Ouvrir le menu principal
Clinatec
upright=Article à illustrer Organisation
Clinatec.JPG
Histoire
Fondation
2007[1]
Cadre
Type
Siège social
Pays
Coordonnées
Organisation
Président
Direction
Stéphan Chabardes (directeur médical)
Affiliation
Site web
Localisation sur la carte de Grenoble
voir sur la carte de Grenoble
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Clinatec est un centre de recherche biomédicale situé sur le polygone scientifique de Grenoble et regroupant sur 6 000 m2 médecins, biologistes et spécialistes en micro-nanotechnologies. Avec une centaine de chercheurs et d'employés, il est présenté à son ouverture fin 2011 comme le premier centre de ce type dans le monde[2],[3].

Disposant de six chambres d'hôpital et d’équipements de pointe en imagerie médicale ainsi que d'un bloc opératoire, Clinatec a été développé par la direction de la recherche du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, le CHU de Grenoble-Alpes, l'Inserm et l'université Grenoble-Alpes et travaille prioritairement sur les cancers[4], les maladies neurodégénératives[5] et les handicaps[6].

L'un de ses faits le plus marquant intervient en 2017 lorsque Clinatec obtient l'autorisation d'opérer cinq tétraplégiques afin qu'ils puissent actionner un exosquelette à l'aide de leur seule activité cérébrale. La première opération d'implantation cérébrale s'est déroulée le et après deux ans d'apprentissage et d'entrainement, le premier patient est présenté devant la presse le [7],[8].

HistoriqueModifier

En 2006, le professeur Alim Louis Benabid et Jean Therme se rencontrent. Le premier est neurochirurgien. Il a inventé avec le professeur Pierre Pollak un nouveau traitement contre la maladie de Parkinson : la stimulation cérébrale profonde. Ses travaux ont été récompensés en 2014 du Prix Lasker[9] et en 2016 du Prix de l'Inventeur Européen[10]. Le second, à la tête du CEA Grenoble[11], a œuvré pour pousser l'expertise grenobloise en matière de nanotechnologies avec la création quelques années plus tôt de Minatec, liant plus étroitement recherche et monde industriel[12].

Convaincus que le rapprochement de la recherche médicale et de la technologie peut bouleverser les vies de millions de patients, ils s'entendent pour regrouper sur un même site médecins, chercheurs, biologistes, ingénieurs, roboticiens, mathématiciens, cogniticiens. Entre 2010 et 2011, le bâtiment de 6 000 m2 est construit dans le cadre du projet GIANT[13] du polygone scientifique et l'inauguration se déroule le 31 janvier 2012. L'unité de recherche clinique bénéficie d'une autorisation de lieu de recherche de l'agence régionale de santé par arrêté du 16 avril 2012. Elle peut donc accueillir différents essais de recherche clinique, tous autorisés spécifiquement par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

En 2013, le premier patient est accueilli au sein du centre[14], en rapport avec l'essai clinique "Protool" coordonné par le professeur Berger. Pour la première fois des zones inaccessibles du cerveau humain peuvent être explorées de façon non lésionnelle. Les perspectives majeures de cette technologie issue d'un mariage très fructueux entre les technologies du LETI et la vision clinique des chercheurs du CHU Grenoble-Alpes, de l'Inserm et de l'université Grenoble-Alpes permettent la création de la startup MedPrint, lauréat du grand prix I-lab 2015[15].

En 2014, Clinatec lance une campagne de collecte de fonds pour un montant de 30 millions d'euros[16],[17] visant à réaliser plusieurs projets, notamment le projet Brain Computer Interface (BCI) ayant pour objectif de faire la preuve qu'un sujet tétraplégique peut piloter plusieurs degrés de liberté d'effecteurs neuroprosthétiques, tels qu'un exosquelette anthropomorphique, à partir du décodage de signaux corticaux (ElectroCorticoGrammes) mesurés à l'aide de l'implant Wimagine, et ce, après entrainement pour bénéficier de sa plasticité cérébrale[18],[19]. L'utilisation et le test d'implants cérébraux impose une expérimentation animale d'où la présence d'une animalerie sur le site[20]. Un second projet est lancé et dénommé Near InfraRed (NIR)[21] ayant pour objectif de démontrer l'efficacité de la lumière proche de l'infrarouge dans la neuroprotection face à la maladie de Parkinson.

En 2016, alors que le premier patient du Brain Computer Interface est implanté et qu'un second est en cours de recherche[22], Clinatec devient par ailleurs membre du projet Green (GREnoble Excellence in Neurodegeneration), l’un des sept centres français d’excellence dans le domaine des maladies neurodégénératives, visant l’étude de quatre maladies principales, Alzheimer, Huntington, Parkinson et la sclérose en plaques[23].

Le 21 juin 2017, la première opération consistant à implanter deux implants cérébraux équipés de 64 électrodes chacun sur un tétraplégique est effectuée à Clinatec[24]. L'électrode fixée sur le cortex gauche devant actionner les membres du côté droit et inversement. Les électrodes placées sur une zone très précise déterminée au préalable sont en contact avec la dure-mère à la place du morceau d'os qui est enlevé et captent les impulsions électriques correspondant à la volonté d'un mouvement du patient. Les signaux recueillis sont envoyés par un émetteur sans fil à l'ordinateur placé dans le dos d'un exosquelette qui les transforme en ordre moteur[25]. Ce dernier à base de titane comporte quatorze moteurs actionnant les quatre membres. Lors de la première opération, le système n'a pas fonctionné pour une raison déterminée par la suite, mais le second patient opéré est une réussite complète du système. Le professeur Alim Louis Benabid, instigateur du projet, rapporte en mai 2018 aux journalistes « Le patient vient à Clinatec cinq fois par mois pour apprendre à marcher avec l’exosquelette. Ça se passe bien. La première fois où il s’est levé de son fauteuil roulant et où il a marché, il a eu le sentiment de se sentir aussi léger que Neil Armstrong marchant sur la Lune en 1969 »[26]. Cependant, un système suiveur au-dessus des patients évitant leur chute reste encore nécessaire car la recherche de l'équilibre sera la prochaine grande étape.

Les membres fondateursModifier

Clinatec est né d'un partenariat fort entre le CEA, le CHU Grenoble-Alpes, l'INSERM et l'université Grenoble-Alpes.

La fondation Edmond J. Safra a réalisé un don majeur à Clinatec dès sa création, lui permettant de disposer d'équipements de pointe[27]. Le bâtiment porte le nom d'Edmond J. Safra en hommage à ce soutien.

Missions et ambitions de ClinatecModifier

 
Bâtiment de Clinatec sur la rue Félix-Esclangon.

Plusieurs missions animent le concept Clinatec comme concevoir et proposer un nouveau modèle de recherche biomédicale dans un lieu unique, prévenir et guérir en apportant des solutions innovantes au patient, accélérer le transfert des technologies au "lit du patient", attirer les talents du monde entier dans "l'Hôtel à projets"[28] et communiquer toute information au public.

Mais afin de donner des perspectives d'avenir à des millions de patients, l'ambition de Clinatec est axée autour de trois champs pathologiques : cancers : améliorer l'efficacité des traitements des tumeurs[4], maladie de Parkinson : stopper les neurodégénérescences et améliorer les performances motrices[5], le handicap : redonner de l'indépendance et de l'autonomie aux personnes tétraplégiques[6]. Clinatec a également pour ambition de répondre aux impasses thérapeutiques : les pathologies responsables d'un handicap[29], d'une altération majeure de la qualité de vie ou de mortalités. Face à des approches conventionnelles qui n'aboutissent pas à des soins efficaces, face à l'urgence des patients, Clinatec développe une nouvelle recherche biomédicale dans le respect des principes éthiques fondamentaux, avec une recherche dirigée par des médecins et en plaçant le patient au cœur du projet.

Spécificités techniquesModifier

Le coût total du projet est de 30 millions d'euros dont 6 millions pour le bloc opératoire bardé de robots, équipé d'un spectromètre de masse pour automatiser les analyses microbiologiques (pour le diagnostic précoce) et piloté depuis une salle de commande adjacente[30]. L'ensemble est équipé d’une puissante Imagerie par résonance magnétique de 1,5 Tesla qui peut être déplacée sur le champ opératoire afin de réaliser des images du cerveau durant une intervention chirurgicale ou une injection de médicament. Le secteur pré-clinique, est une animalerie où seront directement testés les prototypes biomédicaux sortis de l’atelier Commissariat à l’Energie Atomique-Léti-Minatec. Il comporte des salles d’opération et des salles d’expériences comportementales et exploratoires (imagerie, électrophysique, etc.). Au cas où les tests se révèlent concluants, les dispositifs biomédicaux passent dans le secteur Sujet-Patient. Comprenant 6 lits et un bloc opératoire, ce dernier secteur est une unité fonctionnelle du CHU de Grenoble.

  • Une équipe pluridisciplinaire de plus de 100 médecins, chercheurs, biologistes, ingénieurs, roboticiens, mathématiciens, cogniticiens tous au service des patients,
  • Une plateforme technique dotée des meilleurs équipements[31],
  • Un secteur clinique intégré, unique au monde[32],
  • Une collaboration étroite avec le monde industriel, visant à accélérer la mise à disposition des innovations de santé au plus grand nombre,
  • Un "Hôtel à projets"[28] ouvert aux équipes de recherche du monde entier, pour leur permettre de disposer des équipements et des compétences de Clinatec.

Fonds de dotation ClinatecModifier

Un fonds de dotation Clinatec a été créé en 2014 avec plusieurs objectifs comme accompagner les projets de Clinatec en finançant de manière complémentaire les différents besoins, ouvrir Clinatec à toutes les personnes désireuses de mieux comprendre les recherches et enfin donner de la visibilité aux différentes réalisations scientifiques des équipes[33],[34]. Une grande campagne de mécénat a été engagée, destinée à récolter 30 millions d'euros d'ici 2018[16],[17]. Pour cet objectif ambitieux, le fonds de dotation Clinatec bénéficie du soutien remarquable d'un comité de campagne sous la présidence d'Alain Mérieux et d'un rayonnement international[35],[36]. La fondation de l'acteur Michael J. Fox soutient également l'action de Clinatec[37].

MédiatisationModifier

En juillet 2012, Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique à la suite d'un accident et inspirateur du film Intouchables, vient visiter le centre Clinatec suivi par la presse locale et donne à cette occasion son sentiment de confiance et d'admiration dans ce programme de recherche lors d'un reportage sur France 3 Alpes[38]. En novembre 2016, le lauréat de la catégorie santé et recherche des ABNL (à but non lucratif) Non Profit Awards 2016 est remis au projet Brain Computer Interface porté par Clinatec[39]. En 2013, 2014 et 2016, la startup Medimprint valide à Clinatec au cours d’essais précliniques son dispositif de biopsie dont le stylet chirurgical possède à son extrémité une puce de silicium microstructuré. Ce stylet à empreinte tissulaire n'enlevant que 50 micromètres de tissu biologique au lieu des 500 à 1 000 pour les biopsies traditionnelles[40].

Prix RécentsModifier

Prix LaskerModifier

Le professeur Alim Louis Benabid, fondateur et président du directoire de Clinatec, membre de l'Académie des sciences, est l'un des co-lauréats du prestigieux prix Albert-Lasker[9],[41] pour la recherche clinique décerné par la fondation Albert and Mary Lasker à New York[42],[43]. Les Professeurs Alim-Louis Benabid et Mahlon R. Delong de l'Université d'Emory sont récompensés pour leurs contributions respectives au développement de la stimulation cérébrale profonde[44]. Cette technique consiste à stimuler le noyau sous-thalamique dans le but de réduire les tremblements et de restaurer les fonctions motrices chez les patients atteints de la maladie de Parkinson et souffrant de complications dues à la Levodopa, un médicament couramment utilisé pour le traitement de cette maladie.

Breakthrough Prize in Life SciencesModifier

Fondé en 2013 par Mark Zuckerberg et Priscilla Chan de la société FacebookSergey Brin fondateur de Google, Iouri Milner et Anne Wojcicki fondateurs de 23andMe, le Breakthrough Prize in Life Sciences récompense des chercheurs dont les travaux ont permis d’accroître l'espérance de vie humaine[45].

Le professeur Alim Louis Benabid a reçu ce prix en 2015 pour le développement de la technique de stimulation cérébrale profonde qui a révolutionné le traitement de la maladie de Parkinson.

Prix de l'Inventeur Européen 2016Modifier

Le 9 juin 2016, le Professeur Alim Louis Benabid a été récompensé du Prix de l'Inventeur Européen 2016[10] pour ses travaux sur la stimulation cérébrale profonde. Aujourd'hui utilisée dans le monde entier, elle a changé radicalement la vie de plus de 150 000 patients atteints de la maladie de Parkinson en améliorant significativement leur qualité de vie.

AccèsModifier

Clinatec, situé 29 rue Félix-Esclangon à Grenoble, est desservi par la ligne B du tramway et par la ligne de bus C5.

Notes et référencesModifier

  1. « Parkinson, épilepsie... Des électrodes implantables qui traitent directement le cerveau », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 31 mai 2018)
  2. Site du Leti (Laboratoire d'électronique et de technologie de l'information)
  3. Isère magazine décembre 2012
  4. a et b « Demain, faire reculer le cancer » (consulté le 4 août 2016)
  5. a et b « Demain, traiter la maladie de Parkinson » (consulté le 4 août 2016)
  6. a et b « Demain, faire remarcher les tétraplégiques » (consulté le 4 août 2016)
  7. « Un paraplégique parvient à contrôler un exosquelette par sa seule pensée », sur www.lci.fr, (consulté le 5 octobre 2019)
  8. « Equipé d'un exosquelette, un patient tétraplégique a pu remarcher ! », sur www.europe1.fr, (consulté le 5 octobre 2019)
  9. a et b Lasker Foundation, « Deep brain stimulation for Parkinson’s disease | The Lasker Foundation », sur The Lasker Foundation (consulté le 4 août 2016)
  10. a et b « Le Français Alim-Louis Benabid remporte le Prix de l’inventeur européen pour son traitement limitant les symptômes de la maladie de Parkinson », sur epo.org,
  11. assemblee-nationale.fr [PDF]
  12. Benoît Georges, « Faire marcher un paralysé, le défi du CEA », Les Echos,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  13. giant-grenoble.org, Plates-formes de biotechnologies pour la santé.
  14. Stéphane Marchand, « À Clinatec, la technomédecine à l’assaut d’Alzheimer », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  15. « Une start-up de Clinatec remporte le grand prix I-lab »
  16. a et b acteursdeleconomie.latribune.fr du 3 juin 2016, Clinatec : 30 millions d'euros pour un centre de recherche du futur.
  17. a et b Anne Jeanblanc, « Clinatec : "Les malades n'ont pas le temps d'être patients" », (consulté le 4 août 2016)
  18. « Le projet BCI » (consulté le 4 août 2016)
  19. placegrenet.fr du 30 novembre 2016, Neuroprothèses: Clinatec toujours dans la course malgré une première mondiale concurrente ?
  20. placegrenet.fr du 27 janvier 2017, Expérimentation animale : Clinatec face aux défenseurs des animaux.
  21. « Le projet NIR » (consulté le 4 août 2016)
  22. sciencesetavenir.fr du 12 septembre 2016, "Chez Clinatec, nous ne faisons pas de transhumanisme mais de l'homme réparé".
  23. green.univ-grenoble-alpes.fr, Institutions soutenant le projet GREEN.
  24. « Le cerveau d'un tétraplégique a été opéré pour qu'il puisse actionner un exosquelette », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 23 juillet 2017)
  25. « Un exosquelette pour rendre leur mobilité aux patients tétraplégiques », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 31 mai 2018)
  26. « À Grenoble, un tétraplégique fait un pas vers l’autonomie grâce à un exosquelette », sur la-croix.com, (consulté le 31 mai 2018)
  27. Fondation Edmond J. Safra
  28. a et b « Les acteurs du projet » (consulté le 4 août 2016)
  29. Industrie & technologie du 22 mai 2015.
  30. Libération du 24 octobre 2013, Clinatec, la thérapie high tech.
  31. « Le pôle conception et fabrication de dispositifs médicaux » (consulté le 4 août 2016)
  32. « Le pôle évaluation clinique » (consulté le 4 août 2016)
  33. « Le Fonds de dotation Clinatec » (consulté le 9 août 2016)
  34. « Fonds de dotation Clinatec » (consulté le 4 août 2016)
  35. massdevice.com du 22 novembre 2016, French biomed incubator Clinatec raises €10m (en)
  36. businesswire.com du 22 novembre 2016, Clinatec, French Biomed Research Center, Raises €10 Million to Treat Neurodegenerative Diseases, Cancer and Motor Disabilities (en)
  37. (en) mlive.com du 17 septembre 2013, Parkinson's symposium honors doctor who developed deep brain stimulation treatment.
  38. france3-regions.francetvinfo.fr du 4 juillet 2012, Le héros d'Intouchables à Clinatec.
  39. carenews.com du 24 novembre 2016, Qui sont les 5 lauréats de l'ABNL NON PROFIT AWARDS 2016 (BFM radio) ?
  40. ledauphine.com du 24 mars 2017, Medimprint poursuit ses essais cliniques.
  41. Prix Lasker 2014
  42. Fondation Albert and Mary Lasker
  43. Les Prix Lasker font partie des prix scientifiques les plus respectés dans le monde. Depuis leur création en 1945, 86 des lauréats ont reçu le Prix Nobel, 47 d'entre eux au cours des 30 dernières années.
  44. Le monde du 8 septembre 2014.
  45. « Breakthrough Prize : le "Nobel" de Google et Facebook est attribué à un neurochirugien français » (consulté le 4 août 2016)

Voir aussiModifier