Ouvrir le menu principal

Coimbra

municipalité et ville du Portugal
(Redirigé depuis Coïmbre)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coimbra (homonymie).

Coimbra
Coïmbre
Blason de Coimbra
Héraldique
Drapeau de Coimbra
Drapeau
Coimbra
La vieille ville et le fleuve Mondego.
Administration
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Région Centre
Sous-région Bas Mondego
Ancienne province Beira Litoral
District Coimbra
Maire Manuel Machado (PS)
Code postal 3000
Démographie
Gentilé coïmbrien/ne
Population 143 396 hab. (2011[1])
Densité 453 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 12′ 00″ nord, 8° 25′ 00″ ouest
Superficie 31 683 ha = 316,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Portugal

Voir la carte administrative du Portugal
City locator 14.svg
Coimbra

Géolocalisation sur la carte : Portugal

Voir la carte topographique du Portugal
City locator 14.svg
Coimbra
Liens
Site web http://www.cm-coimbra.pt

Coimbra ([kuˈĩbɾɐ] ou [ˈkwĩbɾɐ] en portugais) ou Coïmbre[2] est la ville universitaire la plus ancienne du Portugal et se situe dans le centre du pays.

C’est à Coimbra que fut construite la première université portugaise, l'université de Coïmbre. Elle compte parmi les plus anciennes d'Europe avec la Sorbonne, Bologne, Oxford ou Salamanque. Le groupe Coimbra, fondé en 1985, rassemble des universités européennes.

La ville reste peuplée de très nombreux étudiants venus de tout le Portugal. Ils entretiennent des rituels et des traditions étudiantes, comme celle appelée la « praxe ». Le costume traditionnel des étudiants est un complet noir pour les garçons, un tailleur noir pour les filles, tout cela avec une cravate et une cape noires.

L'aire urbaine de Coimbra compte environ 220 000 habitants, soit plus de la moitié de la population du district.

La vieille ville est située sur la colline de l'Alcaçova ; on y accède par un enchevêtrement de ruelles étroites et pittoresques, parfois entrecoupées d'escaliers au nom significatif (« escadas de Quebra-Costas » : « escaliers brise-dos »).

À 200 km de Lisbonne et à 100 km de Porto, Coïmbre est arrosée par le rio Mondego.

Sommaire

GéographieModifier

Coimbra est traversée par le Mondego.

SubdivisionsModifier

 
Subdivision des secteurs (Almalaguês en rouge : chef-lieu).

La municipalité de Coimbra groupe 31 paroisses (freguesia, en portugais), dont onze constitutives de la cité de Coimbra :

TransportsModifier

Chemin de fer

Coimbra-A (centre), Coimbra-B (périphérie) et projet Métro Mondego (Coimbra-Serpins) 2013.

Transports urbains

La ville de Coimbra est desservie par un réseau de trolleybus, le seul du Portugal.

Routes

HistoireModifier

OriginesModifier

Cité monumentale aux rues étroites, places, escaliers et arcs médiévaux, Coïmbre fut le lieu de naissance des six premiers rois de Portugal et, en concurrence avec Guimarães, la capitale du Portugal avant la prise de Lisbonne. On peut toujours admirer les tombeaux des deux premiers rois de Portugal dans le chœur de l'Église Sainte-Croix. À voir également, la vieille cathédrale romane (Sé Velha).

Les Romains baptisèrent la ville « Æminium ». Plus tard, en même temps que l'augmentation de la population, elle (re)prend le nom Conimbriga. En 711, les Maures atteignent la Péninsule Ibérique. Coïmbre devient un important entrepôt commercial entre le Nord chrétien et le Sud arabe, avec une forte communauté mozarabe. En 1064, la cité est définitivement reprise par Ferdinand le Grand de León.

Moyen ÂgeModifier

Coimbra renaît et devient la cité la plus importante au Sud du fleuve Douro, et la capitale d'un vaste comté gouverné par le Mozarabe Sesnando Davides (en). Le roi Alphonse (Alphonse Henriques) Ier de Portugal en fit la première capitale du pays, ce qu'elle restera jusqu'en 1255 quand Lisbonne la remplacera dans ce rôle.

Au XIIe siècle, Coïmbre présentait déjà une structure urbaine, divisée entre la cité haute désignée par Alta ou Almedina où vivaient les aristocrates, le clergé et, plus tard, les étudiants. Dans la cité basse (Baixa) nous trouvons le commerce, les artisans et les quartiers pauvres.

Époque moderne

le milieu du XVIe siècle, l'histoire de la ville s'assimile à l’histoire de son université, où officiait le mathématicien Pedro Nunes.

La ville devient un foyer intellectuel et religieux de tout premier plan. C'est ainsi qu'elle accueille tout de suite après Rome et Lisbonne, un collège de la compagnie de Jésus. La cathédrale "Se nova" en est un témoignage vivant et splendide d'art baroque entourée par le collège jésuite. C'est de cette institution réputée et respectée que partit nombre de religieux pour évangéliser les "nouveaux" territoires récemment découverts ou approchés par les Européens et particulièrement les Portugais. On pense naturellement à l'Amérique latine, mais plus encore à l'Asie, dont l'une des premières rives était les Indes.

Ce n'est qu'à partir du XIXe siècle que l’occupation dépasse les fortifications qui disparaissent avec les réformes du Marquis de Pombal.

Époque contemporaineModifier

Durant la première moitié du XIXe siècle, l’occupation par les troupes françaises avec Masséna et Junot et l’extinction des ordres religieux marquèrent une période difficile pour la ville. Cependant, la seconde moitié du siècle vit une récupération en 1856, quand arrivèrent le télégraphe et l’éclairage au gaz. En 1864, c’est l’inauguration du chemin de fer, et onze ans plus tard est installé un pont ferroviaire sur les eaux de la rivière Mondego.

Une tradition locale du fado, qualifié d'universitaire, y est très vivace.

Politique et administrationModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique
1801 1849 1900 1930 1960 1981 1991 2001 2011
46 34332 51754 10576 494106 404138 930139 052146 317143 396

ÉconomieModifier

  • PIB : 4,3 milliards $
  • PIB par habitant : 30 000 $

Avec un PIB par habitant équivalent à 140 % de la moyenne portugaise, Coimbra est la troisième ville du pays au niveau économique après les pôles de Lisbonne et de Porto. Coimbra représente les 2/3 du PIB du Baixo Mondego, 11 % du PIB de la région Centro et environ 2 % du PIB portugais.

Coimbra possède un aéroport (code AITA : CBP) Coimbra/Antanhol (Bissaya Barreto aérodrome) avec beaucoup d'hélicoptères.

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Ancienne université de Coïmbre.
 
Place du Commerce.
 
Vue de Coimbra.
 
Le Nouveau Coimbra.
  • Ancien siège de l'université de Coïmbre.
  • Bibliothèque Joanina. En bois doré du Brésil, la fameuse bibliothèque de l'université aligne encore trente mille ouvrages précieux (il y en avait un million autrefois).
  • Hotte de San Miguel.
  • Tour de l'Université (A Cabra ou « La chèvre » en français).
  • Arcs et Porte d'Almedina.
  • Arcs du Jardin.
  • Porte Ferrée.
  • Couvent de Sainte María de Celas.
  • Église de la Sainte-Croix (Santa Cruz), premier panthéon des rois du Portugal, de style manuélin.
  • Sé Velha (ancienne cathédrale).
  • Porte d'Almedina (un des derniers vestiges de l'enceinte médiévale).

Centres commerciauxModifier

MusiqueModifier

Coimbra est connu pour son fado, mais la ville de Coimbra possède une importante scène pop et rock, des groupes/artistes comme :

ÉvêchéModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (pt)INE, « Résultats définitifs du recensement 2011 », (consulté le 5 janvier 2013).
  2. Anciennement utilisé en français selon Le Robert encyclopédique des noms propres 2009.

2. Gérard Geist, Moi, Jeronimo Lobo ou le voyage extraordinaire d'un jésuite en Abyssinie au XVIIe siècle, L'Harmattan, 2019.