Ouvrir le menu principal

Collégiale Saint-Martin de Montpezat-de-Quercy

collégiale située dans le Tarn-et-Garonne, en France

Collégiale Saint-Martin
Image illustrative de l’article Collégiale Saint-Martin de Montpezat-de-Quercy
Collégiale Saint-Martin
Présentation
Culte Catholique
Type Collégiale
Début de la construction 1337
Fin des travaux 1343
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)[1].
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Blason Languedoc.svg Occitanie
Département Blason département fr Tarn-et-Garonne.svg Tarn-et-Garonne
Ville Blason ville fr Montpezat-de-Quercy (Tarn-et-Garonne).svg Montpezat-de-Quercy
Coordonnées 44° 14′ 12″ nord, 1° 28′ 46″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Collégiale Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Collégiale Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

(Voir situation sur carte : Tarn-et-Garonne)
Collégiale Saint-Martin

La collégiale Saint-Martin est une ancienne collégiale située à Montpezat-de-Quercy dans le département de Tarn-et-Garonne en France. Elle est classée au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

HistoriqueModifier

Dédiée à saint Martin de Tours, la collégiale de Montpezat a été construite en 1337 grâce au cardinal Pierre des Prés, vice-chancelier de l'église romaine, originaire de la ville. Elle a été probablement l'œuvre d'un architecte la cour pontificale d'Avignon et a été consacrée en 1343.

Antoine de Lettes, chevalier de l'ordre de Saint-Michel, seigneur de Montepezat, maréchal de France, y est enterré après le [2].

ArchitectureModifier

L'église, bâtie en pierres calcaires bien appareillées provenant de la région, comprend une nef unique de cinq travées flanquées chapelles et une abside à cinq pans. L'abside est voûtée d'ogives, éclairée par une grande fenêtre à meneau située dans l'axe et par quatre fenêtres latérales plus petites. Les travées sont voûtées d'ogives polygonales séparées par des doubleaux de même profil. Toutes les clefs de voûte portent les armoiries de Pierre des Prés. Les huit chapelles latérales sont placées entre les contreforts.

Le tympan du portail d'entrée a été refait et n'est pas décoré. Au-dessus de celui-ci est percée une rosace composée d'une rose centrale à huit lobes et de huit trilobes. De part et d'autre deux niches abritaient chacune une statue : seule celle de gauche subsiste. Le clocher s'élève à gauche du portail, au-dessus de la première chapelle de gauche ; c'est une tour carrée dont la base est nue à l'exception de la fenêtre de la chapelle. Une tourelle polygonale percée de meurtrières s'appuie au nord de la tour pour conduire à l'étage supérieur du clocher éclairé sur chacune des faces par une fenêtre géminée.

IntérieurModifier

 
Tapisserie représentant la charité de saint Martin
 
1ère chapelle sud

Dans le chœur se trouvent les stalles du XVe siècle et les cinq tapisseries des Flandres du début du XVIe siècle offertes par Jean IV, évêque de Montauban et représentant divers épisodes de la vie de Saint-Martin : partage du manteau, lutte contre le diable et diverses guérisons obtenues par le saint[3]. Ces tapisseries sont d'une valeur exceptionnelle, particulièrement du fait qu'elles se trouvent à l'emplacement exact et dans l'édifice pour lequel elles ont été commandées, cas fort rare (même à La Chaise-Dieu, les tapisseries commandées pour l'abbaye, après avoir orné le chœur durant cinq siècles, ont été déplacées dans un musée conçu spécifiquement pour elles) Dans le chœur sont également placés deux gisants, à droite celui de Pierre des Prés en marbre blanc[4] et à gauche celui de son neveu, Jean des Prés, évêque de Castres[5].

Dans les chapelles latérales se trouvent divers mobiliers à savoir :

  • Statue en albâtre du XIVe siècle de la Vierge à l'Enfant aux colombes[6].
  • Coffrets en bois du XVe siècle[7].
  • Trois plaques d'albâtre provenant d'un retable de Nottingham représentant la Nativité, la Résurrection et l'Ascension[8]
  • Plusieurs chapelles (1 et 4 sud notamment) sont ornées de lambris et de peintures conçues pour l'église (par F. Gérard, de Moissac et Blaise Segrétin, de Tours - v.1700).

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Devals aîné, Didron, baron de Crazannes, La tapisserie de Montpezat, dans Annales archéologiques, 1845, tome III, p. 95-112, 187-188 (lire en ligne)
  • Firmin Galabert, Montpezat-de-Quercy, sa collégiale, ses seigneurs, Jeanne Laffitte (réimpr. 1976) (1re éd. 1918), 254 p.
  • Chanoine F. Pottier, Le trésor de l'ancienne église collégiale de Montpezat , p. 241-255, Bulletin archéologique et historique de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1904, tome 32 (lire en ligne
  • Jean-Claude Fau, Le trésor de la collégiale de Montpezat-de-Quercy en 1436, p. 189-195, Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1993, tome 118 (lire en ligne)
  • Georges Passerat, La collégiale et ses chanoines, p. 197-206, Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1993, tome 118 (lire en ligne)
  • Christian Mange, Les toiles peintes de B. Benezet à la collégiale Saint-Martin de Montpezat-de-Quercy, p. 213-223, Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1993, tome 118 (lire en ligne)
  • Pascal-François Bertrand, Deux remarques sur la tenture de la Vie de Saint-Martin de l'ancienne collégiale Saint-Martin de Montpezat-de-Quercy, p. 225-238, Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1993, tome 118 (lire en ligne)
  • Emmanuel Moureau, Montpezat-de-Quercy. Découvertes à la collégiale Saint-Martin, dans Bulletin monumental, 2017, no 175-3, p. 269-272, (ISBN 978-2-901837-68-8)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier