Ouvrir le menu principal

Coalition noire-verte

type de coalition rassemblant chrétiens-démocrates et écologistes dans les pays germaniques
Article général Pour un article plus général, voir Coalition en Allemagne.

Une coalition noire-verte (en allemand : schwarz-grüne Koalition) est le nom donné aux coalitions gouvernementales allemandes et autrichiennes qui rassemblent les chrétiens-démocrates (CDU et ÖVP, dont la couleur est le noir) et les écologistes (Grünen, verts).

Sommaire

HistoireModifier

Dès l'apparition des écologistes sur la scène politique allemande, certains éco-conservateurs ont évoqué la centralité du nouveau parti, et sa possible alliance avec les conservateurs. Le ministre-président du Bade-Würtemberg, Lothar Späth évoquait même en 1988 une certaine sympathie vis-à-vis du mouvement[1].

Ce type de coalition est d'abord apparue dans un contexte local, dans la ville de Mülheim en 1994. L'expérience n'est pas reconduite en 1999 et demeure originale. Dans les années 2000, les conseils municipaux élus à la proportionnelle se fragmentent de plus en plus devant les succès de partis locaux qui concurrencent souvent la droite et leurs alliés libéraux, mais aussi la scission entre SPD et Die Linke depuis 2005, qui désunit le traditionnel bloc de gauche, auquel appartiennent les écologistes[2].

La nécessité de dégager des majorités stables pour gouverner les villes impose la coalition noire-verte comme une solution viable. Cette configuration qui traduit aussi la progression des écologistes au niveau politique local s'est peu à peu étendue au niveau des Länder, d'abord à Hambourg en 2008, puis en Hesse en 2014.

Dans le même temps, des coalitions noire-vertes apparaissent en Autriche dans les régions de l'Ouest (Vorarlberg, Salzbourg et Tyrol) où les Verts concurrencent, voire devancent le Parti social-démocrate d'Autriche. En s'alliant aux écologistes dans un paysage politique en parti bloqué, le Parti populaire autrichien se démarquent à la fois du Parti de la liberté d'Autriche et de la grande coalition qui gouverne le pays.

RaisonsModifier

Les raisons pour ce type d'alliance sont uniquement allemandes :

  • Les élections à la proportionnelle mettent à mal la logique des blocs opposés gauche-droite. On a ainsi vu le SPD s'allier aux quatre autres grands partis (CDU, FDP, Verts, Die Linke) selon les configurations et les régions.
  • Les partis élus se doivent de former un gouvernement stable. L'option de provoquer une élection anticipée pour rebattre les cartes n'est utilisée qu'en dernier recours, ce fut le cas à Hambourg en 2011.
  • Les partis verts allemands et autrichiens sont pluralistes, mais unifiés. Leurs membres et leurs élus sont plus ou moins libéraux, plus ou moins radicaux. Les différends stratégiques donnent lieu en France à des scissions, ou en Suisse à des concurrences entre partis écologistes aux orientations économiques contraires.

Exemples récentsModifier

Au niveau des municipalités en AllemagneModifier

Au niveau des Länder en AllemagneModifier

Land Députés Dates Ministre-président Cabinet
  Hambourg
68 / 121
-
(2 ans et 10 mois)
Ole von Beust et Christoph Ahlhaus (CDU) von Beust III et Ahlhaus
  Hesse
61 / 110
Depuis le
(5 ans, 7 mois et 5 jours)
Volker Bouffier (CDU) Bouffier II
  Bade-Wurtemberg
89 / 143
Depuis le
(3 ans, 5 mois et 10 jours)
Winfried Kretschmann (Grünen) Kretschmann II

Au niveau des Länder en AutricheModifier

Land Députés Dates Landeshauptmann
  Tyrol
21 / 36
Depuis le
(6 ans, 2 mois et 30 jours)
Günther Platter (ÖVP)
  Salzbourg
18 / 36
Depuis le
(6 ans, 2 mois et 4 jours)
Wilfried Haslauer (ÖVP)
  Vorarlberg
22 / 36
Depuis le
(4 ans, 10 mois et 8 jours)
Markus Wallner (ÖVP)

Notes et référencesModifier

  1. Franz Walter: Gelb oder Grün? Bielefeld 2010, S. 95.
  2. (en) Senem Aydin-Düzgit, Constructions of European Identity: Debates and Discourses on Turkey and the EU, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-0-230-34838-7, lire en ligne), p. 18