Classement World Rugby des équipes nationales de rugby à XV

Le classement World Rugby des équipes nationales de rugby à XV est un classement créé en 2003 par World Rugby (quand il s'appelait encore IRB pour International Rugby Board) qui permet de comparer les performances des équipes nationales masculines de rugby à XV. Il a été publié pour la première fois le , au début de la Coupe du monde, mais ce premier classement prenait en compte tous les résultats depuis 1871. Largement dominé par la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud, seuls l'Angleterre, le pays de Galles et l'Irlande ont aussi figuré en tête de ce classement.

Premiers du
classement World Rugby

Équipe d'Afrique du Sud de rugby à XVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe d'Afrique du Sud de rugby à XVÉquipe d'Angleterre de rugby à XVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe d'Irlande de rugby à XVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe du pays de Galles de rugby à XVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe d'Afrique du Sud de rugby à XèVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe d'Afrique du Sud de rugby à XVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe d'Afrique du Sud de rugby à XVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe d'Angleterre de rugby à XVÉquipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XVÉquipe d'Angleterre de rugby à XV

PrincipesModifier

Le classement est fondé sur un système d'échange de points. Après chaque match international, l'équipe gagnante prend des points à l'équipe perdante. Le nombre de points échangés dépend de la différence de points entre les deux équipes au début du match : il est plus important si l'équipe la moins bien classée remporte le match. Cependant, il est plafonné et varie entre 0 et 2[1].

Les victoires par plus de quinze points d'écart augmentent le nombre de points échangés de 50 % et les matchs de phase finale de Coupe du monde valent double. Tous les autres matchs internationaux sont traités de la même manière, qu’il s’agisse de matchs de compétitions internationales ou de rencontres amicales. Par ailleurs, l'avantage de jouer à domicile est également pris en compte en la considérant plus forte de trois points[1].

Toutes les nations ont un nombre de points compris entre 0 et 100, celui de l'équipe classée en tête étant habituellement supérieur à 90[1].

HistoriqueModifier

L'Angleterre inaugure la première place (2003)Modifier

Le classement a été publié pour la première fois le , au début de la Coupe du monde. À l'époque, l'Angleterre, en tête avec 89,95 points, devance de très peu la Nouvelle-Zélande (89,80 points). L'Australie, troisième, est loin derrière avec 84,76 points[2]. La victoire de la Nouvelle-Zélande en quart de finale face à l'Afrique du Sud, pendant que l'Angleterre ne gagne aucun point en battant le pays de Galles, lui permet de prendre la tête mais sa défaite la semaine suivante laisse au XV de la Rose, finalement vainqueur de cette Coupe du monde, la première place pendant plusieurs mois[réf. souhaitée].

Écrasante domination de la Nouvelle-Zélande (2004-2019)Modifier

En , les Néo-Zélandais reprennent la tête du classement en battant deux fois de suite les Anglais à domicile, 36 à 3 à Dunedin puis 36 à 12 à Auckland. Ils ne la quittent plus jusqu'à la Coupe du monde 2007. L'Afrique du Sud s'empare de la première place après sa victoire face à l'Angleterre en finale et la garde jusqu'au Tri-nations suivant. En effet, lors du premier match en juillet de l'édition 2008, les Néo-Zélandais battent les Sud-Africains à Wellington et les dépassent au classement. La revanche 30 à 28 la semaine suivante à Dunedin rend la place de leader aux Springboks, mais les Blacks s'imposent au Cap le et remontent sur la plus haute marche pour une année[réf. souhaitée].

Lors du Tri-nations 2009, l'Afrique du Sud devance à nouveau la Nouvelle-Zélande après sa victoire à Durban le Sa victoire dans ce tournoi lui permet de conserver la tête du classement mais les défaites en France et en Irlande en , combinées aux victoires des All Blacks en Australie, au pays de Galles, en Angleterre puis en France sur la même période, redonnent la place de no 1 aux Néo-Zélandais le . Ceux-ci remportent la Coupe du monde en 2011 face aux Français 8 à 7 et conservent donc leur place de meilleure équipe du monde, celle-ci étant renforcée par les deux titres consécutifs remportés au Rugby Championship (RC) ainsi que par les bons résultats obtenus lors des test matchs de 2012 et 2013[réf. souhaitée].

Par la suite, les All Blacks ne subissent aucune défaite en 2013 ; un nul face aux Wallabies australiens et une défaite aux mains des Boks sud-africains dans le RC 2014 ; de nouveau une seule défaite contre les Australiens lors du RC 2015 (que remportent ces derniers), tandis qu'ils remportent la Coupe du monde ; enfin une unique défaite en test de face à l'Irlande[réf. souhaitée].

Bataille pour le trône et prise du pouvoir par l'Afrique du Sud (2019-)Modifier

Pour la première fois depuis fin 2009, la Nouvelle-Zélande perd sa place de leader du classement au profit du pays de Galles le  : à la faveur d'une victoire contre l'Angleterre en match de préparation à la Coupe du monde 2019 au Japon, le pays de Galles profite de son Grand Chelem dans le Tournoi quelques mois plus tôt et des résultats mitigés des All Blacks au Rugby Championship. Il devient ainsi la quatrième nation à réaliser cet exploit, et la seconde de l'hémisphère Nord[3]. Toutefois, il la perd deux semaines plus tard au profit de la Nouvelle-Zélande, à la suite d'une défaite face à l'Irlande lors d'un autre test de préparation. Enfin, une seconde victoire des Irlandais face aux Gallois en match de préparation offre pour la première fois la tête du rugby mondial à l'Irlande[4].

Durant la Coupe du monde 2019, malgré sa large victoire sur l'Écosse 27 à 3 pour son entrée dans la compétition, le XV du Trèfle ne peut empêcher le retour de la Nouvelle-Zélande au sommet de la hiérarchie mondiale, victorieuse de l'Afrique du Sud en ouverture de la poule B. Celle-là est détrônée à son tour par l'Angleterre, victorieuse de la confrontation qui les oppose en demi-finale. L'Angleterre retrouve ainsi le la couronne mondiale qu'elle avait perdue quinze années plus tôt en 2004, mais ne la conserve toutefois qu'une semaine. En gagnant la finale de la Coupe du monde contre cette même Angleterre (32-12), l'Afrique du Sud reprend la première place mondiale le , première place qu'elle avait dû céder en 2009[5]. 2019 est ainsi une année record, avec pas moins de cinq équipes qui occupent la première place, tandis que 16 équipes atteignent le meilleur classement de leur histoire. En plus du pays de Galles et de l'Irlande, premières pendant les matchs de préparation à la Coupe du monde, le Japon a profité d'un très bon Mondial pour atteindre la 6e place, pendant que les autres équipes ont profité des compétitions locales pour se distinguer : en Amériques centrale et du Sud, le Brésil, l'Uruguay et la Colombie ; en Amérique du Nord, le Mexique ; en Asie, Hong Kong, les Philippines et les Émirats arabes unis ; en Afrique, le Ghana et le Botswana ; et en Europe, les Pays-Bas, la Suisse, le Luxembourg et la Finlande[6].

Depuis leur victoire lors de la coupe du monde en 2019, qui leur a permis d'obtenir la première place au classement World Rugby[7], l'Afrique du Sud ne joue pas le moindre match pendant deux ans à cause de l'épidémie de COVID-19 qui remet en question la sécurité des événements et des déplacements dans le territoire[8], conservant ainsi sa première place. Elle rejoue enfin pour le Rugby Championship 2021 et s'expose à une Nouvelle-Zélande sur le retour. Ainsi, les All Blacks retrouvent la première place mondiale, perdue en 2019, après sa victoire sur l'Afrique du Sud lors de la centième confrontation entre les deux équipes, le [9]. Les deux équipes se succèdent mutuellement à plusieurs reprises[10],[11], jusqu'à la fin de la tournée de novembre de 2021, où l'Afrique du Sud prend une petite marge sur la Nouvelle-Zélande, qui a enchaîné deux défaites contre l'Irlande et la France.

Classification des équipes nationalesModifier

L'International Rugby Board met en place en 2004 un système de classification des équipes nationales en trois niveaux appelés les tiers[12] : le tier 1 regroupe les six équipes du Tournoi des Six Nations (l'Angleterre, l'Écosse, la France, l'Irlande, l'Italie et le pays de Galles) et les quatre équipes du Rugby Championship (l'Afrique du Sud, l'Argentine, l'Australie et la Nouvelle-Zélande) ; le tier 2 regroupe sept des équipes qui se qualifient régulièrement pour la phase finale de la Coupe du monde et ne faisant pas partie du tier 1 (le Canada, les États-Unis, les Fidji, le Japon, la Roumanie, les Samoa et les Tonga) ; enfin, le tier 3 comprend toutes les autres équipes.

Ce système de répartition est révolu depuis 2008. On retrouve cependant de nombreuses références à cet ancien système dans le nouveau. En effet, une nouvelle classification remplace le système des tiers. Il s'agit d'une classification par bande qui définit les cinq niveaux suivants[13] :

  1. le High Performance tier 1, qui regroupe les dix nations du tier 1 ;
  2. le High Performance tier 2 composé de dix pays du tier 2[Note 1] ;
  3. le Performance 1 comprenant le Chili, l'Espagne, le Portugal et la Russie ;
  4. le Performance 2 composé de sept pays ciblés à fort potentiel de développement ;
  5. le Development, qui regroupe toutes les autres nations divisées en trois groupes : quinze pays dans le Development 1, 28 dans le Development 2 et 29 dans le Development 3 (pour un total de 72 ; devenu 74 en 2019).
Répartition des nations dans les bandes au [13]
High Performance Tier 1
(10 nations)
High Performance Tier 2
(10 nations)
Performance 1
(4 nations)
Performance 2
(7 nations)
Development
(74 nations)
Toutes les autres, réparties en trois groupes de « développement ».
 
Toutes les fédérations membres ou associées à World Rugby sont ici représentées selon leur appartenance à une bande, en 2021.
  • High perf. tier 1
  • High perf. tier 2
  • Perf. 1 tier 3
  • Perf. 2 tier 3
  • Dev. membres
  • Dev. associées
  • Classement masculinModifier

    • Le classement World Rugby concerne actuellement 110 équipes nationales.
    • Les variations de places sont par rapport à la semaine précédente.
    • Les classements « meilleur » et « pire » sont donnés avec la dernière période d'occurrence.
    Classement publié le [14]
    Nation Points Variation
    +/-
    Classements
    Rang
    actuel
    Meilleur Pire
      Afrique du Sud 90,61   1 1re (2019-22) 7e (2018)
      Nouvelle-Zélande 89,72   2 1re (2009-19) 3e (2022)
      France 89,24   3 2e (2022) 10e (2018-19)
      Irlande 87,25   4 1re (2019) 10e (2012)
      Australie 84,68   5 2e (2015) 9e (2013)
      Angleterre 83,74   6 1re (2019) 8e (2015-16)
      Argentine 81,40   7 3e (2007-08) 12e (2014)
      Écosse 80,98   8 5e (2020) 12e (2015)
      Pays de Galles 79,28   9 1re (2019) 9e (2022)
      Japon 77,90   10 6e (2019) 20e (2006)
      Fidji 76,62   11 8es (2018-19) 16es (2011-12)
      Italie 74,02   12 8e (2007) 15e (2018-21)
      Géorgie 73,78   13 11e (2016) 23e (2009)
      Samoa 73,59   14 7es (2013) 17es (2018-19)
      Espagne 68,26   15 15e (2020) 32e (2005)
      Tonga 67,72   16 9es (2011) 20es (2006)
      États-Unis 66,54   17 12es (2018-19) 20es (2008)
      Uruguay 66,40   18 14e (2005) 23e (2017)
      Roumanie 65,90   19 13e (2006) 20e (2019)
      Portugal 65,08   20 16e (2005) 30e (2015-16)
      Canada 62,01   21 12e (2011) 24e (2017)
      Hong Kong 61,23   22 21e (2018-21) 39e (2010)
      Chili 59,88   23 12e (2011) 29e (2019-21)
      Namibie 59,72   24 18e (2017) 29e (2006)
      Russie 58,06   25 16e (2012) 26e (2005)
      Belgique 55,97   26 26e (2017) 47e (2012)
    Zimbabwe 54,96   27 ? ?
      Pays-Bas 53,69   28 24es (2021) 45es (2015)
      Brésil 53,31   29 24e (2019) 45e (2015)
      Corée 53,11   30 22e (2003) ?

    Règle de calcul des points échangésModifier

    Pour calculer le nombre de points gagnés ou perdus par une équipe après un match, on calcule d'abord  , la différence de points qu'elle a avec l'équipe adverse avant le match[1] :

     

    avec

    •   si l'équipe joue à domicile,
    •   si elle joue à l'extérieur
    •   si le match se joue sur terrain neutre.

    Ce nombre   est compris entre   et   (si l'on a un écart de 13 par exemple, alors  ).

    Le nombre de points échangés est linéaire selon  , et pour le calculer on calcule d'abord un nombre  , selon la formule suivante :

    •   si l'équipe gagne ;
    •   si l'équipe perd ;
    •   s'il y a match nul.

    Ainsi, en cas de victoire de l'équipe, on a   si   (victoire surprenante) mais   si   (victoire prévisible).

    De même, en cas de défaite, on a   si   mais   si  . Après un match nul,   si   et   si  .

    Enfin, selon le score et l'importance du match, on prend en compte un coefficient multiplicateur  , par lequel on va multiplier   pour obtenir le nombre de points échangés. On a:

    •   pour une victoire de 15 points ou moins;
    •   pour une victoire avec plus de 15 points d'écart ;
    •   pour une victoire en Coupe du monde, avec 15 points d'écart ou moins ;
    •   pour une victoire en Coupe du monde, avec plus de 15 points d'écart.

    En définitive, le nombre de points de l'équipe varie donc de   points. À noter que celui de l'équipe adverse variera en revanche de   points (le calcul est exactement le même, on prend seulement à chaque fois une valeur de   et de   opposée).

    Notes et référencesModifier

    NotesModifier

    1. Toutes les équipes des pays du High Performance tier 2 ont participé à au moins une Coupe du monde.

    RéférencesModifier

    1. a b c et d (en) « Explication des règles par World Rugby », sur worldrugby.org (consulté le ).
    2. (en) « England top IRB rankings, Ireland third », sur The Irish Times (consulté le )
    3. (en) Katie Sands, « Wales officially become number one in world rugby rankings », sur walesonline, (consulté le ).
    4. (en) Gavin Cummiskey, « Explainer: How Ireland are World Rugby’s number one team », sur The Irish Times (consulté le ).
    5. (en) Garrin Lambley, « World Cup champion Springboks move to No 1 in rankings », sur www.sport24.co.za, (consulté le ).
    6. « 2019 : l'année de tous les records au classement mondial », sur World Rugby, (consulté le ).
    7. Flo, « Classement World Rugby : l’Afrique du Sud rafle la première place », sur Dicodusport, (consulté le )
    8. « L'Afrique du Sud ne participera pas au Rugby Championship », sur Le Figaro, (consulté le ).
    9. « La Nouvelle-Zélande va redevenir n°1 mondiale », sur L'Équipe (consulté le ).
    10. « L'Afrique du Sud reprend la première place du classement mondial », sur L'Équipe (consulté le ).
    11. « International - Les All Blacks reprennent la tête du classement mondial, la France toujours sixième », sur Rugbyrama, (consulté le )
    12. (en) « IRB Strategic Plan from November 2004 » [PDF], sur irb.com, (consulté le ).
    13. a et b (en) « Member Unions Banding Categorisation 2015 », sur worldrugby.org (consulté le ).
    14. (en + fr + es + ja) « World Rugby Men's Rankings », sur worldrugby.org (consulté le ).

    Liens externesModifier