Cocherel

commune française du département de Seine-et-Marne

Cocherel
Cocherel
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ourcq
Maire
Mandat
Pierre Eelbode
2020-2026
Code postal 77440
Code commune 77120
Démographie
Gentilé Cocherellois
Population
municipale
630 hab. (2018 en diminution de 0,16 % par rapport à 2013)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 16″ nord, 3° 06′ 07″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 209 m
Superficie 8,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Ferté-sous-Jouarre
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Cocherel
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Cocherel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cocherel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cocherel
Liens
Site web mairiecocherel.fr

Cocherel est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Localisation de la commune de Cocherel dans le département de Seine-et-Marne

Cocherel est située à 6 km à l'est de Lizy-sur-Ourcq et à 11 km au sud-est de Crouy-sur-Ourcq.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Cocherel
Ocquerre Vendrest Dhuisy
 
Tancrou Chamigny

Géologie et reliefModifier

Cocherel se trouve sur le plus haut plateau de Seine-et-Marne. Son altitude varie de 97 mètres à 209 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 172 mètres d'altitude (mairie)[1].

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

HydrographieModifier

 
Carte des réseaux hydrographique et routier de Cocherel.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau référencés :

  • le ru de Chivres (ou ru de Rutel), long de 8,90 km[3], affluent de la Marne ;
  • le ru de Méranne, long de 6,24 km[4], affluent de l’Ourcq ;
    • le ru de Sallucy , 1,36 km[5], conflue avec le ru de Méranne ;
  • le fossé 01 des Grouettes, 1,17 km[6], qui conflue avec le ru de Chaton.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 2,52 km[7].

ClimatModifier

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,5 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,5 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,1 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 775 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -2,1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -2,4 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[8]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 56 km à vol d'oiseau[9], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[10] à 11,6 °C pour 1991-2020[11].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Réseau Natura 2000Modifier

 
Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[12].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[13] :

  • le « Bois des réserves, des usages et de Montgé », d'une superficie de 863 ha constitue un ensemble de milieux diversifiés comprenant en majorité des boisements. Une des plus importantes populations connues en Île-de-France de Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) est présente sur le site[14],[15] ;

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Cocherel comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2],[16], le « Bois de Montge à Cocherel » (122,66 ha), couvrant 3 communes du département[17] , et un ZNIEFF de type 2[Note 3],[16], les « Bois des Réserves, bois des Usages, bois de Montge et boisements associés » (864,77 ha), couvrant 4 communes du département[18].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Cocherel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[19],[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[22],[23].

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 63 lieux-dits administratifs[Note 6] répertoriés[24] dont Crépoil (absorbé en 1842)[25].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,1% ), forêts (16,2% ), zones urbanisées (4,5% ), prairies (2,2 %)[26].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[27],[28],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

PlanificationModifier

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Marne Ourcq, approuvé le et porté par le syndicat Mixte Marne-Ourcq regroupant 41 communes du Pays de l'Ourcq et du Pays Fertois[29].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme approuvé[30]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 3].

LogementModifier

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 255 dont 92,4 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 6,8 % d'appartements[Note 7].

Parmi ces logements, 89,3 % étaient des résidences principales, 2,5 % des résidences secondaires et 8,3 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 69,2 % contre 28,6 % de locataires[31] dont, 0,4 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 8] et, 2,2 % logés gratuitement.

Voies de communication et transportsModifier

TransportsModifier

La commune est desservie par la ligne d’autocars No 41 (Vendrest - Lizy-sur-Ourcq) du réseau Trandev-Pays de l’Ourcq[32].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Chocherels[33] et Chocherel vers 1140[34] ; Cocherel et Coscherel en 1151 et 1321[35] ; Concherellum en 1151 et 1253[36] ; Coucherel en 1151 et 1264[37] ; Corcheruel en 1151 et 1275[38] ; Cocherellum en 1151 1364[39] ; Coucherel en 1151 et 1621[40] ; Le fief de Conchereul vers 1540[41].

De coc ou cuc, « hauteur »[42], Cocherel est le plus haut point des environs près du Tricochet où il y a effectivement trois "coc", trois collines, et à peu de distance, les pentes du Cochelin (colline), les Cochelines : collines à Mareuil-les-Meaux, la Cochette, dans la Montagne à Nanteuil-lès-Meaux, Cochepis : éminence entre deux sources à Magny-le-Hongre[43], « endroits où on élève des coqs ». Cocherel est située à une altitude qui atteint 209 mètres.

HistoireModifier

Cocherel et Crépoil (Cocherellium, Crispolium) ont formé avant 1790 deux paroisses distinctes et jusqu'en 1842 deux communes également distinctes[44]. Une ordonnance royale du 11 décembre de cette dernière année les a réunies en une seule dont le chef-lieu a été fixé à Cocherel[Note 9].

Dans les anciens titres Cocherel est souvent appelé Coucherel, dénomination encore usitée parfois et Couchereul; que ce nom vienne comme on l'a prétendu de Cocheria, gorges conduisant aux prés et aux bore, que Crépoil vienne du mot Crespelloe qui signifie crêpe, parce que, en ce lieu de bon pâturage et de bon beurre, il se fabriquait beaucoup de beignets de ce nom, ces étymologies sont assez agréables et assez amusantes pour qu'il n'y soit pas contredit.

La ville est à une altitude qui atteint 204 mètres près du bois de Montjay (aujourd’hui bois de Montgé). C'est, après Saint-Georges, de la commune de Verdelot, le point le plus élevé du département de Seine-et-Marne ; il n'y existe pas de cours d'eau superficiel permanent, mais seulement des rus (de la Vanche, de Méranne, des Plants), qui roulent les eaux de pluie et les conduisent à la rivière d'Ourcq. Le sol du territoire, léger au sud et au sud-ouest, est limoneux vers l'est, argileux au nord et à l'ouest. Le sol du village lui-même est naturellement humide ; l'hygiène de 1888 demande que le rez-de-chaussée des habitations soit surélevé et que le plâtre y soit employé avec réserve.

L'argile et le gypse, que renferme le sous-sol, ont donné naissance à deux industries dont il sera question plus loin ; à Crépoil le sous-sol fournit du grès extrait pour Paris.

Cocherel a peu d'eau potable ; l'eau des puits est chargée de calcaire ; les sources de la Vanche et de la Fontenelle en fournissent de meilleure, mais la seconde de ces sources est trop éloignée et la première restera trop faible et insuffisante, tant que des travaux de captation n'y seront pas exécutés.

La carte hydrologique de M. Delesse signale trois nappes souterraines, Cocherel domine à l'est et à l'ouest un horizon très-étendu ; il a servi de station aux peuplades de l'Age de la pierre.  Les Romains ont occupé ce point à leur tour.

Il dépend de Cocherel de toute ancienneté les hameaux de La Folie et de La Loge à l'est ; une tuilerie récemment établie près la route départementale forme un troisième écart ; Le Vivier, autre écart, a disparu ; Giencourt, autrefois fief particulier, n'est qu'un quartier du village.

Cocherel comptait 68 feux en 1698, 77 en 1771, soit environ 350 habitants, Crépoil comptait à celte dernière date 51 feux soit environ 230 habitants, au total 580 habitants. 11 n'en existait plus que 549 en 1846, et aujourd'hui ce nombre est réduit à 404 dont 241 seulement au chef-lieu, Cette dépopulation est presque sans exception dans les villages de notre contrée. D'autre part toutefois, on aurait peine à trouver aujourd'hui, comme le constatait le seigneur de Cocherel et de Crépoil en 1771, 30 ménages indigents ; sous ce rapport du moins il a été fait d'heureux progrès.

  La route départementale de Dammartin à Château-Thierry traverse le terroir de Cocherel et passe à proximité du village ; un chemin de grande communication aboutissant à La Ferté-sous-Jouarre a son point de départ dans Cocherel même ; des chemins vicinaux le relient à La Loge, à Crépoil, à Tancrou. Le chemin de grande communication de Lizy à Dhuisy prend naissance sur Cocherel, et on peut reconnaître qu'au regard de la vicinalité Cocherel est bien desservi. Crépoil profite d'une partie de ces chemins et est lui-même relié à La Trousse et de là à la route départementale.

Des épidémies y ont sévi à diverses époques ; une d'elles a enlevé 41 personnes en 1699 et il a fallu établir un nouveau cimetière. La petite vérole, en 1735, a fait 13 victimes. En 1849, 71 personnes ont été atteintes de la suette ; le choléra a enlevé, en 1866, 22 habitants ; d'autre part, en 1767, un incendie a dévoré 7 maisons voisines du presbytère, avec la grange aux dîmes, a causé la mort d'un habitant et occasionné une perte de plus de 20,000 livres. Un sinistre de même nature détruisit en 1790 la plupart des maisons de la rue de Normandie et fit quatre victimes. Le comte et la comtesse d'Harville, a ces deux époques, sont venus généreusement en aide aux familles atteintes par le fléau.

La suppression de mares d'eau stagnante à proximité du village, opérée récemment sur l'initiative de l'administration municipale et de M. Guillot, docteur médecin à Lizy, a contribué à l'assainissement du quartier limitrophe.

M. François Grandin, de Paris, né à Cocherel d'une famille fort ancienne de ce lieu, a fait élever vers 1866, sur l'emplacement d'une maison où il avait voulu que son père et sa mère passassent leurs vieux jours, une habitation élégante, confortable, qui a reçu le nom de château de la Maison neuve et à laquelle a été joint un vaste parc.

Cocherel et Crépoil sous l'ancien régime étaient de la généralité de Paris, de l'élection et du grenier à sel de Meaux, de la maîtrise des eaux et forêts de Crécy-en-Brie. Les appels de la justice seigneuriale se portaient au bailliage de La Ferté-sous-Jouarre et de là au Châtelet de Paris.

Les Fiefs sur CocherelModifier

La SeigneurieModifier

Jusqu'en 1789, il en était des terres comme des personnes : les unes étaient nobles, les autres roturières. Les biens nobles constituaient les fiefs et jouissaient de privilèges particuliers. Dans l'origine ces privilèges étaient exorbitants : le possesseur d'un fief pouvait se dire en même temps possesseur des personnes que le sort y avait fait naître ou y avait amenées. Celles-ci étaient « taillables et corvéables à merci ou de haut en bas » ; le seigneur pouvait exiger d'elles les impôts et les travaux les plus arbitraires ; elles ne pouvaient quitter la seigneurie, se marier au dehors, hériter même, que sous le bon plaisir du seigneur ou sous certaines redevances.

C'étaient les serfs et serves, ou hommes et femmes du corps, appelés aussi mainmortables. L'autorité royale, l'influence de l'église, le sentiment d'humanité progressivement développé chez le seigneur, l'intérêt même de ce seigneur, qui devait la richesse de sa seigneurie au nombre de ses sujets, le besoin d'indépendance de la part de ceux-ci qui, à force de travail et de privations, se mirent en état d'acheter leur affranchissement, conduisirent peu à peu les mainmortables à la liberté, dans notre contrée du moins ; s'il en existait encore en 1789 dans certaines provinces du royaume récemment annexées ou d'une civilisation arriérée, ce régime n'a guère, dans l'Ile-de-France et les provinces voisines, dépassé la première moitié du XVe siècle[Note 10]. Les fiefs ont toutefois conservé jusqu'à leur suppression le privilège d'être exempts de la taille royale, c'est-à-dire de l'impôt, s'ils étaient tenus et exploités par le propriétaire. Ils avaient, à de très rares exceptions près, droit de justice, c'est-à-dire que le possesseur y avait son tribunal dont la compétence, si elle comprenait la haute justice, était presque sans limite.

Ce même possesseur percevait sur les terres de roture situées en sa seigneurie des impôts appelés cens, lods et ventes, etc., dont il sera question plus loin. Il existait sur la paroisse de Cocherel plusieurs fiefs. Le principal, celui qui donnait le titre de seigneur de ce lieu, était le fief de la Grande Maison sur lequel se trouvait l'église. De lui relevaient : Le fief du Vivier ; Le fief des Riches ; Le fief do Fleurigny, tous les trois de la paroisse de Cocherel ; La seigneurie de Crépoil composée elle-même de deux fiefs : (de la grande maison de Crépoil et des Muresleaux) ; La seigneurie de La Trousse (la Grande-Maison et le fief de Marolles), à l'exception du château, parc et accins ; Un autre fief à Vieux-Moulin, qui Comprenait moitié de la cour du côté des moulins avec les moulins, l’île et partie des terres à cens, duquel dernier fief relevaient, à titre d'arrière fiefs, la Grande Maison de Mary et le fief de Condé au même lieu.

Sous l'ancien régime, le roi seul était indépendant : tout possesseur de fief relevait de lui ou d'un autre seigneur qui, lui-même, relevait du roi médiatement ou immédiatement. C'était comme les anneaux d'une chaîne indissoluble où presque tous étaient à la fois suzerains et vassaux. Plus Un fief comptait de fiefs relevant de lui, plus il avait d'importance ; car, outre l'hommage que ses vassaux lui devaient à chaque mutation, le seigneur dominant percevait, à l'ouverture de toute succession collatérale ou lors de la vente du fief servant, des redevances équivalant soit à une année de revenu (relief), soit au cinquième du prix (quint).

Le seigneur de la Grande Maison de Cocherel relevait du baron de Chamigny et de La Ferté-au-Col (La Ferté-sous-Jouarre) et était tenu envers lui des devoirs et redevances qu'il avait droit lui-même d'exiger de ses vassaux.

La seigneurie de Cocherel appartenait, en 1250, à Robert, garde de la terre de Champagne, qui fit avec Isabeau, abbesse de Jouarre, un accord au sujet de la répartition de tailles (Trésor des Charles) et qui en 1236 fut chargé comme arbitre de terminer un différend entre l'abbé de Saint-Faron de Meaux et le Chapitre de l'église do la même ville, concernant leurs biens sur la paroisse de Barcy. En 1270, le même Robert et Pierre de Cocherel, son co-seigneur, transigèrent avec le prieur de Reuil au sujet de ferrages et de redevances[Note 11].

En 1309, le seigneur de Cocherel paraît avoir été Adam, qui avec sa femme Péronnelle vendit une pièce de terre au Chapitre de Meaux.

Ce qui est hors de doute, c'est qu'en 1487, le seigneur de Cocherel était Philippe Derquery ou plutôt Darcry, qui prenait le titre d'écuyer. Il fit, en cette année, au terrier de Vendrest, la déclaration des terres de sa seigneurie situées sur cette dernière paroisse.

En 1509, Robert Darcry, un descendant de Philippe, figura au procès-verbal de la rédaction des coutumes du bailliage de Meaux en sa qualité de seigneur de Cocherel ; en 1551, Jacques Darcry, en 1568, Antoine Darcry portaient ce titre ; en 1600, Sébastien Darcry, écuyer, en son nom et au nom de ses sœurs, fit foi et hommage et fournit aveu et dénombrement de leur terre et seigneurie de Cocherel à leur suzeraine, Diane de Vivonne, baronne de Chamigny. Semblable devoir fut encore rendu en 1617 (15 janvier), Ce fut Sébastien Darcry qui, par amitié pour son voisin et vassal, le seigneur de La Trousse, fit, comme il a été dit ci-dessus, don à celui-ci de la fontaine du Vivier, située près de Cocherel.

Le seigneur de La Trousse avait déjà à ce moment des possessions sur la paroisse de Cocherel : en 1612 il avait acquis de Claude de Renty, seigneur de Marcy, la terre et seigneurie du Vivier avec la moitié de la moyenne et basse justice du lieu, cens, rentes, lods et ventes, coutumes et autres droits seigneuriaux. Il avait acquis auparavant (25 mars 1609) du seigneur de la Grande-Maison de Mary-sur-Marne[Note 12], le fief des Riches, appelé anciennement la masure de Fleurigny, ou les Ouches, que Philippe Darcry avait détaché de sa seigneurie et transmis à Jean Leriche qui lui avait donné son nom[Note 13].

En 1613 le 4 juin, le même seigneur de La Trousse rendit foi et hommage pour ces deux nouvelles possessions à Sébastien Darcry dont elles relevaient.

De ces deux seigneurs, le vassal était plus puissant que le suzerain : Sébastien Le Hardy, sieur de La Trousse, était, comme on l'a vu, conseiller du roi en ses conseils d'Etat et privé, capitaine des gardes de la porte de Sa Majesté, prévôt ordinaire de son hôtel et grand prévôt de France. D'autre part, de Sébastien Darcry nous ne connaissons que le nom. Quoi qu'il en soit, noble homme, Sébastien Le Hardy de La Trousse n'en dut pas moins « mettre devant lui genou en terre, sans épée ni éperon, en attitude de vassal, et en cet état lui porter les foi, hommage et devoirs accoutumés. »

La Trousse ne devait pas tarder à s'annexer Cocherel ; le 3 février 1622, en effet, le grand prévôt de France acquérait de Sébastien Darcry sa seigneurie elle-même et en faisait foi et hommage le 24 juillet 1623 au seigneur de Chamigny qui était alors Jacques Nompar de Caumont, duc de la Force.

Jacques NOMPAR DE CAUMONT

Cocherel est resté dans la maison de La Trousse, et a suivi le sort du marquisat.

Les FiefsModifier

Outre le fief principal et les fiefs du Vivier et des Riches, il en existait plusieurs autres sur la paroisse de Cocherel. Le fief dit de Giencourt ou Geincourt avait son siège dans le petit quartier du village qui porte encore ce nom. En 1510 Jean Piédefer eut l'honneur de comparaître comme seigneur de Giencourt au procès-verbal de réformation des coutumes de la prévôté et vicomté de Paris. Il était dû, en vertu de baux à rente, au seigneur de ce fief par chaque arpent 1 denier de cens, 2 sous 11 deniers de surcens et la poule de coutume. (Une poule par an et par feu).

Ce fief de peu d'importance s'est confondu dans les possessions de la maison de La Trousse.

Le fief de la Fesse qui confinait au terroir de la paroisse de Dhuisy et comprenait des usages et pâtis dont il sera amplement question plus loin, avait dépendu de la terre de Cocherel. En 1551 et 1558 Jacques-Antoine Darcry en vendit une partie à Louis du Broullat, seigneur de- Lizy et à Magdelaine du Broullat, sa fille, épouse de François d'Angennes, seigneur de Montlouet et de Lizy ( http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Angennes.pdf.) Dès le 4 août 1551, en effet, Louis du Broullat avait fait, pour sa part de ce fief, foi et hommage à l'abbesse et aux religieuses du couvent de Jouarre dont il relevait.

Le surplus du fief passa au seigneur de La Trousse qui, en 1613, en faisait foi et hommage au même couvent de Jouarre. Cocherel comprenait encore le fief de L'Etancourt qui, s'étendant depuis le hameau de la Folie jusqu'au-delà de celui de la Loge, était enclavé dans les fiefs de Cocherel, de Montjay, des Ecoliers et de Montsoutin.

Il ne fut jamais réuni au domaine de La Trousse.

Cette terre, dont l'étendue était d'environ 267 arpents, ne fut érigée en fief qu'en 1682, en faveur de Messire François de Laval, chevalier, seigneur de L'Etancourt et de Montsoutin, lieutenant général de l'artillerie de France.

Le comte de Roye de la Rochefoucauld, seigneur de La Ferlé au Col et de Chamigny, suzerain de Messire de Laval, l'avait en affection ; le grand Turenne lui-même avait en estime ce soldat qui avait servi plusieurs années sous lui, comme commandant l'artillerie de France. Aussi le suzerain accéda-t-il au désir du sieur de Laval qui demandait l'érection en fief, sous le nom de L'Etancourt, des héritages qu'il possédait dans les 267 arpents, avec les cens, rentes et coutumes que lui devaient les autres propriétaires et aussi avec 3 setiers d'avoine que les habitants de Cocherel devaient annuellement pour la permission à eux accordée de mener paître leurs bestiaux dans les terres et bois de ce fief[Note 14]. Vers la fin du XVIIe siècle, Leschassier, seigneur du Méry-sur-Marne, acquit le fief de L'Etancourt et prit le titre de seigneur de Méry et de L'Etancourt. Par la suite, ce fief fut dénommé fief de Méry[Note 15].

Domaine de la SeigneurieModifier

La seigneurie de Cocherel, telle qu'elle était constituée à la fin du XVIIe, s'étendait sur 1177 arpents (mesure de 20 pieds) en terres, bois et prés.

La paroisse de Crépoil contenait 329 arpents.

