Ouvrir le menu principal

Colite pseudomembraneuse

(Redirigé depuis Colite pseudo-membraneuse)
Colite pseudomembraneuse
Description de cette image, également commentée ci-après
Photomicrographie d'une pseudomembrane du côlon dans un cas de colite pseudomembraneuse à Clostridium difficile.
Spécialité Infectiologie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 A04.7
CIM-9 008.45
DiseasesDB 2820
MedlinePlus 000259
eMedicine 226645Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine med/1942 
MeSH D004761
Symptômes Fièvre, diarrhée, vomissement, nausée, constipation, douleur abdominale, prurit, ictère, Dyspepsie et pyrosisVoir et modifier les données sur Wikidata
Causes Clostridioides difficileVoir et modifier les données sur Wikidata
Traitement Bactériothérapie fécaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Médicament Vancomycine, colestyramine, Colesevelam (en), Colestipol (en), métronidazole, bacitracine (d) et fidaxomicin (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La colite pseudomembraneuse est une inflammation très sévère du côlon causée par une infection à Clostridium difficile, dans un contexte de prise d'antibiotiques récente[1].

On parle aussi d'entérocolites pseudomembraneuses[2].

Signes cliniquesModifier

La description clinique réunit[3] :

  • diarrhées aiguës glaireuses, et parfois sanglantes, évoluant depuis plus de 3 jours dans un contexte de prise d'antibiotiques ou dans un contexte nosocomial ;
  • douleurs abdominales ;
  • déshydratation

ComplicationsModifier

Examens complémentairesModifier

 
Aspect colonoscopique de colite pseudomembraneuse.

ImagerieModifier

À la coloscopie, on peut constater la présence d'une membrane tapissant les parois de l'intestin, d'où le nom de la maladie.

BiologieModifier

L'examen biologique standard retrouve un syndrome inflammatoire souvent associé à des signes de déshydratation.

Le diagnostic de certitude de l'entérite à C. difficile se fait par analyse de selles : coproculture avec recherche de toxine A et/ou B de Clostridium difficile (méthode immuno-enzymatique ou test de référence par cytotoxicité des selles) et recherche du germe par culture[4].

Anatomie pathologiqueModifier

Lors de la coloscopie sont prélevées des biopsies de façon systématique au niveau des lésions pathologiques. L'examen histologique ne permet souvent pas de faire le diagnostic mais permet d'éliminer une pathologie concomitante ou un diagnostic différentiel. On observe ainsi des lésions de colite inflammatoire aiguë non spécifique. Plus spécifique, une nécrose superficielle de la muqueuse surmontée d'un enduit fibrinoleucocytaire et mucoïde permet d'évoquer fortement le diagnostic qui doit cependant toujours être confirmé par l'examen biologique des selles[5].

TraitementModifier

Le traitement fait appel à une réhydratation, l'arrêt de l'antibiotique en cause et à l'administration de métronidazole, de vancomycine orale ou de fidaxomicine.

À défaut de preuves d'efficacité, la prise concomitante de probiotiques et levures (dont saccharomyces boulardii) est régulièrement recommandée afin de stimuler le retour à une flore intestinale équilibrée.

La transplantation fécale, jusqu'ici considérée comme « traitement de dernier recours » réservée aux seules infections à clostridium difficile résistantes aux antibiotiques, serait désormais appropriée à une majorité de patients.

La colite pseudomembraneuse nécessite un isolement en milieu hospitalier.

Notes et référencesModifier

  1. Ouvrage: Français/hepato-gastroentérologie/J.Lefevre/VG/2007.
  2. CISMeF - Entérocolite pseudomembraneuse
  3. (en) Chen N, Shih SL, Images in clinical medicine. Pseudomembranous colitis, N Engl J Med. 2011;364(5):e8. PMID 21288092 DOI:10.1056/NEJMicm1004244
  4. Diarrhée aiguë chez l’enfant et chez l’adulte (avec le traitement)
  5. Ouvrage: anglais/Gastrointestinal Pathology/ Cecilia M. Fenoglio-Preiser/ Lippincott Williams and Wilkins/1999.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :