Ouvrir le menu principal

Col du Bonhomme (Alpes)

col des Alpes, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Col du Bonhomme.

Col du Bonhomme
Image illustrative de l’article Col du Bonhomme (Alpes)
Le col du Bonhomme, depuis les monts Jovets
Altitude 2 329 m
Massif Massif du Mont-Blanc / Massif du Beaufortain (Alpes)
Coordonnées 45° 44′ 06″ nord, 6° 42′ 24″ est
PaysDrapeau de la France France
ValléeVal Montjoie
(nord-nord-est)
Beaufortain
(sud-sud-ouest)
Ascension depuisLes Contamines-Montjoie Beaufort-sur-Doron
AccèsGR 5, Tour du Mont-Blanc, Tour du Beaufortain GR 5, Tour du Mont-Blanc, Tour du Beaufortain

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Col du Bonhomme (Alpes)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col du Bonhomme (Alpes)

Le col du Bonhomme, à 2 329 mètres d'altitude, est un col qui relie le val Montjoie au Beaufortain. Il est situé entre le mont du Rocher du Bonhomme et les aiguilles de la Pennaz. C'est l'un des cols franchis sur les sentiers de grande randonnée du GR 5 et du Tour du Mont Blanc à proximité du refuge du col de la Croix du Bonhomme à 2 443 mètres d'altitude.

Depuis le départ du fond de la vallée des Contamines-Montjoie, à Notre-Dame-de-la-Gorge, la montée s'effectue en h 30 à h 30, ce qui le rend accessible à un grand nombre de marcheurs. On peut aussi y accéder depuis les Chapieux, le barrage de la Gittaz et le chemin de la crête des Gittes[1].

HistoireModifier

En 1355, à la suite du traité de Paris, le Faucigny passe de la possession des comtes de Genève à celle du comté de Savoie et le col du Bonhomme perd son statut de frontière. Le val Montjoie dépend désormais de la « Maison de Savoie ».

En 1860 lors de l'annexion de la Savoie, une zone franche est instaurée sur une grande partie nord de la Savoie, et le col en constitue une des limites méridionales.

La nuit , à Prangins, près de Nyon au bord du lac Léman (Suisse), environ mille hommes de la religion vaudoise se mettent en chemin, pour retourner dans leurs vallées du haut Piémont. En neuf jours il parcourent 200 km en contournant le massif du Mont-Blanc par le col du Bonhomme pour atteindre Sibaud (Bobbio Pellice). Cette première randonnée, non sans victimes, fut appelée « Glorieuse Rentrée » des chrétiens persécutés[2].

À la suite de la visite de l’Empereur Napoléon III après le rattachement de la Savoie à la France (1860), le sentier du col du Bonhomme est aménagé (1861-1866)[3]. La zone franche est ultérieurement réduite, en 1919, par la France à l'issue de la Première Guerre mondiale par le traité de Versailles.

Le col se situe sur un itinéraire qui était prévu pour être intégré dans la route des Grandes Alpes (ancienne nationale 202), projet qui fut abandonné pour des raisons environnementales.

 
Le col du Bonhomme, au dernier plan, vu des Contamines

Notes et référencesModifier

  1. Les différents accès au refuge du Bonhomme, Club alpin français
  2. G. Tourn, Les Vaudois - L'étonnante aventure d'un peuple-église, coéd. Claudiana Torino - éd. du Réveil, Tournon (France) 1999.
  3. Mairie des Contamines-Montjoie, Histoire