Ouvrir le menu principal
Clé à queue d'aronde

Une clé à queue d'aronde[1], quelquefois « clavette à queue d'aronde[2] » ou tout simplement « aronde » (en anglais dovetail key, dutchman Joint, ou butterfly joint) est une pièce d'assemblage, constituée de deux queues d'aronde connectées par leur partie la plus étroite. Un négatif ou mortaise est découpé dans l'objet de l'assemblage où le papillon sera placé, la clé à queue d'aronde est ensuite ajustée, et maintient l'assemblage. La clé à queue d'aronde peut être vue comme une tenon à deux bouts, typique des assemblages à clé[3].

La clé à queue d'aronde se retrouve à différentes époques, associée à différents matériaux, en métal (fer, bronze), en bois ou en pierre :

  • Les constructions antiques en pierre de grand appareil faisaient usage de clés à queue d’aronde en bois ou en bronze en remplacement du mortier;
  • Une clé à queue d'aronde, est un type de jonction utilisé en menuiserie pour maintenir deux ou plusieurs planches en bois ensemble ou pour maintenir les deux moitiés d'une planche qui ont déjà commencé à se séparer. Ils peuvent également être utilisés pour stabiliser le noyau d'un trou de nœud, l'empêchant de tomber avec le temps. Les clés à queue d'aronde sont également couramment utilisés comme incrustations décoratives à des fins esthétiques non structurelles[4]. Le bois utilisé pour la clé à queue d'aronde est généralement un bois contrastant, souvent du noyer.

Sommaire

HistoireModifier

MenuiserieModifier

Article connexe : Clef (menuiserie).

L’usage des languettes et embrèvements étant peu commun dans la menuiserie antérieure au XVe siècle, les membrures des huis, les madriers, sont souvent réunis par des queues d’aronde entaillées à mi-bois[5] (assemblage chant sur chant, à plat-joint).

Les clés à queue d'aronde sont utilisés depuis la nuit des temps dans les joints décoratifs et structuraux. Ils ont été largement utilisés dans la construction des bateaux de Dahchour au Caire, un type de Barque solaire de Khéops du Moyen Empire[6],[7]. Au XVIIIe siècle, ils étaient également utilisés traditionnellement pour réparer les fissures des dessus de table hollandais. C’est de là que vient le terme joint hollandais. La clé à queue d'aronde a été installée en travers d'une fissure pour stabiliser et empêcher tout mouvement ultérieur de la fissure.

Constructions antiques en pierreModifier

Article connexe : Agrafe (architecture).

Cette espèce de crampon a été employé de toute antiquité. Lorsqu’on déposa l’obélisque de Louxor pour le transporter en France, Viollet-le-Duc rapporte que l'on trouva sous le lit inférieur de ce bloc de granit une queue d’aronde en bois qui y avait été incrustée dans l’origine pour prévenir la rupture d’un fil. Dans les fragments de constructions antiques dont on s’est servi à l’époque gallo-romaine pour élever des enceintes de villes, on rencontre souvent des entailles qui indiquent l’emploi fréquent de queues d’aronde en fer ou en bronze. Viollet-le-Duc indique qu'il en a trouvé en bois dans des constructions romanes de la première époque. Quelquefois aussi la bascule des chapiteaux des colonnes engagées, cantonnant des piles carrées, des XIe siècle et XIIe siècle, est maintenue postérieurement par une fausse coupe en queue d’aronde. Il en est de même pour les corbeaux.

Le Mur païen du mont Sainte-Odile ainsi que celui du Château du Frankenbourg sont liaisonnés par de tels moyens.

Utilisation moderneModifier

Les clé à queue d'aronde décoratives contemporaines sont couramment vues et associées au travail de George Nakashima (en)[8] .

Notes et référencesModifier

  1. Office québécois de la langue française, 2004. clé à queue d'aronde. Sur gdt.oqlf.gouv.qc.ca
  2. Office québécois de la langue française, 2004. clavette à queue d'aronde. Sur gdt.oqlf.gouv.qc.ca
  3. Augustin-Charles d’Aviler, Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique, Paris, Charles-Antoine Jombert, (lire sur Wikisource), « Assemblage », p. 36-38
  4. https://www.canadianwoodworking.com/tipstechniques/butterfly-key
  5. Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe siècle au XVIe siècle/Aronde
  6. (en) Pearce Paul Creasman (en), The Cairo Dahshur Boats, TAMU, (lire en ligne).
  7. Pearce Paul Creasman, « Dovetails or Lashings: A Case Study in Middle Kingdom Ship Construction (The Cairo Dahshur Boats) », The 58th Annual Meeting of the American Research Center in Egypt,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 25 décembre 2012)
  8. Hargreaves, Andrea. "George Nakashima." Woodworkers Institute, 2008. http://www.woodworkersinstitute.com/page.asp?p=624

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier