Ouvrir le menu principal

Collège Gérôme

établissement scolaire français situé à Vesoul

Collège Gérôme
Image illustrative de l’article Collège Gérôme
L'entrée principale du collège
Devise Gymnasium Deo et Bonis Artibus
Généralités
Création 1610
Pays France
Académie Académie de Besançon
Coordonnées 47° 37′ 24″ nord, 6° 09′ 11″ est
Adresse 2 rue de la préfecture
70000 Vesoul
Site internet www.clg-gerome.ac-besancon.fr
Cadre éducatif
Type Collège
Niveau Second degré
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vesoul

(Voir situation sur carte : Vesoul)
Point carte.svg

Le Collège Gérôme est un établissement scolaire situé dans le quartier historique de Vesoul, dans la Haute-Saône. Le collège porte le nom de Jean-Léon Gérôme, peintre et sculpteur réputé né à Vesoul, qui fut élève au collège. La fermeture du collège, envisagée en 2013, est finalement décidée par le conseil départemental de la Haute-Saône en mars 2016.

Construit au début du XVIe siècle, c'est le plus ancien collège du département de la Haute-Saône, encore en activité. Il est localisé face à l'Hôtel de Préfecture de la Haute-Saône. Il est desservie par le  D2  du réseau de transport en commun Vbus. Avant d'abriter un collège, le bâtiment a été notamment un atelier, un entrepôt de stockage, une école centrale et même un lycée impérial.

L'établissement a formé des dizaines d'élèves qui sont devenus des personnalités reconnues comme des hommes politiques, des écrivains ou encore des artistes.

HistoireModifier

Du collège des Jésuites au lycée impérialModifier

Il fut inauguré en 1610, en tant que collège des Jésuites. En 1764, le collège est confié au clergé séculier. Dans les bâtiments du collège, un séminaire départemental est installé en 1791. L'année suivante, c'est au tour du procureur du syndic de Vesoul d'y installer ses bureaux. En 1793, un Atelier national est introduit. Cet atelier se transforma en 1794, en fabrique d'armes. En 1796, le collège sert de stockage pour les documents des maisons religieuses, comme les couvents de la ville. À partir de cette même année, l'école est convertie en école centrale[1].

Au début du XIXe siècle, et plus précisément en 1802, l'école centrale se convertit en école secondaire. Huit ans plus tard, en 1810, l'école devient un collège, grâce aux aménagements apportés. En 1863, le collège se reconvertit en lycée impérial[1].

 
Vue du collège depuis l'Est.

En 1878 a été fondée - par Léon Sentupery - l'Association Amicale des Anciens Elèves du Lycée Gérôme, reconnue d’utilité publique en 1914 [devenue Association Amicale des Anciens Elèves des Lycée et Collège Gérôme [1]. (Assemblée Générale : 1er dimanche d'Octobre / publication d'un Annuaire annuel)].

Conversion en lycée puis en collège GérômeModifier

En 1907, le lycée prend le nom de lycée Gérôme pour rendre hommage au peintre Jean-Léon Gérôme, décédé en 1904. Le lycée continuera ses activités jusqu'en 1975. Cependant, à cause des tensions de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, le lycée se transformera en hôpital militaire durant les périodes 1914-18 et 1939-45. À la suite de la création du lycée Édouard-Belin à Vesoul, le lycée Gérôme perd son cycle secondaire et redevient, comme à sa fondation, un collège. En 1989, le collège René-Cassin est inauguré dans la ville limitrophe de Noidans-lès-Vesoul, ce qui diminue de 350 le nombre d'élèves du collège Gérôme. Le collège fut nommé ainsi en hommage à Jean-Léon Gérôme, emblème de la peinture académique du Second Empire, natif de Vesoul et ancien élève du collège.

Le label Éco-école a été obtenu par le collège, en juin 2009. Le Programme international d’éducation à l’environnement et au développement durable, Éco-École est un système pouvant être acquis par les écoles élémentaires, collèges et lycées qui se distinguent par une utilisation éco-responsable et instaurent l’Éducation au Développement Durable (EDD) dans les enseignements. Pour pouvoir prétendre à ce label, les élèves, les enseignants, la direction et les personnels administratifs doivent travailler sur six thèmes concrets et différents : l’alimentation, la biodiversité, les déchets, l’eau, l’énergie et les solidarités. Il a été relabellisé E3D en 2015[2].

En mars 2016, le conseil départemental de la Haute-Saône décide sa fermeture[3].Il fermera en juillet 2019, le site sera reconverti et sera baptisé "Cité Jérôme".

Architecture et dispositionModifier

 
La devise du collège

Le bâtiment est composé de 3 niveaux ainsi qu'une tour qui prédomine. L'enceinte est constituée de 2 cours : la cour d'honneur et la cour des arcades.

Sur les murs de l'établissement a été inscrit la devise du collège : « Gymnasium Deo et Bonis Artibus » ce qui signifie « Lycée, pour Dieu et les Arts Libéraux ». En réalité, il était inscrit « Gymnasium Deo, Regi et Bonis Artibus » « pour Dieu, le roi et les Arts Libéraux » transformé en « ... Deo, Imperatori... » sous l'Empire, avant que le second terme soit définitivement martelé.

Personnalités liées au collègeModifier

Le collège est resté pendant de plusieurs siècles le seul établissement scolaires de la ville. Par conséquent, un nombre conséquent de personnalités ont étudié, ont enseigné ou ont dirigé le collège.

Anciens élèvesModifier

Hommes politiques et militaires
Scientifiques
Religieux
Hommes de lettres, journalistes et artistes
Divers


Anciens professeursModifier

Liste des directeurs du collègeModifier


Liste des directeurs[6]
Date de mandat Nom
1610-1613 Jacques-Philibert Bonivard
1613-1617 Claude Pacotet
1617-1621 Pierre Ubelot
1621-1626 Marc Nélaton
1626-1632 Denis Barrey
1632-1639 George-Etienne Rousselet
1639-1644 Claude-Antoine de la Clef
1644-1645 Anatole Lisola
1645-1649 Jean-George Damongenet
1649-1652 Antoine Pauteleret
1652-1654 Jean Ardier
Date de mandat Nom
1654-1660 Jean-Baptiste Dard
1660-1663 Etienne Guillaume
1663-1666 Antoine Froissard
1666-1670 Nicolas Guelle
1670-1672 Odo Demongenet
1672-1676 Jean-Baptiste Garnier
1676-1679 Joseph de Saint-Étienne
1679-1682 Philippe de Langeron
1682-1684 Pontus Petit
1684-1688 Antoine Jouve
1688-1691 Aymon
Date de mandat Nom
1691-1695 Borthon
1695-1698 Biaise Silvestre
1698-1701 Balthazard Riondet
1701- Joseph Gallifet
??? ???
1765-1775 Pavoy
1775-1783 Vuillemin
1783-1796 Parisey
1803-1813 Gabriel Peignot
1813-1815 Marie-François Boisson
1862-1868 Lalande
1868-1870 Fabre
1870-1872 Bailly
1872-1875 Kortz
1875-1878 Subé
1878-1879 Leleu
1879-1881 Canet
1881-1884 Bralley
1884-1887 Guimault
1887-1892 Hinglais
1892-1896 Varenne
1896-1897 Boizot
1897-1898 De Caumone
1898-1906 Sarazin
1906-1907 Duval
1907-1911 Bruet
1911-1915 Gros
1915-1924 Racle
1924-1925 Brenet
1925-1930 Guiran
1930-1932 Bulger-Buel
1932-1935 Vincent
1935-1938 Storck
1938-1940 Etienne
1940-1944 Bazantay
1944-1958 Genin
1958-1959 Richard
1959-1963 Thomas
1963-1969 Bacri
1969-1972 Spanin
1972-1975 Serge Pasquer, dernier proviseur
1975-1989 Pierre Cautenet
1989-1997 Michel Sabatier
1997-2001 Jean Doebelin
2001-2008 Bernadette Girard
2008-2010 Régine Crapoix
2010-2014 Gilles Dormoy
2014-2014 Catherine Gauthier
2014-2016 Francis Pinot
2016-2019 Hervé Lucas, dernier principal

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (fr) Léonce Lex, L'ancien collège de Vesoul (1576-1796), Vesoul, Imprimerie de L. Cival fils, , 16 p. (lire en ligne)
  • (fr) Abbé Morey, La charité à Vesoul, Vesoul, Annales-franc-comtoises, revue religieuse, historique et littéraire, tome D, , p. 339 à 354

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Collège Gérôme », sur le site de l'Académie de Besançon (consulté le 9 mai 2016).
  2. « Label Éco-école », sur le site de l'Académie de Besançon (consulté le 9 mai 2016).
  3. France 3 régionale
  4. « Vesoul : Prêtre et archéologue à Jérusalem », sur https://www.estrepublicain.fr/ (consulté le 9 mai 2016).
  5. « Christian Spitz », sur http://www.lepoint.fr/ (consulté le 9 mai 2016).
  6. Lex 1885.