Claude Gardeur-Lebrun

ingénieur français
Claude Gardeur-Lebrun
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Claude Gardeur-Lebrun (1745-1828) est un ingénieur français. Il fut administrateur de l'École Polytechnique de Paris[1].

BiographieModifier

Fils de Louis Gardeur-Lebrun, Claude Gardeur-Lebrun naît le , à Metz, chef-lieu des Trois-Évêchés[2]. Sur les traces de son père, il devient « répétiteur et maître de dessin » le à l'école royale d'artillerie[2]. Le , il est nommé « Professeur de mathématiques », toujours à l'école royale d'artillerie. À partir de 1786, il supervise les projets d'urbanisation de la ville de Metz. Il travaille notamment sur la rotonde de la Cathédrale Saint-Étienne de Metz, édifice qu'il préservera plus tard du vandalisme révolutionnaire[1].

En 1778, il devient membre de la Société royale des sciences et des arts. Nommé « Inspecteur des études » de la nouvelle école polytechnique de Paris, il quitte Metz en 1801[3]. Son frère, Charles-Louis (1744-1801) est lui-même nommé sous-directeur, chargé de la « police des études » dans cet établissement. Claude Gardeur-Lebrun siège au Conseil de l'école polytechnique jusqu'en 1816, année où il est nommé « Administrateur » de l'établissement.

Il est promu Chevalier de la Légion d'honneur le , avec effet rétroactif à compter du [4].

Claude Gardeur-Lebrun décéda en [2].

De son union avec Anne Plaisant, naquirent cinq enfants, dont quatre polytechniciens, entre 1782 et 1795.

BibliographieModifier

  • Eugène Voltz: Louis et Claude Gardeur-Lebrun, Ingénieurs de la Ville de Metz, Mémoires de l'Académie nationale de Metz, 1990
  • Henri Tribout de Morembert : Familles d'ancienne bourgeoisie messine, les Gardeur-Lebrun, dans les Cahiers lorrains, Metz, N°4, .

Notes et référencesModifier

  1. a et b Eugène Voltz: Louis et Claude Gardeur-Lebrun, Ingénieurs de la Ville de Metz, pp.87-115.
  2. a b et c Henri Tribout de Morembert : Familles d'ancienne bourgeoisie messine, les Gardeur-Lebrun, Les Cahiers lorrains, Metz, 1975, p.104-107.
  3. 29 fructidor de l'an IX.
  4. Notice sur Base Leonore (LH/1072/30).

Liens externesModifier