Le seigneur était propriétaire sur Cocherel de 337 arpents de terre ; de plus, comme seigneur de Cocherel et aussi comme seigneur de Lizy, il y possédait 224 arpents de bois.

Parmi les droits seigneuriaux et féodaux qui avaient pesé sur Cocherel, la taille et la corvée seigneuriales, les ferrages, la mainmorte, le for-mariage avaient disparu depuis plus ou moins longtemps ; il ne subsistait plus à la fin de ce siècle que les suivants :

La justice dans sa plénitude (haute, moyenne et basse), elle était réunie au bailliage du marquisat[Note 16]. Un notaire était chargé de recevoir les actes publics sous le tabellionnage de La Ferté-sous-Jouarre, d'où relevait la justice de CocherelVoici les noms de quelques-uns de ces notaires : 1408, Lessonnat ; 1501, Lecomte ; 1507, Baulde ; 1516, Filiaires ; 1529, Delapierre ; 1543, Cocuel ; 1556, Rapportebled ; 1562, Rommerel ; 1572, Liennecot ; 1574, Hartou ; 1600, Delaplace ; 1660, Cocuel ; 1662, César Bataille ; 1676, Duval ; 1717, Maslé ; 1732, René Huyard. Les minutes de ces notaires paraissent perdues.

Les cens, surcens et rentes seigneuriales. Le cens était une redevance prélevée par le seigneur sur toute terre de roture située en sa seigneurie, comme prix de la protection qu'il assurait ou était censé assurer. Cette redevance était de 6 deniers par arpent. Le surcens et les rentes seigneuriales reposaient sur la convention ; c'était le prix d'une concession faite par le seigneur. Ils étaient irrachetables comme le cens lui-même, et le propriétaire, quel qu'il fût, ne pouvait en affranchir sa maison ou son champ. En 1785, comme on l'a vu plus haut, les cens, surcens et rentes seigneuriales s'élevaient à 203 l. 10 s. 9 d. tant en argent qu'en nature (blé, avoine, chapons, poulets, etc.) ; de plus il était dû, pour les pâtis communaux de Cocherel, en argent 3 l. 18 s. 5 d. et en avoine 235 minois 2 picotins et demi évalués 399 l. 15 s. 6 d., ce qui donne pour la seigneurie de Cocherel 607 l. 4 s. 6 d. On remarquera que les redevances en grains consistaient principalement en avoine et on en conclura que la culture de celle céréale était dominante. Les lods et ventes. Toute vente immobilière donne aujourd'hui ouverture au profit de l'Etat à un droit que nous appelons de mutation ou droit d'enregistrement qui, après avoir été longtemps de 6 fr. 05 c, décimes compris, a été porté à 6 fr. 87 c. 1/2 pour %. Avant 1789, indépendamment du droit de contrôle (un pour cent à payer au roi), toute vente do bien de roture donnait ouverture au profit du seigneur à un droit appelé lods et ventes ; à Cocherel il s'élevait au 6e du prix soit 16 2/3 pour cent. A ce taux exorbitant, s'il n'avait été par lui-même un obstacle sérieux à la circulation des biens, le seigneur eût perçu annuellement, 1.831 l. 5 s.

Banalité. La seigneurie de Cocherel possédait à la limite de son territoire vis-à-vis le hameau de Chaton, sur la hauteur, un moulin à vent qui jouissait de la banalité, c'est-à-dire auquel les habitants de la seigneurie devaient obligatoirement faire moudre leurs grains. Il a disparu depuis plus de 300 ans.

Droits du fief de L'EtancourtModifier

Les mêmes droits, pour le fief de L'Etancourt, appartenaient au seigneur de ce nom depuis 1682. Ils lui avaient été transférés par le comte de Roye, seigneur de La Ferté-au-Col et de Chamigny, moyennant une indemnité fixée à 1.618 livres, lors de l'érection en fief de cette seigneurie. Les cens et rentes s'élevaient annuellement à 23 l. 7 s. et 3 chapons ; la justice avec maire, procureur fiscal, greffier, ressortissait par appel au bailliage de La Ferté-au-Col et Chamigny.


La commune de Cocherel a englobé celle de Crépoil depuis le 11 décembre 1842[38].

Site néolithiqueModifier

Un site funéraire y fut découvert en 1685, il pourrait être le premier site identifié alors comme préhistorique. Olivier Estienne, "avocat en Parlement" en fit une description, puis, constatant qu'il n'y avait rien "qui pût faire faire (sic) croire que ces hommes-là eussent été des chrétiens", autorisa "Messire Le Prévost de Cocherel, chevalier, seigneur des fiefs et seigneureries du haut & bas Cocherel" à "appliquer les dites pierres sans aucun scrupule à tel usage que bon lui semblerait." Le site fut donc détruit et les pierres réutilisées ailleurs[45].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 En cours Pierre Eelbode[46] Agir Agriculteur
Président de la Communauté de communes

Politique environnementaleModifier

Équipements et servicesModifier

Eau et assainissementModifier

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [47],[48].

Assainissement des eaux uséesModifier

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Cocherel est assurée par la communauté de communes du Pays de l'Ourcq (CCPO) pour la collecte, le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [49],[50],[51].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[52]. La communauté de communes du Pays de l'Ourcq (CCPO) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[49],[53].

Eau potableModifier

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la communauté de communes du Pays de l'Ourcq (CCPO) qui en a délégué la gestion à une entreprise privée, dont le contrat expire le [49],[54].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur CCPO[55].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[56]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[57].

En 2018, la commune comptait 630 habitants[Note 17], en diminution de 0,16 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
382379380327382393375549531
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
470484465415440423404416388
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
363344325289324289284317310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
280233209238447484553587641
2018 - - - - - - - -
630--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[58].)
Histogramme de l'évolution démographique

SportsModifier

  • Le MC Espace Moto Verte est une association loi de 1901 affiliée la Fédération française de motocyclisme depuis le début des années 1990. Présente sur les circuits français depuis de nombreuses années, elle a vu plusieurs de ses membres connaître la joie des podiums et des titres dans diverses catégories en championnat de France.

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 206, représentant 620 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 22 710 euros[59].

EmploiModifier

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 32, occupant 300 actifs résidants. Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 71,1 % contre un taux de chômage de 8,3 %. Les 20,6 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 9,2 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 4,9 % de retraités ou préretraités et 6,6 % pour les autres inactifs[60].

Secteurs d'activitéModifier

Entreprises et commercesModifier

En 2018, le nombre d'établissements actifs était de 31 dont 9 dans la construction, 9 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 1 dans les activités financières et d'assurance, 1 dans les activités immobilières, 8 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, et 3 étaient relatifs aux autres activités de services[61].

En 2019, 7 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 4 individuelles.

Au , la commune ne disposait pas d’hôtel et de terrain de camping[62].

AgricultureModifier

Cocherel est dans la petite région agricole dénommée l'« Orxois », à l'extrême nord-est du département et s'étendant sur les épartements de l'Aisne et de l'Oise[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 18] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[63].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[64]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 4 en 1988 à 3 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 128 ha en 1988 à 187 ha en 2010[63]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Cocherel, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Cocherel entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[63],[Note 19]
Nombre d’exploitations (u) 4 4 3
Travail (UTA) 10 5 6
Surface agricole utilisée (ha) 512 618 561
Cultures[65]
Terres labourables (ha) 483 599 533
Céréales (ha) 301 368 316
dont blé tendre (ha) 214 323 271
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 37 s s
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) s s 89
Élevage[63]
Cheptel (UGBTA[Note 20]) 34 29 41

Culture locale et patrimoineModifier

 
L'église Saint-Christophe-et-Saint-Jacques-le-Majeur.

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Christophe-et-Saint-Jacques-le-Majeur[66],[67].
L'intérieur de l'église est très dégradé (2016), bien que contenant des objets protégés.
  • Château de la Maison Neuve[68].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  7. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  8. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  9. Il a existé anciennement sur Cocherel un lieu d'habitation appelé Le Basque
  10. Les documents anciens fournissent de nombreux exemples du servage el d-s conséquences de ce servage ; les cessions à prix d'argent, les échanges d'hommes ou de femmes de corps sont fréquents ; il suffit, en ce qui regarde Cocherel, de citer un semblable échange conclu en 1265 entre Pierre et Robert de Cocherel et le couvent de Reuil, près La Ferté-sous-Jouarre (Cartulaire de l'église de Meaux)
  11. Le livre des vassaux du comte de Champagne et de Brie (1112-1222) cite parmi les vassaux de la chatellenie de Meaux : Pierre de Corchereul, Le fief est à « Corcherel et en ot deniers et une meson fort, la maison de Corcherel. » Il cite aussi Omculphus de Crampoil (Crépoil). Pierre de Corcherel est également nommé comme témoin dans une charte d'Hugues, vicomte de Meaux, en 1189
  12. Voir la notice sur cette paroisse
  13. Acte devant Lehardy, notaire à Lizy, du 20 mars 1495. Ce fief avait précédemment appartenu à Jean Billouard comme le constate un bail à cens du 8 juin 1446
  14. Acte d'inféodallon, 12 décembre 1682, devant Garnot, notaire à Paris ; voir à l'appendice ta teneur de cet acte
  15. En 1526, noble homme Philippe de Séry prenait le titre de seigneur de Cocherel et y possédait des terres du chef de Regnault de Séry, son père et de Philippe de Séry, son oncle. Sa possession devait être le fief des Riches
  16. Il existait entre Crépoil et Montsoutin, sur une pièce de terre appelée encore pièce des justices, des fourches patibulaires
  17. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  18. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  19. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  20. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Cocherel - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

RéférencesModifier

  1. « Cocherel » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  2. « Plan séisme consulté le 11 mars 2020 ».
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Chivres (F6268000) » (consulté le ).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Méranne (F6387000) » (consulté le ).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Sallucy (F6387500) » (consulté le ).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Grouettes (F6386100) » (consulté le ).
  7. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 29 novembre 2018
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  9. « Orthodromie entre Cocherel et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  12. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  13. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Cocherel », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Bois des Réserves, des Usages et de Montgé - ZSC - FR 1102006 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, 6 septembre 2019, modifié (consulté le ).
  15. « site Natura 2000 FR1102006 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Cocherel », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF le « Bois de Montge à Cocherel » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF les « Bois des Réserves, bois des Usages, bois de Montge et boisements associés » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. Site territoires-fr.fr consulté le 11 mars 2020 sous le code commune 77120.
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  27. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  28. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  29. « Le SCOT Marne Ourcq », sur www.paysdelourcq.fr (consulté le ).
  30. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  31. Statistiques officielles de l'Insee, section « Logement » consulté le 2 octobre 2020
  32. Site Transdev-Pays de l’Ourcq
  33. Cartulaire de Longpont, n° 25.
  34. Cartulaire de Longpont, n° 220.
  35. Archives nationales, S 1413, n° 43.
  36. Du Plessis, II, p. 160.
  37. Layettes Trésor, III, p. 564.
  38. a et b Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 131.
  39. Archives nationales, X1a 20, fol. 59.
  40. Terrier de Tancrou, fol. 233.
  41. Archives nationales, Y 81, fol. 160 v°.
  42. « Histoire de la commune de Cocherel », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en ).
  43. Pierre Miquel - 2016 - Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France - p. 32, (ISBN 2226381767).
  44. M. L. BENOIST, Notice historique et statistique sur le marquisat de la Trousse, Meaux, Imprimerie Destouches, .
  45. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32724794b Voir aussi Monique Remy-Watté, 'À propos de la fouille d’Houlbec-Cocherel (1685… 1722)' https://books.openedition.org/purh/4118?lang=en
  46. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en ).
  47. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  48. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  49. a b et c « Commune de Cocherel - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  50. « CC du Pays de l'Ourcq (CCPO) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  51. « CC du Pays de l'Ourcq (CCPO) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  52. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  53. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  54. « CC du Pays de l'Ourcq (CCPO) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  55. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le ).
  56. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  57. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  58. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  59. Statistiques officielles de l'Insee, section Revenus et pauvreté des ménages, consulté le 1er octobre 2020
  60. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consultée le 13 mars 2021
  61. Statistiques officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2019», consultée le 14 mars 2021
  62. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2021», consultée le 14 mars 2021
  63. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Cocherel », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  64. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  65. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Cocherel », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  66. « Église Saint-Christophe-et-Saint-Jacques-le-Majeur - Cocherel », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en ).
  67. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.
  68. « Château de la Maison Neuve - Cocherel », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en ).