Ouvrir le menu principal

Co-productions internationales de Rue Sésame

Les co-productions internationales de Rue Sésame sont des séries infantiles télévisées basées sur l'émission américaine Rue Sésame, mais adaptées au pays dans lequel elles sont produites. Peu de temps après les débuts de Sesame Street aux États-Unis en 1969, des producteurs de télévision, des enseignants et des responsables de plusieurs pays se sont approchés des producteurs et des cadres de children's Television Workshop (CTW) au sujet de la possibilité de diffuser des versions internationales de la Rue Sésame. Son créateur Joan Ganz Cooney a embauché l'ancien CBS exécutif Mike Dann pour chapeauter des offres pour produire de versions de la série dans d'autres pays.

Les producteurs de ces émissions se sont développées à l'aide d'une variante du modèle CTW, un modèle flexible de production basé sur les expériences des créateurs et des producteurs du spectacle aux USA. Le modèle se composait de la combinaison des producteurs et des chercheurs travaillant ensemble sur le spectacle, le développement d'un programme unique, et d'un vaste test pilote. Le spectacle est devenu une co-production, il contenait les décors d'origine, les personnages, et les objectifs du programme. Les différentes co-productions ont été produites, selon les besoins de chaque pays et de ses ressources. Ils comprenaient à la fois des versions doublées de l'émission américaine et des versions créés, développés et produites dans chaque pays, en reflétant ainsi leurs besoins, priorités en matière d'éducation et culture. Par exemple, la première VIH-positifs Muppet, Kami, en Afrique du Sud, co-production Takalani Sesame a été créée en 2003 pour répondre à l'épidémie de SIDA en Afrique du Sud, elle a suscité la controverse aux États-Unis. En 2006, il y avait 20 co-productions dans tous les pays du monde. En 2001, il y avait plus de 120 millions de téléspectateurs de toutes les versions internationales de Sesame Street, et lors du 40e anniversaire aux USA en 2009, ils ont été vus dans plus de 140 pays.

L'histoireModifier

 
Sesame Street co-créatrice Joan Ganz Cooney (en 1985), qui a été surprise quand d'autres pays se sont approchés de la children's Television Workshop pour demander leurs propres co-productions du spectacle.

Quelques mois après le début de la Rue Sésame en 1969 sur PBS aux États-Unis, les producteurs du Brésil, du Mexique, du Canada et de l'Allemagne demandent que l'organisation responsable de la production du spectacle, le children's Television Workshop (CTW) crée et produise des versions de Sesame Street dans ces pays[1]. Avant même que l'émission américaine débute, la CTW établit une division internationale, pour superviser ses licences dans d'autres pays. Selon Grégoire J. Gettas, la division a immédiatement mis au point quatre politiques principales de délivrance de permis : (1) tout comme la version américaine, toutes les versions étrangères devait être diffusé sans publicité ; (2) tout changement devrait répondre à des normes de production exigeantes, qui protégerait les intérêts patrimoniaux de CTW ; (3) toutes les versions devait refléter les valeurs et les traditions culturelles ; et (4) toutes les modifications devront être approuvées, initiées et supervisées par un comité local de travail avec la CTW[2].

De nombreuses années plus tard, le co-créateur de Joan Ganz Cooney a rappelé, « Pour être franche, j'ai été vraiment surprise, parce que nous avons pensé que nous étions en train de créer la quintessence de l'émission américaine. Nous avons pensé que les Muppets étaient typiquement Américains, et il s'avère qu'ils sont les personnages le plus internationaux jamais créés »[3]. Mike Dann, un ancien CBS exécutif que Cooney avait engagé comme CTW Vice-président et son adjoint, se sont vus attribués le domaine des offres d'autres pays à produire leurs propres versions de la Rue Sésame. Dann Lors d'un rendez-vous à la télévision avec le critique Marvin Kitman, il déclarait « Après avoir vendu [Sesame Street] en Russie et Tchécoslovaquie, il pourrait essayer le Mississippi, où il est jugé trop controversé pour la télévision éducative »[4],[note 1].

Pour l'été 1970, Dann avait fait les premiers accords internationaux pour que la CTW, plus tard appelée « co-productions ». 38 Société radio-canada , les stations de télévision de diffusion de la Rue Sésame du Canada, des provinces anglophones. Les Forces Armées de la Radio et de la Télévision de Réseau diffuse le premier des 130 épisodes de la production aux États-Unis, un spectacle pour les enfants du personnel militaire servant dans 16 pays, y compris l'Islande, la Grèce, l'Éthiopie et la Corée du Sud. Au cours de son mandat à CTW, Dann a également conclu des accords avec plusieurs pays des Caraïbes, le Mexique, l'Australie, le Japon, les Philippines, la France, Israël et l'Allemagne[4]. Il a dit plus tard à l'auteur Michael Davis « j'ai été agressif et je connaissais des gens partout dans le monde »[4]. Au cours de la même période, il y avait des discussions sur la radiodiffusion, la version US, en Angleterre ou de produire une version britannique de l'émission Sesame Street , mais les diffuseurs britanniques ont trouvé le show trop controversé et ont rejeté l'idée. La version américaine a été diffusé dans tout le Royaume-Uni de façon limitée à partir de 1971, mais elle s'est eteint en 2001[6].

Dès 2006, il y avait 20 « co-productions » en activité[3]. La Vice-présidente de CTW, Charlotte Cole, a estimé en 2001 qu'il y avait plus de 120 millions de téléspectateurs de toutes les versions internationales de la Rue Sésame[7] et pendant le 40e spectacle d'anniversaire en 2009, ils ont été vus dans plus de 140 pays[8]. En 2005, Doreen Carvajal de La New York Times a rapporté que les revenus provenant de la co-productions représentaient 96 millions de dollars[9]. Cole a déclaré « Children's Television Workshop (CTW) peut être considéré comme le plus important éducateur informel de jeunes enfants dans le monde »[10]. Les études menées sur les effets de plusieurs co-productions (au Mexique en 1974, en Turquie en 1990, au Portugal en 1993, et en Russie en 1998), indiquent que les téléspectateurs de ces émissions montrent un gain de compétences scolaires de base, en particulier dans l'alphabétisme et l'apprentissage des nombres, en les regardant[11].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En mai 1970, la commission sur la télévision éducative de l'état du Mississippi a voté pour interdire la série[5].

RéférencesModifier

  1. Cole et al. p. 148.
  2. Gettas, p. 57.
  3. a et b  The World According to Sesame Street [documentary]., Knowlton, Linda Goldstein and Linda Hawkins Costigan (producers) () Participant Productions.
  4. a b et c Davis, pp. 209—210.
  5. (en) Lisa Guernsey, « How Sesame Street Changed the World », sur le site de Newsweek, (consulté le 2 juillet 2016).
  6. (en) Tim Geoghegan et Megan Lane, « Why did Britain fall out of love with Sesame St? », BBC News Magazine,‎ (lire en ligne)
  7. Cole et al., p. 147.
  8. Gikow, p. 263.
  9. (en) Doreen Carvajal, « Sesame Street Goes Global: Let's All Count the Revenue », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. Cole et al., pp. 169—172.
  11. Cole, pp. 169—172.