Colonel Rémy

résistant français

Le colonel Rémy, de son vrai nom Gilbert Renault, né le à Vannes (Morbihan) et mort le à Guingamp (Côtes-du-Nord, actuellement Côtes-d'Armor), est l'un des résistants français les plus connus durant la Seconde Guerre mondiale. Il organise, développe et perfectionne le réseau de renseignements, créé par Louis de La Bardonnie, qui devient la Confrérie Notre-Dame, un des plus importants réseaux de la zone occupée. Il est également connu sous d'autres pseudonymes comme « Raymond », « Jean-Luc », « Morin », « Watteau », « Roulier » et « Beauce ».

Colonel Rémy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Gilbert Renault
Surnom
Raymond, Jean-Luc, Morin, Watteau, Roulier, Beauce et Rémy
Pseudonyme
Colonel RémyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
études de droit
Activités
Scénariste, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Parti politique
Distinctions

BiographieModifier

Formation et années de jeunesseModifier

Gilbert Renault est l'aîné d'une famille de neuf enfants, dont les résistantes Maisie Renault et Madeleine Cestari et la religieuse Mère Marie Dominique, cofondatrice des Dominicaines du Saint Esprit[1] ; son père est professeur de philosophie et d'anglais, puis inspecteur général d'une compagnie d'assurances ; sa mère est la fille du compositeur Théodore Decker.

Élève des jésuites au collège Saint-François-Xavier de Vannes, après des études de droit à l'université de Rennes, ce sympathisant de l'Action française (même s'il n'y a « jamais milité »[2]) issu de la droite catholique et nationaliste, commence une carrière à la Banque de France en 1924.

Il participe aux émeutes du 6 février 1934 et en revient avec « les vêtements maculés de boue et un œil au beurre noir »[2].

En 1936, il se lance dans la production cinématographique et finance notamment le tournage de J'accuse, nouvelle version du film d'Abel Gance. C'est un échec retentissant, mais nombre de contacts qu'il noue au cours de cette période lui seront très utiles lors de son engagement dans la Résistance.

Un « Français libre »Modifier

À l'appel du 18 juin (1940), il refuse l'armistice demandé par le maréchal Pétain, et passe à Londres avec un de ses frères à bord d'un chalutier parti de Lorient. Résistant d'« extrême droite » de la première heure, il attribuera plus tard les sentiments qui le firent passer en Angleterre en juin 1940 au nationalisme et à la germanophobie issus de ses lectures du quotidien monarchiste : « Imbu d’Action française, il ne m’était pas possible de considérer la défaite de la France comme définitive »[3]. Il est parmi les premiers à se rallier à la cause du général de Gaulle et se voit confier par le colonel Passy, alors capitaine et chef du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), la création d'un réseau de renseignements sur le sol français.

Il s'est targué après la guerre d'avoir fondé un puissant réseau, considéré comme l'un des plus efficaces de la France libre, à partir du néant, et d'avoir su échapper aux polices de l'Occupant allemand alors qu'il a mené trois missions en France occupée et que ces polices connaissaient son identité[4].

Lors de sa première mission, il crée en 1940 la Confrérie Notre-Dame, qui deviendra en 1944 CND-Castille, en s'appuyant sur l'action de Louis de La Bardonnie, s'arrogeant plus tard les mérites de ce dernier[5]. Il aurait envoyé son premier message en décembre 1940, contenant des informations sur le littoral Atlantique et des cartes[6]. Initialement axé sur la couverture de la façade Atlantique, ce réseau finit par couvrir la France occupée à partir de 1941 et la Belgique et devient l'un des plus importants de la zone occupée. Ses informations ont permis de nombreux succès militaires, comme les attaques de Bruneval et Saint-Nazaire. Il crée aussi en septembre 1940 le réseau Centurie.

Il n'hésite pas à désobéir à sa hiérarchie. Ainsi, lors de sa première mission, il s'attarde à Madrid au lieu de gagner la zone libre, s'attirant les reproches du colonel Passy. Chargé d'élaborer un état-major de la résistance en zone occupée, il promet beaucoup et de façon inconsidérée à l'Organisation civile et militaire (OCM), ce qui complique la tâche de Pierre Brossolette, qui ne l'appréciait pas, et de Jean Moulin en 1943. De même, convaincu qu'il faut mobiliser toutes les forces disponibles contre l'occupant, il décide de lui-même de favoriser le ralliement des communistes à la France libre, malgré son propre anticommunisme, et convoie à Londres son représentant, Fernand Grenier, en janvier 1943. Le ralliement des communistes avait en fait été décidé auparavant, en décembre 1942. Enfin, au mépris des consignes, il a fréquenté des restaurants de luxe et dépensé sans compter les subventions du BCRA[5].

S'il a été parfois naïf en politique, il l'a aussi été en ce qui concerne l'espionnage. Il a été ainsi manipulé durant une année par un agent du 2e bureau du régime de Vichy et lui a livré ses informations[5]. Gilbert Renault reconnaît volontiers ne rien entendre au jeu politique, c'est le socialiste Pierre Brossolette qui le met en relation avec des groupes syndicaux et politiques.

Le colonel Passy décide en 1943 d'interdire à son agent d'aller en France[5].

Il est fait Compagnon de la Libération par décret du .

Il publie dès 1945 Mémoires d'un agent secret de la France libre (éditions Aux trois couleurs), un récit qui consigne des épisodes de sa vie entre juin 1940 et juin 1942 et pour lequel il reçoit en 1946 le prix Victoire, présidé par Fernand Gregh[7],[8],[9].

L'évolution de l'après-guerre : du gaullisme au gaullo-pétainismeModifier

Il devient membre du comité exécutif du Rassemblement du peuple français (RPF) à sa création en 1947, puis de son comité de direction en 1949, cosigne ses statuts, et est chargé des voyages et des manifestations. Il a aussi été l'un des orateurs du parti[10],[11],[12]. La presse communiste le présente comme le responsable du service d'ordre du parti gaulliste[13].

Progressivement, il se rapproche de personnalités hostiles au « résistancialisme » comme le chanoine Jean-Marie Desgranges et prend parti en faveur de Charles Maurras emprisonné, notamment en décembre 1949 lors d'une réunion organisée par Aspects de la France avec Henri Massis, Pierre Boutang, Gabriel Marcel, Daniel Halévy, malgré les avertissements de ses amis gaullistes et du général de Gaulle. Influencé par des hommes comme l'amiral Gabriel Auphan ou le banquier royaliste Marcel Wiriath, il en vient à comprendre et légitimer l'action des pétainistes et du maréchal Philippe Pétain. Lors du meeting de décembre 1949, il affirme sa « conviction récemment acquise de la droiture des intentions du maréchal Pétain et de ceux qui l’avaient suivi dans le même esprit, les associant aux combattants de la France libre dans un même amour de la patrie »[14],[15],[16],[17],[18],[19].

D’une réunion en mars 1950 organisée par le chanoine Desgranges dans le cadre de la Fraternité de Notre-Dame-de-la-Merci à des articles donnés à Paris-Match, à Aspects de la France et au Figaro en avril, en passant surtout par son retentissant[20] article dans Carrefour de son ami Émilien Amaury, Rémy épouse les thèses des pétainistes. Il fait en effet paraître dans l'hebdomadaire Carrefour, le , un article intitulé La justice et l'opprobre, prônant la réhabilitation du maréchal Pétain[21]. Dans cet article, il fait état d’une confidence du général de Gaulle : « C’est ce que le général de Gaulle a voulu exprimer quand, un certain soir où je lui parlais du maréchal Pétain avec amertume, il m’a répondu : “Souvenez-vous qu’il faut que la France ait toujours deux cordes à son arc. En juin 1940, il lui fallait la corde Pétain aussi bien que la corde de Gaulle.” » Ce que Rémy commente ainsi : « Il est aujourd’hui évident pour tout homme qui ne se laisse pas dominer par la passion ou par la rancune […] que la France de juin 1940 avait à la fois besoin du maréchal Pétain et du général de Gaulle. (…) Il fallait à cette France provisoirement écrasée […] un bouclier en même temps qu’une épée. » Article qui dédouane aussi « tous les Français qui, de bonne foi et bon cœur, avaient suivi sa politique. […] Leur objectif final était le même que le nôtre : il s’appelait la libération de la France », et qui critique « les séparatistes, […] ces agents de l’étranger [ les communistes ] qui veulent empêcher les Français de réaliser l’union indispensable »[22].

C'est la théorie des « deux cordes », ou du « bouclier » (Pétain) et de « l'épée » (de Gaulle) ; une thèse qui fait scandale d'autant qu'il en attribue la paternité au général de Gaulle lui-même. Dans Le Figaro, il fait acte de contrition : « Je tiens à exprimer mes profondes excuses au vainqueur de Verdun pour les mots blessants qu'il a pu employer à son égard auparavant, comme à tous ceux qui lui sont demeurés fidèles[23]. »

Désavoué par de Gaulle[24], critiqué par André Malraux et Jacques Soustelle, il démissionne du RPF et est exclu de l'Association des Français libres, qu'il a un temps poursuivie en diffamation avant de retirer sa plainte[25],[26],[27],[28]. Peu de temps après, il adhère à l'Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain (ADMP), est membre de son comité d'honneur, et s'associe à ses prises de position en faveur de Pétain jusqu'à sa mort[29],[30],[31],[32]. En octobre 1951, il assiste à une messe anniversaire en l'honneur de Pétain présidée par Maurice Feltin, l'archevêque de Paris ; Rémy lui a exprimé son appui public dans Le Figaro[33]. En 1952, il signe un appel demandant au gouvernement d'élargir le projet d'amnistie[34] et participe à une réunion de la Fraternité Notre-Dame de la Merci en la basilique Notre-Dame des Victoires, aux côtés de Xavier Vallat et du nonce apostolique, le futur pape Jean XXIII[35].

Rémy va répéter souvent ses affirmations, lors de réunions de l'ADMP[36], dans ses ouvrages comme Dans l’ombre du maréchal, consacré à sa « prise de conscience » des mérites de Pétain et à son action en faveur de sa mémoire, avec une nouvelle fois un chapitre portant sur les confidences du général de Gaulle, « un soir d’hiver de l’année 1947 ». Ou encore dans des périodiques, comme, en 1959 dans le quotidien Paris-presse-L'Intransigeant[37], ou, dans les années 1960, Rivarol[38] ou bien le mensuel « national-catholique» Le Monde et la vie, qui mène campagne depuis fin 1963 pour rouvrir le procès du maréchal devant l'opinion. Dans un numéro spécial tout à la gloire du maréchal (intitulé Pétain vingt ans après serait acquitté), Rémy rappelle une fois encore les confidences du général de Gaulle, et appelle à nouveau à la translation des cendres du maréchal à Verdun dans ce même magazine, le 1er janvier 1969. C’est que ses confidences sont devenues « son obsessionnelle et sempiternelle mise au point », selon l’expression de Jean-François Revel. Ce dernier, qui l’a fréquenté de la fin des années 1970 à sa mort en 1984, a donné un portrait à la fois amusé et tendre du colonel Rémy. L’homme, « aussi impossible à interrompre qu’incapable de condenser », « revivait perpétuellement [cet épisode] comme un événement présent ou datant de la veille, et le relatait sans se lasser, […] pour se laver des accusations de mythomanie ou de falsification que les gardiens de la foi gaulliste avaient portées et continuaient à porter contre lui ». Soulignant son « piètre sens politique », Revel raconte que le colonel « avait conçu très tôt cette illusion sentimentale dont il me bassinait d’une façon touchante pendant les dernières années de sa vie » : « Il n’était selon lui point de collaborateur félon, point de traître criminel à l’activité desquels il ne découvrît dans quelque recoin une secrète dimension anti-allemande. Il avait les larmes aux yeux quand il plaidait pour cette unanimité nationale[39]. » En 1972, il s'associe à ceux qui demandent une grâce présidentielle pour Paul Touvier et s'en explique dans Carrefour ; il est convaincu que ce dernier ne s'est « livré à aucun des excès que [Rémy] a publiquement réprouvés », même si Rémy aurait souhaité « qu'il ait eu le courage d'affronter ses juges »[40].

Il donne dès 1950 des articles à Aspects de la France, contre la Communauté européenne de défense notamment, puis suit Pierre Boutang à La Nation française, autre hebdomadaire royaliste fondé en 1955. On le trouve à plusieurs banquets de la Nation française et il préside le « Comité pour l’aide mensuelle de la Nation française »[Note 1]. En 1972, il ouvre le troisième colloque Maurras, rend hommage à ce dernier et légitime l'attitude du « maître du nationalisme intégral » durant l'Occupation : « Son rayonnement était tel que les Français, dans le malheur qui les accablait, avaient bien besoin de lui. » Et il en profite pour une nouvelle fois exprimer ses excuses à l'égard de Pétain et rappeler sa thèse des « deux cordes »[41].

Rémy s'installe au Portugal de Salazar en 1954[42],[43]. Il revient en France en 1956, tente de se mettre à la disposition de de Gaulle, qui ne répondra pas à ses attentes. Il fait savoir qu'il se porte volontaire pour servir militairement en Algérie alors qu'il est capitaine de réserve rayé des cadres, car il juge la France « en péril de mort » et affirme agir « dans le même esprit que celui qui (l'a) conduit à rejoindre le général de Gaulle » en 1940[44],[45].

Il milite dans plusieurs associations ; il devient à la fin de l'année 1956 le délégué général du Centre d'études politiques et civiques (CEPEC), fondé deux ans plus tôt. C’est Louis Salleron, cofondateur et vice-président de cette association, qui l’a convaincu de rejoindre le CEPEC, lorsqu’il l’a rencontré à Lisbonne, en octobre, où il était en voyages d’études. Il est présenté pour la première fois au dîner-débat du 14 novembre 1956. Rémy a mis une condition à son entrée au CEPEC, « l’agrément total » du général Weygand (président d’honneur du CEPEC), qu’il connaît depuis 1950. C’est pourquoi Alfred Pose, président du CEPEC, et Georges Laederich, son principal fondateur, demandèrent audience au général, qui accepta sans hésitation l’entrée de Rémy, qu’il admire. Une réunion du comité directeur eut lieu ensuite, avec Weygand et Rémy, qui donna lieu à « un dialogue que chacun écouta avec intérêt et émotion » entre le général et le colonel. Rémy connaît aussi Yvon Chotard, entré au comité directeur du CEPEC en 1955, son « éditeur et ami ». Son arrivée au CEPEC s’explique par la volonté de ses dirigeants d’étendre « le développement en province » : « l’action du CEPEC devra se traduire par la création de sections dans toutes les principales villes de province »[46]. Rémy se met alors à arpenter la province pour tenter d'y fonder des groupements locaux du CEPEC à la fin de l'année 1956 et durant l'année 1957. Toutefois, ses convictions tranchées ont provoqué des tensions, du fait de ses idées royalistes et au sujet de la question européenne notamment, car il reste méfiant à l'égard des Allemands et ne veut rien céder sur la souveraineté nationale. Il s'est ainsi heurté au professeur de philosophe à la faculté de Grenoble Jacques Jalabert, qui préside le CEPEC du Sud-Est lors d'une conférence à Grenoble. Les dirigeants du CEPEC préconisent alors « la prudence, la modération et la raison ». Devant l'intransigeance de Rémy, sa tentation activiste et le coût financier de ses tournées de conférences, les principaux dirigeants du CEPEC se divisent ; Laederich et Salleron veulent le voir rester au CEPEC tandis que Pose, Chotard et Marcel Demonque désirent son éviction. Laederich discute avec Weygand en juillet et août 1957 pour tenter de trouver une solution discrète. Cédant aux pressions, Rémy quitte sa fonction de délégué général en novembre 1957 mais reste membre du comité directeur, avec le titre de vice-président[47]. Il est aussi membre du comité de l'Alliance Jeanne d'Arc du général Maxime Weygand[48].

Il retourne un temps au Portugal, où il demeure à Cascais[49].

Il prend parti pour l'Algérie française, signant ainsi en octobre 1960 l'appel d'intellectuels de droite condamnant le Manifeste des 121, et déclarant dans Combat vouer les signataires de celui-ci à son « mépris »[50]. Dans le même temps, il publie un appel dans La Nation française pour déclarer sa confiance dans le général de Gaulle et l'exhorter à refuser l'indépendance de l'Algérie : « Il me paraît inconcevable que le général de Gaulle puisse penser ou agir en contradiction avec l'intérêt national. Par conséquent, quelles que soient nos appréhensions, et même nos angoisses, j'estime que le devoir est d'obéir pour protéger l'unité de la patrie, pour éviter la guerre civile, et pour faire front aux extrêmes périls qui nous menacent à l'extérieur de nos frontières. Cela ne saurait en aucune manière nous empêcher d'affirmer que le destin de l'Algérie est indiscutablement lié à celui de la France, et de faire en sorte que notre voix soit entendue comme il convient par celui qui est et qui doit rester le chef de l'État »[51]. Il dira ensuite sa « déception profonde» à l'égard de De Gaulle[52] et dit « non » au référendum sur les accords d'Évian[53]. Après les Accords d'Évian en 1962, il cosigne avec Laederich et Salleron un courrier du CEPEC adressé aux parlementaires qui « les (prie) de proposer que soit réservé au moins la possibilité d’un choix aux harkis »[54].

Il accepte de parrainer le Centre d'Études Nationales en 1962, qui entend « enseigner l'œuvre des maîtres du nationalisme français et de l'ordre chrétien »[55],[Note 2].

Après la guerre d'Algérie, il mène une campagne en faveur de l'amnistie, organisant notamment un pèlerinage à Chartres le 29 septembre 1963 « pour la réconciliation des Français », pour la « paix des esprits et des cœurs dans la vérité de la justice et la compréhension mutuelle ». Rémy exerce la fonction de secrétaire du comité d’action présidé par le général Jean Touzet du Vigier et dont Mme Charles Péguy est présidente d'honneur. Jean Rodhain en célébra la grand-messe. Ce pèlerinage rassembla environ 20 000 personnes, qui défilèrent dans la ville, en trois colonnes, chacune conduite par une épouse d'un maréchal (Juin, Leclerc, de Lattre de Tassigny). Y participèrent également le maréchal Alphonse Juin, le Bachaga Boualem, le colonel Thomazo, Jacques Isorni, le maire de Chartres, le sénateur d'Eure-et-Loir Guy de La Vasselais. Rémy déclare :

« Bien que j'aie affirmé avec force, dès le mois de juin dernier, dans la crypte de l'église de la Trinité, que nous entendions nous placer sous le signe exclusif de la prière, le bruit court que ce pèlerinage est une opération politique dirigée dans l'un ou l'autre sens, et certains veulent y voir une manière indirecte de servir le gouvernement. L'imputation qui nous est faite par ailleurs de tenter une démonstration contre le régime me laisse indifférent, eu égard à sa provenance : on me permettra de rappeler que j'ai servi de mon mieux le général de Gaulle en un temps où l'on ne pouvait espérer rien de mieux que des coups. Nous irons à Chartres pour prier et rien d'autre. »

Il est aussi membre de l’UFA (Union française pour l’amnistie) qui œuvre en faveur des condamnés de l’Organisation armée secrète. Rémy écrit une brochure, La grande prière de Chartres, publiée par les éditions France-Empire de son ami Yvon Chotard et vendue au bénéfice exclusif du SPES (Secours populaire aux familles des personnes épurées ou sanctionnées, devenu le Secours populaire par l’entraide et la solidarité en juillet 1961) : les droits d’auteur doivent permettre de « soulager davantage encore les détresses des prisonniers politiques et de leurs familles ». Il tient aussi des conférences pour le bénéfice du SPES en 1963-64 et publie des articles dans les colonnes de Carrefour, il dénonce dans le numéro du 27 mai 1964 une décision du ministre de la justice prise contre les prisonniers de Tulle (restriction du temps de visite et interdiction de pouvoir embrasser leurs familles au parloir) « qui semble inspirée par les méthodes dont l’ennemi usait à notre encontre pendant l’occupation »[57],[58],[59],[60],[61],[62],[63],[64],[65],[66],[Note 3]. Il appelle aussi à l'amnistie dans Rivarol la même année[68].

Il prend parti aussi contre le communisme soviétique. Il figure ainsi en 1966 au comité de patronage du Comité franco-hongrois pour la célébration des dix ans de l'insurrection de Budapest, aux côtés notamment de Georges Laederich, président du CEPEC, du général Lionel-Max Chassin, de la militante anticommuniste Suzanne Labin, d'André François-Poncet, de Louis Rougier, etc.[69].

Ce catholique convaincu publie plusieurs ouvrages sur ses convictions politiques et religieuses. Son livre Pourpre des martyrs (1953) est une dénonciation de la persécution subie par l'Église catholique en Chine maoïste depuis 1949[70]. Catéchisme de la patrie (1961) est une affirmation de son patriotisme viscéral et de sa foi dans la France chrétienne. Il accompagne certaines des initiatives prises par des catholiques conservateurs et traditionalistes, dans le contexte de la crise de l'Église et du catholicisme des années 1960 et 1970. Lors des polémiques qui opposent la Cité Catholique de Jean Ousset à ses détracteurs au début des années 1960, Rémy, ainsi que Henri Massis, Gustave Thibon, Michel de Saint-Pierre, le maréchal Alphonse Juin, Gilbert Tournier et d'autres signent une déclaration collective en sa faveur en 1962[71]. Il signe en 1971 un manifeste contre la proposition de loi de Claude Peyret qui entend assouplir la législation sur l'avortement[72]. Il entre au conseil d'administration de l'association Una Voce d'Henri Sauguet, qui défend le latin et le chant grégorien[73]. En 1974, lors de l'élection présidentielle française de 1974, il prend parti dans Carrefour pour la candidature de Jean Royer, « dont le passé politique, allié à la rectitude de la vie privée, garantit qu'il n'acceptera jamais de faire plier ses principes sous la pression d'un parti ou de la mode du moment et qu'il refusera toujours d'admettre que ce que l'on appelle encore chez nous par lassitude "l'État", alors qu'il ne s'agit plus que de conjuration d'intérêts, dispose du droit de façonner à son profit une morale distincte de ce qui définit l'honnêteté dans tous les actes de l'existence »[74]. Il fait partie à sa fondation en 1975 du comité de patronage de l'association Credo de Michel de Saint-Pierre[75]. Il signe en août 1976, comme Louis Salleron, Michel de Saint-Pierre, Jean Dutourd, Michel Droit, Henri Sauguet ou Gustave Thibon une lettre adressée au pape Paul VI au sujet des sanctions prises contre Marcel Lefebvre, dans laquelle il est dit que « les fidèles ne reconnaissent plus leur religion dans certaine liturgie et certaine pastorale nouvelles » et « dans le catéchisme qu'on enseigne maintenant à nos enfants, dans le mépris de la morale élémentaire, dans les hérésies professées par des théologiens écoutés, dans la politisation de l'Evangile »[76].

Toutefois, il signe un appel dénonçant l'interdiction du film de Jacques Rivette La Religieuse en 1966 ; il en serait même le premier signataire, selon son initiateur, le producteur du film, Georges de Beauregard, qui par ailleurs entend produire un film écrit par Rémy, Le mur de l'Atlantique[77],[78],[79].

L'écrivainModifier

Gilbert Renault rédige maints ouvrages sur ses activités dans la Résistance. Sous le nom de Rémy (un de ses pseudonymes dans la clandestinité), il publie notamment ses Mémoires d'un agent secret de la France libre, publiées par différentes maisons d'édition à partir de 1945, et la série de récits intitulés La Ligne de démarcation, qui met en valeur les passeurs[80], à partir de 1964. Ces ouvrages sont des témoignages sur la Résistance française. La Ligne de démarcation est adapté au cinéma par Claude Chabrol en 1966 et à la télévision par Jacques Ertaud en 1973. Ses récits se combinent parfois avec la volonté de montrer la résistance de Vichy (On m'appelait Rémy, 1951). Il écrit également des témoignages sur les personnalités rencontrées au cours de sa vie : Dix ans avec de Gaulle (1971), Dans l'ombre du maréchal (1971), Mes grands hommes et quelques autres (1982).

Il se lance aussi dans le roman avec la trilogie du Monocle : Le Monocle noir (1960), roman policier qui remporte le prix du Quai des Orfèvres, L'oeil du monocle (1962) et Le monocle passe et gagne (1962), romans d'espionnage, centrés sur le personnage du commandant Dromart, alias le Monocle, agent secret, ancien combattant d'Indochine[81]. Le premier est adapté au cinéma par Georges Lautner en 1961 (Le Monocle noir). Rémy est coscénariste des adaptations cinématographiques des deux autres, également tournées par Lautner, sous les titres L'Œil du Monocle (1962) et Le Monocle rit jaune (1964). Le personnage inventé par Rémy est incarné par Paul Meurisse.

DécorationsModifier

Rubans
     
     
     
 
Décorations françaises
Décorations anglaises
Décorations des États-Unis
Décorations belges
Décorations luxembourgeoises

PublicationsModifier

  • 1946 - 1950 : Mémoires d'un agent secret de la France libre (Éditions Raoul Solar, 1re éd.)
    • 1 - Rémy, Mémoires d'un agent secret de la France libre : (juin 1940 - juin 1942), Éditions Raoul Solar,
    • 2 - Rémy (préf. Joseph Kessel), Le Livre du courage et de la peur : (juin 1942 - novembre 1943), t. 1, Éditions Raoul Solar, , 218 p.
    • 3 - Rémy, Le Livre du courage et de la peur : (juin 1942 - novembre 1943), t. 2, Éditions Raoul Solar, , 169 p.
    • 4 - Rémy, Comment meurt un réseau : (novembre 1943 - août 1944), Éditions Raoul Solar, , 196 p.
    • 5 - Rémy, Une affaire de trahison : (novembre 1943 - février 1944), Éditions Raoul Solar, , 384 p.
      Avec un poème de Jean Cayrol
    • 6 - Rémy, Les Mains jointes : (1944), Éditions Raoul Solar, , 280 p.
    • 7 - Rémy, Mais le temple est bâti : (1944 - 1945), Éditions Raoul Solar, , 250 p.
  • Réorganisé dans les éditions postérieures (Éd. France-Empire et Éd. Succès du livre)
  • 1947 : De Gaulle cet inconnu, Raoul Solar
  • 1948 : La Nuit des oliviers, Raoul Solar
  • 1949 : Le Monument, Fayard
  • 1949 : Nous sommes ainsi faits, Chavane
  • 1950 : La Justice et l'Opprobre, suivi d'une note sur l'intolérance, Éditions du Rocher ( Lire en ligne l'édition de Confrérie-Castille )
  • 1951 : On m'appelait Rémy, Plon
  • 1952 : Réseaux d'ombre, Éditions France-Empire
  • 1952 : Le Messie, Editions du Rocher
  • 1953 : Profil d'un espion, Plon
  • 1953 : Pourpre des martyrs, Fayard
  • 1953 : Un architecte de Dieu, le père François Pallu, Fayard
  • 1953 : Œuvres libres, Fayard
  • 1954 : Leur calvaire, Fayard
  • 1954 : Passeurs clandestins, Fayard
  • 1954 : L'Opération "Jéricho", Éditions France-Empire
  • 1955 : Goa, Rome de l'Orient, Éditions France-Empire
  • 1956 : Les Caravelles du Christ, Plon
  • 1956 : Les Mains revêtues de lumière, Plon
  • 1957 : Fatima, espérance du Monde, Plon
  • 1957 : Portugal, Hachette
  • 1959 : Dix marches vers l'Espoir, Presses de la Cité
  • 1960 : De sang et de chair, Le livre contemporain
  • 1960 : Le Monocle noir, Hachette (Prix du Quai des Orfèvres 1960[83])
  • 1961 : Le Joueur de flute, Presses de la Cité
  • 1961 : Catéchisme de la patrie, Éditions France-Empire
  • 1961 : J.A. épisodes de la vie d'un agent du S.R. et du contre-espionnage français, Galic (J.A. sont les initiales de Jacques Abtey)
  • 1962 : Le monocle passe et gagne, Hachette
  • 1962 : Les Balcons de Tulle, Librairie académique Perrin
  • 1963 : La grande prière de Chartres, dimanche 29 septembre 1963, Histoire du pèlerinage national pour la réconciliation dans la justice et la compréhension mutuelle, France-empire
  • 1963 : La Dernière Carte, Presses de la cité
  • 1963 : Comment devenir agent secret, Albin Michel
  • 1964 : Compagnons de l'Honneur, France-Empire, Paris
  • 1964 - 1976 : La Ligne de démarcation, Librairie académique Perrin (22 volumes) : .... • VII. Une infirmière et le bon Dieu... • X. Un livre d'or du temps de l'occupation • XI. Une fresque de vérité.• XII. Quelques histoires vraies de courage tranquille.• XIII. Un passé qui date d'hier.• XIV. L'épopée des « petites gens »....• XX. Les Réfractaires.• XXI. Sous la botte nazie.• XXII. Avec et sans uniformes.
  • 1967 : Réseau Comète, Librairie académique Perrin
  • 1968 : Bruneval, Opération coup de croc, France-Empire
  • 1968 : Le Déjeuner de la croix de Vernuche, Librairie académique Perrin
  • 1968 : La Maison d'Alphonse, Perrin, 1968
  • 1969 : Autour de la plage Bonaparte, suite de «la Maison d'Alphonse, Perrin
  • 1969 : Le Pianiste, Éditions France-Empire
  • 1969 : Et l'Angleterre sera détruite, Éditions France-Empire et éditions J'ai lu Leur aventure N°A257
  • 1971 : Dans l'ombre du maréchal, Presses de la cité
  • 1971 : Dix ans avec de Gaulle, 1940 - 1950, Éditions France-Empire, Paris
  • 1972 : Avec l'oflag VIII F, Presses de la Cité
  • 1973 : Le Schloss ou l'évadé malgré lui, Éditions France-Empire
  • 1974 : Avec les Ch'timis : en souvenir du réseau Sylvestre Farmer, ex W.O., Éditions France-Empire
  • 1974 : Mission Marathon, Librairie académique Perrin
  • 1974 : Trente ans après - 6 juin 1944 / 6 juin 1974, Librairie Académique Perrin
  • 1974 - 1975 : Les Français dans la Résistance, Famot. 2 volumes par région : En Lorraine ; En Provence ; En Bretagne ; À Paris et dans la Région Parisienne ; En Aquitaine ; En Auvergne, Limousin, Berry ; En Champagne et dans les Ardennes ; En Languedoc Roussillon ; En Alsace et Vosges ; Dans le Nord ; Dans le Lyonnais ; En Normandie ; En Dauphiné Savoie ; En Corse ; En Anjou, Touraine et Orléanais ; En Bourgogne Franche-Comté.
  • 1975 : Missions secrètes, Famot ; 1976, Idégraf
  • 1975 : Morhange. Les chasseurs de traites, Flammarion
  • 1975 - 1976 : Une épopée de la Résistance : en France, en Belgique et au Grand Duché du Luxembourg, Grange Batelière, Paris
  • 1976 : Le 18e jour : la tragédie de Léopold III, Roi des Belges, Éditions France-Empire
  • 1976 : Combats dans l'ombre, Idégraf
  • 1978 : Rognes et grognes du Général - 1940-1944, Versoix
  • 1979 : Histoire du débarquement, Vernoy
  • 1979 : Secrets et réussites de l'espionnage français, Famot
  • 1979 : La Résistance a commencé le 3 septembre 1939, Plon
  • 1979 - 1983 : Chronique d'une guerre perdue, Éditions France-Empire
    • Tome 1, L'Entre-Deux-Guerres
    • Tome 2, Le 10 mai 1940
    • Tome 3, Sedan
    • Tome 4, De la Norvège aux Flandres
    • Tome 5, La Bataille de France
    • Tome 6, Fors l'Honneur
  • 1981 : De sang et de chair, Édito-service.
  • 1981 : Combattre jusqu'au bout, Plon.
  • 1981 : La Résistance en France 1940-1945, Collet.
  • 1982 : Mes grands hommes et quelques autres, Grasset.
  • 1984 : La Résistance à vingt ans, Ouest France.
  • 1984 : La Seconde Guerre mondiale : la Résistance, Éd. Christophe Colomb.
  • 1986 : La Résistance, Hatier.

Dans la culture populaireModifier

Cinéma (scénariste)Modifier

Télévision (scénariste)Modifier

Télévision (personnage)Modifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Annoncé comme président d'honneur en 1957 : La Nation française, 20 novembre 1957. Diner de 1958 : Ibid., 12 novembre 1958. Il préside le déjeuner du 5e anniversaire de l’hebdomadaire, en novembre 1960 : La Nation française, 7 décembre 1960. Cf. aussi La Nation française, 19-2-1964; Henry Coston (dir.), "Partis, journaux et hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui", Lectures françaises, décembre 1960, p.41-42 (confusion entre le diner de 1959 et celui de 1958)
  2. Ce Centre est issu d'un cercle maurrassien, le Cercle du bocage normand, constitué en 1960[56] Autres parrains: Henri Massis, Raymond Dronne, Raymond Le Bourre, des colonels, le professeur Drieu La Rochelle
  3. Parmi les personnalités du comité de patronage du pèlerinage de Chartres figurent : Mmes Charles Péguy, Juin, de Lattre de Tassigny, Leclerc de Hauteclocque, le maréchal Juin, les généraux Weygand, Allard, de Bénouville, Boyer de la Tour, Beaufre, de Monsabert, Chambe, Chassin, Guillaume, de La Porte du Theil, Touzet du Vigier, Tricon-Dunois, Valluy, l'amiral Auphan, le bachaga Boualem, Marcel-Edmond Naegelen, André Maurois, André François-Poncet, François Piétri, Antoine Pinay, le professeur Charles Richet, Jules Romains, Michel de Saint Pierre, Marcel Clément, plusieurs dirigeants du CEPEC (Georges Laederich, Louis Salleron, le professeur Berger-Vachon, Jacques-Louis Bourdelle, le duc Joseph Pozzo di Borgo, outre Touzet du Vigier), les éditeurs Yvon Chotard et Roland Laudenbach, Henri Massis, Georges Rivollet, l'ancien préfet Jean Baylot ainsi que de nombreuses associations d'anciens combattants[67]

RéférencesModifier

  1. Jeanne Smits, « Note des Dominicaines du Saint-Esprit à la suite de notre enquête, le site de L'Homme Nouveau », sur www.hommenouveau.fr (consulté le 11 mai 2021)
  2. a et b Guy Perrier, Rémy. L'agent secret no 1 de la France Libre, Paris, Perrin, , p. 15
  3. Cité par Maurice Weyernbergh, Charles Maurras et la révolution française, Vrin, 1992, p. 140, à partir de ses écrits
  4. Olivier Wieviorka, Rémy, la légende écornée, dans L'Histoire, janvier 2001, n° 479, p. 80-81 (compte-rendu de la biographie de Philippe Kerrand)
  5. a b c et d Olivier Wieviorka, op. cit.
  6. « Paris-presse, L’Intransigeant 27 avril 1947 - (27-avril-1947) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 19 mai 2021)
  7. L'Aurore, 26 mars 1946
  8. Les Lettres françaises, 15 mars 1946
  9. L'Aube, 9 mars 1946
  10. Rémy, Dix ans avec de Gaulle 1940-1950, Ed. France-Empire, 1971, p. 353-356
  11. Collectif, De Gaulle et le RPF, 1947-1955, Armand Colin, 1998
  12. Le Monde, 17 mars 1949.
  13. « Ce soir 24 septembre 1948 - (24-septembre-1948) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 19 mai 2021)
  14. Sur le ralliement de Rémy au camp pétainiste, cf. Colonel Rémy, Dix ans avec de Gaulle (1940-1950), op. cit. et Dans l’ombre du maréchal, op. cit., p. 71-83, 179, 214
  15. François Broche, Une histoire des antigaullismes, des origines à nos jours, Bartillat, 2007, « L’affaire Rémy » : p. 350-356
  16. Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Seuil, 1990, p. 48-55
  17. Le Monde, 22 décembre 1949
  18. Témoignage de Paul Sérant sur le meeting de 1949 dans Pierre Boutang, Les dossiers H, L'Âge d'homme, Lausanne, 2002, p. 71
  19. "Feuille d'avis de Neuchâtel", 13.4.1950
  20. L’Aurore, 14 avril 1950, La Croix, 14 avril 1950, Combat, 13 avril 1950, L'Aube, 13 avril 1950, Ibid., 20 avril 1950
  21. Carrefour, 11 avril 1950
  22. Colonel Rémy, La justice et l'opprobre, suivi d'une note sur l'intolérance (L'ouvrage comprend ses articles ainsi qu'une correspondance)
  23. Article du Figaro cité par Le Monde, 18 avril 1950.
  24. « Déclaration du général de Gaulle », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  25. Le Monde, 21 juillet 1950, Ibid., 28 juillet 1950, Ibid., 22 septembre 1950
  26. "L'Impartial", 14.4.1950, p. 12
  27. Paris-presse, L’Intransigeant, 14 avril 1950
  28. Combat, 20 septembre 1950
  29. Le Monde, 5 mai 1959
  30. Le Monde, 3 mai 1977
  31. Le Monde, 5 mai 1982
  32. Le Monde, 12 novembre 1982
  33. Frédéric Le Moigne, « 1944-1951 : les deux corps de Notre-Dame de Paris », XXe siècle, 2003/2, n° 78
  34. « Des résistants demandent que soit " élargi " le projet d'amnistie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  35. J.O., 2e séance de l'Assemblée nationale du 20 février 1953
  36. Le Maréchal, n° 40, mars 1964: réunion à Marseille
  37. « Paris-presse, L'Intransigeant », sur Gallica, (consulté le 5 janvier 2021)
  38. Rivarol, n° 700, 11/6/1964
  39. Jean-François Revel, Le voleur dans la maison vide, Plon, 1997, p. 88-91.
  40. Le Monde, 15 septembre 1972.
  41. Simon Epstein, Un paradoxe français, Albin Michel, 2008, p. 460.
  42. « Paris-presse, L'Intransigeant », sur Gallica, (consulté le 5 janvier 2021)
  43. « Paris-presse, L'Intransigeant », sur Gallica, (consulté le 5 janvier 2021)
  44. « Carrefour 9 mai 1956 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 5 janvier 2021)
  45. « https://www.retronews.fr/journal/la-nation-francaise/9-mai-1956/2019/4913704/4 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 19 mai 2021)
  46. Jean-François Colas, Georges René Laederich (1898-1969), un industriel en politique. De l’engagement volontaire contre l’Allemagne en 1916 à l’acceptation du Marché commun, dans Jean El Gammal, Jérôme Pozzi (dir.), Le Grand Est (1870-2019). Forces et cultures politiques, Presses universitaires de Nancy - Editions Universitaires de Lorraine, 2019, p. 154
  47. Ibid., p. 155
  48. « https://www.retronews.fr/journal/la-nation-francaise/3-septembre-1958/2019/4913958/4 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 19 mai 2021)
  49. « Paris-presse, L'Intransigeant », sur Gallica, (consulté le 5 janvier 2021)
  50. Jean-François Sirinelli et Jean-Pierre Rioux (dir.), La guerre d'Algérie et les intellectuels français, Complexe, 1991, p. 292 et analyse des manifestes
  51. La Nation française, 19 octobre 1960, "Un appel de Rémy"
  52. Philippe Ariès, Le Présent quotidien, 1955-1966, Seuil, 1997, p. 17
  53. Le référendum du 8 avril 1962, Cahiers de la FNSP, n° 124, Armand Colin, 1963, p. 74
  54. La Voix du Limousin, 23-3-1962
  55. « CRÉATION D'UN " CENTRE D'ÉTUDES NATIONALES " », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  56. Gérard Bourdin, Groupuscules et cultures de nostalgie: l'Orne et l'Algérie française, 1958-1965, dans Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault (dir.), La France en guerre, 1954-1962, Autrement, 2008.
  57. Rémy, Dans l’ombre du maréchal, op. cit., pp. 245-260 (Rémy compte 25 000 pèlerins et souligne que le ministre des Armées « qualifiait le pèlerinage de manifestation politique, interdisant aux officiers d’active d’y participer »)
  58. Rémy, La grande prière de chartres, éditions France-Empire, 1963
  59. Le Nouvelliste du Rhône, 30 septembre 1963, "Trois maréchales de France demandent la réconciliation des Français", p. 16
  60. Stéphane Gacon, « Histoire d’une amnistie, l’amnistie de la guerre d’Algérie » in Traces de la guerre d’Algérie, Cahiers de l’IHC, n°2/1995
  61. Documents SPES, Cinq ans de combat, tome I Les appels, Éd. du Fuseau, 1966, p. 93-97, 171, 186
  62. « LE COLONEL RÉMY ANNONCE QU'UN PÈLERINAGE NATIONAL POUR LA RÉCONCILIATION AURA LIEU EN SEPTEMBRE A CHARTRES », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  63. « LE " PÈLERINAGE DE RÉCONCILIATION " SE DÉROULERA LE 29 SEPTEMBRE A CHARTRES », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  64. « Le colonel Rémy : nous n'irons à Chartres que pour prier », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  65. « Plusieurs milliers de pèlerins ont prié pour la réconciliation des Français », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  66. « Paris-presse, L'Intransigeant », sur Gallica, (consulté le 5 janvier 2021)
  67. Philippe Kerrand, L'étrange colonel Rémy, Champ Vallon, 2020
  68. Rivarol, 11 juin 1964, n° 700.
  69. « L'ANNIVERSAIRE DE LA RÉVOLUTION HONGROISE », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  70. Compagnie de Jésus Auteur du texte, « Études : revue fondée en 1856 par des Pères de la Compagnie de Jésus », sur Gallica, (consulté le 5 janvier 2021)
  71. Verbo, n° 9-19, 1962, p. 127
  72. Le Monde, 29.3.1971
  73. Louis Salleron, La nouvelle messe, NEL, 1973, p. 33
  74. « LE COLONEL RÉMY SOUTIENT LE MAIRE DE TOURS », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  75. « La nouvelle association Credo projette de rassembler des catholiques traditionalistes de diverses tendances », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021)
  76. Denis Pelletier, La crise catholique: religion, société, politique en France (1965-1978), Payot, 2002, p. 198
  77. Le Monde, 5 avril 1966
  78. « Paris-presse, L’Intransigeant 14 avril 1966 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 5 janvier 2021)
  79. « Paris-presse, L’Intransigeant 3 avril 1966 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 5 janvier 2021)
  80. « Paris-presse, L'Intransigeant », sur Gallica, (consulté le 5 janvier 2021)
  81. Jean-Paul Schweighaeuser, Panorama du roman d'espionnage contemporain, L'Instant, 1986
  82. « Gilbert Renault », sur Ordre de la Libération (consulté le 10 septembre 2018)
  83. L'Aurore, 2 décembre 1960

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Denise Bourdet, Le colonel Rémy, dans: Pris sur le vif, Paris, Plon, 1957.
  • Henri de Grandmaison, Le colonel Rémy, un héros de l'ombre, CMD, 2000.
  • André Dewavrin, Souvenirs du 2e Bureau, Londres (1940-1941); 10 Duke Street : le BCRA (1942); Missions secrètes en France (novembre 1942-juin 1943), éd. Plon, 1951; Mémoires du Chef des Services Secrets de la France Libre, rééd. Odile Jacob, 2000.
  • Guy Perrier, Rémy - L'agent secret no 1 de la France libre, Perrin, 2001.
  • Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle : le BCRA, 1940-1944, Paris, Perrin, coll. « Pour l'histoire », , 617 p. (ISBN 978-2-262-02669-1, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Henri de Grandmaison, Rémy, Le plus grand agent secret de la France Libre, Les Chemins de la Mémoire.
  • Philippe Kerrand, L'étrange colonel Rémy, Champ-Vallon, 2020.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier