Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cleitos.
Cleitos
Biographie
Décès
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire

Cleitos ou Cleitus, dit « le Blanc » (? - , Chersonèse de Thrace) était un amiral macédonien de l'époque d'Alexandre le Grand et des Diadoques. Son surnom sert à le distinguer de Cleitos, parfois surnommé « le Noir. »

BiographieModifier

Athénée de Naucratis et Claude Élien se souviennent de lui pour son luxe, et c'est probablement le même personnage que celui mentionné par Justin comme faisant partie des anciens combattants renvoyés en Macédoine par Alexandre, en .

Après la mort d'Alexandre, en -323, on le retrouve lors de la guerre lamiaque commandant la flotte macédonienne d'Antipater, stratège d'Europe. Alors que la flotte athénienne est d'abord victorieuse avec ses 110 navires, il s'illustre, avec une flotte de 240 navires phéniciens et chypriotes, en vainquant une première fois la flotte athénienne, mais l'endroit n'est pas clair (Eubée, Hellespont ?), puis une deuxième fois, sûrement à Amorgos. Cela donne aux Macédoniens la maîtrise de la mer permettant, ainsi à Léonnatos puis à Cratère de passer en Europe.

Il est en -322 au service de Perdiccas, cette fois contre Antipater et la coalition anti-chilliarque. Il a le commandement de la flotte du régent en Égée, à charge pour lui de bloquer le passage des troupes ennemies en Asie. Le reste de la flotte est alors au Moyen-Orient sous les ordres d'Attale qui doit accompagner Perdiccas dans son expédition en Égypte. Cependant, en voyant que son adversaire était le grand Cratère, il décide de le laisser passer et de se rallier à lui, continuant la guerre dans l'autre camp.

En -321, à Triparadisos, les Diadoques se rencontrent pour confirmer la division de l'empire d'Alexandre, et Cleitos obtient alors le satrapie de Lydie, sûrement pour son aide durant la guerre.

Quand, en -319, alors que Polyperchon vient de remplacer Antipater à la régence, Antigone le Borgne, qui contrôle une grande partie de l'Asie Mineure, se porte contre lui pour conquérir ces territoires, il fait mettre des garnisons dans les plus grandes villes de sa satrapie pour qu'elles puissent tenir un siège et fuit par bateau en Macédoine pour rapporter la situation à Polyperchon, lui disant qu'Antigone est en révolte ouverte, et pour obtenir du secours. Cleitos devient alors amiral de Polyperchon. Il souhaite ainsi conserver la maîtrise des mers pour rester en lien avec son nouvel allié Eumènes de Cardia et pouvoir s'il le faut lui envoyer des renforts. En -318, il est envoyé par Polyperchon en Thrace, à la tête d'une flotte, pour empêcher la jonction, par le Bosphore, des forces d'Antigone et de Lysimaque, le satrape de Thrace allié d'Antigone. La flotte navigue vers Byzance et entre finalement en collision avec celle de Nicanor, l'amiral et ami de Cassandre allié à Antigone. Cleitos remporte la bataille navale, détruisant la moitié de la flotte ennemie, puis il met sa flotte en mouillage.

Mais au petit matin, il est attaqué par surprise par Antigone qui est passé la veille, avec ses troupes, en Europe grâce au prêt de navires par les Byzantins. Les restes de la flotte de Nicanor ayant stationné à Chalcédoine à la suite de la défaite font aussi partie de l'attaque, ils recueillent les navires voulant s'enfuir. Cleitos perd toute sa flotte durant la bataille sauf son navire amiral, dans lequel il parvient à fuir avec en direction de la Macédoine. Polyperchon est alors réduit, sur mer, à l'impuissance. Finalement, à l'été -318, sur le chemin du retour, Cleitos est intercepté et tué à Chersonèse de Thrace, par les soldats de Lysimaque.