Clémentine Delait

femme à barbe française

Clémentine Delait, née Clémentine Clattaux le à Chaumousey (Vosges) et morte le à Épinal, est une tenancière de bar française qui fut connue pour être une femme à barbe.

Clémentine Delait
Clémentine Delait en 1923.
Biographie
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Épinal
Sépulture
Nom de naissance
Clémentine Clatteaux
Surnom
« La femme à barbe »
Nationalité
Activités

Biographie

modifier

Clémentine Clattaux naît le [1] à Chaumousey, dans le département des Vosges, de parents agriculteurs[2]. Son enfance est marquée par les travaux des champs[2]. À partir de la puberté, sa pilosité commence à se développer plus que la normale en ce qui concerne une jeune fille, notamment au niveau de la lèvre supérieure dont elle rase fréquemment le duvet[2].

Le [3], à vingt ans, elle épouse à Chaumousey Joseph Delait, boulanger à Thaon-les-Vosges, et sert les clients de la boulangerie[2]. La clientèle est nombreuse et la barbe rasée de Clémentine ne serait pas étrangère à cette affluence[2]. Cependant, Joseph est atteint de rhumatismes et ne peut continuer son métier de boulanger[2]. Toujours à Thaon-les-Vosges, le couple ouvre alors un débit de boisson et Clémentine est derrière le comptoir à servir les clients[2]. Tout comme à la boulangerie, la clientèle est alors nombreuse[2]. Femme de caractère et charpentée, Clémentine est apte à tenir son bar et à en sortir les clients turbulents[2].

C'est à partir de 1901, à l'âge de 36 ans, que Clémentine se laisse pousser la barbe[2]. Le couple se rend à la foire de Nancy et, se faisant alpaguer par un bonimenteur, il assiste à l'exhibition d'une femme à barbe[2]. Cette dernière ne peut s'empêcher de remarquer à voix haute l'abondante pilosité de Clémentine malgré le rasage[2]. Racontant l'anecdote à son bar, elle accepte le pari d'un des clients qui lui promet vingt-cinq louis (soit 500 francs[4], forte somme à l'époque, environ 5 000 ) si elle se laisse pousser la barbe[2]. Elle cessera de se raser bien qu'elle n'ait jamais touché l'argent promis[2]. Dès lors, elle arbore une barbe frisée qui se dédouble en deux panaches[2]. Attirée par le bouche-à-oreille, la clientèle se presse au café des époux, renommé « Le café de la Femme à Barbe », pour y admirer Clémentine[2]. Profitant de l'engouement, elle pose contre rémunération pour des photographes qui éditent une quarantaine de cartes postales dont elle est la vedette et sur lesquelles elle signe des autographes à ses clients[2]. Lors de ces poses variées, en calèche, promenant son chien ou lisant le journal, Clémentine reste coquette dans des robes très féminines[2]. Elle obtient même la permission de travestissement, autorisation obligatoire pour une femme s'habillant en homme ; elle pose alors en tenue masculine, un cigare à la bouche et une chope de bière à ses côtés[2].

Sa célébrité prend une ampleur nationale lorsqu'elle s'enrôle dans la Croix-Rouge durant la Première Guerre mondiale et devient la mascotte des Poilus[2]. Au lendemain de la guerre, le couple accompagné de Fernande, une orpheline de guerre adoptée à cinq ans, ouvre une mercerie à Plombières, Joseph étant trop malade pour tenir à nouveau un bar[2]. Comme lors de leurs précédents métiers, la clientèle se presse[2]. C'est à cette période que Phineas Taylor Barnum, le célèbre directeur de cirque spécialisé dans les phénomènes de foire, propose à Clémentine de le rejoindre pour la somme de trois millions de francs, offre qu'elle décline[2]. Elle commence à effectuer des déplacements en Europe où de nombreuses personnalités la réclament : le prince de Galles dans les années 1920 à Londres ou encore le Chah de Perse à Vittel[2]. Devenue veuve en 1928, Clémentine se consacre désormais pleinement à sa célébrité tout en rouvrant un bar à Thaon-les-Vosges[2]. Là, elle propose des spectacles de cabaret dont elle est la vedette, déguisée et accompagnée de sa fille et d'un perroquet[2]. Les clients viennent alors de la France entière et même d'Angleterre et d'Irlande pour la voir[2].

Elle meurt à Épinal le d'une crise cardiaque à l'âge de 74 ans[2]. Elle est inhumée à Thaon-les-Vosges au côté de son mari[5]. Son épitaphe, comme elle l'a souhaité, est[2],[5] :

« La Femme à Barbe »

Dans la culture

modifier

Le film français Rosalie de 2024 s'inspire librement de l'histoire de Clémentine Delait[6].

Notes et références

modifier
  1. « Acte de naissance de Clémentine Clattaux » (consulté le )
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab et ac Jean-Michel Cosson, Les Mystères de France : Histoires insolites, étranges et extraordinaires, Sayat, De Borée, , 382 p. (ISBN 978-2-84494-963-9), p. 149-154
  3. « Acte de mariage de Marie Joseph Paul Delait et Clémentine Clattaux » (consulté le )
  4. Pasky, Clémentine, une femme au poil, Le Village du Jouet, (ISBN 978-2-917978-00-9).
  5. a et b Marie-Christine Penin, « Delait Clémentine, la femme à barbe (1865-10 avril 1939) » [avec une photo de la sépulture], Cimetière de Thaon-les-Vosges (Vosges), sur tombes-sepultures.com (consulté le ).
  6. « "Rosalie" : qui était Clémentine Delait, qui a inspiré le film », sur www.rtl.fr, (consulté le )

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier

Article connexe

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :