israélien d'union nationale est conscient que la victoire est acquise et réfléchit aux actions à venir[15]. Yigal Allon envisage a minima l'annexion de certains territoires et la conservation des autres comme monnaie d'échange avec les États arabes. Menahem Begin et les membres du Parti national religieux voient les territoires conquis comme des « éléments historique de la Terre d'Israël » « libérés » et proposent d'annexer la Cisjordanie de la Bande de Gaza et d'en expulser les Arabes de « manière humaine »[15],[16].

Une politique de « faits accomplis » est mise en place durant la guerre et dans les semaines et mois qui suivent :

  • le 11 juin, Teddy Kollek, le maire de Jérusalem-Ouest, fait raser le quartier maghrébin de Jérusalem-Est de manière à libérer l'accès au Mur des Lamentations, lieu saint du judaïsme et dont l'accès a été interdit aux juifs depuis l'occupation jordanienne[17],[15] : « Si l'on n'agit pas maintenant, rien ne sera possible ensuite[15]. » La majorité des 3 000 habitants arabes vivant dans ce qui avait été le Quartier juif de la vieille ville de Jérusalem sont également expulsés avant la fin de l'année pour être remplacés par des Juifs[18].
  • Le 29 juin, la Knesset étend la « juridiction administrative » de Jérusalem-ouest sur la partie arabe de la ville[19] et sur les régions cisjordaniennes au nord et au sud de celle-ci[16]. L'action est condamnée dès le 4 juillet à l'Assemblée générale des Nations unies[20]. Les murs en béton séparant les deux parties de la ville sont également abattus[16].
  • 250 000 Arabes palestiniens sont chassés des territoires conquis et 70 000 autres sont déplacés en leur sein[21];
  • les villages arabes du Golan sont systématiquement rasés après leur conquête[16] et à l'exception des 6 000 à 7 000 Druzes[22], l'ensemble des 120 000 résidents arabes sont chassés avant la fin 1967[23],[24],[25].

La colonisation en marcheModifier

 
Dans la doctrine israélienne, les avant-postes du Nahal étaient des établissements militaires érigés le long des frontières ou dans des zones stratégiques des territoires occupés en vue d'assurer leur sécurisation, en accord avec la 4e Convention de Genève. Cependant, les « soldats » et leur famille sont restés sur place une fois leur période militaire terminée, y établissant des colonies israéliennes, illégales selon le droit international.

Au début, la colonisation est menée de manière discrète par l'État-major militaire chargé des Territoires occupés et à l'initiative d'activistes religieux qui plus tard se rassembleront au sein du Goush Emounim (le « Bloc des fidèles »). Ensuite, en l'espace de deux-trois ans, une « gigantesque entreprise de colonisation est mise sur pied »[16].

Au début du mois de juillet, le Cabinet israélien approuve la construction de « deux ou trois chantiers de travail temporaires » dans le no man's land qui séparait Israël et la Syrie avant la guerre[16]. Un kibboutz est fondé le 16 juillet dans le Golan pour prendre en charge le cheptel et les vergers « abandonnés »[26]. Le 27 août, le gouvernement donne l'autorisation aux Israéliens de cultiver les champs sur tout le plateau[16].

En août, l'État-major décide d'y établir une chaîne d'avant-postes du Nahal[16]. Il s'agit d'installations initialement militaires mais dans lesquelles ces derniers cultivent la terre aux alentours, puis s'y installent définitivement quand ils retournent à la vie civile. La première est fondée à Banias en septembre[16]. En janvier 1968, 2 avant-postes du Nahal sont établis dans le sud de la vallée du Jourdain puis dans la bande de Gaza[16].

En parallèle avec la colonisation militaire, des activistes religieux, convaincus que le gouvernement n'osera pas s'opposer à eux ou utiliser la force pour les déloger, bravent les interdits officiels et lancent des initiatives privées d'implantations[16]. En pratique, ils sont souvent soutenus sur le terrain par les militaires qui assurent leur sécurité face aux Palestiniens et qui les fournissent en électricité et les ravitaillent en eau.

Dans ce contexte, la première « colonie » mise en place est celle de Kfar Etzion, fondée sur le site d'un ancien kibboutz situé entre Bethléem et Hébron et qui avait été détruit par la Légion arabe en 1948[27]. Les opérations sont menées par Yossef Weiz, un tenant de l'expulsion des Arabes[26],[10] et le rabbin Hanan Porat (en) qui y avait passé son enfance[28]. En avril 1968, un groupe de religieux s'installe dans la périphérie d'Hébron[16]. Cette initiative donne naissance à la colonie de Kiryat Arba[16].

L'État finit par collaborer avec eux en leur fournissant des terres publiques (plus de 50 % du territoire cisjordanien est public à l'époque) ou en leur cédant des terres arabes expropriées pour « des raisons de sécurité »[16],[29]. Des aides sont même données aux candidats colons sous la forme de prêts immobiliers à faible taux d'intérêt, voire de subventions pures et simples[16],[29].

La colonisation est en marche :

  • un an après la guerre, le Golan compte 6 colonies ; en 1973, 19 et en 1977, ce sont 26 colonies qui ont été établies sur le plateau syrien[16].
  • En Cisjordanie, Israël possède 17 colonies en 1973 et 36 en 1977[16], dont Ma'aleh Adumim à l'est de Jérusalem qui compte aujourd'hui[Quand ?] près de 40 000 colons et qui a été la première colonie israélienne à obtenir le statut de ville en 1992.
  • Dans la bande de Gaza et le long de la frontière égyptienne, 7 colonies se sont installées entre 1968 et 1973 et leur nombre est passé à 16 en 1977[16], dont Kfar Darom.
  • Dans le Sinaï, on compte 7 colonies israéliennes en 1977[16], dont Yamit.

Au total, 10 ans après la guerre, 11 000 Israéliens se sont installés dans les territoires conquis[16].

Menachem Begin (1977-1984)Modifier

 
Menahem Begin, Jimmy Carter et Anouar el-Sadate célébrant les accords de Camp David en 1978

Colonisation intensiveModifier

En 1970, Menahem Begin quitte le gouvernement d'union nationale en raison de l'acception par Israël de la résolution 242 et de la formule « terre contre paix ». Pour son parti le Hérout, la Cisjordanie et la bande de Gaza sont « aussi juifs que Tel-Aviv » et ne peuvent en aucun cas être restitués aux Arabes[30]. En mars 1974, les différentes initiatives religieuses de colonisation se rassemblent au sein du Goush Emounim[12]. La victoire aux élections israéliennes de 1977 d'une coalition rassemblant différents partis de droite et de partis religieux autour du Hérout, du Likoud et du Parti libéral[30] va donner un nouvel essor à la colonisation[31].

Malgré les négociations de paix israélo-égyptienne qui demandent un gel de la colonisation, une centaine de nouvelles implantations voient le jour, en particulier des centres urbains à l'Est de Jérusalem (comme Beit El fondée en 1977) et de Tel-Aviv (comme Elkana (en) établie en 1977, Ariel en 1978 ou Beit Aryeh-Ofarim en 1981)[32].

Évacuation du SinaïModifier

Les colonies du Sinaï sont cependant évacuées (et rasées par les Israéliens) en même temps que les territoires conquis sur l'Égypte en 1967 lui sont restitués. Le mouvement des colons s'y oppose et des militants s'y réinstallent « illégalement ». À Yamit, Menachem Begin et Ariel Sharon, ministre de l'Agriculture, chargé de la colonisation, font intervenir l'armée israélienne : 20 000 soldats sont mobilisés pour déloger 1 500 « squatteurs ». L'opération se fait sans faire de blessés mais sous les yeux des télévisions. Selon Benny Morris, la motivation est double : il s'agit de montrer au monde « le coût des sacrifices concédés par Israël dans sa recherche de la paix » et de « montrer à la population israélienne l'atrocité de l'évacuation de colonies », afin de mettre en garde les citoyens Israéliens qui militent pour l'évacuation de la Cisjordanie et du Golan[33]

La détermination israélienne à ne pas restituer l'ensemble des territoires occupés se traduit également par deux décisions :

  • le 30 juillet 1980, le parlement israélienne (la Knesset) vote une « Loi fondamentale » faisant de Jérusalem réunifiée, la capitale d'Israël[34]. Cette annexion de Jérusalem-Est est immédiatement condamnée par les résolutions 476 et 478 du Conseil de sécurité en tant que violation du droit international[35] ;
  • le 14 décembre 1981, la Knesset vote la loi du plateau du Golan affirmant l'annexion du territoire par Israël. L'annexion est immédiatement condamnée par la résolution 497 du Conseil de sécurité qui la déclare « nulle et non avenue et sans effet juridique sur le plan international »[36].

Fin 1983, on compte 76.095 colons à Jérusalem-Est, 22.800 en Cisjordanie, 6.800 dans le Golan et 900 dans la bande de Gaza, soit un total de 106.595 dans l'ensemble des territoires occupés[37]. Le rythme de la colonisation s'est accéléré d'un facteur 10 par rapport à la période précédente.

Situation des Palestiniens dans les territoires occupésModifier

Le contrôle et la colonisation des territoires par les Israéliens eurent plusieurs impacts conséquents pour la population palestinienne.

Le développement des réseaux routiers et électriques nécessaires pour des raisons sécuritaires et pour desservir les colonies bénéficièrent également à la population palestinienne. Ainsi, en 1967 seuls 18 % des foyers gazaouites possédaient l'électricité. Ils étaient 89 % en 1981[38]. La population palestinienne put également bénéficier des services hospitaliers et des soins de santé israéliens, ce qui se traduisit par une chute importante du taux de mortalité à la naissance et à une augmentation conséquente de la population palestinienne, en particulier à Gaza[38].

Sur le plan politique, selon Benny Morris, Israël se montra « tolérant »[38]. De nombreuses organisations citoyennes virent le jour comme des syndicats, des associations professionnelles, des comités estudiantins (7 universités virent le jour en Cisjordanie et à Gaza en 10 ans), des associations caritatives, des journaux, des instituts de recherche, des groupes féministes[38]... Les Israéliens autorisèrent même l'établissement d'institutions officielles militant pour l'autonomie et la résistance politique[38]. Par contre, Israël refusa de donner toute légitimité aux indépendantistes de l'Organisation de libération de la Palestine (l'OLP) de Yasser Arafat, ce qui laissa place libre aux Frères musulmans, sous le direction du Cheik Yassine qui distillèrent un discours intégriste dans la population[38].

Sur le plan économique, sur les 15 ans qui suivirent la conquête des territoires, le revenu annuel par habitant dans la bande de Gaza passa de 80 à 1 700 dollars; et en Cisjordanie, il fit plus que tripler. Le nombre de voitures fut multiplié par 10, celui des tracteurs par 9 et celui des téléphones par 6. Chaque année entre 1968 et 1978, le PNB connut une croissance supérieure à 10 % dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie, tandis qu'il augmentait de 5,5 %/an en Israël sur la même période[38].

Selon Zeev Schiff et Ehud Yaari, la politique gouvernementale israélienne dans les territoires occupés fut cependant subordonnée aux besoins économiques israéliens et étouffait le développement palestinien. Par exemple, la majeure partie des réserves d'eau furent détournées au profit d'Israël et des colons[38],[39]. Ces derniers en utilisaient en moyenne douze fois plus que la population palestinienne et la superficie des terres arabes irriguées en Cisjordanie fut réduite de 30 % entre 1967 et 1987[38]. L'administration israélienne des territoires interdit aux Palestiniens d'installer des manufactures et réglementa à l'extrême les déplacements, l'importation de fonds ou de matériaux, la culture de certains produits agricoles... ce qui transforma les territoires en un vaste marché (et une « décharge ») pour les marchandises israéliennes[38]. Le gel des développements industriel et agricole palestiniens força une part importante de la main-d'œuvre des territoires occupés à chercher du travail en Israël, en particulier dans la construction ou l'agriculture, où elle se vit reléguée à des « tâches ingrates » et un « salaire de misère »[38].

Gouvernement de coalition (1984 - 1988)Modifier

Les élections législatives israéliennes de 1984 voient les partis de gauche, réunis sous la bannière Alignement, remporter 44 sièges contre 41 pour le Likoud. Aucun des deux ne réussit cependant à rassembler suffisamment d'autres partis dans une coalition qui pourrait former une majorité à la Knesset. Shimon Peres et Yitzhak Shamir décident alors de gouverner alternativement, chacun occupant le poste de Premier ministre pendant 2 ans.

Durant cette période, si le nombre de colonies ne grandit pas sensiblement, leur population s'accroit considérablement en raison de leur expansion[40]. La population israélienne de Cisjordanie passe de 35 000 à 64 000 de 1984 à 1988[40]. En 1989, on compte 200 000 colons : 117 000 à Jérusalem-Est, 70 000 en Cisjordanie, 10 000 dans le Golan et 3 000 dans la Bande de Gaza[37].

L'administration des territoires est sous la responsabilité d'Yitzhak Rabin, ministre de la Défense. Il y instaure une politique de « répression continue » envers le nationalisme palestinien[40]. Les Palestiniens doivent faire face à une humiliation omniprésente[40]. Plusieurs dizaines de milliers d'habitants sont détenus plusieurs semaines ou mois d'affilée souvent sans jugement[40]. En parallèle, des groupes de colons s'établissent en « groupes d'autodéfense vengeurs » contre les Palestiniens[40]. En Israël, les représentants politiques de droite appellent régulièrement et ouvertement à l'expulsion (le « transfert ») des Palestiniens des territoires occupés vers la Jordanie[40].

C'est dans ce contexte que se déclenche le 9 décembre 1987 la Première intifada, la « révolte des pierres »[41].

De l'intifada aux accords d'Oslo (1988-1993)Modifier

Articles connexes : Première intifada et Accords d'Oslo.

La révolte palestinienne s'exprime initialement par une désobéissance civile généralisée face à laquelle l'armée n'est pas préparée, tandis que les extrémistes des deux camps, Hamas et colons intégristes, prônent et usent de violence[42]. Devant la situation, Yitzhak Rabin ordonne à l'armée de réprimer durement la révolte. Il s'exprime à la télévision en affirmant qu'il faut « briser les os » des émeutiers. La répression provoque des dizaines de milliers de blessés au sein de la population civile palestinienne dont des milliers à vie. Au bout de trois ans, l'armée a procédé à plus de 15 000 arrestations administratives et 8 000 Palestiniens sont prisonniers en Israël[43].

Cette situation génère un éveil des consciences en Israël sur l'existence d'un « problème palestinien » et le renforcement du « mouvement pour la paix », ce qui va mener sous l'égide des États-Unis, à la signature en septembre 1993 des accords d'Oslo entre Israël et l'OLP[44]. Ces accords reconnaissent la souveraineté de l'Autorité palestinienne sur la Cisjordanie et Gaza et annoncent le retrait progressif d'Israël des territoires occupés[45].

Durant cette période, la population de colons passe de 200 000 à 282 000 (+45 000 en Cisjordanie et +35 000 à Jérusalem-Est)[37], malgré l'annonce en 1992 par le gouvernement israélien d'un « gel de la colonisation »[46].

Des accords d'Oslo à la seconde intifada (1993-2000)Modifier

Article détaillé : avant-poste israélien.
 
Bâtiment de l'avant-poste d'Amona fondé en 1995 sur des terres privées palestiniennes, près d'Ofra au centre de la Cisjordanie.
 
Division de la Cisjordanie en trois zones à la suite de l'accord intérimaire de 1995 (accord de Taba).

Après 1993, le retrait israélien ne se produit cependant pas et la colonisation s'intensifie contrairement aux accords d'Oslo.

Le mouvement des colons établit des « avant-postes » dans les territoires occupés en infraction théorique avec la loi israélienne[47],[48]. En pratique, bien qu'ils ne soient pas ouvertement reconnus par le gouvernement, les autorités israéliennes les soutiennent dans leur établissement et développement[49]. Selon La Paix maintenant, une cinquantaine sont établis entre 1993 et 2000[50].

Les extrémistes des deux camps expriment également dans le terrorisme leur opposition au processus de paix[51]. Le 25 février 1994, Baruch Goldstein, un colon de Kyriat Arba et adepte de Meir Kahane, perpètre le massacre d'Hébron au cours duquel 29 Palestiniens sont tués et 125 autres blessés. En représailles, le Hamas commet un attentat-suicide à Afoula, tuant 8 Israéliens. De nombreux autres suivront sur l'ensemble du territoire israélien jusqu'à la fin 1998[51]. Le 4 novembre 1995, Yitzhak Rabin alors Premier ministre, est assassiné par Yigal Amir, un juif orthodoxe néosioniste[52].

Le 24 septembre 1995, l'accord intérimaire sur la Cisjordanie et la bande de Gaza scinde la Cisjordanie en 3 zones[45] :

  • la zone A (3 % du territoire[Note 2] et 20 % de la population palestinienne) placée sous le contrôle de l'Autorité palestinienne. Cette zone regroupe les grandes villes palestiniennes, à l'exception de Jérusalem-Est (annexée en 1980) et de Hébron ;
  • la zone B (27 % du territoire et 70 % de la population palestinienne) placée sous administration civile palestinienne mais où Israël reste responsable de la sécurité ;
  • la zone C (70 % du territoire et 10 % de la population palestinienne) qui reste sous contrôle israélien et où se trouvent l'essentiel des colonies.

Selon les points de vue, les accords de Taba sont vus soit comme la possibilité future d'instaurer un État palestinien ou soit comme un découpage de la Cisjordanie en enclaves mal connectées dans le réseau des colonies israéliennes[45].

En mai 1996, la droite israélienne revient au pouvoir avec la victoire du Likoud aux élections, ce qui ralentit le processus de paix[53]. Néanmoins, le 7 février 1999, Benyamin Netanyahou et Yasser Arafat signent les accords de Wye Plantation qui transfèrent 13 % de la zone C vers les zones B (12 %) et A (1 %) ainsi que 14 % de la zone B vers la zone A en échange de mesures à prendre par les Palestiniens dans la lutte contre le terrorisme[54]. Ehud Barak lui succède en 1999.

Sur les 8 ans entre la signature des accords d'Oslo et le déclenchement de la seconde intifada, la population des colons est passée de 280 000 à 390 000 avec une augmentation principalement en Cisjordanie où elle s'accroit de 70 % (+ 80 000)[37].

Situation des Palestiniens dans la Bande de GazaModifier

 
En 2001, la Bande de Gaza compte 1 500 000 habitants dont 1 070 000 réfugiés vivant sur 6,3 km2 et 8 000 colons vivant sur 70 km2[55].

La Bande de Gaza fait 45 km de long et 12,5 km dans sa partie la plus large (au sud-ouest) et 5,5 km dans sa partie la plus étroite (au centre). Environ 50 % de la zone est désertique, 20 % sont affectés aux colonies et 15-20 % voués à la sécurité et à des installations ou des camps militaires[55].

Au moment du déclenchement de la seconde intifada, 125 km2 sur les 360 sont sous contrôle israélien. La zone compte 13 villes, 8 camps de réfugiés et 21 colonies[55]. La population totalise 1 500 000 personnes dont 1 070 000 de réfugiés (~ 71,5 %) et 8 000 colons israéliens (~ 0,5 %). L'armée israélienne y stationne également une brigade[55]. La densité de population est en moyenne de 4 167 personnes au km² et de 74 706 dans les camps de réfugiés. Elle est de 110 personnes au km² dans les colonies[55].

La Bande de Gaza connaît également un grave problème d'approvisionnement en eau : 96 % de la nappe aquifère a été vidée de ses réserves ; elle est également polluée et son taux de salinité est élevé. La consommation en eau des colons s'élève à 584 litres par personne et par jour, soit 7 fois plus que la moyenne de la population palestinienne de Gaza (~ 80 litres par jour) tandis que l'Organisation mondiale de la santé préconise une disponibilité de 100 litres par jour et par personne pour répondre aux besoins de base[56].

Les évènements de la seconde intifada (2000-2006) et l'après-Sharon (2006-2009)Modifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Article connexe : Seconde intifada.
 
Tracé de la barrière, tel qu'il était établi en juillet 2011.

Le déclenchement de la seconde intifada coïncide avec la visite de l'esplanade des Mosquées/mont du Temple par Ariel Sharon le et la mort de Mohammed al-Dura. Il s'ensuit des émeutes générales dans tous les territoires occupés auxquelles se joint la population arabe israélienne. La répression militaire israélienne fait plus de 100 morts en quelques jours[réf. nécessaire]. Les groupes terroristes palestiniens se lancent fin octobre dans une vaste campagne d'attentats-suicides faisant plus d'un millier de morts, auxquels l'armée répondra par des opérations militaires.

Les événements vont avoir un impact conséquent sur la développement des colonies.

En 2002, à la suite de la vague d'attentats, Israël lance la construction d'une barrière de séparation israélienne en territoire palestinien[57]. Seuls 15 à 20 % suivent le tracé de la Ligne verte[58],[57] ; le reste empiète dans le territoire cisjordanien[59],[60]. À terme la barrière intégrerait la majeure partie des colonies israéliennes à forte démographie ainsi qu'une partie des puits[61]. À un endroit elle s'écarte de plus de 23 kilomètres pour inclure la colonie d'Ariel.

Retrait unilatéral de la Bande de Gaza (2003)Modifier

En 2003, Ariel Sharon annonce un futur retrait militaire et civil, unilatéral et intégral de la Bande de Gaza. Entre les 17 et 22 août 2005, les 21 colonies de la Bande de Gaza sont démantelées et 8 000 habitants israéliens sont évacués dont 7 000 par la police et l'armée israéliennes. Le 12 septembre, l'armée évacue à son tour la bande de Gaza. 4 colonies de Cisjordanie seront également démantelées.

Selon Meron Rapoport, le retrait unilatéral « vise à geler le processus de négociation. Et, en gelant le processus de négociation, [on] empêche la création d’un État palestinien et [on] empêche la discussion sur la question des réfugiés. »[62].

Sur les 5 ans de la seconde intifada, la population des territoires occupés passe de 390 000 à 460 000 avec l'accroissement localisé presque entièrement en Cisjordanie[37].

Gouvernement Olmert (2006-2009)Modifier

En janvier 2006, le Premier ministre Ariel Sharon est victime d'une attaque cérébrale. Benyamin Netanyahou quitte la coalition gouvernementale mais ne parvient pas le faire tomber. Ariel Sharon est remplacé à son poste par Ehud Olmert de Kadima qui poursuit en l'accentuant la politique de gel de la colonisation et d'évacuation des territoires occupés.

Le , Amona est ainsi évacuée par la force puis détruite. Plus de 200 personnes sont blessées dont 80 des forces de sécurité[63].

En , Ehud Olmert s'engage à démanteler les colonies illégales de Cisjordanie, s'engageant ainsi sur un des éléments clés de la « feuille de route »[64].

En , il annonce sa volonté d'évacuer 93 % de la Cisjordanie tout en conservant les grands blocs d'implantations en échange de quoi les Palestiniens recevraient des terres autour de la Bande de Gaza[65]. Il annonce ainsi la construction de 884 nouveaux logements à Jérusalem-Est, ce contre quoi les États-Unis le mettent en garde car cela exacerbe les tensions avec les Palestiniens[66]. En septembre, il étend son projet de retrait au Golan syrien, voire à Jérusalem-Est[67]. Silvan Shalom, précédent ministre des Affaires étrangères jusqu'en 2006, l'accuse de défendre des positions d'extrême-gauche[67].

Suite à sa mise en cause dans des affaires de corruption, Ehud Olmert doit démissionner. Les tentatives pour sauver le gouvernement échouent et des élections anticipées sont annoncées pour février 2009. Malgré les appels de Président George W. Bush à poursuivre les négociations avec les Palestiniens, le cabinet se prononce pour son gel en attendant l'issue des élections[68].

Gouvernements Netanyahou (2009-2019)Modifier

Les élections de février 2009 voient la victoire de Benyamin Netanyahou qui devient Premier Ministre. Sous la pression américaine, celui-ci conserve le gel de la colonisation sauf à Jérusalem-Est[69]. Cependant, suite au départ du parti travailliste de la coalition en 2011, puis à celui de Kadima en juillet 2012, la politique israélienne va changer.

En juillet 2012, Netanyahou avait annoncé son intention de légaliser 3 colonies sauvages[70]. Fin 2012, en réponse au statut d'État observateur accordé à la Palestine par l'ONU, le gouvernement israélien décide de lancer la construction de 3,000 logements dans la zone E1. Selon l'universitaire Jean-Paul Chagnollaud, l'urbanisation de cette zone de 12 km2 comprise entre Jérusalem et Ma'aleh Adumim et séparant le Nord et le Sud de la Cisjordanie empêcherait l'émergence d'un État palestinien unifié[71].

Le 6 février 2017, le gouvernement israélien vote une loi légalisant 53 colonies sauvages. Selon ses promoteurs, la loi a pour objectif d'empêcher la Cour suprême israélienne d'ordonner le démantèlement de colonies, comme ce fut le cas pour Amona. António Guterres y voit une infraction à la loi internationale et les partisans d'une solution à 2 États une légalisation du « vol de terres » par la loi israélienne[72]. En août 2018, un tribunal israélien légalise pour la première fois des colonies établies sur des terres privées palestiniennes[73].

Suite à l'élection de Donald Trump à la présidences des États-Unis, la politique américaine dans la cadre du conflit israélo-palestinien et notamment de la colonisation évolue drastiquement. En décembre 2017, Donald Trump annonce que les États-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale d'Israël et qu'ils vont y transférer leur ambassade. Cette déclaration suscite la réprobation de la communauté internationale[74]. En juin 2019, l'ambassadeur des États-Unis en Israël déclare dans un interview au New-York Times que « Sous certaines circonstances [...] Israël a le droit de conserver une partie de, mais pas toute, la Cisjordanie », répondant ainsi à une annonce faite par le Premier Ministre israélien en avril que ce dernier allait lancer l'annexion de parties de la Cisjordanie[75],[76].

Entre 2009 et 2019, La Paix maintenant rapporte que les gouvernements Benyamin Netanyahou ont fait construire 20,000 logements en Cisjordanie et a alloué aux colonies près de 10 milliards de shekels (2,8 milliards de dollars)[77]. En mai 2019, on compte 630.000 colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est[77]. Lors de la campagne des législatives israéliennes de 2019, il annonce son intention de commencer l'annexion des colonies de Cisjordanie[77].

Évolution démographiqueModifier

ChiffresModifier

Les ONG qui dénoncent la colonisation publient les statistiques de la population israélienne des territoires occupés :

  • En 1972, elle était de 10 000 personnes[78].
  • En 1989, elle était de 200 000 personnes (Cisjordanie : 70 000; Jérusalem-Est : 117 000; Golan : 10 000); Gaza : 3 000) au début de la première intifada[78].
  • En 2004, elle était de 442 000 personnes (Cisjordanie : 235 000; Jérusalem-Est : 182 000; Golan : 17 000); Gaza : 8 000) quand les colonies de Gaza ont été démantelées[78].
  • En 2010, elle était de 535 000 personnes (Cisjordanie : 314 000; Jérusalem-Est : 199 000; Golan : 20 000)[78].
  • En 2016, elle était de 643 000 personnes (Cisjordanie : 413 000; Jérusalem-Est : 209 000; Golan : 21 000)[79],[80].

GraphiqueModifier

 
Évolution de la population israélienne dans les territoires occupés (1967-2016). Les chiffres se rapportent à la population israélienne de Cisjordanie, de Jérusalem-Est, du Golan et de Gaza entre la guerre des Six Jours et aujourd'hui. Les immigrants comme les personnes nées sur place sont comptabilisées. Entre 1982 et aujourd'hui, la population a augmenté de manière constante d'environ 16 000 personnes par an, tant pendant les 2 intifadas que pendant les négociations de Paix qui ont suivi les Accords d'Oslo.

Situation juridiqueModifier

Position internationale et résolutions du Conseil de SécuritéModifier

 
Israël a adhéré aux Nations unies en 1949. En tant que membre de l'organisation, les décisions du Conseil de Sécurité sont contraignantes à son égard. Elle est également tenue au respect de la IVe Convention de Genève et aux décisions de la Cour pénale internationale.

Selon le droit international, l'établissement des colonies israéliennes dans les territoires occupés par Israël depuis 1967 est illégal[81],[82],[83],[84].

Le Conseil de sécurité des Nations unies et l'Assemblée générale[85] ont voté de nombreuses résolutions condamnant l'établissement des « colonies de peuplements israéliennes » dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est et dans le Golan syrien occupé [86].

Une large partie de la communauté internationale juge également que l'article 49 de la quatrième convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre s'applique aux territoires palestiniens occupés. Cette dernière position est soutenue par le Comité international de la Croix-Rouge, diverses entités et la Cour internationale de justice dans un avis consultatif. La Cour suprême d'Israël reconnait en 2004 qu'Israël occupe la Cisjordanie (occupatio bellica)[83].

Dans un message commun émanant des ministères de l'Économie des États membres de l'Union européenne, il est affirmé que l « Union européenne et ses États membres considèrent que les colonies israéliennes sont illégales au regard du droit international, qu’elles constituent un obstacle à la paix et rendent impossible la solution à deux États visant à résoudre le conflit israélo-palestinien ». Il est mis en garde « aux risques liés aux activités économiques et financières dans les colonies » du fait du statut incertain du droit au sol et des ressources utilisées ainsi que du non-respect des droits de l'homme et des risques quant à la réputation qui pourraient résulter du fait de « participation à des activités économiques et financières dans des colonies »[87].

Dernière position du Conseil de SécuritéModifier

Selon la Charte de l'ONU que tous les membres doivent signer pour y adhérer, les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sont contraignantes selon le droit international.

La plus récente sur le sujet, la résolution 2334 du 23 décembre 2016 : « [r]éaffirme que la création par Israël de colonies de peuplement dans le[s] territoire[s] palestinien[s] occupé[s] depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n’a aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international et un obstacle majeur à la réalisation de la solution des deux États et à l’instauration d’une paix globale, juste et durable ». De plus, elle « demande à tous les États, compte tenu du paragraphe 1 de la (...) résolution, de faire une distinction, dans leurs échanges en la matière, entre le territoire de l’État d’Israël et les territoires occupés depuis 1967[88] ».

Suite à la Guerre des 6 JoursModifier

La résolution 2253 de juillet 1967 de l'Assemblée générale déplore les actions israéliennes qui altèrent le statut de Jérusalem dès l'issue de la Guerre des Six Jours[89]. La condamnation est réitérée dans la résolution 2254 [90]. Elles sont confirmées par les résolutions 237[91], 242, 252[92] et 298[93] du Conseil de sécurité.

En particulier, la résolution 242 du 22 novembre 1967 du Conseil de sécurité des Nations unies souligne « l'inadmissibilité de l'acquisition de territoires par la guerre » et demande à Israël de se retirer de (ou des) territoires occupés (« from occupied territories » dans la version en anglais ; « des territoires occupés » dans la version en français)[94].

Suite aux accords de Paix israélo-égyptienModifier

Si Israël a évacué la Sinaï après la paix signée avec l'Égypte, elle a intensifié la colonisation des territoires palestiniens occupés.

La résolution 446 du Conseil de sécurité des Nations unies votée le 22 mars 1979 « considère que la politique et les pratiques israéliennes consistant a établir des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés depuis 1967 n'ont aucune validité en droit et font gravement obstacle à l'instauration d'une paix générale, juste et durable au Moyen-Orient ». Elle « demande une fois encore à Israël, en tant que Puissance occupante, de respecter scrupuleusement la Convention de Genève (...) de ne pas transférer des éléments de sa propre population civile dans les territoires arabes occupés »[95],[96],[97],[98].

Points de vue israélienModifier

Points de vue des gouvernements israéliennes successifsModifier

Les différents gouvernements israéliens ont maintenu que les communautés israéliennes autorisées sont entièrement légales et en accord avec le droit international. Israël ne reconnait pas l'application de la quatrième convention de Genève, mais en applique les provisions pour des raisons humanitaires[99] ainsi que les conventions de la Haye.

Israël voit la situation comme une dispute territoriale, du fait qu'il n'existe pas de frontières définies de jure, pas d'arrangements diplomatiques ni de légitimité légale évidente. Un autre argument est que le territoire peut être occupé seulement si un autre état souverain le revendique. De plus le terme d'occupation est péjoratif, dans le contexte où le territoire a été conquis dans l'exercice de l'autodéfense au cours d'une guerre imposée par la Jordanie[100].

Divers juristes appliquent le concept de « vide juridique de la souveraineté » (sovereignty vacuum) pour décrire la situation légale succédant à la guerre des Six Jours. Julius Stone affirme que la présence d'Israël dans les zones en attente de fixation des frontières est entièrement légal. Il considère absurde la thèse selon laquelle le gouvernement israélien serait contraint par l'article 49 de la Convention de Genève, de s'assurer (par force si nécessaire), que ces zones associées à la vie juive depuis des millénaires deviennent à jamais Judenrein[101]. Eugene V. Rostow reconnaît les droits accordés aux Juifs par le mandat britannique comme irrévocables juridiquement[101]. Stephen Schwebel reconnaît que la prise par Israël, par le principe d'autodéfense, d'un territoire qui était sous occupation illégale a meilleur titre légal.

Bien que tous les secteurs en question aient été capturés par Israël pendant la guerre de 1967, l'annexion éventuelle de chacun d'eux est l'objet d'argumentations particulières :

  • Jérusalem a été divisée par une ligne d'armistice et occupée illégalement par les forces jordaniennes. Jérusalem est réunifiée, étant la capitale déclarée d'Israël qui permet l'accès aux lieux saints.
  • Le Golan aurait été cédé illégalement par le Royaume-Uni au mandat français de la Syrie et est incorporé à Israël, sans préjudice d'un futur traité de paix avec la Syrie.
  • Tant que l'Égypte et la Jordanie occupaient Gaza et la Cisjordanie, il n'y avait aucun projet de créer un État palestinien. En outre le territoire fait partie du territoire destiné à l'installation du peuple juif par les accords de San Remo de 1920.
  • La péninsule du Sinaï fait partie de la continuité territoriale d'Israël et a été transféré à l'Égypte en 1906. Le Sinaï n'est pas annexé, et est rendu lors de la signature des accords de paix en 1979.

Israël affirme que la construction serait légale en vertu des accords d'Oslo II qui lui accorderaient le droit de construire à l'intérieur de la zone C[102], partie du territoire de Cisjordanie sous contrôle exclusif israélien en attendant son transfert à l'autorité palestinienne[103],[104],[105].

Points de vue des habitants des coloniesModifier

Les communautés juives des implantations défendent leur droit inaliénable à vivre sur leur terre ancestrale qui est le berceau historique et culturel du peuple juif et le cœur de leur vie religieuse. Sur le plan juridique, elles soutiennent que le territoire appartient au foyer national juif[106].

Les habitants juifs des implantations affirment leurs droits à s'installer librement et volontairement au-delà de la ligne verte. Ils rejettent la criminalisation de leurs communautés qui résulte selon eux d'une interprétation du droit international que fait le Comité international de la Croix-Rouge[107].

En outre, pour les représentants des colons, le territoire ayant accueilli des communautés juives durant plusieurs millénaires, le droit des Juifs à y habiter ne peut avoir été invalidé par la simple occupation illégale par la Jordanie qui a duré moins de 20 ans[108]. Ils estiment également que leur installation en Judée-Samarie respecte le droit à la propriété privée et que l'opposition à ce droit à leur encontre en fonction de leur identité juive est assimilable à de la discrimination raciale. Selon eux, le conflit politique avec les Palestiniens ainsi que les débats politiques ne devraient en rien engendrer la réduction de leurs droits légitimes[107].

L'idée selon laquelle les Juifs (ou les israéliens) ne pourrait vivre en Cisjordanie du fait de préjugés et de l'hostilité à leur encontre est perçu par ceux-ci comme une autre mesure discriminatoire[107].

Les communautés religieuses de Yesha croient au droit du peuple juif à la possession de la terre d'Israël d'après la promesse divine de la Bible. Le peuplement de ce territoire est un droit et un devoir pour ces communautés religieuses[109].

Points de vue des pays arabes et de l'Autorité palestinienneModifier

L'Autorité palestinienne soutient que les colonies israéliennes sont illégales au regard du droit international. Les positions des responsables politiques palestiniens sont qu'elles doivent être démantelés pour permettre la formation de l'État palestinien[réf. souhaitée]. Les pays arabes se rallient à la position de l'ONU et de l’Autorité palestinienne.

D'après une étude menée par l'organisation La Paix maintenant en novembre 2006, sur la base de documents officiels obtenus de l'administration civile israélienne, 32 % des colonies de Cisjordanie seraient construites totalement ou partiellement sur des terres privées palestiniennes[110].

AdministrationModifier

L'administration des colonies israéliennes en Cisjordanie est répartie entre

  • 4 villes
    • Ariel (18 089 habitants), fondée en 1978 qui obtient le statut de ville en 1998.
    • Betar Illit (44 927 habitants), fondée en 1985 qui obtient le statut de ville en 2001.
    • Ma'aleh Adumim (37 138 habitants), fondée en 1975 qui obtient le statut de ville en 1991.
    • Modiin Illit (60 046 habitants), fondée en 1993 qui obtient le statut de ville en 2008.
  • 13 conseils locaux
    • Alfei Menashe (7 583 habitants), fondée en 1983 devenue un conseil local en 1987.
    • Beit Aryeh-Ofarim (4 322 habitants), fondée en 1981 devenue un conseil local en 1989.
    • Beit El (5 899 habitants), fondée en 1977 devenue un conseil local en 1997.
    • Efrat (7 912 habitants), fondée en 1983 devenue un conseil local la même année.
    • Elkana (3 871 habitants), fondée en 1977 devenue un conseil local la même année.
    • Giv'at Ze'ev (14 349 habitants), fondée en 1982 devenue un conseil local en 1984.
    • Har Adar (3 757 habitants), fondée en 1982 devenue un conseil local en 1995.
    • Immanuel (3 115 habitants), fondée en 1983 devenue un conseil local en 1985.
    • Karnei Shomron (6 560 habitants), fondée en 1977 devenue un conseil local en 1991.
    • Kedumim (4 174 habitants), fondée en 1975 devenue un conseil local la même année.
    • Kiryat Arba (7 166 habitants), fondée en 1968 devenue un conseil local en 1979.
    • Ma'ale Efrayim (1 098 habitants), fondée en 1978 devenue un conseil local en 1981.
    • Oranit (7 626 habitants), fondée en 1983 devenue un conseil local en 1990.
  • 6 conseils régionaux

SociologieModifier

Contexte récentModifier

Avant-poste israélienModifier

Articles détaillés : Avant-poste israélien et Colonies de Nahal.

Structure socialeModifier

Pour Stéphanie Valdmann[27], si la plupart des colons se considèrent comme « sionistes religieux », certains sont « pratiquants » et respectent « les règles fondamentales du judaïsme et les fêtes les plus importantes » et les autres sont « ultra-orthodoxes » et « pratiquent les commandements du judaïsme de façon jusqu’au-boutiste ». Ces philosophies différentes dictent leur choix d'une colonie ou d'une autre.

Les colonies de Samarie et de Mateh Binyamin sont peuplées de sionistes traditionalistes venus s'installer en des lieux évoqués dans la Bible hébraïque. Ce sont des « sionistes de la première heure [...] venus coloniser la terre de leurs ancêtres ». Deux colonies représentatives de ces régions sont celles de Shilo (Mateh Binyamin) (en) et d'Ariel. Les colonies proches de Jérusalem, dans le Goush Etzion sont celles des ultra-orthodoxes qui pensent que pratiquer assidûment le judaïsme et respecter ses 613 Commandements doit favoriser et accélérer la venue tant attendue du Messie. Toujours selon Stéphanie Valdmann, Maaleh Adounim, tout près de Jérusalem, attire ses habitants plus par le prix bas de l'immobilier de 15 % inférieur à celui de Jérusalem que par l'idéologie. Les colonies d'Hébron et de Kiryat Arba attirent des ultra-orthodoxes nourris d’idéologies religieuse et historique, parfois extrémistes. Quant aux colonies de la vallée du Jourdain, ce sont d'anciens avant-postes de Nahal qui pratiquent maintenant une riche agriculture sur les terres alluviales le long du fleuve[27].

Situation économiqueModifier

Elles sont construites de manière à offrir à leurs résidents de bonnes conditions de vie. La qualité des services offerts (qui vont de la taille des logements à l'éducation ou autres services publics) ainsi que les besoins sécuritaires induisent un transfert de capitaux du gouvernement israélien vers les colonies[111].

Du fait de la disponibilité de la main d'œuvre palestinienne et des hauts salaires (généralement plus de deux fois supérieurs)[112], des dizaines de milliers de palestiniens travaillent dans les colonies[113],[114].

Les accords d'Oslo divisent aujourd'hui la Cisjordanie en plusieurs zones. La barrière de séparation, les routes protégées pour relier Israël aux colonies, et les barrages et points de passages militaires, entravent la liberté de circulation des Palestiniens en Cisjordanie et interdisent la continuité territoriale du territoire palestinien.

En Cisjordanie comme dans le Golan, l'utilisation des ressources naturelles par Israël se fait au détriment de la population arabe. Par ailleurs, le quota d'eau alloué aux israéliens, contribuent à réduire l'égalité des chances et la libre concurrence[Information douteuse] [?].

Le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) qui vise entre autres à la suppression des colonies peut menacer la production industrielle de ces colonies et l'emploi qu'elles offrent aux Israéliens et aux Palestiniens[115].

La vie économique et sociale de la population syrienne du plateau du Golan était basée sur l'agriculture mais la confiscation par Israël de certaines terres, les déracinements d'arbres et la destruction de semis ainsi que les privilèges accordés aux Juifs d'accès à l'eau et d'obtention des permis de construire[réf. nécessaire] ; Malgré le démantèlement des colonies de la bande de Gaza, l'ONU considère toujours ce territoire sous occupation israélienne ; le Conseil des droits de l'Homme tient Israël pour « responsable de ses actes en ce qui concerne Gaza au regard du droit international humanitaire et des droits de l’homme »[116].

ViolenceModifier

 
Barrière de séparation à Jérusalem Est.

Les habitants des colonies israéliennes sont la cible d'attaques de groupes palestiniens. Ainsi, à Itamar, en mai et juin 2002, neuf personnes dont une femme et ses trois enfants sont assassinés[117] et le 12 mars 2011, toujours à Itamar, un couple et ses trois enfants sont égorgés[118]. Le 18 avril suivant, la police israélienne déclare avoir arrêté dans un village voisin deux suspects et cinq complices présumés[119]. Le 1er octobre 2015, un jeune couple israélien est assassiné dans sa voiture devant leurs enfants près de l'implantation d'Itamar[120]. Le 21 juillet 2017, trois Israéliens sont poignardés à mort par un Palestinien(Attaque à l'arme blanche de Halamish (2017) (en)) dans l'implantation de Halamish[121].

Notes et référencesModifier

  • Notes
  1. Agnès Dufour, dans sa traduction de l'ouvrage de Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, 2003, p. 679 utilise le terme « implantations israéliennes » et en p. 705 elle utilise le terme « colonies juives ». Les textes de l'ONU et la presse francophone y font généralement référence en termes de « colonies israéliennes ». Elles sont également qualifiés d'« agglomérations » quand leur taille est conséquente
  2. Les proportions relatives vont évoluer au cours des années. L'accord intérimaire prévoit une évacuation israélienne graduelle.
  • Références
  1. Gérard Chaliand, op. cit., pp. 80.
  2. Bureau International du Travail, op. cit. pp. 20.
  3. Oudat, Basel.Shouting in the hills, Al-Ahram Weekly, 12–18 June 2008. Issue No. 901.
  4. (en) Statistical Abstract of Israel, no. 60, Israel Central Bureau of Statistics, (lire en ligne), « Population by District, Sub-District and Religion ».
  5. Dominique Vidal, 1948 : la Palestine des archives aux cartes, Le Monde diplomatique, 18 février 2018.
  6. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, p. 277.
  7. Benny Morris, 1948; A History of the First Arab-Israeli War, Yale University Press, 2008, p. 315.
  8. Tom Segev, 1967. Six jours qui ont changé le monde, Denoël, 2005, p. 480.
  9. Annie Duprat, dans Révolutions et mythes identitaires: Mots, violences, mémoire., Nouveau monde édition, 2011 s'interroge sur l'explication à donner à cette « victoire totale » [sic] israélienne sur 3 puissantes armées et ce, en six jours seulement. De son point de vue, la raison est la puissance physique, l'intelligence et le courage des sabras (les Juifs nés en Israël) et leur volonté de se sacrifier pour la collectivité. Elle indique que cette « victoire miraculeuse » poussa également la presse israélienne à vénérer ses militaires pendant des années.
  10. a et b Tom Segev, 1967. Six jours qui ont changé le monde, Denoël, 2005, pp. 475-8.
  11. a et b Henry Laurens, La Question de Palestine - Tome 4 : le rameau d'olivier et le fusil du combattant, Fayard, 2011, pp. 36.
  12. a b c et d Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-soniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 360-66.
  13. a b et c Henry Laurens, La Question de Palestine - Tome 4 : le rameau d'olivier et le fusil du combattant, Fayard, 2011, p. 32.
  14. (en) Yehuda Lukacs, Israel, Jordan, and the Peace Process, Syracuse University Press, (lire en ligne), page 9.
  15. a b c et d Henry Laurens, La Question de Palestine - Tome 4 : le rameau d'olivier et le fusil du combattant, Fayard, 2011, p. 35.
  16. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, CNRS, 2003, p. 360-66.
  17. Abowd, Thomas Philip (2014). Colonial Jerusalem: The Spatial Construction of Identity and Difference in a City of Myth: 1948-2012. Syracuse University Press, lire en ligne=https://books.google.fr/books?id=-0IwDwAAQBAJ&lpg=PP1&dq=%22Colonial%20Jerusalem%3A%20The%20Spatial%20Construction%20of%20Identity%20and%20Difference%20in%20a%20City%20of%20Myth%3A%201948-2012%22&hl=fr&pg=PA128#v=onepage&q=wailing%20wall&f=false
  18. Stacie Goddard, Indivisible Territory and the Politics of Legitimacy, Cambridge University Press, 2009, p. 151.
  19. Henry Laurens, La Question de Palestine - Tome 4 : le rameau d'olivier et le fusil du combattant, Fayard, 2011, p. 37.
  20. Henry Laurens, La Question de Palestine - Tome 4 : le rameau d'olivier et le fusil du combattant, Fayard, 2011, p. 43.
  21. Henry Laurens, La Question de Palestine - Tome 4 : le rameau d'olivier et le fusil du combattant, Fayard, 2011, p. 34.
  22. (en) Howard Sachar, A History of Israel. From the Rise of Zionism to our Time, Knopf, 2007, p. 667.
  23. Henry Laurens, Paix et guerre au Moyen-Orient, Armand-Collin, 2005, p. 241.
  24. Morris (2001), p. 327: "Another eighty to ninety thousand civilians fled or were driven from the Golan Heights.".
  25. Yigal Kipnis, The Golan Heights: Political History, Settlement and Geography since 1949, Routledge, p. 56.
  26. a et b Henry Laurens, La Question de Palestine - Tome 4 : le rameau d'olivier et le fusil du combattant, Fayard, 2011, pp. 57-58.
  27. a b et c Stéphanie Valdmann, « Approches de la diversité des colonies israéliennes », Hérodote, no 103,‎ (lire en ligne).
  28. (en) Ethan Bronner, « Hanan Porat, Jewish Settlement Leader, Dies at 67 », sur New York Times.
  29. a et b Catherine Gouëset, « Israël: comprendre la colonisation des territoires occupés », L'Express,‎ (lire en ligne).
  30. a et b Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 485.
  31. Hervé Amiot, Les implantations israéliennes en Cisjordanie, Les clés du Moyen-Orient, 25 septembre 2013.
  32. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 615.
  33. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 532-533.
  34. (en) Bernard Reich et David H. Goldberg, Historical Dictionary of Israel, Scarecrow Press, (lire en ligne).
  35. Texte des résolutions 476 et 478 du Conseil de Sécurité.
  36. « Résolution 497 (1981) », sur un.org, .
  37. a b c d et e Israel Settler Population 1972-2006, Foundation for Middle East Peace, 2008. (Consulté le 10 février 2019.)
  38. a b c d e f g h i j et k Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 609-615.
  39. Hervé Amiot, Eau et conflit dans le bassin du Jourdain, Les clés du Moyen-Orient, 12 décembre 2013
  40. a b c d e f et g Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 615-616.
  41. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 609.
  42. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 620-635.
  43. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 635-645.
  44. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 645-660.
  45. a b et c Hervé Amiot, Les implantations israéliennes en Cisjordanie (2) : histoire d’une colonisation depuis 1967, Les clés du Moyen-Orient, 25 septembre 2013.
  46. Catherine Gouesset, Israël: comprendre la colonisation des territoires occupés, L'Express, 26 septembre 2010.
  47. (en) Eyal Benvenisti, Eyal Benvenisti, Oxford University Press, , p. 236 : « [les avant-postes illégaux] étaient des colonies qui ont vu le jour sans autorisation officielle de l'administration militaire en raison des engagements pris par le gouvernement israélien pendant le processus d'Oslo de ne pas construire de nouvelles colonies. ».
  48. (en) Ministère des Affaires étrangères d'Israël, « Summary of the Opinion Concerning Unauthorized Outposts-Talya Sason, Adv. », sur le site du Ministère des Affaires étrangères d'Israël, (consulté le 18 janvier 2018).
  49. Selon le rapport Sasson (en) de 2005 commandé par Ariel Sharon
  50. « Le point sur les avant-postes illégaux de Cisjordanie », sur le site La Paix maintenant, (consulté le 18 janvier 2018).
  51. a et b Sami Cohen, Israël et ses colombes. Enquête sur le camp de la paix, Gallimard, 2016, p.?
  52. Charles Enderlin, Au nom du Temple, Seuil, 2013, pp. 168.
  53. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 692.
  54. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Éditions Complexe, 2003, pp. 699.
  55. a b c d et e Linda Butler, Gaza at a glance, Journal of Palestine Studies, no 151, pp. 93-97.
  56. Thirsty for a Solution: The Water Shortage in the Occupied Territories and its Solution in the Final Status Agreement, B'Tselem, juillet 2000.
  57. a et b United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs - Occupied Palestinian Territories, « https://www.ochaopt.org/theme/west-bank-barrier », sur ochaopt.org (consulté le 3 mai 2018).
  58. Preliminary Analysis of the Humanitarian Implications of February 2005 Barrier Projections, Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), 8 mars 2005
  59. « CNN.com - Palestinians: Israel hands out land confiscation notices - Nov. 6, 2003 », sur edition.cnn.com (consulté le 30 juin 2019).
  60. « Q&A: What is the West Bank barrier? », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 30 juin 2019).
  61. Legal consequences of the construction of a wall in the occupied palestinian territory, Cour internationale de justice, 9 juillet 2004 (page 53)
  62. Meron Rapoport, Quitter Gaza pour mieux garder la Cisjordanie, Le Monde diplomatique, août 2005.
  63. Efrat Weiss, Amona evacuated; hundreds hurt, Ytnews, 2 février 2006.
  64. Olmert s'engage à ne pas construire de nouvelles colonies, La Croix, 19 novembre 2007.
  65. Rédaction, Olmert propose un retrait israélien de 93% de la Cisjordanie, 7sur7, 12 août 2008.
  66. La poursuite de la colonisation juive à Jérusalem-Est pèse sur le processus de paix, Le Monde, 8 juin 2008.
  67. a et b Olmert se déclare pour un retrait des territoires palestiniens, L'Obs, 29 septembre 2008.
  68. La date des élections législatives fixée au 10 février 2009, France24, 28 octobre 2008.
  69. Delphine Matthieussent, Nétanyahou met un frein à la colonisation, Libération, 29 novembre 2009.
  70. ISRAËL Le gouvernement Netanyahou relance la colonisation, La Croix, 5 avril 2012.
  71. Charlotte Boitiaux, La colonisation de la "zone E1", la provocation israélienne qui ne passe pas, France 24, 4 décembre 2012.
  72. La colonisation israélienne des territoires palestiniens, L'Express, février 2017
  73. Marc Henry, La justice israélienne offre une victoire aux colons, Le Figaro, 30 août 2018.
  74. Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël, une décision historique et unilatérale, Le Monde, 6 décembre 2017.
  75. David Halbfinger, U.S. Ambassador Says Israel Has Right to Annex Parts of West Bank, The New-York times, 8 juin 2919.
  76. L'ambassadeur américain autorise Israël à annexer une partie de la Cisjordanie, Le Figaro, 8 juin 2019.
  77. a b et c AFP, Cisjordanie : 20,000 logements de colons lancés sous Netanyahu en 10 ans, selon une ONG, L'orient - Le Jour, 14 mai 2019.
  78. a b c et d Comprehensive Settlement Population 1972-2011, Foundation for Middle East Peace, 13 janvier 2012.
  79. Statistics on Settlements and Settler Population, B'Teelem, 16 janvier 2019.
  80. « Residents in occupied Golan Heights fear creeping Israeli presence », middleeasteye.net (consulté le 10 septembre 2015).
  81. John Quigley (academic) (en), The Statehood of Palestine: International Law in the Middle East Conflict, Cambridge University Press, 2010, p. 136 écrit : « Israel shortly began to insert its own civilians into the West Bank as settlers, a measure that violated the law of belligerent occupation and potentially threatened implementation of Palestine statehood. The UN Security Council would later condemn the settlement policy as unlawful (...). ».
  82. Capucine Valbon, DROIT INTERNATIONAL ET COLONISATION ISRAÉLIENNE, IRIS, février 2015.
  83. a et b « The Geneva Convention », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 30 juin 2019).
  84. International Labour Office, La situation des travailleurs des territoires arabes occupés, 2010, p. 28 affirme : « (...) la politique persistante de colonisation israélienne dans le Golan syrien occupé [se fait] en violation du droit international (...). »
  85. Si les résolutions du Conseil du sécurité sont contraignantes pour les États membres, dont Israël fait partie depuis 1949, celles de l'Assemblée générale n'ont pas de valeur juridique en droit international.
  86. Assemblée Générale des Nations unies, Résolution 19/17 adoptée par le Conseil des droits de l'homme, 10 avril 2012.
  87. SPE Belgique, Colonies israéliennes. Messages communs visant à sensibiliser les entreprises et les citoyens de l’UE par rapport à la participation à des activités économiques et financières dans les colonies israéliennes, www.belgium.be, 8 mars 2018.
  88. « Résolution à l’ONU sur les colonies israéliennes : un signal politique fort mais symbolique », sur Le Monde, .
  89. AG de l'ONU, 2253 (ES-V) - Measures taken by Israel to change the status of the City of Jerusalem, 4 juillet 1967.
  90. AG de l'ONU, 2254 (ES-V) - Measures taken by Israel to change the status of the City of Jerusalem, 14 juillet 1967.
  91. Conseil de Sécurité de l'ONU, Resolution 237 (1967)of 14 June 1967, 14 juin 1967.
  92. Conseil de Sécurité de l'ONU, Resolution 252 (1968) of 21 May 1968, 21 mai 1967.
  93. Conseil de Sécurité de l'ONU, Resolution 298 (1971)of 25 September 1971, 25 septembre 1971.
  94. « Session ordinaire de 1996, document 7636 », sur Conseil de l'Europe, 23-27 septembre 1996, p. 18 & 19.
  95. « Conférence Internationale du Travail - La situation des travailleurs des territoires arabes occupés », Bureau International du Travail, (ISBN 9789222195060), p. 19.
  96. Assemblée parlementaire Documents de séance Session ordinaire 2002 (troisième partie), juin 2002, Volume VI, vol. VI, Conseil de l'Europe, , 259 p. (ISBN 9789287150868, ISSN 0252-0656, lire en ligne), p. 218.
  97. « Résolution 7/18 - Les colonies de peuplement israéliennes dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et le Golan syrien occupé », Conseil des droits de l’homme, (consulté le 18 avril 2011).
  98. « La question de Palestine - Colonies de peuplement israéliennes en territoire palestinien occupé », ONU (consulté le 18 avril 2011).
  99. Gregory S. Mahler (2004). Politics and government in Israel: the maturation of a modern state. Rowman & Littlefield. pp. 314.
  100. « From "Occupied Territories" to "Disputed Territories," by Dore Gold », sur www.jcpa.org (consulté le 30 juin 2019).
  101. a et b David M. Phillips, « The Illegal-Settlements Myth », sur Commentary (consulté le 30 juin 2019).
  102. « En zone C, c’est l’administration civile israélienne qui délivre les permis de construire et les ordres de démolitions. » dans [1] .
  103. Texte de l’accord intérimaire israélo-palestinien sur la Cisjordanie et la Bande de Gaza, Washington, le 28 septembre 1995.
  104. Oslo II ou les accords de Taba.
  105. L'importance stratégique pour Israël de la zone E-1 que lui dénient les nations.
  106. Cambridge University The Writing on the Wall: Rethinking the International Law of Occupation, Aeyal Gross Cambridge University Press, 6 Apr 2017
  107. a b et c Aftershock: Anti-zionism and Anti-semitism, David Matas Dundurn (2005)
  108. Israeli Settlements and International Law, 30 novembre 2015, Israël MFA
  109. Our Promised Land: Faith and Militant Zionism in Israeli Settlements, Charles Selengut Rowman & Littlefield, 2015
  110. (en) [PDF] « Construction of Settlements upon Private Land – Official Data », Peace Now, (consulté le 2 avril 2011).
  111. Palestinian Refugees, Challenges of Repatriation and Development (International Development Research Centre), page 218.
  112. « 20,000 Palestinians working in settlements, survey finds - Middle East - Jerusalem Post », sur www.jpost.com (consulté le 30 juin 2019).
  113. Jihan Abdalla, « A Palestinian contradiction: working in Israeli settlements », sur Al-Monitor, (consulté le 30 juin 2019).
  114. Harriet Sherwood, « Palestinian boycott of Israeli settlement goods starts to bite », sur www.theguardian.com, (consulté le 30 juin 2019).
  115. David Horovitz, « Quand le BDS gagne, des employés palestiniens de SodaStream perdent leurs emplois », sur The Times of Israel, .
  116. Bureau International du Travail, op. cit. pp. 18.
  117. (en) « Itamar: Religious West Bank settlers », sur BBC, (consulté le 28 avril 2011).
  118. AFP, « Cisjordanie: une famille de colons israéliens tuée près de Naplouse », NouvelObs, (consulté le 28 avril 2011).
  119. AFP, « Deux Palestiniens arrêtés pour le meurtre d'une famille d'Israéliens », NouvelObs, (consulté le 28 avril 2011).
  120. (en) Chaim Levinson et Barak Ravid, « Israeli Couple Shot Dead in West Bank, Four Kids Unhurt », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  121. Pierre Rehov, « Les émeutes de Jérusalem sont-elles le début d'une nouvelle intifada ? », sur Le Figaro, .

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Neve Gordon, Israel's Occupation, University of California Press, (lire en ligne)
  • Antoine Mansour, Palestine: une économie de résistance en Cisjordanie et à Gaza, Vol. 8 Bibliothèque du développement, L'Harmattan, 1983, 232 p. (ISBN 9782858023141)