Climax (film, 2018)

film sorti en 2018
Climax
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Réalisation Gaspar Noé
Scénario Gaspar Noé
Acteurs principaux
Sociétés de production Arte Cinema
Rectangle Productions
Wild Bunch
Les Cinémas de la zone
Artemis Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 95 minutes
Sortie 2018


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Climax est un film français écrit et réalisé par Gaspar Noé, sorti en 2018 sur une expérience de danse extrême.

SynopsisModifier

En 1996, à l'appel d'une chorégraphe de renom, un groupe de danseurs urbains se retrouvent dans un local de répétition isolé en bordure d'une forêt, par un temps enneigé. Dans un monde sans téléphone portable ni Internet, ils répètent une dernière fois avant de s'envoler pour les États-Unis. À l'issue de la répétition, les danseurs se lancent dans une fête pour décompresser. Mais très vite, il apparaît que quelqu'un a versé une substance illicite dans la sangria qu'ils buvaient. Quand certains s'entraînent dans une transe dansante sans fin, d'autres plongent dans la démence et l'horreur.

Le film mélange plusieurs types des danses, notamment le voguing, le krump et le waacking[1].

D'après Gaspar Noé, le scénario serait inspiré d'un fait divers survenu en 1996[2].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

  • Sofia Boutella : Selva
  • Romain Guillermic : David
  • Souheila Yacoub : Lou
  • Kiddy Smile : Daddy
  • Claude-Emmanuelle Gajan-Maull : Emmanuelle
  • Giselle Palmer : Gazelle
  • Taylor Kastle : Taylor
  • Thea Carla Schøtt : Psyché
  • Sharleen Temple : Ivana
  • Lea Vlamos : Lea
  • Alaia Alsafir : Alaia
  • Kendall Mugler : Rocket
  • Lakdhar Dridi : Riley
  • Adrien Sissoko : Omar
  • Mamadou Bathily : Bats
  • Alou Sidibé : Alou
  • Ashley Biscette : Ashley
  • Mounia Nassangar : Mounia
  • Tiphanie Au : Sila
  • Sarah Belala : Sara
  • Alexandre Moreau : Cyborg
  • Naab : Naab
  • Strauss Serpent : Strauss
  • Vince Galliot Cumant : Tito

ProductionModifier

Le film est tourné dans le plus grand secret en quinze jours. Il est annoncé sous le nom Psyché par le site web non officiel Le temps détruit tout[3] le . Attendu en sélection officielle ou en séance de minuit pour le Festival de Cannes, ce sera l'annonce surprise de la Quinzaine des réalisateurs.

En avril, le logo du film est dévoilé. Il montre le titre du film entouré d'un cadre, le tout colorié des couleurs du drapeau français (en référence au drapeau affiché au mur de la salle de danse, dans le film).

MusiqueModifier

La bande originale du film possède un très grand nombre de références musicales allant de Giorgio Moroder à Daft Punk, en passant par Aphex Twin (la musique du trailer étant Supernature de Cerrone, la musique utilisée lors de la scène de chorégraphie, au début du film).

De nombreux extraits musicaux sont inclus dans le film :

CritiqueModifier

Accueil critiqueModifier

Climax
Score cumulé
SiteNote
Metacritic83/100
Rotten Tomatoes90%
Allociné 
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Télérama 

Lors de la sortie du film en France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,6/5[4].

Pour Guillemette Odicino de Télérama, « Fasciné par les pulsions juvéniles de vie et de mort, le cinéaste signe un ovni romantico-gore stupéfiant. [...] ce huis clos aussi ébouriffant que traumatisant pourrait bien être le meilleur film de Gaspar Noé. »[5].

Pour Thomas Sotinel du Monde, « En portant un regard, sinon lucide, du moins non intoxiqué, sur Climax, on retrouvera la virtuosité naturelle de Noé, qui sait faire glisser la caméra d'espace en espace, comme si elle était un organisme vivant, qui sait tout exiger de ses comédiens (y compris n'importe quoi), et la vacuité dans laquelle ce talent se meut. »[6].

Pour Marcos Uzal de Libération, « Dans ce préambule, tout est d'emblée dit de ce que le film offrira d’abord de réussi — une attention assez nouvelle de Noé envers ses acteurs —, puis de ce qui rapidement le gâchera : le poids pachydermique des références et des intentions. [...] La prétendue radicalité de Noé consistant finalement à enlever toute émotion et enjeu à son film pour le réduire à un dispositif scénique répétitif doublé d'une gageure technique vite lassante. »[1].

Pour Nicolas Schaller de L'Obs, « Formaliste virtuose mais provocateur de plus en plus stérile, le réalisateur d'Irréversible tourne en rond, comme sa caméra. Son cinéma a été tripant, dérangeant ; dans ce huis clos horrifiant aux airs de mauvaise performance artistique, il n'est plus qu'agitation vaine et puérile. »[7].

Il obtient la note de 6,8/10 sur le site SensCritique, d'après plus 12 000 avis[8].

Box-officeModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

SélectionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Marcos Uzal, « Climax, excès de modèles et débauche de transe épaisse », sur Libération, (consulté le ).
  2. « Climax – Le bal de la tourmente », sur Karoo, (consulté le )
  3. (en) « PSYCHÉ is the 5th Gaspar Noé's feature film », sur letempsdetruittout.net, (consulté le )
  4. « Climax », sur Allociné (consulté le ).
  5. Guillemette Odicino, « Climax », sur Télérama (consulté le ).
  6. Thomas Sotinel, « Climax : danses névrotiques sous influence », sur Le Monde, (consulté le ).
  7. Nicolas Schaller, « Les Frères Sisters, Leave no Trace... Les films à voir (ou pas) cette semaine », sur L'Obs, (consulté le ).
  8. SensCritique
  9. JP-Boxoffice.com ; page du film Climax, consulté le 2 décembre 2018.
  10. « Climax », sur Box Office Mojo (consulté le )
  11. « Le NIFFF honore à nouveau Gaspar Noé », sur Le Temps, (consulté le )
  12. (es) « Climax, la película de terror francesa, gana el Festival de Cine de Sitges », sur La Vanguardia, (consulté le )
  13. « Cannes 2018 : La Quinzaine des réalisateurs sélectionne Gaspar Noé, Mamoru Hosoda, Nicolas Cage… », sur Première, (consulté le )
  14. « Art Cinema Award pour Climax, de Gaspar Noé, lors du Quinzaine 2018 », sur cicae.org (consulté le )

Liens externesModifier