Claude Hoarau

personnalité politique française

Claude Hoarau, né le au Tampon, est un homme politique français.

Claude Hoarau
Illustration.
Claude Hoarau en 2010.
Fonctions
Député français

(5 ans et 6 jours)
Élection 1er juin 1997
Circonscription 5e de La Réunion
Législature XIe (Cinquième République)
Groupe politique RCV
Prédécesseur Jean-Paul Virapoullé
Successeur Bertho Audifax

(7 mois et 6 jours)
Élection
Circonscription 2e de La Réunion
Législature Xe (Cinquième République)
Groupe politique RL
Prédécesseur Paul Vergès
Successeur Huguette Bello

(7 mois)
Élection 16 mars 1986
Circonscription La Réunion
Législature VIIIe (Cinquième République)
Groupe politique Apparenté COM
Prédécesseur Élie Hoarau
Biographie
Date de naissance (80 ans)
Lieu de naissance Le Tampon (La Réunion)
Nationalité Français
Profession Enseignant

Membre du Parti communiste réunionnais (PCR), il est maire de Saint-Louis de 1983 à 1995 et de 2008 à 2014, ainsi que député de La Réunion de 1987 à 1988 puis de 1996 à 2002.

Parcours politiqueModifier

Maire de la commune de Saint-Louis de 1983 à 1995, Claude Hoarau est élu au conseil régional de La Réunion dès 1983[1]. Il est conseiller général pour le canton de Saint-André-1 de 1992 à 1998.

Il est élu député dans la cinquième circonscription de La Réunion aux élections législatives de 1997 face à Jean-Paul Virapoullé, candidat sortant. Il siège alors au sein du groupe radical, citoyen et vert (RCV). En 2002, il est battu par le maire de Saint-Benoît élu en 2001, Bertho Audifax.

En 2004, il est battu aux élections cantonales partielles à Saint-Louis par le maire de droite Cyrille Hamilcaro.

La liste qu'il mène, « Vivre mieux à Saint-Louis », l'emporte face à celle du maire sortant Cyrille Hamilcaro au deuxième tour des élections municipales de 2008 à Saint-Louis en réunissant 50,7 % des voix. Le , le tribunal administratif de Saint-Denis annule son élection. Le , le Conseil d'État confirme l'annulation pour fraude[2]. Il est réélu maire de Saint-Louis le avec 51,1 % des suffrages face à Cyrille Hamilcaro.

Le , Claude Hoarau est condamné par tribunal correctionnel de Saint-Pierre à un an d'inéligibilité et quatre mois de prison avec sursis pour complicité de prise illégale d'intérêt et achat de voix dans l'affaire Badamia : ce dernier, candidat aux élections municipales de 2008 pour la liste PS, auraient conclu un pacte avec Claude Hoarau entre les deux tours, afin de permettre à celui-ci de remporter le scrutin. En échange du soutien de Krishna Badamia, Claude Hoarau s'engageait, en cas de victoire, à embaucher des proches du docteur. À cette condamnation s'ajoutent deux autres années d'inéligibilité et un an de prison pour une affaire des écoutes téléphoniques illégales aux dépens de Sabrina Étang Salé, une militante proche de Cyrille Hamilcaro[3].

Les 7 et , il est à l'origine de plusieurs manifestations contre la venue de Marine Le Pen à Saint-Louis. Cette dernière lui reproche le principe qu'elle juge « anti-démocratique ».

Il ne parvient pas à se faire réélire maire lors des élections municipales de 2020, sa liste ne recueillant que 31,5 % face à Juliana M'Doihoma et Cyrille Hamicaro[4].

Notes et référencesModifier

  1. « Catalogue » [PDF], sur Région Réunion, .
  2. « Hamilcaro fait chuter Claude Hoarau », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne).
  3. « 3 ans d’inéligibilité pour Claude Hoarau », sur ActuRéunion (consulté le ).
  4. « Municipales à Saint-Louis : Juliana M'Doihoma bat Cyrille Hamilcaro et Claude Hoarau », sur La Première, .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :