Coco (film, 2017)

film d'animation des studios Disney et Pixar (2017)
Coco
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Réalisation Lee Unkrich
Adrian Molina
Scénario Adrian Molina
Matthew Aldrich
Lee Unkrich
Jason Katz
Sociétés de production Pixar Animation Studios
Walt Disney Pictures
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Durée 105 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Coco est un film d'animation américain réalisé par Lee Unkrich et co-réalisé par Adrian Molina, sorti en . Sur un scénario élaboré par Adrian Molina et Matthew Aldrich, le film est basé sur une histoire originale de Lee Unkrich, Jason Katz, Matthew Aldrich et d´Adrian Molina. Coproduit par les studios Disney et Pixar, il est le 139e long métrage d'animation des studios Disney et le 19e film d'animation en images de synthèse des studios Pixar.

Synopsis modifier

Présentation générale modifier

En pleine Fête des morts, à Santa Cecilia. Depuis quatre générations, la musique est interdite au sein de la famille de Miguel Rivera. Alors que le garçon de 12 ans rêve de devenir un guitariste aussi talentueux que son idole Ernesto de la Cruz, sa famille veut le voir prendre la relève de la cordonnerie créée par son arrière-arrière-grand-mère Imelda, la mère de son arrière-grand-mère Coco encore en vie. Décidé à prouver son talent durant le concours du Jour des Morts, Miguel entre par effraction dans le mausolée d'Ernesto, mort accidentellement des années auparavant, pour emprunter sa guitare. Au moment où il joue un accord tout en marchant sur des pétales de rose d'Inde, il se retrouve propulsé au Pays des Morts. Miguel apprend qu'il doit obtenir la bénédiction d'un de ses ancêtres avant l'aube, sinon il deviendra un squelette bloqué dans cet étonnant endroit jusqu'à ce qu'il disparaisse après être tombé dans l'oubli dans le monde des vivants. Aidé du filou Hector, Miguel débute un extraordinaire voyage au bout duquel l'attend une importante vérité cachée concernant sa famille…

Synopsis détaillé modifier

Il y a longtemps, Imelda Rivera était mariée à un musicien rencontrant ses premiers succès. Ce dernier quitta sa femme et sa fille, Coco, pour poursuivre sa carrière musicale. Laissée à elle-même, Imelda fut obligée de travailler et créa une entreprise de cordonnerie, transmise de génération en génération. En représailles contre son époux, elle bannit toute musique dans sa famille.

 
Personnes déguisées en la famille de Coco.

Dans le présent, son arrière-arrière-petit-fils, Miguel, âgé de 12 ans, vit avec sa famille, dont Coco, son arrière-grand-mère, dans le petit village mexicain de Santa Cecilia. Il rêve de devenir un musicien comme Ernesto de la Cruz, vedette de la musique et du cinéma, de la même génération qu'Imelda, qui est mort lors d'une représentation, quand une énorme cloche lui est tombée accidentellement dessus à la suite d'une maladresse d'un technicien de coulisse. Mais sa famille le destine à perpétuer la tradition familiale en devenant cordonnier. Pour la Fête des morts, chaque famille expose sur l’autel familial, l’ofrenda, les photos de ses ancêtres afin que ceux-ci puissent lui rendre visite. Lors des préparatifs, Miguel casse accidentellement le cadre de la photographie d'Imelda, au centre de l'autel, et découvre que son mari (dont la tête a été arrachée de la photographie) tenait la célèbre guitare blanche d'Ernesto et dès lors, Miguel est persuadé d'être l'arrière-arrière-petit-fils d'Ernesto. Plus tard dans la soirée, quand Miguel fait part à sa famille de son intention de participer au concours de talents du Jour des Morts, son Abuelita Elena détruit sa guitare. Offensé, il quitte la maison et se dirige vers le cimetière de la ville.

