Claude Dityvon

photographe français

Claude Raimond-Dityvon ou Claude Dityvon, né le à La Rochelle et mort le à Paris, est un photographe français[1].

Claude Dityvon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Prix Niépce ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Archives conservées par

BiographieModifier

Les premières photographies de Claude Dityvon sur les bidonvilles de La Courneuve datent de 1967. En 1968, il photographie les évènements de mai 1968. Son travail est récompensé par l'attribution, en 1970, du Prix Niépce[2].

Il est cofondateur, en 1972, avec sept autres photographes (Alain Dagbert, Martine Franck, Hervé Gloaguen, François Hers, Richard Kalvar, Jean Lattès, Guy Le Querrec) de l’ Agence Viva. Celle-ci cesse ses activités en 1982 suite à des divergences internes après avoir réalisé des reportages en profondeur sur la vie quotidienne[3].

Il collabore avec Les Cahiers du Cinéma en 1985. Le projet appelé "Album de tournages" présente la façon d’opérer de 10 réalisateurs sur 10 tournages différents en France. Il part sur les tournages des films de Maurice Pialat, André Téchiné, Jean-Pierre Mocky, Raoul Ruiz, Claude Chabrol, Manuel de Oliveira, Jacques Demy…

En 1993, Jean-Luc Monterosso, directeur de la Maison Européenne de la Photographie à Paris sollicite le photographe pour une rétrospective de son œuvre de 1967 à 1993. Une importante monographie est publiée pour l’occasion.

Il participe en tant que photographe de plateau au film Les Roseaux sauvages d'André Téchiné en 1994.

En 2005, le festival Visa pour l’image de Perpignan organise une exposition de ses portraits du monde paysan, marin et ouvrier des années 1970 : « Un monde oublié, Renaissance ».

Depuis , la bibliothèque universitaire du Campus Saint Serge à Angers accueille la photothèque de Claude Dityvon[4]. Une partie du fonds a été numérisée et mise en ligne[5]. La bibliothèque Saint Serge accueille aussi depuis le [6] la Galerie Dityvon, parrainée par Marin Karmitz : chaque année, l'une des trois expositions programmées permet de découvrir une facette nouvelle de l'œuvre de l'artiste[7].

En , la maison Millon organisait une vente aux enchères de photos provenant de la collection personnelle de Claude Dityvon. 300 clichés de l’artiste réalisés entre 1967 et 2007 rappelant toutes les étapes de son œuvre et son travail[8].

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Claude Dityvon, photographe », sur Le Monde.fr (consulté le 24 avril 2018).
  2. « Il attend les fantômes. », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2018).
  3. « Le regard poétique de Claude Dityvon », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2018).
  4. Saint-Serge : une bibliothèque ouverte sur la ville, angersmag.info, .
  5. « Site officiel de Claude Dityvon ».
  6. Présentation de la galerie.
  7. Michel Puech, « BD-photo : « Les héros du moment » de Claude Dityvon », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2018).
  8. « Mai 68 dans l'objectif de Claude Dityvon [PHOTOS] », Le Jorunal des femmes,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2018).

Liens externesModifier