Ouvrir le menu principal

Collectif Mwasi

collectif afrofeministe
Mwasi

Cadre
Forme juridique Association loi 1901
But

Féminisme
Antiracisme

Antipatriarcat[1]
Fondation
Fondation [2]
Identité
Siège Paris
Méthode non-mixité, manifestation, cyberactivisme
Site web mwasicollectif.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Notes

Association afroféministe

Le Collectif Mwasi, créé en 2014, est une association afroféministe basée à Paris visant à créer une critique multiple du système capitaliste[3],[2]. En s'attachant aux principes du féminisme, les membres du collectif souhaitent créer un afroféminisme français tout en s'inspirant des différentes théories et idéologies afroféministes américaines[4],[2].

Notamment connu pour l'organisation du festival Nyansapo à Paris en 2017, le choix de la non-mixité raciale ainsi que l'organisation dans des locaux appartenant à une collectivité publique (la mairie de Paris) a soulevé de nombreuses critiques de la part d'organisations antiracistes et de personnalités politiques[5].

ObjectifsModifier

Signifiant "femme" en lingala, Mwasi, créé en 2014, est un collectif créé à Paris en réaction aux violences sexuelles en République démocratique du Congo[2]. Constitué de femmes noires, Mwasi a pour but de réaliser une « critique intersectionnelle du système capitaliste, hétéropatriarcal et raciste »[4]. Dans ce cadre, le collectif organise des événements portant à la fois sur les causes politiques et LGBT, des débats liés à l'immigration et à la décolonisation et aux luttes afroféministes contre le sexisme, le patriarcat et le racisme[4].

Prônant une auto-émancipation des femmes issues de l'immigration africaine, le collectif entend proposer un afroféminisme français tout en utilisant des concepts développés à l'étranger tel que le Black feminism américain[4].

Prises de positionsModifier

Le collectif Mwasi est organisé selon une non-mixité de genre et « de race » lui valant de nombreuses critiques de la part de féministes avec l'accusation de communautarisme[4]. Selon Fatima Benomar les espaces de non-mixité ne sont pas synonyme d’une hostilité envers les hommes, mais cela doit permettre aux femmes de s’émanciper[6]. Souhaitant mettre en avant la vision et les luttes de femmes noires, ne se reconnaissant plus dans des organisations telles que Osez le féminisme ! ou Chiennes de garde qui ont, selon elles, des luttes qui ne sont pas compatibles et ont d'autres priorités que les femmes issues des minorités ethnico-raciales de France [7].

Le collectif a décidé de ne pas s'allier avec des organisations antiracistes telles que la LICRA ou encore SOS Racisme qui - selon le collectif - effectuent un antiracisme « affranchi des rapports de domination et de pouvoir »[2].

ControversesModifier

De nombreuses controverses ont été lancées contre l'application de la non-mixité de genre et de race, l'un des principes de base de l'association[8],[4].

Festival NyansapoModifier

Organisé du 28 au 30 juillet 2017, le festival Nyansapo s'est tenu dans le 11e arrondissement de Paris et réservait certains ateliers aux femmes noires[9],[10]. Une polémique est alors lancé notamment par le site d'extrême droite Fdesouche et des hommes politiques tels que Wallerand de Saint-Just voyant une illustration d'un racisme antiblanc[9],[11]. La maire de Paris Anne Hidalgo a indiqué la saisie de la préfecture de police en raison d'un événement discriminatoire dans des locaux de la ville de Paris, La Générale[5]. Ce dernier a publié un communiqué en soutien au festival dénonçant une désinformation de la part de l'extrême droite[12]. La LICRA et SOS Racisme ont également critiqué le festival comme étant un « repli identitaire »[13],[5].

Anne Hidalgo a ensuite indiqué sur son compte twitter qu'une solution avait été trouvée[14],[10]. En effet, les ateliers se faisant dans des locaux privés, l'association a pu continuer l'organisation de son festival.

Diffusion du film Black PantherModifier

Après la sortie en salle de Black Panther, premier film de super-héros Marvel d'origine africaine, l'association a organisé une projection « en non mixité pour les personnes noires quel que soit le genre »[15] le 17 février 2018. Face à une nouvelle application de la non-mixité raciale qui pour cette fois-ci se fait dans un cadre récréatif, la LICRA a saisi le Premier ministre, le Défenseur des droits et le réseau MK2 pour annuler cette projection[15]. Annoncée comme annulée, la séance et le débat ont bien eu lieu dans un autre lieu selon un communiqué de l'association[16].

RéférencesModifier

  1. https://mwasicollectif.com/notre-ligne-politique/
  2. a b c d et e « Le collectif Mwasi : “L’afroféminisme n’est pas un bloc monolithique” | Bondy Blog », sur www.bondyblog.fr (consulté le 4 mars 2018)
  3. « « Ne nous libérez pas, on s’en charge » : le cri des afroféministes », sur Le Monde.fr (consulté le 5 mars 2018)
  4. a b c d e et f « Afroféminisme en France : lutter pour s’auto-émanciper », AWID,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  5. a b et c « Polémique au sujet d'un festival «interdit aux blancs» », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  6. Derrière la polémique sur le festival non-mixte et racisé, la querelle des féministes Marianne, 29 mai 2017
  7. « Musulmanes, femmes noires : les féministes accusées d'ignorer les minorités », Madame Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  8. Jean-marc B, « Petit historique de la non-mixité », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  9. a et b « Que veut Mwasi, le collectif qui organise un festival avec des ateliers non-mixtes ? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  10. a et b « Aux origines de la polémique sur le festival afroféministe Nyansapo », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  11. Causeur.fr, « "Festival afroféministe": Apartheid pour tout-e-s et tous? - Causeur », Causeur,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  12. « Mise au point. | LA GÉNÉRALE », sur www.lagenerale.fr (consulté le 4 mars 2018)
  13. « Festival Nyansapo à Paris : pourquoi la non-mixité fait-elle débat ? », sur Le Monde.fr, (consulté le 4 mars 2018)
  14. « Festival afroféministe à Paris : la manifestation aura lieu, les organisateurs veulent des excuses », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  15. a et b « [Communiqué] Réaction de la LICRA à l’organisation d’une projection de film réservée aux Noirs - LICRA », sur www.licra.org (consulté le 4 mars 2018)
  16. « 17 février 2018 – Projection de Black Panther et débat », sur mwasicollectif.com, (consulté le 10 février 2019)