Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Claude-Auguste Lamy

chimiste, découvreur du Thallium
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamy.
Claude-Auguste Lamy
Claude-Auguste Lamy.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Claude Auguste Lamy, né à Ney le et mort à Paris le , est un physicien et chimiste français, codécouvreur du thallium avec Sir William Crookes.

BiographieModifier

Après des études secondaires à Poligny, Dole et enfin Paris, Auguste Lamy intègre l'École normale et est condisciple de Louis Pasteur. En 1845, il est agrégé de physique et licencié en sciences naturelles. De 1848 à 1850, il commence sa carrière comme professeur de physique en collèges à Lille et Limoges puis aux Écoles académiques de Lille à partir de 1852. Il soutient sa thèse de doctorat à Paris en 1851. Il suit Louis Pasteur à Lille et obtient la chaire de physique de la faculté des sciences de Lille en 1854[1], où il enseigne la thermodynamique, la physique industrielle et les presses hydrauliques, les distillations et explosions.

Il enseigna aussi à l'École des arts industriels et des mines de Lille (École centrale de Lille) pendant 11 ans avant de rejoindre Paris où il obtient en 1865 la chaire de chimie industrielle à l’École centrale des arts et manufactures, comme successeur d'Anselme Payen[2].

Membre de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, il devint président de la Société française de chimie en 1873[3].

Il fut membre du conseil d'administration des établissements Kuhlmann de 1870 à 1878, fondés par son beau-père Frédéric Kuhlmann.

Découverte du thalliumModifier

 
Nouvel élément chimique Thallium isolé et identifié par spectrométrie en 1861-1862 à Lille par Lamy

En 1862[4], à Lille, Claude Auguste Lamy identifie et isole 14 grammes de l'élément thallium grâce au spectroscope prêté par son beau-frère, le chimiste Jules Frédéric Kuhlmann[5]. En 1861, cet élément chimique avait néanmoins été préalablement décrit par William Crookes qui étudiait par spectroscopie la lumière émise par un minerai de sélénium chauffé[6].

RéférencesModifier

  1. Auguste Lamy, Leçon de physique professées à la faculté des sciences de Lille pendant l'année 1855-1856, Lille, , 811 p. (lire en ligne).
  2. Auguste Lamy et le thallium
  3. Laurence Lestel, tinéraires de chimistes: 1857-2007, 150 ans de chimie en France avec les présidents de la SFC, Les Ulis, EDP Sciences Editions, coll. « Société française de chimie », (ISBN 978-2-86883-915-2, LCCN 2008448989, lire en ligne), p. 303
    Biographie de Claude Auguste Lamy
  4. Auguste Lamy, De l'existence d'un nouveau métal, Le thallium, Lille, L. Danel, coll. « Mémoires de la Société impériale des Sciences, de l'Agriculture et des Arts de Lillȩ », , (42 p. + 1 pl.) ; 8° p. (lire en ligne).
  5. (en) Auguste Lamy, « De l'existencè d'un nouveau métal, le thallium », Comptes Rendus,‎ , p. 1255–1258 (lire en ligne)
  6. (en) Frank A. J. L. James, « Of 'Medals and Muddles' the Context of the Discovery of Thallium: William Crookes's Early », Notes and Records of the Royal Society of London, vol. 39, no 1,‎ , p. 65–90 (lire en ligne)