Miguel s'infiltre dans le mausolée d'Ernesto et vole sa célèbre guitare pour participer au concours. Alors qu'il joue un accord, il devient invisible aux yeux de tous les villageois, excepté du chien errant Dante, un xolo qui le suit partout, mais il découvre les figures squelettiques des ancêtres décédés en visite dans leur famille depuis le Pays des Morts pour l'occasion, qu’il peut voir et avec lesquels il peut interagir. Miguel rencontre ses propres ancêtres, qui l’amènent avec eux aux Pays des Morts en traversant le pont reliant le monde des morts à celui des vivants. Ils découvrent alors qu'Imelda n'a pas pu traverser le Pont car sa photographie a été retirée de l'autel familial. Miguel apprend qu’il est coincé dans le Pays des Morts par une malédiction après avoir pris la photo d’Imelda de son autel avec lui, et également qu'il doit retourner dans son monde avant l'aube sous peine de devenir un squelette et de ne plus pouvoir y revenir. Pour cela, il doit recevoir la bénédiction d'un membre de sa famille via un pétale de rose d'Inde, pour briser la malédiction. Imelda donne sa bénédiction à Miguel à la condition qu'il abandonne son rêve de musicien. Miguel refuse, et s'en va quérir la bénédiction d'Ernesto de la Cruz.

Dans sa fuite, Miguel rencontre Héctor, un squelette malchanceux prétendument mort d’une intoxication alimentaire, qui n’est pas autorisé à traverser le Pont car sa photo n’est affichée sur aucun autel familial, et qui a autrefois joué avec Ernesto : il lui propose de l'aider à le rencontrer. En retour, Héctor demande à Miguel de rapporter sa propre photo dans le monde des vivants pour qu'il puisse rendre visite à sa fille, avant qu'elle ne l'oublie et qu'il ne disparaisse totalement, car tel est le destin des morts dont aucun vivant n’a conservé la mémoire. Au même moment, Imelda lance Pepita, son énorme alebrije, à sa poursuite. Avec l’aide d’Héctor, Miguel participe avec succès à un concours de chant dont le vainqueur sera invité à participer au concert de l’Aurore donné par Ernesto, mais, rattrapé par ses parents, il doit à nouveau s’enfuir. Héctor comprend que Miguel lui a menti en disant qu'il n'avait pas d'autres parents qu'Ernesto et essaie de le ramener aux siens, mais Miguel l'abandonne avant d'échapper une nouvelle fois à Imelda. Il réussit finalement à infiltrer le manoir de De la Cruz où il attire l’attention d’Ernesto en chantant mais tombe dans un bassin et Ernesto se précipite pour le sauver. Celui-ci accepte Miguel comme son descendant, mais Héctor survient et les confronte, implorant Miguel de prendre sa photo avec lui. Le garçon apprend également que l'amitié entre Ernesto et Héctor a mal tourné avant le décès de ce dernier. Héctor clamant par ailleurs être le véritable auteur des chansons d'Ernesto. Lorsque Héctor rappelle à Ernesto ce qu'il lui avait dit le jour de sa mort, Miguel se rend compte qu'il s'agit d'une réplique d'un film dans lequel Ernesto avait joué et où son personnage échappe à un empoisonnement. Héctor réalise alors la vérité sur sa mort : alors que les deux amis étaient en tournée, Héctor avait voulu rentrer chez lui retrouver sa famille mais Ernesto eut peur que ce départ ne mette un terme à sa carrière. Ne parvenant pas à retenir Héctor, Ernesto feignit d'accepter son départ en l’empoisonnant sous prétexte de lui offrir un verre d'adieu, et en récupérant ses affaires, il s’appropria la guitare blanche et les textes de ses chansons consignées dans un carnet, puis construisit seul sa célébrité. À la suite de sa découverte de la vérité, Miguel se fait voler la photo d'Héctor par Ernesto, et ce dernier fait jeter Miguel et Héctor dans un cénote.

Quand Héctor lui révèle que sa fille se nomme Coco, Miguel se rend compte qu'il est son véritable arrière-arrière-grand-père et que Coco est la seule personne vivante qui se souvient encore de lui. Héctor rajoute que la plus célèbre chanson d'Ernesto, Ne m'oublie pas avait en réalité composée pour elle. Avec l'aide de Dante, qui se transforme en alebrije, les ancêtres Rivera les sauvent. Mais Imelda est furieuse de revoir Héctor car, même après son décès, elle ne lui a jamais pardonné de l'avoir abandonnée avec Coco. Miguel explique que la mort d'Héctor était due à sa décision de revenir auprès de sa famille, et Imelda pardonne à son mari, pris de remords. Tous infiltrent le concert de l'Aurore d'Ernesto afin de récupérer la photographie. En échappant à la sécurité, Imelda se retrouve par accident sur scène avec Ernesto, mais réussit à lui reprendre la photographie et à la donner à Miguel. Alors qu'Imelda s'apprête à donner sa bénédiction à Miguel avec comme condition de ne pas oublier à quel point sa famille l'aime, Ernesto, effrayé à l'idée que Miguel révèle la vérité aux yeux du monde, l'attrape et le jette du haut du stade vers le lac. Pepita sauve Miguel, mais pendant sa chute, la photographie glisse de ses mains et disparaît dans l'eau. Par ailleurs, les aveux d'Ernesto ont été retransmis à son insu, avec l'aide d'une caméra, révélant ainsi la supercherie à la foule de morts présente au concert. Résultat : Ernesto fait face à un public furieux. Après avoir ramené Miguel sain et sauf auprès de sa famille, Pepita projette Ernesto avec force dans un clocher voisin, et il se retrouve de nouveau écrasé par une cloche, comme lors de son décès accidentel.

Le jour commence à poindre et Héctor est en voie de disparition alors que son souvenir s'étiole dans la mémoire de Coco. Imelda donne sa bénédiction sans condition à Miguel qui, de retour dans le monde des vivants, se rue chez lui pour jouer Ne m'oublie pas à Coco, ce qui ravive les souvenirs de Coco et lui rend sa vitalité. Coco donne à Miguel la partie manquante de la photographie de l'autel, avec le visage d'Héctor. Elena se réconcilie avec son petit-fils et accepte de nouveau la musique dans la famille.

Un an plus tard, Miguel se présente à l'autel avec une photographie de Coco à sa nouvelle petite sœur. Les lettres d'Héctor que Coco avait gardées pour lui (contenant la preuve qu'Ernesto s'était accaparé sa musique et ses chansons) ont conduit à la destruction de l'héritage de De la Cruz, le public honorant désormais Héctor Rivera. Au Pays des Morts, Héctor, Imelda, Coco et les autres rendent visite à leurs descendants, alors que Miguel joue et chante pour les siens, morts comme vivants.

Fiche technique modifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution modifier

Voix originales modifier

Source et légende : version originale (VO) sur Allociné[1].

Voix françaises modifier

Société de doublage : Dubbing Brothers ; direction artistique : Claire Guyot ; adaptation des dialogues et chansons : ; direction musicale : Claude Lombard.
  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3], The Walt Disney Company France[4], Disney International Dubbings[5], le carton de doublage du film et la bande originale du film.

Voix québécoises modifier

Société de doublage : SPR ; direction artistique : Natalie Hamel-Roy ; adaptation des dialogues : Valérie Bocher.
Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[6] et carton doublage cinéma.

Production modifier

 
Adrian Molina au festival d'animation d'Annecy en 2017.

Originellement, la sortie du film était prévue pour 2015. Mais ce n'est que le , lors du D23 que Pixar confirme plusieurs films dont Le Monde de Dory, Toy Story 4 et Coco[7],[8],[9],[10]. Il est présenté au public lors de la conférence et se voit attribuer son titre. Dès lors, sa sortie est repoussée à 2017[11].

Le , la société TheaterEars annonce que le film Coco sera disponible gratuitement en langue espagnole dans tous les cinémas américains grâce à son application[12].

Chansons du film modifier

  • Ne m'oublie pas (Ernesto de la Cruz) (Remember Me (Ernesto de la Cruz)) - Ernesto de la Cruz
  • De bons conseils (Much Needed Advice) - Ernesto de la Cruz
  • Tout le monde connaît Juanita (Everyone Knows Juanita) - Héctor
  • Un poco loco - Miguel et Héctor
  • Jálale (instrumentale) - Mexican Institute of Sound.
  • Le Monde es mi familia (The World Es Mi Familia) - Miguel et Ernesto de la Cruz
  • Ne m'oublie pas (Berceuse) (Remember Me (Lullaby)) - Héctor et Coco
  • La Llorona - Máma Imelda et Ernesto de la Cruz
  • Ne m'oublie pas (Retrouvailles) (Remember Me (Reunion)) - Miguel et Máma Coco
  • Corazón (Proud Corazón) - Miguel
  • Remember Me (dúo) (générique de fin) - solistes

Accueil modifier

Accueil critique modifier

Coco
Score cumulé
SiteNote
Metacritic 81/100
Rotten Tomatoes 97%
AlloCiné  
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Point  
Positif  
Cahiers du Cinéma  
Le Figaro  
Les Inrockuptibles  
Télérama  
Le Monde  
Libération  

En France l'accueil est positif : le site Allociné propose une moyenne des critiques presse de 4,1/5[13]. Le JDD évoque « une réussite totale, équilibrant action, humour et tendresse, enthousiasme et sagesse. »[14]. Selon les Inrocks, « "Coco" sonde en réalité les plus noires angoisses de l'espèce humaine et laisse derrière lui au moins un morceau de bravoure, une grande scène de mélo qui restera comme un des sommets de la vénérable maison. »[15]. Libération dresse par contre un constat moins enthousiaste : « la vitesse à laquelle se déroule le récit nous sème : pas le temps de vivre ni de mourir tranquille, ni même de larmoyer trop longtemps. La poésie s’y étale de manière plus balourde et balisée sur un terrain certes sucré et surrythmé, mais le fil narratif surprend moins au tournant. »[16].

Il est parfois reproché au film de présenter des points communs avec La Légende de Manolo, sorti en 2014, comme l'interdiction par sa famille de pratiquer de la musique afin de perpétuer la tradition familiale, la répétition de la phrase « ne m'oublie pas » tout au long du film, notamment avant que l'un des protagonistes soit écrasé par une cloche (la scène est présente dans les deux films), l'existence d'un monde parallèle « coloré et chatoyant », où habitent tous les ancêtres des protagonistes, et bien sûr la présence de la culture et des traditions mexicaines[17],[18]. Cependant, les deux films suivent des trames narratives différentes.

Box-office modifier

En France, avec 4,5 millions d'entrées dans les salles de cinéma[19], Coco arrive à la 4e place du box-office en 2017. Au niveau mondial, les recettes du film sont bonnes, ce qui est positif pour la firme Disney car la somme investie (220 millions de dollars[réf. nécessaire]) est considérable : c'est le 31e plus gros budget de l'histoire du cinéma[20]. Mais au box-office des films d'animation en France, 4,5 millions d'entrées est un chiffre assez moyen, qui met Coco à la 41e place du classement. La même année (2017), il est devancé par Moi moche et méchant 3 qui enregistre 5,6 millions d'entrées[21].

Le , Coco récolte 40,8 millions de dollars en trois jours dépassant le film de super-héros Justice League de Warner Bros. sorti le même jour avec 35,5 millions de dollars[22]. Le , le film Coco cumule 71,2 millions de dollars en moins d'une semaine aux États-Unis, diffusé dans 3 987 salles de cinéma[23]. Le , Coco continue à récolter 18,3 millions de dollars en troisième semaine, cumulant 135,5 millions de dollars aux États-Unis et 389,5 millions de dollars à l'international[24].

Pays Box-office Date d'arret
du
box-office
Nombre
de
semaines
États-Unis 207 718 774 $[25] en cours 8
France 4 505 123 entrées[26] en cours 17
Monde 794 618 774 $[25] en cours 8

Au total, le film a rapporté 807 millions de dollars pour un budget de 175 millions[réf. nécessaire]. Coco est par ailleurs le premier film avec un budget à neuf chiffres à présenter un casting principal entièrement composé de gens d'origine hispanique.

Distinctions modifier

Récompenses modifier

Nominations modifier

Anecdote modifier

Au Brésil, le film a été rebaptisé Viva. En effet, en portugais (langue officielle du Brésil), le terme « cocô » signifie « merde »[27].

Notes et références modifier

  1. « Casting du film Coco », sur Allociné (consulté le )
  2. a et b « Casting français du film Coco », sur disneyinternationalvoices (consulté le )
  3. « Fiche du doublage du film », sur RS Doublage, (consulté le )
  4. Aude Thomas, « Coco - Découvrez la famille des voix françaises ! », sur newsroom.disney.fr, (consulté le )
  5. (en) Charguigou, « Coco, casting français du film », sur Weebly (consulté le )
  6. « Coco », sur doublage.qc.ca (consulté le )
  7. (en) Rebecca Keegan, « 'Finding Dory,' 'Moana,' 'Toy Story 4' among projects discussed at Disney's D23 », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  8. (en) Brookes Barnes, « Disney Announces Its Coming Slate of Animated Films at D23 Expo », sur The New York Times, (consulté le )
  9. (en) Mark Hughes, « Disney, Pixar Unveil New Animated Films At D23 », sur Forbes, (consulté le )
  10. (en) Joe Reid, « Disney and Pixar Announce Toy Story 4 Plot, a New Jack and the Beanstalk Movie, and More at D23 », sur Vanity Fair, (consulté le )
  11. « “Toy Story 4”, “Gigantic”, “Moana”, “Coco”... Le programme chargé de Disney et Pixar » (consulté le )
  12. (en) Communiqué de presse, « TheaterEars Announces Collaboration with Walt Disney Studios: Free Spanish Language Audio Track for Disney/Pixar’s Coco in Theatres via Mobile App », sur Business Wire, (consulté le )
  13. « Critiques presses pour le film Coco », sur Allociné (consulté le )
  14. Le JDD, « "Coco", le nouveau chef-d'œuvre de Pixar », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « "Coco" : quand Pixar s’aventure sur le territoire des morts », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « «Coco», cadences macabres », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Jacques-Henry Poucave, « Coco : Critique de la Muerta », sur ecranlarge.com, (consulté le )
  18. « Déconcertant et effréné, Coco surprend la critique et séduit le public », sur Le Figaro, (consulté le )
  19. « Coco (2017- », sur JP's Bo-Office
  20. « Les budgets internationaux », sur JP's Box-Office
  21. « Moi, moche et méchant 3 », sur JP's Box-Office
  22. (en) Dave McNary, « ‘Coco’ Strikes Gold at Black Friday Box Office, Tops ‘Justice League’ », sur Variety, (consulté le )
  23. (en) Giovanni Bruno, « Disney, Pixar's 'Coco' Tops Weekend Box Office », sur TheStreet.com, (consulté le )
  24. (en) Michael Cavna (en), « ‘Coco’ ($18 million) scores a box-office three-peat as Disney looks to dominate December », sur The Washington Post, (consulté le )
  25. a et b « Coco (2017) », sur Box Office Mojo (consulté le )
  26. « Coco », sur JP box-office.com (consulté le )
  27. « Coco », sur Allociné (consulté le )

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier